VOTE











Abysses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Abysses | Mer 30 Aoû - 1:02

Ekaterina traversa le quai, le visage fermé. Un mal de tête coriace martelait ses tempes depuis le petit matin. Depuis qu’elle était sortie de chez elle, en fait.

Elle avait eu à faire dans la station et n’avait pas vraiment eu un moment de solitude aujourd’hui. Blocus obligeait, la station était bondée, bien plus que d’habitude. Et avec bien moins de figures connues et bienveillantes. Ekaterina commençait à en subir les conséquences, malgré tout le self control dont elle pouvait savoir faire. Il y avait trop de bruit. Trop de monde. Trop de voix. Elle s’immobilisa quelques instants au milieu du chemin, tenta de faire le vide, les yeux fermés. Mais c’était peine perdue. On la bouscula, et un agacement qui n’était pas le sien l’effleura alors qu’une voix rude l’invectivait, la sommant de s’ôter de son chemin. Chose étrange, Katya ne répliqua pas. En temps normal, elle aurait sommé l’importun d’aller crever ailleurs, lui indiquant que la prochaine fois qu’il aurait besoin de ses services médiaux, il irait se faire bouffer par les rats.

Elle avait une furieuse envie de hurler à la foule s’agglutinant dans cette station merdique de se la fermer, de foutre le camp. De ne surtout pas s’approcher d’elle, et encore moins de la toucher. Elle se sentait à bout de nerfs, comme si la mince et fragile barrière de sa peau ne suffisait plus à la protéger, ne serait-ce que des émotions provenant des autres.

Angoisse, agacement, agressivité, méfiance, peur... Tel un miasme dense et épais, elle sentait ces émotions ramper à ses pieds, tenter de grimper de long de son corps jusqu’à la faire suffoquer. Elle se sentait épiée, fracturée, la paranoïa étant à chaque seconde plus proche de submerger tout le reste. Le souffle court, Katya rassemblait ses pensées et sa volonté, difficilement. Elle devait à tout pris s’isoler.

Une main se referma sur son épaule, lui tirant un cri. Elle ne su jamais ce que lui voulait cette personne, ni de qui il s’agissait. La sensation d’agression pris le dessus sur toute autre chose, et Ekaterina n’eut pour seule réflexe que d’attaquer puis de fuir. S’emparant de la main, elle imprima un vif mouvement de torsion, et lorsqu’un cri de douleur s’éleva, elle détala. Sa course fut désordonnée, elle ne regardait pas vraiment où elle allait. Elle chuta à plusieurs reprises, s’égratignant la paume des mains. La foule se fit plus clairsemée, et elle bifurqua vers un ancien couloir de service, à peine éclairé d’une lumière rouge et faiblarde.

Là, avec un gémissement d’angoisse, elle se laissa glisser au sol, tremblante, pour s’y rouler en boule. Son souffle était saccadé, et le médecin qu’elle était pensa que l’empathe qu’elle était avait perdu les pédales, et en beauté
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mar 26 Sep - 21:25

Aleksey sortait tout juste de son bar favori, cuit comme un rat, - à vrai dire, il s'agissait plutôt d'un boui-boui quelconque, d'un comptoir de fortune dans un coin sombre entouré d'ivrognes – lorsqu' il reconnu à quelques mètres de lui une silhouette familière. A la fois frêle et robuste, une longue chevelure claire tombant en cascade sur ses hanches ; ou plus précisément sur son énorme ceinturon d’ouvrier, alourdi par les multiples outils qu'il contenait. Aleksey avait assuré sa sécurité à quelques reprises, l'escortant elle et son bric-à-brac. Il appréciait la jeune femme pour son brin de fantaisie, pour ses connaissances pointues en mécanique et, conséquemment, pour les réalisations fantasques qui naissaient de cette étrange combinaison.
La jeune femme, bien qu'absorbée par sa conversation, tourna la tête l’espace d’un instant, comme physiquement touchée par le regard de Lyocha. Les deux esquissèrent un sourire complice flanqué d’un petit geste amical, puis retournèrent à leurs occupations respectives.

Ses sourires sincères, bien trop rares, Aleksey les économisait précieusement. Le prix à payer pour en obtenir était probablement excessif. Cela s'expliquait sans doute par l'état de dépression dont il souffrait depuis son plus jeune âge, sans vraiment s'en rendre compte, n'étant pas non plus capable de mettre un nom sur cette condition. Tout a pris de l'ampleur lors de la disparition de son père, s'accentuant à chaque nouvelle perte. C'était comme si cette situation de deuil n'avait jamais vraiment disparu, comme si le monde paraîssait vide : rien n'ayant assez d'intérêt pour atténuer cette profonde souffrance, l'avenir n'étant plus porteur d'aucun espoir.
Cet état, Aleksey l'avait baptisé sa "bête noire". Cette saloperie qui parfois prenait possession de son corps, de son esprit, paralysant de ce fait sa pensée et ses actions, oppressant sa gorge, lui ôtant toute capacité à éprouver du plaisir au quotidien.
Ce spectre qui l'habitait, qui le hantait, Lyocha n'en parlait jamais. Il ne savait pas vraiment quoi dire à ce sujet. Il n'était pas non plus capable d'admettre cette faiblesse, jamais.

Aleksey se dirigea dès lors vers le “quartier” mis à la disposition des visiteurs : le camp monté à la hâte suite à l'annonce du blocus. Il disposait malgré tout d'une tente “VIP” : avantage dû aux excellentes relations dont il jouissait au sein de l'alliance VAR, ainsi qu'à son passé auprès de celle-ci.
Il marchait d'un pas lent, mais régulier, ne s’arrêtant que pour laisser passer d’autres silhouettes fantomatiques, lorsque l’espace entre les tentes était trop réduit. Entre deux effluves d'alcool, il reconnu la charmante Ekaterina Klimova, immobile, la tête baissée, perdue dans ses pensées.
Aleksey posa une main sur son épaule, une main nettement alourdie par la boisson, et lui lança :

“Alors Katya, toi aussi t'as bu le canon de tr... ?!”

Il n’eut pas le temps de finir sa paillasserie que la jeune femme se mit à crier. Lyocha ne comprit rien à la suite de la manœuvre : malgré le brouhaha ambiant, il entendit ses doigts craquer jusqu'au plus profond de son crâne et, d'incompréhension, lâcha aussitôt un juron. Il resta planté là comme un couillon en regardant son amie disparaître dans la foule, comme absorbée par ces silhouettes innommables, bien trop saoul pour la rattraper.
L'Esprit du métro se riait bien de lui : les choses n'avaient jamais été faciles avec Ekaterina, et tout portait à croire que le salop n'avait pas l'intention de changer d'équipe ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Sam 7 Oct - 23:00

L’état de panique profonde dans lequel elle était plongée ne laissait pas filtrer les paroles d’une voix pourtant familière. Il étouffait les sons, ne laissant que la sensation trop brutale d’une main sur son épaule. Perçue comme une agression dans un espace vital réduit à une misère par ce don du métro qui hantait son crâne. Le contact indésirable avait réduit à néant ses efforts pour s’isoler, ne lui laissant qu’une fuite effrénée.

Ceux qui connaissaient Katya savaient pourtant qu’elle ne reculait jamais. Même face à bien plus fort, bien plus puissant, elle restait campée sur ses position, levant un menton effronté, refusant de baisser les yeux devant qui que ce soit. Sauf qu’ici, elle n’avait pas vraiment d’ennemi à affronter, personne à défier. Elle était face à quelque chose d’insondable qui prenait source en elle pour se déployer sans qu’elle ne le demande. Cela absorbait les émotions environnantes, les faisait siennes contre son gré. Elle aurait voulu chasser les intruses de son esprit, se griffer l’intérieur du crâne pour les en déloger jusqu’à avoir enfin un silence complet.

La vague reflua.

Toujours roulée en boule, Ekaterina cessa d’avoir envie de s’enterrer six pieds sous terre, là où les sons et même les émotions ne pourraient pas filtrer. Elle resta prostrée, mais la raison sembla faire son chemin dans la brume, assez pour lui permettre de retracer clairement les évènements des dernières minutes. Elle avait l’impression d’être spectatrice de son propre souvenir, comme si elle ne l’avait pas vécu en personne.

- Lyocha?

Elle pu mettre un nom sur la silhouette qui lui avait apparu si menaçante. Et avec le recul, cela lui apparaissait parfaitement ridicule. Même si leurs liens s’étaient distendus par l’éloignement, s’il y avait une personne qui ne levèrerai jamais la main sur elle, c’était bien Aleksey.

Cela étant dit, songea-t-elle en repensant au traitement qu’elle lui avait réservé, elle n’était pas certaine que cette indulgence à son égard perdure après ça. Avec une grimace, elle se déplia de la position foetale qu’elle avait instinctivement adoptée, grinçant des dents alors que ses muscles malmenés par la crispation protestaient de toutes leurs fibres. Elle parvint cependant à se redresser, et à pointer son nez hors de la coursive dans laquelle elle s’était réfugiée.

La chance lui souriant finalement, elle constata que le jeune homme était toujours là, passablement consterné par la réaction erratique de son amie. Se refusant à pénétrer de nouveau dans la foule, la jeune femme chercha un moyen d’attirer son attention, jusqu'à ce qu'un ricanement lui secoue les épaules.

- Hinhin. Au point où j’en suis...


Attrapant un petit cailloux, elle le fit rebondir une ou deux fois dans le creux de sa paume avant de viser. Le gravier fit un ricochet sur son épaule avant de retrouver sa place au sol alors qu’elle lui faisait des signes frénétiques.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mer 11 Oct - 20:42

Suite à son grand moment de solitude, Aleksey senti comme une profonde tristesse l'envahir, comme un épais voile sombre le recouvrant : comme si sa "bête noire" s'emparait de ce sentiment d'amertume afin de mieux se divertir.
Il l'imaginait : ricanant, se déplaçant d'une oreille à l'autre au dessus de ses épaules, pesant sur lui comme un fardeau bien trop lourd à porter, l'accablant, l'immobilisant.
L'esprit nous joue parfois des tours, nous offrant de temps à autre des raccourcis quant à la compréhension de certaines situations, de certains contextes. Il était pourtant persuadé qu'il s'agissait de son amie, il n'avait tout de même pas halluciné, si ? Il douta pour la première fois de la finesse de ses sens. "Putain d'cervelle, t'as pas eu ta dose d'anesthésiant pour ce soir ? Fous moi la paix..." pensa t-il tout haut, s'adressant surtout à son sinistre colocataire.

Comme en réponse à sa remarque, Lyocha crut sentir quelque chose tomber sur son épaule.
"C'est quoi ct'enculerie ?!" grommela t-il entre ses dents, tout en clignant des yeux. Son regard se porta aussitôt sur le plafond. Il distingua comme un épais brouillard noir au dessus de sa tête, tourbillonnant en sens unique. Un serpent de ténèbres se mordant la queue, persiflant, se payant allègrement sa tête. Son esprit embrumé par la boisson s'écartait de plus en plus de la réalité ; à moins qu'il s'agissait là d'un effet à retardement de l'un des champignons ingurgités un peu plus tôt, dérobé à l'un de ses compagnons de beuverie ?
Il plissa les yeux et, fixant le plafond d'une tête à la renverse, lâcha un "J'te vois, sale fils de...", qu'il n'eut pas le temps d'achever, ramené à la raison par les dures lois de la gravité. Il évita de justesse la chute, et resta miraculeusement sur ses deux jambes, titubant maladroitement comme un enfant qui apprend à marcher sans l'appui de son parent.

Aleksey décida de reprendre sa route, après un "Vas chier", chaleureusement adressé au plafond.
Il se sentait observé, il détestait cette sensation. Paranoïaque assumé, il se trompait cependant rarement sur ce genre d'intuition.
Son corps anesthésié se remit doucement en marche, longeant les murs afin d'éviter les bousculades ; quand, après quelques mètres, - qui lui parurent une éternité - une main lui agrippa fermement le bras et l'entraîna vers un renfoncement, un ancien couloir de service.
Son instinct guerrier reprit alors le dessus sur son état : il dégagea la main de l'agresseur, prit contrôle de son poignet et tira simultanément sa dague à l'aide de son autre main, la plaçant avec une rapidité spectaculaire sous la gorge de l'individu.

Sa surprise fut telle qu'il laissa tomber son arme au sol, desserra son emprise sur le poignet et posa son menton sur la chevelure sombre de son amie. Après une grande inspiration tremblotante, le regard éteint, il laissa s'échapper avec une honte non dissimulée : "J'taurai bien proposé une chope ou deux pour me faire pardonner, mais j'crois qu'j'ai eu ma dose pour ce soir..."


Dernière édition par Aleksey Vassiliev le Mar 28 Nov - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Dim 15 Oct - 23:32

Son ami était sérieusement allumé, songea Katya tout en essayant d’attirer son attention à coup de petits graviers. Mais au lieu de regarder dans sa direction, le jeune homme préférait vilipender dans une toute autre direction. Elle le vit vaciller dans un sens, puis dans l’autre, et se cacha les yeux avec les mains pour ne pas le voir chuter. La chute ne vint pas, et elle écarta ses doigts pour jeter de nouveau un coup d’oeil à Aleksey puis lever un sourcil perplexe.

- Bordel, mais qu’est-ce qu’il fiche...?


Elle n’avais pas eu l’impression qu’il soit pourtant éméché au point de justifier ce comportement erratique.

- Remarque, j’ai pas besoin d’être bourrée pour faire de la merde, et nous somme deux à parler tout seuls. Balle au centre. Ah!


Sans plus chercher à localiser la source du gravillon ayant heurté son épaule, Aleksey avait repris sa route en maugréant, la laissant derrière. Gémissant d’angoisse à l’idée de se replonger dans la foule éparse, Katya trépigna quelques instants sur place avant de prendre une profonde inspiration,comme si elle s’apprêtait à plonger en apnée dans des eaux troubles.

A l’instar du jeune homme, elle fit profil bas et rasa les murs, trottinant derrière lui pour le rattraper en vitesse et l’entraîner plus à l’écart. Ou tout du moins essayer. Elle parvint à l’attraper par le bras et à s’y cramponner pour l’attirer vers une coursive désaffectée plus à l’écart, mais le reste des évènements se déroula bien trop rapidement pour qu’elle ait le temps de réagir sur le coup. Lyocha arracha son bras à sa prise et la maîtrisa d’une simple prise du poignet en lui tirant un cri de surprise. La dague, froide et tranchante posée dangereusement près de sa gorge la fit s’immobiliser totalement.

Toutefois, elle ne fut pas contrainte à l’immobilité bien longtemps. Quelques secondes à peine à vrai dire, le temps que son ami réalise qui il venait de maîtriser et de lâcher son arme. Celle ci heurta le sol avec un fracas métallique alors qu’il l’attirait à lui, la voix tremblante.

-C’est bien parce que c’est toi que j’t’ai pas latté les valseuses, Lyocha. Et aussi parce que en plus de ce qui s’est passé toute à l’heure, j’aurai du aussi me faire pardonner de ça.


Avec une douceur qui ne lui était pas coutumière, elle glissa ses bras autour du torse du jeune homme, le serrant dans ses bras autant qu’elle se serrait contre lui. Son empathie semblait disposée à la mettre en sourdine, et elle laissa échapper un soupir de soulagement. Enfin un peu de silence et de calme sous son crâne.

- On a pas mal de choses à se dire, hein ?


Avec le blocus, leurs routes s’étaient de nouveau croisées après bien longtemps, mais ils n’avaient pas vraiment eu le temps de rattraper le temps perdu. La situation avait été trop erratique, leur permettant simplement d’échanger quelques mots, un signe de la main de loin avant de retourner chacun à ses occupations. Mais ce soir, Katya n’avait pas vraiment le cœur à se remettre au travail malgré les mille tâches qui l’attendaient.

- Le thé, c’est bien aussi. J’en ai même pour la sale gueule de bois que tu vas te taper demain matin.


Dernière édition par Ekaterina Klimova le Mer 6 Déc - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mer 18 Oct - 20:45

Aleksey resta totalement déconcerté par l'action de la jeune femme, probablement heurté par ce contraste soudain. Dire qu'à peine quelques secondes plus tôt il se sentait menacé, autant pour sa vie que pour la contenance de son porte monnaie ; et ses proches le savaient, cela ne faisait pas grande différence : il était en effet généralement plus enclin à risquer sa vie pour des cartouches que pour des idées...
Voilà qu'à présent une charmante jeune femme – qui plus est, pour qui il eut éprouvé des sentiments -  l'enlaçait ! Envouté par cette douceur inattendue, Lyocha l'étreignit à son tour et, l'espace d'un instant, se sentit délivré de son voile ténébreux : comme si une lumière aveuglante mit en fuite sa fameuse "bête noire", celle qui le persécutait avec enthousiasme quelques minutes plus tôt.
Il profita de cet instant de pure quiétude, de liberté insoupçonnée, et aurait aimé qu'il ne finisse jamais. Il fut toutefois tiré de cet état par la voix de Katya. Ce répit lui parut d'à peine quelques secondes, bien trop court hélas, tandis qu'en réalité, plusieurs minutes s'étaient déjà écoulées. Réalisant son engouement un brin excessif, il relâcha son étreinte, embarrassé, et reprit lentement ses esprits, encore embrumé par le doux parfum de son amie. Il détourna le regard.

"Hum..." conclu t-il simplement.

Penaud, fuyant presque le regard de Katya l'espace d'un instant, il fit mine d'avoir trouvé une occupation, et s'accroupit avec souplesse, effleurant délicatement le sol du dos de sa main, et saisit la dague, afin de la remettre à l'étui.
Il est une chose absolument remarquable dans la démarche des personnes alcoolisées : la façon qu'elles ont de se comporter vis à vis des autres individus. Certains, par exemple, se laissent emporter par la boisson et titubent tels des ivrognes, n'arrivant plus à se maîtriser. Aleksey faisait partie de la seconde catégorie, de celle qui avait honte, qui voyait cela comme une faiblesse et qui s'accordait à sembler le plus sobre possible, peu importe le nombre de verres vidés.
L'art et la manière de paraître, tout simplement.
C'est pour cette raison que d'un point de vue extérieur, Lyocha semblait presque en pleine possession de ses moyens, mais ne vous y trompez pas, ce n'était qu'une façade.

En réalité, une fois accroupit, la seule chose qu'il avait en tête était de s'étaler au sol tel un tapis sans demander son reste, attendant de décuver, pour ensuite recommencer le cycle infernal de la boisson. Cycle dans lequel il tombait presque à chaque fois lorsqu'il se trouvait bloqué en station plusieurs jours consécutifs. L'inactivité le tuait. Littéralement.

Toujours abaissé, il tourna la tête vers Katya et tenta de répondre à sa question : "J'imagine qu'on a dû pas mal changer depuis tout ce temps, oui..." Pensant surtout à la rudesse des dernières années qu'il avait vécues, mais espérant secrètement le contraire, concernant son amie.
Se relevant avec sa souplesse légendaire, il la fixa un instant, le regard perdu, avant de reprendre dans un grand sourire : "Vas pour le thé, avec plaisir ! Gueule de bois ou pas, voir autre chose que des ivrognes ne m' fera pas d' mal..." "Surtout quelque chose d'aussi joli", enchaina t-il cette fois-ci dans sa tête, un sourire en coin.

Après avoir emboité le pas de son amie sur seulement quelques mètres, sentant une anxiété grandissante et presque palpable chez elle, il agrippa son bras, un contact qu'il voulait rassurant pour la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Mer 22 Nov - 23:45

Il y eut un moment de flottement dans l’attitude e Lyocha alors qu’elle l’étreignait, comme si l’étrangeté de la situation le paralysait un instant. Il était vrai qu’une telle marque d’affection était plus qu’inhabituelle pour la jeune femme, mais rien de tournait vraiment rond ce soir. Elle avait donc totalement renoncé à toute cohérence, et elle fut plutôt reconnaissante à son vieil ami de suivre le courant. Être enlacée de la sorte avait quelque chose d’apaisant. Peut être le contact d’Aleksey était-il le seul qu’elle était en mesure de supporter ce soir là. D’un côté, cela lui apportait un soulagement certain. Parfois, le tumulte créé par l’empathie était tel que le moindre contact lui était insoutenable, ne laissant pour seule solution qu’une absence stricte de contact physique avec qui que ce soit. Seul cela la calmait, mais même si la fierté l’empêchait de l’énoncer tout haut, cela l’emplissait également d’une solitude amère.

Alors en cet instant, elle n’eut aucun remord à profiter sans vergogne de cette étreinte tranquille, en profitant pour apaiser son souffle et le tumulte d’émotions qui n’étaient pas les siennes. Lorsqu’elle fut prête, elle repris la parole, les ramenant à la réalité.

Aleksey la relâcha, soudain absorbé par sa lame scintillant encore sur le sol crasseux du métro. Katya devinait qu’il avait ingéré une quantité non négligeable d’alcool, et pourtant elle devait avouer qu’elle était impressionnée par sa résistance. Bien que son comportement soit un peu curieux, ses mouvements gardaient une fluidité certaine. Baissant son regard limpide vers le sien alors qu’il reprenait la parole, elle hocha la tête à son affirmation.

- Mmh. J’ai pigé pas mal de trucs. Mais je suis pas beaucoup plus avancée.


Elle avait pu mettre un mot sur ce qui avait longtemps parasité ses pensées et parfois son comportement, et compris beaucoup de choses une fois qu’elle les avait relié à sa mutation. Quelque part, elle voulait en parler à Lyocha. Mais d’un autre côté, elle ne savait ni trop comment aborder le sujet ni comment il y réagirait. Décidant de prendre une décision plus tard à ce sujet, elle entraîna le mercenaire à sa suite.

- Commençons par rejoindre le trou à rats qui me sert d’infirmerie.


Maugréant quelque chose à propos des bras cassés et des baltringues qui peuplaient cette station et ne vivaient que pour l’emmerder, Katya repris le chemin de son domaine, rasant de nouveau les murs par réflexe, pas encore tellement rassurée à l’idée de se mêler de nouveau à la foule. A sa surprise, le jeune homme sembla percevoir son angoisse, et se plaça instinctivement entre elle et les badauds, passant son bras autour du sien. Peu habituée à ce qu’on fasse preuve d prévenance à son égard, elle se raidit un instant, dardant son regard de glace vers son compagnon, sans toutefois le repousser. Et le fait qu’elle accepte de l’aide sans rechigner équivalait à un chaleureux remerciement.

- L’ivrogne et la sociopathe, soupira-t-elle. On dirait une putain de fable, non ?

Secouant la tête d’un air navré pour eux même, elle accéléra le pas jusqu’à ce qu’ils atteignent leur destination. Claquant la porte de l’infirmerie derrière eux, elle entraina Aleksey jusqu’à la partie du bâtiment qui lui était privée. L’endroit était assez désordonné. Des tentures de couleurs diverses masquaient le gris des murs de même que la froideur du sol. Dans un coin, un matelas trônait, recouvert de coussins bigarrés fais d’un patchwork désordonné de tissus chinés ça et là. Katya n’avait pas encore trouvé de quoi faire une vraie table, et elle n’en avait pas besoin, aussi de quelques planches inégales elle avait fait une table basse dont les coins dardaient des échardes qu’elle n’avait jamais trouvé le temps de poncer correctement. Lançant un coussin à Lyocha pour qu’il prenne place, elle se dirigea vers la cuisine de fortune pour préparer le breuvage. Mélange de «thés» cultivés dans la station mis au point avec Nadezhda, la vente de ce produit miracle aux soudards de tout le métro était une source de revenus non négligeable. Et il n’était pas trop dégueulasse, c’était dire.

La bouilloire siffla, et Katya fini par déposer deux tasses dépareillées sur la table, avant de se laisser choir sur un coussin avec un soupir.

- Alors... Qu’est-ce que tu as foutu, tout ce temps?


La question était des plus banales, elle en était consciente. Mais il fallait bien commencer quelque part, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Lun 4 Déc - 21:23

- L’ivrogne et la sociopathe, soupira-t-elle. On dirait une putain de fable, non ?

Aleksey se vexa légèrement en entendant ce qualificatif. Il était conscient de son état, mais avait néanmoins beaucoup de mal à l'accepter : boire était pour lui une façon de calmer son esprit, de mettre en sourdine sa douleur mentale : de faire le vide dans sa tête.
Mais elle avait parfaitement raison : "un ivrogne et une sociopathe". Deux êtres qui semblaient prêts à tout pour atteindre le point le plus sombre et le plus profond du métro ; deux êtres cherchant à flirter avec les Abysses.

Ils entrèrent enfin dans l'infirmerie. Lyocha se réjouit d'être tombé sur son amie ; autrement, il aurait probablement continué à lever le coude, et aurait passé la nuit seul sur les rails, enlaçant une bouteille de samogon, trop saoul pour retrouver sa tente.

Ekaterina avait presque changé d'humeur en entrant dans la pièce de vie, comme si la chaleur de cette décoration de fortune, de cet ensemble de tentures avait remplacé son angoisse par un certain bien-être...Lyocha lui, comme depuis toujours, ne voyait que des nuances de gris. Un gris fade et sans passion. Un gris sans âme à vous rendre fou.

"Pfioou, c'est cossu ici, dis-donc !" remarqua t-il.

Aleksey était en effet un habitué du sobre, du dépouillé et du modéré. Ses lèvres esquissèrent un léger sourire, songeant aux rares occasions qu'il eut de côtoyer le confort et parfois le luxe. Lorsqu'il revenait de mission, lorsqu'il effectuait un contrat particulièrement lucratif et qu'il dépensait la totalité de sa rémunération le soir même, dans ce qu'il appelait sa "sainte trinité" : "Hôtel, Alcool et Prostituées".
Un coussin reçu dans le bas-ventre vint toutefois le tirer de ses pensées, et lui arracher un "ehh" d'étonnement.

Voyant son amie disparaitre dans la cuisine, il en profita pour s'affaler sur le matelas, un sourire niais aux lèvres. Être allongé sur un vrai matelas, ici, chez cette femme ravissante qu'il avait perdu de vue depuis si longtemps, le rendait content comme un cochon dans la merde.

Elle revint peu de temps après, servant un thé à l'arôme enivrant.

"Spasiba" (Merci) lui adressa t-il.

Lyocha lança son coussin dans la direction de la jeune femme, dans le but de la taquiner et de se venger du précédent jet. Alors qu'elle prenait place près de lui, il répondit :

"Oh, rien de bien glorieux tu sais...Rien dont je puisse me vanter ni être particulièrement fier...J'ai survécu."

"Parlons plutôt de toi ! Combien de vies as-tu sauvé ?!"
Demanda t-il sur le ton de l'humour, malgré ses yeux brillants de curiosité.

Il se massa la main et reprit après un court instant, un rictus au bord des lèvres :

"Au fait, j'attends toujours une explication pour tout à l'heure...Et une bonne..." "Je sais que j'ai l'air con à bêcher d'la flotte, surtout ce soir, mais ça fait bien des années que je te trouves...disons, préoccupée."

Il se redressa légèrement, prenant appui sur ses coudes, et plongea un regard plein de questions dans celui de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Mer 6 Déc - 0:02

La jeune femme esquissa une ébauche de sourire à la remarque de Lyocha sur son intérieur. Elle avait conscience de vivre dans un luxe relatif au sein du métro. Disposer d’une pièce en dur pour elle toute seule, et non se contenter d’une tente était une chance. Lorsqu’elle avait repris le poste de son mentor en tant que médecin, elle avait hérité de l’infirmerie toute entière et de ce qui allait avec. Avec le temps, elle s’était approprié les lieux, se créant un semblant de refuge. Elle aurait aimé que le jeune homme puisse y voir la multitude de couleurs. Elle trouvait cela réussi.

- Eh, il faut bien que le poste de médecin pour toute une bande de baltringues ait un avantage, non ?


Elle râlait, mais pour rien au monde elle n’aurait cédé ce poste, à vrai dire. C’était ce pourquoi elle était douée, ce qui donnait un sens à son existence ici bas. Nombreux étaient ceux qui pouvaient se plaindre du caractère de Katya en frottant une cicatrice ou en se remémorant d’une maladie passée. La jeune femme punissait l’imprudence de paroles âcres, mais ses mains étaient toujours promptes et précises.

- Eh!


Ce fut à elle d’étouffer un cri lorsqu’un coussin heurta son visage après qu’elle eu déposé leurs boissons sur la table de fortune. Elle jeta le coussin par terre à côté de lui pour s’y asseoir, et attrapa une tasse pour la tendre dans sa direction avec un regard insistant. Vu qu’elle n’avait pas l’intention de le laisser repartir pour ce soir, elle souhaitait également éviter ses jérémiades au petit matin lorsque sa gueule de bois le martyriserai. Et pour cela, son breuvage faisait des merveilles. Ses ingrédients étaient multiples, mais il contenait entre autres de la Dent de Viktor et d’autres lichens divers, lui donnant des vertus antalgiques et apaisantes. L’aspirine made in Métro.

- Survivre, c’est déjà pas mal
, marmonna-t-elle en portant sa propre tasse à ses lèvres. Dans le cas de certaines professions, cela relevait même de l’exploit. Celle d’Aleksey ne devait pas lui garantir une sécurité optimale songea-t-elle en posa un regard acéré sur la main à laquelle manquaient deux doigts avant de répondre à la question suivante avec humour:

- Oh, parfois j’en laisse un brailler pour que tout le monde se rappelle qui commande ici, mais globalement, j’m’en sort pas trop mal!


Elle faisait bonne figure, mais ces derniers temps avaient été durs. Le blocus avait amené son lot de problèmes, de même que l’épidémie. Il y avait beaucoup de personnes vulnérables, fragiles au sein du métro, et malgré toutes ses compétences, la médecine restait rudimentaire sous terre. Elle avait fait au mieux, mais était au bord de l’épuisement. Et sa condition... particulière n’aidait pas. Elle en avait terriblement conscience, aussi, lorsque la question suivante vint, elle vouta légèrement les épaules, souhaitant un instant que le mercenaire ne soit pas aussi perspicace. Avec un soupir, elle reposa sa tasse avant de se laisser tomber en arrière, ses lourdes boucles noires s’éparpillant autour d’elle.

- Ouais... Comment t’expliquer... Je suppose que tu as entendu parler des mutations ? Celles qui concernent les humains.


Dans un geste machinal, Ekaterina se massa les tempes, tentant de mettre les mots sur ce qu’elle s’apprêtait à lui expliquer. Alors, tu vois, j’ai un espèce de pouvoir psy à la con, qui me permet de ressentir les émotions des gens, même si j’ai pas tellement envie. Et sans prévenir, et sans se laisser trop bien contrôler. Voilà voilà! Si tu veux te barrer, la porte est par là. Nouveau soupir.

- Il semblerait que je sois dotée d’une empathie totalement surnaturelle. Je peux ressentir les émotions d’autres personnes, avec toutes les emmerdes qui vont avec. Parce que figure toi que quand on est toubib, ressentir la douleur d’un patient, c’est moyen pratique, vois-tu.


Elle avait haussé le ton sur la fin de sa phrase, prise d’un mouvement d’humeur, la faisant elle aussi se redresser sur les coudes, avant de finalement se laisser retomber en arrière, penaude.

- Pardonne moi. Il y a bien trop de monde mécontent d’être coincé ici, et avec mon sale caractère de base, tu en as fait les frais toute à l’heure. Je... N’étais pas moi même.


Elle avait de plus en plus de mal à faire le tri entre ce qui lui était propre et ce qu’elle avait absorbé, et même le sommeil ne lui apportait pas vraiment la tranquillité escomptée. En résultait qu’elle était d’une humeur massacrante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Jeu 7 Déc - 22:17

Aleksey tendit le bras pour attraper la tasse, et plissa les yeux d'une méfiance feinte, cherchant à taquiner la jeune femme sur la qualité de son thé. Il trempa finalement les lèvres dans le breuvage encore brulant, abandonnant cet air faussement sérieux.

Voyant la jeune femme se renfermer sur elle-même, il comprit que sa question avait fait mouche. Que risquait-il à aborder le sujet, de toute façon ? Il s'était volontairement éloigné d'elle les dernières années passées en VAR pour cette unique raison : autant crever l'abcès une bonne fois pour toutes !

Il acquiesça à sa question rhétorique. Les mutations, humaines ou non, il en avait vu un paquet. Il en avait parcouru des kilomètres de tunnels, rencontré des gens ; et encore aujourd'hui il n'arrivait pas à expliquer certains phénomènes. Tout ça le dépassait.
Il l'écoutait avec attention, passionné depuis son enfance par les histoires de mutants ; d'abord contées par l'oncle Jora au coin du feu, puis par les colporteurs, certains aventuriers à la langue bien pendue, et finalement par les increvables piliers de bar de la Hanse.

"Il semblerait que je sois dotée d’une empathie totalement surnaturelle. Je peux ressentir les émotions d’autres personnes, avec toutes les emmerdes qui vont avec."

La phrase sonna comme un coup de massue pour Lyocha. Depuis toutes ces années, elle endurait la peine de son entourage. La peine de ses clients...mais aussi celle de sa famille, de ses amis. La sienne. Depuis toutes ces années, elle savait pour son état à lui. Elle l'avait toujours su, et lui ne s'en rendait compte qu'aujourd'hui.
Il eut comme un mouvement de recul dans un premier temps, gêné par la révélation, et tout ce qui en découlait. Gêné par tout ce qui traversait son esprit à cet instant T, par toute la peine qu'il avait pu lui transmettre toutes ces années, sans vraiment y faire attention.
Il arrêta de penser à lui et revint au sort de la jeune femme, pour qui il fut pris d'une profonde compassion.

Il se rapprocha davantage de son amie et s'assit en tailleur derrière elle.

"Shh...shh..." "T'as pas à t'excuser..." la contredit-il.

Réagissant presque instinctivement, il s'employa à masser le crane de la jeune femme, décrivant de longs mouvements circulaires du bout des doigts. Ses gestes étaient précis, appliqués avec délicatesse d'une part et fermes d'autre part : détendre la jeune femme était le principal but visé.

"Bon un peu, si, quand même..." reprit-il en souriant, interrompant son geste l'espace de quelques secondes.

"Non, je devrai même te dire merci, d'ailleurs. Sans ça, on aurait pas eu cette conversation. Puis...tu n'aurais pas pu apprécier mes talents de masseur..."

Les effets de l'alcool commençaient à se dissiper, il le sentait ; mais contrairement aux autres jours, il ne pensait à rien. Son esprit était entièrement dirigé sur ses gestes, sur la nuque et le visage éclatant de la jeune femme.

"Et là ?  Tu perçois quoi ?" demanda t-il, un sourire au lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Lun 11 Déc - 2:13

Le mouvement de recul qu’eut Aleksey était ce qu’elle craignait le plus. Le voir mettre entre eux plus de distance qu’il ne l’avait déjà fait, la redouter et l’éviter pour tout ce qu’elle pourrait bien ressentir et découvrir à son sujet au travers de cette étrange capacité. Katya maudissait souvent ce don qui parasitait la plupart de ses relations, qui la mettait face à ce à quoi elle aurait préféré fermer les yeux. Elle n’avait pas vraiment le luxe d’être naïve, et heureusement elle était de nature une personne extrêmement lucide.

Mais le voir, lui, reculer en réalisant ce qu’elle savait depuis longtemps, et pire encore, de réaliser comment elle le savait, cela la blessa sans qu’elle ne s’abaisse à le montrer. Stoïque Katya, toujours prompte à combler une brèche d’une remarque bien sentie ou d’un regard flamboyant. Mais pour une fois, elle resta coite, laissant au jeune homme le temps de rassembler ses pensées. Et Dieu merci, songea-t-elle, le mercenaire était trop intelligent pour se laisser dépasser bien longtemps. Beaucoup de gens au sein de la V.A.R. avaient saisi qu’il y avait quelque chose de particulier chez la jeune femme, mais peu savaient quoi exactement. Et Aleksey semblait étonnamment bien assimiler l’information.

Sentant le matelas tressauter alors qu’il se relevait, elle s’assit à son tour, jetant un coup d’œil par dessus son épaule en le sentant s’installer derrière elle, bien plus près que ce que la majorité des gens se permettaient avec elle en dehors de l’exercice de ses fonctions.

-Shh...shh...T'as pas à t'excuser...
- Je m’excuse si je v...

Les doigts du jeune homme se glissant dans ses cheveux firent cesser toute velléité de contradiction, transformant la réponse à sa remarque suivante en un marmonnement étouffé. Un frisson la fit frémir alors qu’il massait ses tempes, et elle ferma les yeux. Bon sang, que c’était agréable! Elle n’avait pas vraiment l’habitude que l’on prenne soin d’elle, trop occupée qu’elle avait été à faire rentrer dans le crâne de ses compatriotes qu’elle était capable de se débrouiller toute seule.

-Non, je devrai même te dire merci, d'ailleurs. Sans ça, on aurait pas eu cette conversation. Puis...tu n'aurais pas pu apprécier mes talents de masseur...
- Mph. C’est quand même cher payé répondit-elle en tapotant la main qu’elle avait malmené, avant de se laisser aller en arrière, se reposant contre lui. N’arrête pas. Elle avait chuchoté les derniers mots, plus une demande qu’un ordre, avant de fermer de nouveau les yeux.

- Et là ?  Tu perçois quoi ?

Ekaterina ne répondit pas immédiatement. Elle garda même le silence de longues secondes, hésitant à essayer de percevoir les émotion du jeune homme ou pas. A vrai dire, elle était tentée. Si il le lui demandait aussi ouvertement, c’était sans doute qu’elle n’étaient pas négatives. Mais elle utilisait rarement son empathie de façon volontaire, une sorte... d’éthique l’en empêchant. Elle trouvait cela trop intime, elle avait l’impression de pénétrer quelque part qui n’était pas sa place.

- Que dalle. Tu sais, Lyocha... Il y a des choses qui n’ont plus la même valeur si je les dérobe...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mar 12 Déc - 22:22

Il se sentait bien, incroyablement bien. Après ce début de soirée chaotique, ce préambule à une énième descente aux enfers, Lyocha avait l'impression de sortir enfin la tête du brouillard.
Concentré qu'il était sur ses gestes délicats, et encouragé par les chuchotements de Katya, il laissa ses doigts errer sur le crâne de la jeune femme : il se dit qu'elle méritait bien cela. La toubib de VDNKh, la petite brune au sale caractère et hyperactive de surcroit avait, elle aussi, besoin que l'on prenne soin d'elle.

Que dalle. Tu sais, Lyocha... Il y a des choses qui n’ont plus la même valeur si je les dérobe...

"Je comprends..." dit-il, à moitié rassuré.

Après tout, rien n'indiquait qu'elle pouvait ou non contrôler cette habilité. Mieux valait partir du principe qu'elle était consciente des pensées débilitantes du mercenaire, mais ne souhaitait tout simplement pas aborder le sujet ce soir. Il pouvait respecter cela. Ce soir, c'était d'elle qu'il fallait s'occuper.

Sentant la respiration de la jeune femme s'apaiser, Lyocha ralentit le mouvement circulaire et intensifia la pression du bout de ses doigts vers la zone occipitale, décrochant un gémissement supplémentaire. Il la sentait partir, totalement relaxée ; aussi, il rapprocha son visage de son amie, et sentit le souffle de cette dernière caresser sa peau. Il effleura ses lèvres avant de lui voler un baiser, profitant, l'espace de quelques secondes, de son état de décontraction.

"...mais parfois, se passer du consentement d'une personne peut en valoir la peine..." reprit-il en se relevant calmement.

Il tendit à nouveau le bras et les resservit en thé. Il attendait la réaction de la jeune femme et redoutait presque d'avoir sorti de sa somnolence cette boule d'énergie, allongée à quelques centimètres de lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Mar 12 Déc - 23:43

Rarement Katya avait été aussi détendue. Probablement même jamais, songea-t-elle en instant, elle qui ne s’accordait qu’ anecdotiquement ce genre de luxe, ayant tendance à éviter les compagnies un peu trop proches, préférant l’isolement que lui offraient les livres pour se ressourcer. Faire le vide. Mais elle devait avouer que la douce torpeur qui se dessinait sous les doigts attentifs de Lyocha était mille fois plus séduisante que le vide auquel elle s’efforçait la plupart du temps.

Beaucoup n’en auraient pas cru leurs yeux en voyant l’ombrageuse et hyperactive Ekaterina se laisser dompter de la sorte dans les bras d’un homme. Et nombreux auraient argué que celui là avait probablement fait usage d’un sédatif puissant, au minimum.

Aleksey sembla se satisfaire de la réponse que l’empathe lui donna. Peut être était-il également soulagé qu’elle ne creuse pas plus que cela. Katya ne maîtrisait de toute façon pas grand chose, elle ne pouvait qu’essayer. Elle était de surcroît bien trop détendue en ce moment pour ne serait-ci qu’il penser, les doigts du mercenaire parvenant même à lui arracher de légers gémissements, à peine soupirés entre ses lèvres.

Un souffle léger effleura sa joue, ne la tirant pas de la décontraction dans laquelle elle baignait. Le contact un peu rêche d’une barbe contre sa peau diaphane la fit frémir alors qu’Aleksey se penchait sur sur elle pour la goûter furtivement avant de l’embrasser réellement. Quelque chose d’étrange se produisit alors, comme si l’espace d’un instant ses sensations se court-circuitaient, s’entrechoquaient avec d’autres pour lui revenir de plein fouet. La surprise s’effaça face au plaisir décuplé, teinté d’une certaine satisfaction émanant du jeune homme. Le tout la laissa essoufflée, les pommettes rosies et une lueur mauvaise dans l’oeil alors que le mercenaire s’éloignait.

- Se passer du...

Katya se redressa, rejetant en arrière les boucles sombres encadrant son visage. Ce n’était pas le fait qu’il l’ait embrassée par surprise qui avait éveillé sa colère. Non, absolument pas, elle en avait probablement eut aussi envie que lui. Non, c’était le détachement dont il faisait preuve l’instant d’après qui l’agaçait au plus au point. Elle mourrait d’envie de faire cesser cet air tranquille sur son visage par tous les moyens.

- Dimitrievitch, espèce de...

Elle n’acheva pas sa phrase, trop occupée à bondir en avant, saisissant Aleksey par le col pour le plaquer en arrière avec une force qu’on ne lui soupçonnait pas. Avec un bruit sourd, ils heurtèrent le sol. Mais la jeune femme n’avait pas l’intention de s’arrêter là. Après tout, un instant plus tôt elle était paisible et domptée, il appartenait maintenant à son compagnon d’assumer les conséquences d’avoir réveillé ce qui sommeillait. Ses lèvres rencontrèrent de nouveau celles de Lyocha, bien loin de la douceur dont il avait fait preuve. Ce baiser n’était que fureur trop longtemps contenue, et s’acheva dans un mordillement vengeur.

- Oh, je vois. Oui, ça en vaut la peine.


Ekaterina ne le relâcha pas, n’entendant pas le laisser fuir comme il l’avait fait quelques instants plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mer 13 Déc - 21:21

A peine eut-il le temps de se retourner qu'il vit son amie lui bondir dessus, en transe. "Merde..." pensa-t-il, se laissant emporter par l'élan de la jeune femme.
Quelques secondes plus tard, plaqué au sol, il laissa échapper un "Eh" d'étonnement lorsqu'il sentit la morsure de son amie piquer sa lèvre inférieure.
La saveur métallique qui se répandait lentement dans sa bouche lui fit comme un électrochoc : il rejeta Ekaterina sur le côté, la faisant rouler sur le dos et plongea son regard incrédule quelques secondes dans le sien, alors brûlant d'envie.

Éteignant son cerveau, il laissa lui aussi extérioriser ses pulsions les plus primaires et saisit les poignets de la jeune femme, qu'il plaqua au sol. Maintenant son emprise avec fermeté, il les amena aussitôt derrière sa crinière de jais, la laissant sans défense. Elle préférait davantage d'agressivité, très bien : il saurait s'adapter.

"Comme tu voudras, Kat' " dit-il dans un grand sourire.

Aleksey se jeta sur son cou et la mordit vigoureusement, arrachant quelques gémissements dans l'entreprise. Il ne tenait déjà plus, mais décida d'accroître davantage l'excitation avant de passer à l'étape supérieure. Lyocha posa son front contre celui de Katya, et plongea ses yeux dans les siens. Il fut surprit par cet instant de flottement : il n'avait jamais remarqué à quel point leur clarté était envoutante...A quel point il se sentait apaisé en les contemplant.
Après cette courte pause il reprit de plus belle, gardant la main sur l'offensive, l'embrassant énergiquement, repoussant de son menton les tentatives de mordillement de la jeune femme.

Lyocha arriva au point de rupture : il relâcha la pression sur les poignets rougis et se délesta de sa veste, qu'il envoya au visage de son amie ; dévoilant un torse athlétique sur lequel une multitude de cicatrices lézardaient ça et là.

Il s'employa à arracher le moins maladroitement possible le bas de la jeune femme, marmonnant dans sa barbe un juron, ne parvenant pas à son objectif aussi rapidement qu'escompté. Probablement encore trop alcoolisé, il retrouva néanmoins presque aussitôt son entrain initial, s'écriant d'un "AH..!" victorieux.


Il ferma les yeux, un frisson parcourant son corps tout entier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Mer 13 Déc - 23:03

La satisfaction d’avoir réussi à le surprendre lui tira un sourire victorieux alors qu’elle le surplombait encore. Elle pouvait voir la trace de morsure teinter la lèvre inférieure du mercenaire d’un voile carmin au goût de fer, et elle n’en éprouvait absolument aucun remord. Katya n’eut cependant pas le temps de s’y attarder, le bas et le haut s’inversant rapidement pour elle le temps d’un battement de cil. Aleksey la surplombait soudain de son imposante stature, la faisant paraître encore plus frêle qu’elle ne l’était déjà sous lui.

Un frisson d’anticipation la fit se cambrer légèrement alors qu’il emprisonnait ses poignets pour les relever au dessus de sa tête. Une seule de ses mains suffisait à englober ses articulations fines, et elle ne cherchait pas réellement à se débattre de toute façon. Un murmure rauque et un surnom qu’elle n’avait pas entendu depuis longtemps lui firent rater une respiration, et la morsure contre la peau offerte de son cou fit revenir l’air dans ses poumons dans un gémissement étranglé. Dans un instant d’apaisement avant la tempête, il posa son front contre le sien, rivant son regard au sien sans qu’elle ne cille un instant malgré sa respiration irrégulière. Le calme ne dura que le temps d’un souffle, Aleksey revenant à l’assaut sans aucune pitié, repoussant toutes les tentatives de riposte de la jeune femme pour mieux soumettre ses lèvres aux siennes.

Elle sentait monter son excitation, tout comme elle sentait celle de Lyocha résonner avec la sienne, presque de façon palpable en elle. Elle qui n’avait jamais trop apprécié son don d’empathie le trouvait en cet instant précis plutôt formidable. Elle sentait à quel point son ami était sur le fil, au bord de céder totalement au désir et cette sensation était délicieuse au creux de ses reins. Il la relâcha soudain, et elle envoya valser plus loin sans cérémonie la veste qu’il venait de lui lancer. Ekaterina n’eut pas tellement le loisir de l’observer qu’il s’affaira à la dévêtir, la jeune femme s’occupant elle même se se débarrasser de son pull pour l’envoyer rejoindre plus loin la veste du mercenaire.

Bien que d’une blancheur diaphane, sa peau était, à l’instar de celle d’Aleksey émaillée de plusieurs cicatrises, bien que moins nombreuses, et surtout moins profondes.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Jeu 14 Déc - 22:49

Un silence de plomb régnait jusqu'à présent dans l'infirmerie. Un silence qui fut déchiré par la voix embrasée d'une jeune femme criant un prénom. Son prénom.
Lyocha avait eu beau rêver de cet instant de nombreuses fois, il n'aurait jamais imaginé que les faits se produiraient ce soir, encore moins par cet hasard improbable.

Beaucoup d'évènements avaient eu lieu au cours de cette soirée, bien qu'il en eu déjà oublié une partie ; toutefois, les confidences de la jeune femme quant à sa mutation ressurgirent dans l'esprit du mercenaire. "Et maintenant ?" Pouvait-elle ressentir ses émotions en ce moment ? Jouissait-elle deux fois en même temps ? Il faudrait qu'il lui pose la question, éventuellement...cette malédiction pouvait avoir ses bons côtés après tout...

Lyocha rouvrit les yeux, sorti de ses pensées par de frissonnants picotements sur ses omoplates.



Le regard du mercenaire parut étonnamment attendri par celui de la jeune femme, dont les pupilles dilatées par l'excitation semblaient l'hypnotiser : ce fut la deuxième fois que cela se produisait en peu de temps, et Lyocha n'eut pas souvenir d'avoir connu une telle attirance pour quelqu'un. Quelque chose qu'il ne pouvait expliquer se produisait ce soir, des émotions d'une intensité encore inconnue jusqu'alors l'envahirent. Il se sentait vulnérable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Ven 15 Déc - 15:17



Elle rouvrit les yeux, rencontrant ceux habituellement si sombres de son ami qui l’observait, comme s’il attendait qu’elle le regarde à nouveau. Haletante, la tendresse qu’elle y lu lui fit rater une respiration de plus, et elle le regarda, comme elle ne l’avait jamais fait.

Comme il lui avait manqué...

Leurs corps toujours imbriqués, elle passa une main tremblante sur son visage, effleurant la barbe grisonnante pour laisser courir ses doigts le long d’une cicatrice marbrant sa tempe. Elle continua de l’explorer encore quelques instants, entendant bien lui retourner la frustration ressentie un peu avant. Cela étant dit, Katya n’était pas tellement elle même une femme patiente.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Lun 18 Déc - 20:14

La tendresse et la délicatesse n'étaient pas des notions naturelles pour le mercenaire, lui qui ne connaissait désormais rien d'autre que la dure vie du métro et de ses tunnels ; lui qui n'avait pour seul réconfort féminin la chaleur que pouvait offrir la Maison close de la Hanse. Ce soir pourtant, tout était différent. Il avait l'impression d'être lui même, il ne se forçait à rien : il agissait le plus naturellement possible et il aimait ça. Bien que vulnérable, il se sentait totalement en confiance dans les bras de son amie. Une telle chose n'aurait indéniablement pas pu lui arriver en présence d'émotions et de sentiments feints.

La ravissante Ekaterina Klimova avait elle aussi décidé de mettre la patience de son partenaire à rude épreuve. Elle laissait courir ses doigts sur le corps du mercenaire, explorant les cicatrices qui lézardaient sa peau ; comme un aventurier qui découvrirait une carte au trésor, parcourant l'itinéraire de son doigt, jusqu'à atteindre l'objectif.

Elle désirait jouer...mais lequel des deux réussirait-il à faire céder l'autre en premier ?


Il se dirigea dès lors vers la table basse, à reculons, fixant toujours les yeux clairs de son amie. Le sourire jusqu'aux yeux, il vida d'un trait sa tasse de thé, désormais tiède, et se laissa tomber en arrière sur le matelas. Il l'attendait. Il la testait. Il brûlait de voir avec quelle rapidité elle le rejoindrait, à quel point elle en avait envie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 97

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Mar 19 Déc - 1:43



Mais encore une fois, il se déroba, lui tirant un cri indigné. Il avait de plus l’audace de rire en s’éloignant d’elle, la laissant ainsi à moitié folle de désir. Une ombre vexée passa dans le regard d’Ekaterina, vite dissipée alors qu’elle regardait le sourire qui animait le visage de son ami. Depuis quand ne l’avait-elle pas vu sourire de la sorte...? Ce mélange d’espièglerie et de séduction fit repartir le brasier en elle de plus belle alors qu’elle se redressait.

Dans un mouvement fluide elle se releva, son opulente chevelure sombre cascadant sur ses épaules. Dans la pénombre, la silhouette pale de son corps nu se détachait nettement alors qu’elle s’avançait vers lui, ne rougissant pas de s’offrir de la sorte à sa vue. Elle était mince, fragile, même, et sa peau de porcelaine renforçait cette impression de fragilité, de vulnérabilité. Pourtant, la flamme qui animait ses yeux clairs détrompait quiconque aurait pu se méprendre sur sa force de caractère.

Il voulait jouer. Depuis quand n’avait-elle pas joué de la sorte, sans aucune méfiance...? Un léger rire agita ses épaules devant l’audace du mercenaire, et elle rejeta ses cheveux en arrière en faisant un premier pas vers lui, dévoilant un peu plus son corps. Dans le seul but de le tenter, pour lui faire regretter d’avoir osé quitter la chaleur de ses bras.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 93
Double-compte : Pavel Kadochnikov

http://metro.forumactif.com/u67

Mercenaire


Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mar 19 Déc - 21:29

Plus Aleksey la contemplait, plus il en était convaincu : il était littéralement tombé sous le charme de la médecin de VDNKh, "la petite brune au caractère de merde" comme certains aimaient l'appeler. Mais ce soir, il ne s'en cachait pas. Il ne l'avait jamais vue si rayonnante, si accessible ; si fragile et pourtant si sûre d'elle à la fois.

Cette crinière de jais contrastant avec cette peau si éclatante, ces formes ensorcelantes...ce déhanché provocant... Tout cela synthétisé en une seule et même personne. Et elle s'approchait lentement de lui en ce moment même. Elle n'avait probablement qu'un mot à dire et il ne saurait lui refuser. Aurait-il trouvé une chose dans ce bas monde qui donnerait davantage de sens à sa vie que l'argent, que les cartouches ? Le mercenaire ne s'en souciait guère sur le moment : depuis le plaquage de Katya sur le sol froid de l'infirmerie, il était toujours incapable de rebrancher son cerveau.

Le contact de la jeune femme fit frémir Lyocha une nouvelle fois et il resta là, allongé, redressé sur ses coudes, curieux de voir quel serait la prochaine offensive de Katya.
"Humph.." pensa-t-il, reconnaissant soudainement le schéma de torture infligé plus tôt à son amie, reproduit avec exactitude. Il sentait que l'instant "supplice" serait pour lui cette fois-ci, bien que dans sa grande naïveté il en espérait davantage...

Il fixa les yeux d'Ekaterina, s'attardant sur les mouvements lents que décrivaient sa langue : il en frissonnait déjà. Elle avait décidé de continuer la partie et ne s'avouait toujours pas vaincue... "Erreur de calcul, mon gars !"
Ses synapses devaient, après tout, encore assurer leur rôle, car ses neurones se remirent en marche et un afflux soudain de commentaires submergea ses pensées : "Allez....OUI, comme ça !...NON ! "Mais vas-y, bordel !" pensa-t-il, le regard encore plein d'espoir. "La garce..." abandonna-t-il finalement, conscient de sa défaite.

Il fut prit d'un léger fou rire alors qu'il réalisait enfin qu'il avait été battu à son propre jeu, initié un peu plus tôt. Il s'écria, à bout de nerfs : "Bon c'est bon, t'as gagné ! Viens ici, Kat..." Il prit méticuleusement sa tête entre ses mains, et l'attira vers lui, l'embrassant avec passion, empêchant ainsi toute exclamation victorieuse de sa part.

Revenir en haut Aller en bas






Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Abysses |

Revenir en haut Aller en bas

Abysses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Metro : forum RPG post-apocalypse :: Corpus :: Metro :: Stations :: V.A.R-