VOTE











Abysses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 63

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Abysses | Mer 30 Aoû - 1:02

Ekaterina traversa le quai, le visage fermé. Un mal de tête coriace martelait ses tempes depuis le petit matin. Depuis qu’elle était sortie de chez elle, en fait.

Elle avait eu à faire dans la station et n’avait pas vraiment eu un moment de solitude aujourd’hui. Blocus obligeait, la station était bondée, bien plus que d’habitude. Et avec bien moins de figures connues et bienveillantes. Ekaterina commençait à en subir les conséquences, malgré tout le self control dont elle pouvait savoir faire. Il y avait trop de bruit. Trop de monde. Trop de voix. Elle s’immobilisa quelques instants au milieu du chemin, tenta de faire le vide, les yeux fermés. Mais c’était peine perdue. On la bouscula, et un agacement qui n’était pas le sien l’effleura alors qu’une voix rude l’invectivait, la sommant de s’ôter de son chemin. Chose étrange, Katya ne répliqua pas. En temps normal, elle aurait sommé l’importun d’aller crever ailleurs, lui indiquant que la prochaine fois qu’il aurait besoin de ses services médiaux, il irait se faire bouffer par les rats.

Elle avait une furieuse envie de hurler à la foule s’agglutinant dans cette station merdique de se la fermer, de foutre le camp. De ne surtout pas s’approcher d’elle, et encore moins de la toucher. Elle se sentait à bout de nerfs, comme si la mince et fragile barrière de sa peau ne suffisait plus à la protéger, ne serait-ce que des émotions provenant des autres.

Angoisse, agacement, agressivité, méfiance, peur... Tel un miasme dense et épais, elle sentait ces émotions ramper à ses pieds, tenter de grimper de long de son corps jusqu’à la faire suffoquer. Elle se sentait épiée, fracturée, la paranoïa étant à chaque seconde plus proche de submerger tout le reste. Le souffle court, Katya rassemblait ses pensées et sa volonté, difficilement. Elle devait à tout pris s’isoler.

Une main se referma sur son épaule, lui tirant un cri. Elle ne su jamais ce que lui voulait cette personne, ni de qui il s’agissait. La sensation d’agression pris le dessus sur toute autre chose, et Ekaterina n’eut pour seule réflexe que d’attaquer puis de fuir. S’emparant de la main, elle imprima un vif mouvement de torsion, et lorsqu’un cri de douleur s’éleva, elle détala. Sa course fut désordonnée, elle ne regardait pas vraiment où elle allait. Elle chuta à plusieurs reprises, s’égratignant la paume des mains. La foule se fit plus clairsemée, et elle bifurqua vers un ancien couloir de service, à peine éclairé d’une lumière rouge et faiblarde.

Là, avec un gémissement d’angoisse, elle se laissa glisser au sol, tremblante, pour s’y rouler en boule. Son souffle était saccadé, et le médecin qu’elle était pensa que l’empathe qu’elle était avait perdu les pédales, et en beauté
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 27



Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mar 26 Sep - 21:25

Aleksey sortait tout juste de son bar favori, cuit comme un rat, - à vrai dire, il s'agissait plutôt d'un boui-boui quelconque, d'un comptoir de fortune dans un coin sombre entouré d'ivrognes – lorsqu' il reconnu à quelques mètres de lui une silhouette familière. A la fois frêle et robuste, une longue chevelure claire tombant en cascade sur ses hanches ; ou plus précisément sur son énorme ceinturon d’ouvrier, alourdi par les multiples outils qu'il contenait. Aleksey avait assuré sa sécurité à quelques reprises, l'escortant elle et son bric-à-brac. Il appréciait la jeune femme pour son brin de fantaisie, pour ses connaissances pointues en mécanique et, conséquemment, pour les réalisations fantasques qui naissaient de cette étrange combinaison.
La jeune femme, bien qu'absorbée par sa conversation, tourna la tête l’espace d’un instant, comme physiquement touchée par le regard de Lyocha. Les deux esquissèrent un sourire complice flanqué d’un petit geste amical, puis retournèrent à leurs occupations respectives.

Ses sourires sincères, bien trop rares, Aleksey les économisait précieusement. Le prix à payer pour en obtenir était probablement excessif. Cela s'expliquait sans doute par l'état de dépression dont il souffrait depuis son plus jeune âge, sans vraiment s'en rendre compte, n'étant pas non plus capable de mettre un nom sur cette condition. Tout a pris de l'ampleur lors de la disparition de son père, s'accentuant à chaque nouvelle perte. C'était comme si cette situation de deuil n'avait jamais vraiment disparu, comme si le monde paraîssait vide : rien n'ayant assez d'intérêt pour atténuer cette profonde souffrance, l'avenir n'étant plus porteur d'aucun espoir.
Cet état, Aleksey l'avait baptisé sa "bête noire". Cette saloperie qui parfois prenait possession de son corps, de son esprit, paralysant de ce fait sa pensée et ses actions, oppressant sa gorge, lui ôtant toute capacité à éprouver du plaisir au quotidien.
Ce spectre qui l'habitait, qui le hantait, Lyocha n'en parlait jamais. Il ne savait pas vraiment quoi dire à ce sujet. Il n'était pas non plus capable d'admettre cette faiblesse, jamais.

Aleksey se dirigea dès lors vers le “quartier” mis à la disposition des visiteurs : le camp monté à la hâte suite à l'annonce du blocus. Il disposait malgré tout d'une tente “VIP” : avantage dû aux excellentes relations dont il jouissait au sein de l'alliance VAR, ainsi qu'à son passé auprès de celle-ci.
Il marchait d'un pas lent, mais régulier, ne s’arrêtant que pour laisser passer d’autres silhouettes fantomatiques, lorsque l’espace entre les tentes était trop réduit. Entre deux effluves d'alcool, il reconnu la charmante Ekaterina Klimova, immobile, la tête baissée, perdue dans ses pensées.
Aleksey posa une main sur son épaule, une main nettement alourdie par la boisson, et lui lança :

“Alors Katya, toi aussi t'as bu le canon de tr... ?!”

Il n’eut pas le temps de finir sa paillasserie que la jeune femme se mit à crier. Lyocha ne comprit rien à la suite de la manœuvre : malgré le brouhaha ambiant, il entendit ses doigts craquer jusqu'au plus profond de son crâne et, d'incompréhension, lâcha aussitôt un juron. Il resta planté là comme un couillon en regardant son amie disparaître dans la foule, comme absorbée par ces silhouettes innommables, bien trop saoul pour la rattraper.
L'Esprit du métro se riait bien de lui : les choses n'avaient jamais été faciles avec Ekaterina, et tout portait à croire que le salop n'avait pas l'intention de changer d'équipe ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 63

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Sam 7 Oct - 23:00

L’état de panique profonde dans lequel elle était plongée ne laissait pas filtrer les paroles d’une voix pourtant familière. Il étouffait les sons, ne laissant que la sensation trop brutale d’une main sur son épaule. Perçue comme une agression dans un espace vital réduit à une misère par ce don du métro qui hantait son crâne. Le contact indésirable avait réduit à néant ses efforts pour s’isoler, ne lui laissant qu’une fuite effrénée.

Ceux qui connaissaient Katya savaient pourtant qu’elle ne reculait jamais. Même face à bien plus fort, bien plus puissant, elle restait campée sur ses position, levant un menton effronté, refusant de baisser les yeux devant qui que ce soit. Sauf qu’ici, elle n’avait pas vraiment d’ennemi à affronter, personne à défier. Elle était face à quelque chose d’insondable qui prenait source en elle pour se déployer sans qu’elle ne le demande. Cela absorbait les émotions environnantes, les faisait siennes contre son gré. Elle aurait voulu chasser les intruses de son esprit, se griffer l’intérieur du crâne pour les en déloger jusqu’à avoir enfin un silence complet.

La vague reflua.

Toujours roulée en boule, Ekaterina cessa d’avoir envie de s’enterrer six pieds sous terre, là où les sons et même les émotions ne pourraient pas filtrer. Elle resta prostrée, mais la raison sembla faire son chemin dans la brume, assez pour lui permettre de retracer clairement les évènements des dernières minutes. Elle avait l’impression d’être spectatrice de son propre souvenir, comme si elle ne l’avait pas vécu en personne.

- Lyocha?

Elle pu mettre un nom sur la silhouette qui lui avait apparu si menaçante. Et avec le recul, cela lui apparaissait parfaitement ridicule. Même si leurs liens s’étaient distendus par l’éloignement, s’il y avait une personne qui ne levèrerai jamais la main sur elle, c’était bien Aleksey.

Cela étant dit, songea-t-elle en repensant au traitement qu’elle lui avait réservé, elle n’était pas certaine que cette indulgence à son égard perdure après ça. Avec une grimace, elle se déplia de la position foetale qu’elle avait instinctivement adoptée, grinçant des dents alors que ses muscles malmenés par la crispation protestaient de toutes leurs fibres. Elle parvint cependant à se redresser, et à pointer son nez hors de la coursive dans laquelle elle s’était réfugiée.

La chance lui souriant finalement, elle constata que le jeune homme était toujours là, passablement consterné par la réaction erratique de son amie. Se refusant à pénétrer de nouveau dans la foule, la jeune femme chercha un moyen d’attirer son attention, jusqu'à ce qu'un ricanement lui secoue les épaules.

- Hinhin. Au point où j’en suis...


Attrapant un petit cailloux, elle le fit rebondir une ou deux fois dans le creux de sa paume avant de viser. Le gravier fit un ricochet sur son épaule avant de retrouver sa place au sol alors qu’elle lui faisait des signes frénétiques.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 27



Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mer 11 Oct - 20:42

Suite à son grand moment de solitude, Aleksey senti comme une profonde tristesse l'envahir, comme un épais voile sombre le recouvrant : comme si sa "bête noire" s'emparait de ce sentiment d'amertume afin de mieux se divertir.
Il l'imaginait : ricanant, se déplaçant d'une oreille à l'autre au dessus de ses épaules, pesant sur lui comme un fardeau bien trop lourd à porter, l'accablant, l'immobilisant.
L'esprit nous joue parfois des tours, nous offrant de temps à autre des raccourcis quant à la compréhension de certaines situations, de certains contextes. Il était pourtant persuadé qu'il s'agissait de son amie, il n'avait tout de même pas halluciné, si ? Il douta pour la première fois de la finesse de ses sens. "Putain d'cervelle, t'as pas eu ta dose d'anesthésiant pour ce soir ? Fous moi la paix..." pensa t-il tout haut, s'adressant surtout à son sinistre colocataire.

Comme en réponse à sa remarque, Lyocha crut sentir quelque chose tomber sur son épaule.
"C'est quoi ct'enculerie ?!" grommela t-il entre ses dents, tout en clignant des yeux. Son regard se porta aussitôt sur le plafond. Il distingua comme un épais brouillard noir au dessus de sa tête, tourbillonnant en sens unique. Un serpent de ténèbres se mordant la queue, persiflant, se payant allègrement sa tête. Son esprit embrumé par la boisson s'écartait de plus en plus de la réalité ; à moins qu'il s'agissait là d'un effet à retardement du champignon, tendu un peu plus tôt par l'un de ses compagnons de beuverie ?
Il plissa les yeux et, fixant le plafond d'une tête à la renverse, lâcha un "J'te vois, sale fils de...", qu'il n'eut pas le temps d'achever, ramené à la raison par les dures lois de la gravité. Il évita de justesse la chute, et resta miraculeusement sur ses deux jambes, titubant maladroitement comme un enfant qui apprend à marcher sans l'appui de son parent.

Aleksey décida de reprendre sa route, après un "Vas chier", chaleureusement adressé au plafond.
Il se sentait observé, il détestait cette sensation. Paranoïaque assumé, il se trompait cependant rarement sur ce genre d'intuition.
Son corps anesthésié se remit doucement en marche, longeant les murs afin d'éviter les bousculades ; quand, après quelques mètres, - qui lui parurent une éternité - une main lui agrippa fermement le bras et l'entraîna vers un renfoncement, un ancien couloir de service.
Son instinct guerrier reprit alors le dessus sur son état : il dégagea la main de l'agresseur, prit contrôle de son poignet et tira simultanément sa dague à l'aide de son autre main, la plaçant avec une rapidité spectaculaire sous la gorge de l'individu.

Sa surprise fut telle qu'il laissa tomber son arme au sol, desserra son emprise sur le poignet et posa son menton sur la chevelure sombre de son amie. Après une grande inspiration tremblotante, le regard éteint, il laissa s'échapper avec une honte non dissimulée : "J'taurai bien proposé une chope ou deux pour me faire pardonner, mais j'crois qu'j'ai eu ma dose pour ce soir..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 63

Médecin


Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya


Voir le profil de l'utilisateur

Ekaterina Klimova
Médecin
Message Sujet: Re: Abysses | Dim 15 Oct - 23:32

Son ami était sérieusement allumé, songea Katya tout en essayant d’attirer son attention à coup de petits graviers. Mais au lieu de regarder dans sa direction, le jeune homme préférait vilipender dans une toute autre direction. Elle le vit vaciller dans un sens, puis dans l’autre, et se cacha les yeux avec les mains pour ne pas le voir chuter. La chute ne vint pas, et elle écarta ses doigts pour jeter de nouveau un coup d’oeil à Aleksey puis lever un sourcil perplexe.

- Bordel, mais qu’est-ce qu’il fiche...?


Elle n’était pas eu l’impression qu’il soit pourtant émécher au point de justifier ce comportement erratique.

- Remarque, j’ai pas besoin d’être bourrée pour faire de la merde, et nous somme deux à parler tout seuls. Balle au centre. Ah!


Sans plus chercher à localiser la source du gravillon ayant heurté son épaule, Aleksey avait repris sa route en maugréant, la laissant derrière. Gémissant d’angoisse à l’idée de se replonger dans la foule éparse, Katya trépigna quelques instants sur place avant de prendre une profonde inspiration,comme si elle s’apprêtait à plonger en apnée dans des eaux troubles.

A l’instar du jeune homme, elle fit profil bas et rasa les murs, trottinant derrière lui pour le rattraper en vitesse et l’entraîner plus à l’écart. Ou tout du moins essayer. Elle parvint à l’attraper par le bras et à s’y cramponner pour l’attirer vers une coursive désaffectée plus à l’écart, mais le reste des évènements se déroula bien trop rapidement pour qu’elle ait le temps de réagir sur le coup. Lyocha arracha son bras à sa prise et la maîtrisa d’une simple prise du poignet en lui tirant un cri de surprise. La dague, froide et tranchante posée dangereusement près de sa gorge la fit s’immobiliser totalement.

Toutefois, elle ne fut pas contrainte à l’immobilité bien longtemps. Quelques secondes à peine à vrai dire, le temps que son ami réalise qui il venait de maîtriser et de lâcher son arme. Celle ci heurta le sol avec un fracas métallique alors qu’il l’attirait à lui, la voix tremblante.

-C’est bien parce que c’est toi que j’t’ai pas latté les valseuses, Lyocha. Et aussi parce que en plus de ce qui s’est passé toute à l’heure, j’aurai du aussi me faire pardonner de ça.


Avec une douceur qui ne lui était pas coutumière, elle glissa ses bras autour du torse du jeune homme, le serrant dans ses bras autant qu’elle se serrait contre lui. Son empathie semblait disposée à la mettre en sourdine, et elle laissa échapper un soupir de soulagement. Enfin un peu de silence et de calme sous son crâne.

- On a pas mal de choses à se dire, hein ?


Avec le blocus, leurs routes s’étaient de nouveau croisées après bien longtemps, mais ils n’avaient pas vraiment eu le temps de rattraper le temps perdu. La situation avait été trop erratique, leur permettant simplement d’échanger quelques mots, un signe de la main de loin avant de retourner chacun à ses occupations. Mais ce soir, Katya n’avait pas vraiment le cœur à se remettre au travail malgré les mille tâches qui l’attendaient.

- Le thé, c’est bien aussi. J’en ai même pour la sale gueule de bois que tu vas te taper demain matin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 27



Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha


Voir le profil de l'utilisateur

Aleksey Vassiliev
Mercenaire
Message Sujet: Re: Abysses | Mer 18 Oct - 20:45

Aleksey resta totalement déconcerté par l'action de la jeune femme, probablement heurté par ce contraste soudain. Dire qu'à peine quelques secondes plus tôt il se sentait menacé, autant pour sa vie que pour la contenance de son porte monnaie ; et ses proches le savaient, cela ne faisait pas grande différence : il était en effet généralement plus enclin à risquer sa vie pour des cartouches que pour des idées...
Voilà qu'à présent une charmante jeune femme – qui plus est, pour qui il eut éprouvé des sentiments -  l'enlaçait ! Envouté par cette douceur inattendue, Lyocha l'étreignit à son tour et, l'espace d'un instant, se sentit délivré de son voile ténébreux : comme si une lumière aveuglante mit en fuite sa fameuse "bête noire", celle qui le persécutait avec enthousiasme quelques minutes plus tôt.
Il profita de cet instant de pure quiétude, de liberté insoupçonnée, et aurait aimé qu'il ne finisse jamais. Il fut toutefois tiré de cet état par la voix de Katya. Ce répit lui parut d'à peine quelques secondes, bien trop court hélas, tandis qu'en réalité, plusieurs minutes s'étaient déjà écoulées. Réalisant son engouement un brin excessif, il relâcha son étreinte, embarrassé, et reprit lentement ses esprits, encore embrumé par le doux parfum de son amie. Il détourna le regard.

"Hum..." conclu t-il simplement.

Penaud, fuyant presque le regard de Katya l'espace d'un instant, il fit mine d'avoir trouvé une occupation, et s'accroupit avec souplesse, effleurant délicatement le sol du dos de sa main, et saisit la dague, afin de la remettre à l'étui.
Il est une chose absolument remarquable dans la démarche des personnes alcoolisées : la façon qu'elles ont de se comporter vis à vis des autres individus. Certains, par exemple, se laissent emporter par la boisson et titubent tels des ivrognes, n'arrivant plus à se maîtriser. Aleksey faisait partie de la seconde catégorie, de celle qui avait honte, qui voyait cela comme une faiblesse et qui s'accordait à sembler le plus sobre possible, peu importe le nombre de verres vidés.
L'art et la manière de paraître, tout simplement.
C'est pour cette raison que d'un point de vue extérieur, Lyocha semblait presque en pleine possession de ses moyens, mais ne vous y trompez pas, ce n'était qu'une façade.

En réalité, une fois accroupit, la seule chose qu'il avait en tête était de s'étaler au sol tel un tapis sans demander son reste, attendant de décuver, pour ensuite recommencer le cycle infernal de la boisson. Cycle dans lequel il tombait presque à chaque fois lorsqu'il se trouvait bloqué en station plusieurs jours consécutifs. L'inactivité le tuait. Littéralement.

Toujours abaissé, il tourna la tête vers Katya et tenta de répondre à sa question : "J'imagine qu'on a dû pas mal changer depuis tout ce temps, oui..." Pensant surtout à la rudesse des dernières années qu'il avait vécues, mais espérant secrètement le contraire, concernant son amie.
Se relevant avec sa souplesse légendaire, il la fixa un instant, le regard perdu, avant de reprendre dans un grand sourire : "Vas pour le thé, avec plaisir ! Gueule de bois ou pas, voir autre chose que des ivrognes ne m' fera pas d' mal..." "Surtout quelque chose d'aussi joli", enchaina t-il cette fois-ci dans sa tête, un sourire en coin.

Après avoir emboité le pas de son amie sur seulement quelques mètres, sentant une anxiété grandissante et presque palpable chez elle, il agrippa son bras, un contact qu'il voulait rassurant pour la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas

Abysses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Metro : forum RPG post-apocalypse :: Corpus :: Metro :: Stations :: V.A.R-