A l'occasion de la nouvelle mise à jour, un recensement a été lancé et se terminera à la fin du mois de mai.
Pensez à y répondre si vous ne voulez pas que votre compte soit archivé.

Aller à la page : Précédent  1, 2
Abysses
avatar
Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 112

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 20 Déc - 2:20
Médecin

Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya
Elle n’avait pas besoin de jouer les empathes pour comprendre la frustration qui torturait le mercenaire. Elle le voyait dans son regard, sur son visage. Elle le voyait dans l’anticipation du plaisir qui détendait ses traits, puis dans la frustration presque douloureuse qui le faisait se renfrogner. Un instant, elle fut presque tentée de lui donner ce qu’il souhaitait, mais le plaisir inachevé qui pulsait encore en elle la fit se raviser. C’était mesquin, mais c’était pour le bien commun, n’est-ce pas...? Katya se doutait de ce qu’il pensait d’elle en cet instant où elle lui refusait le plaisir à son tour, et cela l’enchantait. Elle était ravie de constater qu’il avait réalisé l’énorme erreur qu’il avait commise en essayant de la prendre à ce jeu.

- Bon c'est bon, t'as gagné ! Viens ici, Kat...

C’était dans son caractère, elle refusait de perdre, de s’incliner face à qui que ce soit. Quoi que... S’il avait tenu quelques minutes de plus, elle aurait peut-être été prête à se mettre à genoux tant elle même était à bout. Mais cela, elle se garda bien de le lui dire...



Dans son état, elle était plus vulnérable que jamais, mais pas une seconde elle ne songea à se dérober, une confiance presque aveugle la poussant à se laisser faire, à ne plus chercher à maitriser, pour une fois...

avatar
Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 111
Double-compte : Pavel Kadochnikov

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 21 Déc - 21:35
Mercenaire

Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha

Enfouissant son visage dans la chevelure sombre de la jeune femme, il s'enivra du parfum de cette dernière une ultime fois, et lui souffla à l'oreille, sans attendre de réponse de sa part :

"Tu devrais me briser la main plus souvent, Kat...c'était plutôt agréable en fin de compte..."

Il se laissa choir sur le côté, retournant une nouvelle fois son amie qui paraissait s'étouffer, le visage perdu au milieu des oreillers : elle semblait morte de fatigue.


"Tu devrais te reposer...Demain, le métro tout entier aura une fois de plus besoin de tes talents."

Elle paraissait tellement détendue, tellement fragile en cet instant. Plus Aleksey la regardait, plus il se rendait compte qu'elle lui était inaccessible. Il ne pouvait la mériter. Lui qui était capable de louer ses services, de mettre sa propre vie en jeu, uniquement pour de l'argent...comment pouvait-il gagner la confiance de quelqu'un ? Comment pouvait-il oser affirmer tenir à elle, alors qu'il passait son temps à jouer avec les vis de son propre cercueil ?

Songeur, Lyocha s'allongea sur le dos et croisa les bras derrière sa tête, fixant les ténèbres dans un profond silence.
avatar
Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 112

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 21 Déc - 23:58
Médecin

Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya
Il se laissa aller à son tour, tout contre elle. Son corps contre le sien, l’enveloppant après la folie de leur étreinte, avait quelque chose de stable, de rassurant. Sa façon d’enfouir son visage dans le désordre de boucles de sa chevelure la fit à demi sourire depuis les brumes euphoriques qui l’enveloppaient encore, mais elle ne trouva pas encore le courage de répondre à sa plaisanterie. Lascive, elle se laissa faire lorsqu’il l’allongea sur le dos, relevant les bras au dessus de sa tête avec un soupir satisfait.



Tu devrais te reposer...Demain, le métro tout entier aura une fois de plus besoin de tes talents."


La voix du jeune homme était plus grave, plus rauque qu’à l’accoutumée, comme si le plaisir persistait chez lui encore également.

- Le métro tout entier va surtout bien pouvoir aller se faire foutre, demain matin...


Elle avait marmonné cette injonction en glissant sa main sur la sienne alors qu’elle divaguait encore sur son visage, comme pour le retenir quelques instants de plus. Il la retira, s’allongeant sur le dos en silence. Et ce silence ne lui plut pas. Elle sentait son ami se laisser rattraper, terriblement vulnérable. Ses gestes alourdis par la fatigue, elle se tourna vers lui, prenant appui sur un coude pour le surplomber

- Je sais ce que tu es en train de faire. N’espère pas penser à ce qui est le mieux pour moi à ma place. Même pas en rêve.

Demain, peut-être parleraient-ils de ce qui venait de se passer, peut-être pas. L’heure était à l’apaisement et non aux tourments, avait décidé la jeune femme. Avec une tendresse que personne ne lui connaissait, elle se pencha sur son visage, effleurant son front de ses lèvres pour y déposer un baiser. Il n’y avait rien d’ardent dans son geste, juste la volonté d’apaiser son ami. Dans un frôlement, elle glissa le long de ses tempes jusqu’à ses lèvres, pour un simple baiser.

- Dors, Lyocha...

D’un geste, elle tira la couverture à eux, avant de se blottir contre le mercenaire, passant un bras autour de son torse et emmêlant ses jambes aux siennes.

-... Sinon je t’assomme.
avatar
Date d'inscription : 30/06/2017
Messages : 111
Double-compte : Pavel Kadochnikov

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 22 Déc - 12:14
Mercenaire

Passeport
Age :: 28
Patronyme :: Dimitrievitch
Surnom :: Alyosha / Lyocha
Aleksey ouvrit doucement les yeux. Il ne pouvait dire quelle heure il était, car comme à son habitude, le temps dans le métro était tout ce qu'il y avait de plus relatif. Aucun repères. Pas de soleil, ni même d'éclairage public -quasiment inexistant en VAR-. Le silence apparent de la station le fit cependant supposer qu'il avait dormi tout juste quelques heures.

La pile électrique de VDNKh dormait quant à elle encore profondément, en apparence si douce et si tranquille, comme lorsqu'ils s'étaient endormis : blottis l'un contre l'autre, entrelaçant leurs corps pour ne former qu'une seule entité.

Elle serait furieuse en se réveillant, constatant qu'il avait disparu : ça, il en était certain. Peut-être même le traiterait-elle de lâche ? De ça aussi, il en était convaincu ; mais le mercenaire ne pouvait se résoudre à rester ici davantage.
Après toutes ces années, Lyocha ne savait toujours pas où était sa place, mais il se sentait tout simplement incapable de récupérer celle d'armurier de VDNKh, reprenant cette vie routinière qu'il avait abandonné quelques années auparavant.

Décidé, il embrassa une dernière fois son amie, caressant son épaule de sa main, le regard emplit de tendresse.
Il referma soigneusement la porte de l'infirmerie derrière lui, souhaitant éviter à tout prix de réveiller le fauve qui sommeillait encore : il ne voulait pas rendre les choses plus difficiles qu'elles ne l'étaient déjà.
Les yeux encore humides du choix qui s'imposait à lui, il se mit une claque, de rage.

"Et c'est mercenaire, ça ? Putain...réveilles-toi mon gars..." s’écria-t’il, pour lui même.

Il fouilla un instant dans la poche de sa longue veste et en sortit une petite poignée de champignons, qu'il engloutit aussitôt. Les mêmes psychotropes qu'il avait dérobé à ce poivrot d'Iosif Ivanovitch, en début de soirée, la veille. Aleksey reprit finalement son chemin, sans trop savoir où il se dirigeait.
Il s'arrêta net en apercevant au loin une tâche sombre, vibrant de désir et tristement familière. Il la reconnu immédiatement : cette putain de "bête noire" revenait à la charge.
Il continua de s'avancer vers elle, le regard empreint de défit, prêt à en découdre avec lui-même.
Sa démarche fut toutefois mise à mal lorsque le démon tripla de volume et s’abattit sur lui, l'enveloppant d'un voile de ténèbres opaque, le plongeant une fois de plus dans l'obscurité la plus totale.

Il rouvrit les yeux, une seconde fois, les battements de son cœur tambourinant sa poitrine. Tandis qu'il se relevait, en sueur, l'écho se répercutait dans tout son corps. La peur l'envahissait.

Un rêve...un foutu rêve.

La main rassurante d'Ekaterina établit alors le contact avec sa peau, l'intimant à se rallonger près d'elle. Il posa sa propre main sur celle de son amie, et se laissa retomber sur le dos, essayant tant bien que mal de calmer sa respiration. Son regard songeur se perdit une nouvelle fois dans l'obscurité, mais une lueur d'espoir traversa pour la première fois celui-ci : après tout, il avait peut-être le droit à une seconde réflexion ?

Contenu sponsorisé
Aller à la page : Précédent  1, 2