Le deal à ne pas rater :
Support Téléphone Voiture à Fente CD
12.99 €
Voir le deal

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Épreuve 1 : Dernier souffle [DT + NRP]
L'Oeil
Date d'inscription : 24/03/2017
Messages : 323
L'Oeil
Fondateur
le Jeu 12 Mar - 23:06
Fondateur
Dernier souffle
À deux on est plus forts.
En tout cas, c'est ce qu'on voudrait vous faire croire.
Mais cette fois, être deux vous handicape et vous allez devoir trouver le moyen de vous sortir de cette situation.

Vous êtes deux au fond de ce tunnel, les deux derniers êtres à vous trouver en ce lieu et à avoir survécu jusque là. Après l'effondrement d'un tunnel, vous avez été piégés dans un boyau étroit et sombre avec tout juste ce que vous aviez sur vous. Et maintenant que vous sentez le gaz qui se répand dans la cavité, vous comprenez que vous allez devoir faire un choix.

Votre survie dépend uniquement du seul et unique masque à gaz que vous avez pu sauver du désastre. Seulement voilà : un masque ne suffira pas pour deux.
Vous allez devoir décider qui vit et qui meurt.
Vous n'avez que deux possibilités : soit l'un des deux survit, soit vous mourez tous les deux. Est-ce bien le moment de faire du sentiment ?



Instructions:
 
avatar
Alec DT
Invité
le Sam 14 Mar - 15:42
Petite présentation de vous à moi:
 


Les glapissements d’effroi d’Attila lui firent lever les yeux au ciel. La patience commençait à lui manquer, l’impulsivité lui monter au nez . Depuis vingt minutes, il essayait de convaincre le Beagle de s’engager avec lui dans la galerie qu’ils avaient découvert la veille.

« Allez bonhomme, ça va être fun ! ça va changer un peu de nos parties de chasses dans la forêt. »

Rien n’y faisait, le chiot avait tranché : son bipède inconscient s’engagerait sans lui ! Agacé et surtout peu envieux de le porter durant tout le trajet, le démon finit par lui donner raison et pénétra dans les boyaux souterrains. Il avait ordonné à Attila de rester sagement là, le temps qu’il continue sa reconnaissance.

Le suédois serra entre ses doigts le seul masque à gaz qu’il avait emporté, se préparant à ce qui avait nommé avec humour « La Descente aux Enfers ». La dernière fois qu’il s’était engagé là, soit la nuit dernière, des effluves léthargiques avait bien faillit le dérouter et il n’était pas prêt à risquer d’en payer à nouveau les frais. Au fur et à mesure de son avancée, la lumière du jour se raréfia pour ne plus laisser filtrer que les raies de sa lampe frontale. Les ténèbres finirent par l’entourer, et avec elles augmenta le bruit sourd d’une vie qu’en surface on ne percevait jamais. Au début feutré, les décibels finirent toutefois par entamer un étrange crescendo marqué jusqu’à obliger le démon à plaquer les paumes contre ses oreilles.

« Bordel ! Qu’est-ce qui se passe ?! »

Le tunnel se mit brusquement à trembler avec vivacité, agité de spasmes tel un possédé jusqu’à ce qu’une explosion libératrice ne soulage les tympans du démon. Un pan du tunnel venait de s’effondrer juste derrière lui, soulevant un nuage de poussière noirâtre. Les particules s’infiltrèrent dans ses muqueuses, le forçant à tousser et à cligner régulièrement des yeux tandis qu’il constatait les dégâts, l’air morose.

Oh Attila… Fallait-il donc que tu te venges aussi cruellement ?
avatar
Stan NRP
Invité
le Sam 14 Mar - 16:30
Petit mot de Stanéria :
 


Même si ce n’était humainement pas correct, Tanis était aux anges. Pas spécialement pour sa journée répétitive et encore moins pour les tâches qu’on lui avait assignées – comme surveiller un tunnel qui menait à la surface… quoique, même en dormant à moitié, c’était théoriquement ce qu’elle faisait – mais pour l’ambiance générale : l’apocalypse !

Son goût pour le drame et la mise en scène n’était pas nouveau, l’Administration lui avait tapé sur les doigts assez souvent pour ça, mais comment ne pas se réjouir de voir ce monde ingrat enfin remis dans les rangs ? Elle avait beau également faire partie de ce monde, l’intense sentiment de satisfaction que justice était quelque part rendue ne tarissait pas. Même si, maintenant, elle croulait sous le travail.

Or donc, pour en revenir à la mission hautement importante de la jolie femme aux cheveux noirs, longs et ondulés, sur une peau d’albâtre… ... non, la description collait mal. De la somptueuse femme gâtée par Mère Nature dont même les guenilles fournies par les survivant ne sauraient altérer sa beauté et sa grâce (voilà, c’était bien mieux) que… où elle en était déjà ? Ah oui, le tunnel.

Sa mission, DONC, lui demandait parfois de jeter un coup d’œil plus en avant pour vérifier qu’aucune vilaine créature hideuse – c’est ce qu’on en disait, elle les trouvait adorables personnellement – ne vienne jusqu’à eux. Simple comme bonjour. Assez pour que la belle se permette de se balader tranquillement dans son tunnel, sans arme et aucune protection (la couleur des combinaisons ne lui plaisait pas) quand celui-ci se mit à trembler violemment. Le sifflement très désagréable fut moins problématique que la poussière sur sa tenue mais l’éboulement qu’elle pouvait entendre au loin devrait plus l’inquiéter. Et la voix qu’elle avait perçue également.

"Il y a quelqu’un… ?" demanda Tanis à la cantonade, toussant dans le nuage sombre des débris. La voix était tremblante et peu sûre d’elle. Un allié ? Les guerres de territoires étaient après tout fréquentes.
avatar
Alec DT
Invité
le Sam 14 Mar - 19:30
Les oreilles encore sifflantes, le démon finit par percevoir ce qu’il prit d’abord pour un écho. Le raffut de l’effondrement avait du ricocher le long des murs, désamplifiant petit à petit jusqu’à totalement se dissiper. Il n’y prêta donc nulle attention, plutôt concentré à établir sa stratégie. Comment diable allait-il tout déblayer ?
Ce ne fut qu’au moment où il put reconnaître une prosodie féminine qu’il tendit l’oreille, soudain attentif. Son corps entier se tendit, son pic de méfiance atteignant des sommets. Désormais mutique, il pivota silencieusement et éteignit sa seule source de lumière. Ses yeux glacés vinrent scruter l’obscurité, essayant d’identifier la compagnie qui s’imposait.

"Il y a quelqu’un… ?"

La voix résonna une nouvelle fois, chevrotante. Se rapprochant de l’une des parois, le démon apposa sa paume droite, trouvant là un fil d’Ariane adéquat pour son avancée. Les jambes du suédois s’ébranlèrent d’elle-même en la direction, le danger devait être écarté. Sur les dix premiers mètres, le calme parvint à être conservé. Mais dès lors que les premiers signes de vertiges se firent sentir, la panique d’Alec provoqua sa perte. Sa main droite s’agita dans un geste démesuré, effritant le mur. Quelques pierres tombèrent sur le sol dans un bruit mat, provoquant l’arrêt net du démon. Si son diaphragme avait pu cesser de s’agiter, il l’aurait fait. Malheureusement, le besoin primaire de respirer reprit rapidement le dessus, et la dyspnée qui le saisit s’ajouta aux sons qui le trahissait. Foutu pour foutu, il finit par rallumer sa lampe.

« Allô ? »

Le faisceau finit par se perdre dans la profondeur du boyau, la bouche d’Alec s’entrouvrant pour aspirer l’air à grande goulée. La sueur finit par perler le long de ses tempes : l’hypercapnie le guettait. Sans attendre, il enfila le masque à gaz qu’il avait emmené avec lui, se maudissant de ne pas l’avoir déjà fait. Au loin, une silhouette finit par se découper, émergeant lentement.

« Qui êtes-vous ? »
avatar
Stan NRP
Invité
le Sam 14 Mar - 20:50
Le nuage de poussière, de particules et autres gravas retombait lentement sur place, apparemment sans air pour s’évacuer. Ce qui voulait dire une chose : le tremblement de terre avait dû lui couper chemin. Encore une tâche ennuyeuse à vérifier à son retour quand sa digne mission sera remplie et l’intrus chassé (ou raccompagné, elle oubliait souvent cette alternative) au campement.

Car y avait bien une autre personne dans son tunnel. Pour preuve l’écho qui lui renvoya un « Allô ? » prudent, la douce voix d’un homme au bord de la panique. Sa distraction du jour avait donc peur des souterrains ? Il était mal parti. Peut-être encore sous le choc de la récente secousse. Ohhhh… pauvre petit, Tanis prendra soins de lui s’il en vaut la peine.

Mais le gaillard partait sur un mauvais pied en lui brûlant les rétines. Elle exagérait peut-être (souvent même) car le faisceau lumineux n’était pas directement sur elle, mais évoluant sans lampe dans les souterrains de la ville quand elle vaquait seule, cette soudaine clarté la prit au dépourvu. Passant enfin le virage, la "somptueuse femme" se retrouvait en pleine lumière et devant un magnifique garçon aux cheveux clairs. Dommage que le masque lui empêchait de voir la couleur de ses yeux, même si elle devinait les pupilles écarquillées par ses relents de panique.

"Une âme égarée" répondit-elle à sa demande, une main fine et blanche en visière pour protéger ses yeux et rajouter une touche de délicate fragilité au tableau. "Je crois m’être perdue, tout se ressemble ici. Je vous en pris, ne me faîtes pas de mal."

Désarmée et isolée, Tanis avait tout de la proie facile – et elle s’y connaissait en chasse – qui révélera rapidement des desseins du jeune homme. Peut-être en toussant un peu d’une petite voix ? Voilà. Maintenant, les grands yeux innocents et apeurés, les épaules rentrées en signe de défense et la démarche hésitante. Parfait ma belle, ne change rien.
avatar
Alec DT
Invité
le Sam 14 Mar - 22:29
La voix douce et gracile s’identifia aussitôt, s’enrobant volontairement dans le confort de l’anonymat. Simultanément à cette prise de parole, sa propriétaire pénétra dans le champ de vision du démon. Sa lampe lui permit de ne rien louper de son arrivée. Sa démarche hésitante se calquait sur son teint blafard mais plus encore contrastait sa chevelure charbonnée. De cette femme émanait la notion même de beauté et le suédois en fut subjugué. Ses yeux détaillèrent longuement ses traits, son être entier s’avérant hypnotisé.

En son for intérieur, Alec se dit que la grandeur de la petite merveille pourrait-être totale si elle ne paraissait pas tant apeurée. A demi recroquevillée, le visage faiblement couvert par ses paumes, la jeune femme prenait des airs d’animal blessé. L’impitoyable loi du plus fort ne lui aurait été guère favorable en règle générale. Néanmoins au fond de ce trou, ils étaient deux à être bloqués. Et deux paires de bras valaient toujours mieux qu’une seule pour travailler. Oubliant la barrière masquée qu’il portait, le démon sourit, prenant un air plus engageant.

« Je ne peux pas blesser la seule compagnie que je possède, à six pieds sous terre. D’autant que si nous ne parvenons pas à nous extirper, j’aurais un ange à observer. »

Ses yeux rieurs quittèrent quelques instants la silhouette pour cesser de l’aveugler mais y revinrent presque aussitôt. Envoûté, il n’avait pas remarqué le manque de protection dont son acolyte souffrait. En mettant la main sur ce détail, il fut surpris de constater qu’elle ne semblait subir nul préjudice à respirer ce foutu air pollué. Elle devait être plus résistante que ce qu’il imaginait…

Inspirant profondément, il parut la narguer avec son air purifié mais au fond, il n’en était rien. Il se préparait mentalement à négocier. L’air pur qu’il insufflait lui rafraichissait les idées et c’est avec grand naturel qu’il tâta le terrain, riche de ses maigres observations :

« J’imagine que tu as voyagé léger ? Pas de masque ? Des victuailles ? De l’eau ?»

avatar
Stan NRP
Invité
le Dim 15 Mar - 0:27
Il lui donnait l’effet d’une petite gerbille trop curieuse qui approchait un serpent endormi. Mais une gerbille polie et avec un certain sens de la flatterie ; autant dire que Tanis y était très sensible, toutes femmes aiment être comparées à un ange ! Même si, dans son cas, elle était loin d’en être un…

"Je n’ai rien, navrée" se désola-t-elle en approchant le jeune homme, une main serrée contre sa – généreuse – poitrine dans une veine mimique de protection. "Je n’étais pas sensée partir aussi loin, ni aussi longtemps. J’ai entendu un éboulement de terrain tout à l’heure et ce passage pour la surface est sûrement bloqué." Pourquoi portait-il une protection d’ailleurs si son tunnel était sûr ?

Se dépliant légèrement, Tanis inspira l’air autour d’elle et eu une mimique de dégoût – brièvement, son visage devait rester parfait – à l’odeur désagréable qui lui revint. Son visage soucieux trahissait une inquiétude, elle avait manqué un acte important de sa mise en scène : le masque.

"Mais… comment ça ‘si nous ne parvenons pas à nous extirper’ ?" continua la femme – "somptueuse femme" ! – en mimant l’angoisse comme elle le pouvait. "Nous pouvons toujours retourner à la surface, n’est-ce pas ? Ce n’est pas comme si nous allons rester éternellement ici." Elle poussa le vice jusqu’à poser sa main libre sur son bras et eut… une sensation étrange à son contact, comme si la gerbille cachait son jeu.

"Tu viens bien de la surface ? Des personnes t’y attendent ? " Peu sympathique de sa part de lui demander ça en sachant qu’elle descellait que sa plus grande crainte était de se retrouver seul et être rejeté d’une terre aride et inhospitalière à souhait. QUI voudrait vivre dans un endroit pareil ? Plus elle se concentrait sur lui, plus elle percevait que son sauveur n’était pas vraiment humain. Un shaman d’une tribu lointaine ? Non, l’aura qu’elle ressentait était trop différente.  "De la famille ? Je n’ai que quelques amies ici et… un enfant que je dois retrouver."
avatar
Alec DT
Invité
le Dim 15 Mar - 11:38
Le contact que l’éplorée établit lui déplut grandement. Se reculant d’un coup sec, le démon fit claquer son aura autour de lui pour la repousser. Ce qu’elle venait de lui transmettre n’inaugurait rien de bon. De sa paume s’était échappée une flopée de serpents chimériques qui avaient rampé jusqu’à son âme. Leurs crochets avaient craché un pénible venin, petite étincelle au bûcher qui se préparait. Le briquet était installé et il ne manquait plus que la matière à faire flamber. C’est la jeune femme qui l’apporta, en le questionnant sournoisement :

« Tu viens de la surface ? Des personnes t’y attendent ? »

L’interrogation propulsa le démon dans une ère d’introspection. Placé de force devant le néant qui agitait son être, Alec se sentit rapetisser. L’angoisse qui avait agité ses nuits depuis son arrivée à Damned Town ressurgit, grandie par la puissance que cette maudite femme venait de lui insuffler. Recroquevillé dans cette pièce noire que constituait ses pensées, le démon eut un hoquet.

Des personnes l’attendaient-elles? Ne déambulait-il pas depuis longtemps pour retrouver un peu de compagnie ? Militairement, son rejet de l’armée de Dragon l’avait anéanti. Personnellement, sa « rupture » avec Alice l’avait brisé. Avait-il seulement pu discuter de tous ces maux qui l’étouffaient ? La réponse était non. L’Enfer sommeillait en son esprit depuis qu’il avait quitté le Tartare.

La jeune femme avait disparu face à lui, il ne l’entendait même plus. S’appuyant à la paroi du tunnel, il haleta brièvement, luttant contre ses propres démons. Pourquoi fallait-il que tout ceci remonte maintenant ? Pris au piège par ses propres préoccupations, il tenta de se raccrocher à ce qu’il pouvait, se concentrant de tout son être pour percevoir à nouveau ce qu’on lui disait. Dans un élan de désespoir, il retira son masque et le lui tendit. Elle en aurait certainement plus besoin que lui pour retrouver sa famille. Et soudain, il tiqua :

« Un Enfant.. »

Sauvé, l’image d’Attila qui l’attendait vint chasser les harpies.
avatar
Stan NRP
Invité
le Dim 15 Mar - 14:19
La pauvresse parut peinée d’être ainsi repoussée par son sauveur mais dans son for intérieur, Tanis exultait d’une joie sans fin. Elle qui pensait passer une énième journée morne – les préoccupations des survivants étaient toujours les mêmes : survivre ! – la voilà devant une caverne aux trésors.

Le décidément-pas-humain était bien trop réceptif à ses pouvoirs quand elle avait cherché ce qu’était ce paysage désolé aperçu dans ses pensées. Tout y était… confus, douloureux, angoissant et particulièrement plaisant pour elle. Pourtant la belle ne faisait rien, quand bien même le jeune blond chercha un appui tangible. Pas une mimique faussement compatissante pour se donner le change ou un sourire encourageant.

Et puis… oh ? Qui était cette adorable boule de poils à la langue baveuse ?

"Un petit garçon" enchaina Tanis avec tendresse, le masque en main. "Je le connais depuis des années. Je me demande où il est actuellement." Son bébé shaman…

La protection qu’il lui avait donnée allait être du plus mauvais effet sur ses cheveux mais si elle voulait arriver à ses fins, c’était un mal nécessaire… en apparence ; n’ayant nul besoin d’oxygène, l’arrivée d’air du masque fut distraitement coupée. "Nous devrions rentrer."

Sans le toucher, la femme – "somptueuse femme" ! – le poussa à aller de l’avant avec un sourire bien plus assuré et remonta la pente au lieu de la descendre. Le passage pour le camp était peut-être bloqué mais présentement, l’autre n’avait pas à savoir qu’il existait une échappatoire. Non, reprendre le chemin de la surface était bien plus intéressant.

Sans surprise, la voie était également sans issue. Plus ils approchaient – de manière plus lente à mesure que les sens du jeune blond lui faisaient défaut – plus la situation paraissait délicieusement critique. Les rochers s’y étaient entassés de manière à empêcher le moindre rayon de soleil de leur parvenir et l’absence de vent n’allait pas arranger les vertiges de son compagnon. "Ton petit Attila aussi semble inquiet…" observa Tanis en entendant le chiot aboyer au-dehors.
avatar
Alec DT
Invité
le Dim 15 Mar - 19:21
Pas même un merci ne s’échappa de la bouche de la diablesse. Elle s’empara du masque, tentant de noyer le poisson dans l’eau en blablatant sur son enfant. Bien que l’intérêt du démon soit redescendu en flèche – on ne touchait pas aux mamans - il ne prit pas l’initiative de la couper. Si la nostalgie pouvait la réchauffer, elle avait autant en profiter. Etrangement dans le cas du démon, ce fut la torpeur qui vint l’envahir. La perspective de ne pas pouvoir arriver jusqu’à la surface, d’abandonner Attila le glaçait.

« Plutôt deux fois qu’une ! »

Sans même qu’elle n’ait eu à insister, le blondinet inspira une grande goulée – dont une bonne proportion de gaz – et se plaça en apnée, entamant la remontée. Plusieurs fois, il se retourna pour s’assurer qu’elle suivait bien malgré sa propre démarche de plus en plus vacillante. Sa joie explosa lorsqu’il aperçut à nouveau l’éboulis. D’autant qu’effectivement, Attila aboyait de l’autre côté. Dans les cris du chiot, le démon ne perçut pas les avertissements qui perçaient – non il n’était pas chien LV1 – Attila ayant senti son maître en danger. Tanis, vous voilà démasquée*. Le Beagle veillait.

Se sentant défaillir, Alec se tourna vers la jeune femme et d’une voix rauque et plus faible, il demanda :

« Laisse-moi respirer quelques instants d’air purifié, je te le refile juste après. J’ai besoin de demander à Attila d’aller nous chercher des renforts.»

Il s’attarda sur le visage emmitouflé de la femme, imaginant la douceur que cela devait être de respirer à grandes gorgées. Au travers de la partie plastifiée, le démon put à nouveau détailler ses traits. Mais? Mais où était la buée ? Le rejet du CO2 aurait du maculer l’intérieur du masque. Mais ici, rien…

« Co… Comment ? »

Sans attendre, avant de perdre les forces nécessaires, il hurla :

« Attila, HELP !! »


Spoiler:
 
avatar
Stan NRP
Invité
le Dim 15 Mar - 19:38
Le sourire innocent dans le masque ne passa pas inaperçu et l’effrontée alla même jusqu’à souffler plus encore sans que rien ne vienne opacifier la vitre. Quand elle le retira –  sans le petit "pchii" bien connu des maniaques – Tanis le garda encore un instant alors que son compagnon de fortune s’égosillait sur l’amas de pierres. Enfin, disons plutôt "son compagnon infortuné".

Le chiot de plus en plus nerveux paniqua littéralement (il est vrai que les animaux ressentaient plus son aura) avant de détaler chercher elle ne savait quelle aide. Ne restaient que le jeune non humain et elle, pas spécialement humaine non plus.

"Tu as tenu bon" lui dit-elle en se posant à côté de lui alors qu’il faiblissait d’avantage. "Tu sais très bien que le chien ne reviendra jamais à temps mais tu y as cru, même voulu me laisser plus de chance de survie qu’à toi." Exit la jolie dame en détresse, le ton n’y était plus et le serpent endormi se réveillait. "Comment un cœur si sombre peut être aussi grand ?"

Tanis passa un doigt le long de la mâchoire de la créature blonde alors que son bras d’albâtre se parsemait d’une myriade de petites diamants. Les yeux noirs de la belle se firent plus lumineux, brillant d’une lumière mauve alors que ses cheveux – ses si beaux cheveux – se regroupaient en liasses sifflantes, aussi reptiliennes que son corps devenu à moitié serpent. Il était même dommage que l’autre fut à moitié conscient quand elle se présentait enfin sous sa forme fétiche. "Sois tranquille petite gerbille, l’Esprit du Courage veille."

Peut-être qu’à son réveil il se souviendra d’une nâgi dégageant le passage d’un simple geste, vivifiant l’atmosphère qui lui avait fait défaut. Qu’elle lui avait offert paix et repos dans son cœur, assez pour chasser les angoisses qui l’ont empoisonnés dans ce périple sous terre. Un maigre cadeau d’un être immortel pour un jeune démon.

Peut-être aussi verra-t-il la petite couleuvre noire qui veillera sur lui encore un temps.



Présentation de Tanis (oui, enfin !) :
 
Contenu sponsorisé
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.