Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 24/03/2017
Messages : 82

Fondateur


Passeport
Age :: Inconnu
Patronyme :: Inconnu
Nationalité :: Russe


Voir le profil de l'utilisateur

L'Oeil
Fondateur
Message Sujet: Contexte | Lun 27 Mar - 9:39

La folie des hommes n'a pas de limites, mais Dieu merci, les hommes savent être assez fous pour s'en protéger.

Anonyme, Métro de Moscou, 2021


Peu de choses subsistent de la guerre nucléaire qui a décimé la surface de la planète. Les Moscovites, eux, ne s'en souviennent pas vraiment en tout cas. Car qui se préoccupe de se souvenir quand la vie est devenue un combat de tous les jours ?

Suite aux premières explosions et à l'installation d'une partie de la population de Moscou dans le métro, le gouvernement russe s'est rapidement trouvé incapable de diriger les survivants dans leur entier. Bien vite des micro-gouvernements se sont constitués au sein des stations afin d'organiser les survivants, et de nouvelles guerres ont éclaté.

D'abord entre les survivants, puis avec les mutants, puis entre tout le monde.

Le métro de Moscou est en état de guerre permanent. Les alliances se font et se défont au gré des intérêts personnels de chacun, le symbolique prend le pas sur le nécessaire, et on ne sait même plus vraiment pourquoi on s’entre tue, mais on le fait parce que nos pères l'ont fait. Et même les dangers bien plus graves du dehors et des tunnels sombres ne sont pas suffisants pour stopper ces guerres fratricides.

L'extérieur est dévasté, le soleil brûle les yeux non protégés, et les radiations tuent tôt ou tard tous ceux qui osent s'aventurer dans les ruines de Moscou. Les tunnels sont labyrinthiques, sombres, dangereux. Les rats règnent dans leurs profondeurs, les mutants infestent les stations trop faibles ou trop isolées pour résister, les bandits pillent, violent et tuent tout ce qui passe à leur portée et les fanatiques fusillent tous les "éléments subversifs". Mais ce nouveau monde de danger renferme de nombreux trésors, abandonnés par les hommes, façonnés par les radiations, enfouis dans les profondeurs du métro ou cachés à la surface. Quiconque s'en empare peut espérer le vendre à un bon prix, s'en approprier les propriétés légendaires, l'utiliser pour dominer ou se protéger des autres. Certaines légendes parlent même d'un monolithe capable d'exaucer les vœux les plus fous. Mais bien rares sont les heureux élus, car personne ne peut survivre longtemps seul dans ces tunnels animés de leur vie propre.

Dirigeant fanatique ou éclairé de station, soldat aguerri par la vie des tunnels, fier ouvrier ou précieux ingénieur, médecin de fortune ou mécanicien, légendaire stalker ou bandit sans foi ni loi, tout ce petit monde se côtoie et s’entre-tue dans les vestiges de cette ville jadis légendaire.

Qui incarnerez-vous ?


Contexte librement inspiré de l’œuvre Métro 2033 de Dmitri Gloukhovski


Dernière édition par Admin le Lun 24 Avr - 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 24/03/2017
Messages : 82

Fondateur


Passeport
Age :: Inconnu
Patronyme :: Inconnu
Nationalité :: Russe


Voir le profil de l'utilisateur

L'Oeil
Fondateur
Message Sujet: Re: Contexte | Mer 19 Avr - 14:55

Chronologie

Les événements marquants

Fin 2012 - début 2013 : La guerre nucléaire éclate. La ville de Moscou est rayée de la carte, et les quelques chanceux présents dans le Métro s'organisent sous la houlette du gouvernement. Les stations en surface sont balayées, les stations les moins profondes accusent le coup. Les quelques stations ayant décidé d'ouvrir leurs vantaux hermétiques malgré l'interdiction formelle afin de laisser rentrer les rares rescapés doivent faire face à des problèmes de quarantaine.

2014 : Les stations périphériques les plus excentrées sont abandonnées par les Moscovites, car trop éloignées des infrastructures mises en place par le gouvernement, pour celles qui ne sont pas coupées du métro.  

2015 : Les premiers cas de mutinerie sont recensés, menés notamment par les survivants des partis d'opposition au gouvernement. Les protestations sont violemment réprimées. Les premières pénuries se font durement sentir dans les quelques stations habitées au-delà de l'Anneau, des incendies, des épidémies, des inondations et des fuites de gaz toxique sont déclarés dans certaines stations, qui sont immédiatement mises sous quarantaine.

2016 : Des meneurs communistes soulèvent les populations de certaines stations situées sur la ligne Sokolnitcheskaya, la ligne rouge du métro, et s'emparent du pouvoir. Très vite, la fièvre révolutionnaire gagne les stations voisines de la ligne rouge, qui se révoltent et chassent le gouvernement quand ses représentants ne se joignent pas eux-mêmes aux mutins. Les nostalgiques de la période soviétique rejoignent les stations de la désormais Ligne Rouge et gonflent ses rangs. Certaines stations sur les autres lignes profitent du changement d'équilibre pour acquérir leur indépendance - certaines tombent aux mains de groupes criminels.

2017 : Les stations périphériques amassant rapidement de l'argent, le gouvernement perd très vite tout pouvoir dans ces stations, qui s'allient pour former l'Arc du Nord de la Confraternité des Stations de la Ligne Circulaire. Rapidement, les gens nomment cette nouvelle alliance la "Hanse", du nom de la Ligue Hanséatique, alliance des villes marchandes d'Europe du Nord datant du Moyen-Âge.

2018 : Le gouvernement disparaît du jour au lendemain dans toutes les stations du métro. Seules deux stations - qui formeront plus tard Polis - reçoivent encore de l'aide gouvernementale afin de protéger les scientifiques et les intellectuels qui y avaient été rassemblés. Les militaires tiennent ces stations d'une main de fer, afin de les protéger des velléités expansionnistes du voisin Rouge et d'éventuels assauts de bandits un peu trop entreprenants.

2020 : Les premiers cas de mutations sévères sont signalés dans le métro, en provenance des stations périphériques les plus éloignées. Certains rapports parlent "d'attaques de mutants". La Ligne Rouge assoit son autorité sur l'ensemble de la ligne Sokolnitcheskaya, les stations de l'Anneau ne faisant pas encore partie de la Hanse décident de la rejoindre et forment "l'Arc Sud". Des tractations diplomatiques sont entamées entre la Hanse et les Rouges afin que les stations Komsomolskaya et Park Koultoury rejoignent l'alliance commerciale et ainsi boucler leur anneau, tandis que les communistes désirent récupérer la station de la Place de la Révolution, sacrée à leurs yeux. La faction Polis est officiellement créée, et réclame le rattachement de la station de la Bibliothèque Lénine, alors aux mains des Rouges.

2021 : Les tractations diplomatiques ayant échouées, des escarmouches sont lancées entre la Hanse et les Rouges, qui dégénèrent rapidement en conflit ouvert. La grande guerre du Métro commence, avec son lot d'héroïsme, de trahison et de retournement de situations. Les positions évoluent rapidement, pour finalement revenir à leur point de départ.

2023 : Lassés, les belligérants mettent fin au conflit et parviennent à un accord. Les stations Komsomolskaya et Park Koultoury rejoignent la Hanse et bouclent l'Anneau, les Rouges récupèrent la station de la Place de la Révolution et gagnent l'accès au Kremlin, Polis gagne la Bibliothèque Lénine, encore miraculeusement debout et gardienne de nombreux savoirs.
Revenir en haut Aller en bas

Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Metro : forum RPG post-apocalypse :: Prologue :: Codex :: Encyclopédie-