La mélodie des pépettes
Nikita Azarov
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 34
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Mar 4 Juin - 16:56
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
Arrondir les fins de mois. La période où Nikita mettait de côté honneur, dignité et honnêteté, venait tout juste de commencer. Une sortie à la surface était prévue dans quelques semaines, mais bizarrement, la Hanse n’acceptait pas de faire des avances sur salaire. Comme s'il allait fuir ! Tout ça pour dire que pour s’accorder sa monumentale murge de courage avant une sortie – il n’avait pas peur, c’était juste une excuse pour boire, il devait réunir un peu d’argent. Qui plus est, ce soir, sans argent, il n’aurait nul endroit où dormir. Les dortoirs de Komsomolskaya n’étaient pas donnés, mais c’était proche de Pospect Mira, qui ne nous le cachons pas, était le nerf de l’Anneau.

De plus, la station en question était le lieu d’où partirait l’expédition pour la surface, mêler l’utile et l’agréable valait bien quelques cartouches.

C’était donc pour cette raison que Nikita avait laissé sa cuirasse de mercenaire dans son casier pour se munir de ses cartes de prestidigitateur et d’un petit ouvrage compilant diverses légendes qu’il appréciait.

Une table située à l’écart de quelques étalages du grand marché attirait les regards et les gens. Une petite troupe s’était formée autour de la dite table. Debout sur elle, se tenait le jeune homme. Vêtu d’un treillis aussi propre que le métro le permettait, un large débardeur dévoilait les épaules osseuses du magicien ainsi que le haut de ses côtes. Il ne s’était pas privé de glisser dans ses cheveux et dans sa barbe diverses perles et bijoux pour donner un peu de clinquant à son apparence.

-Approchez, mesdames et messieurs ! Les astres s’alignent, il est temps de découvrir ce que vous réserve l’avenir !

Il s’adressait à une partie de la foule puis se tourner vers l’autre, changeant de discours et de ton. Laissant l’attitude tape à l’œil et exubérante de l’agitateur de foule pour chuchoter, susurrer avec la retenue du conteur.

-À moins que vous préfériez entendre des histoires lugubres qui vous feront mouiller vos draps ou les frasques épiques de héros vivant à la surface lorsqu’elle était un endroit accueillant et prospère ?

S’il y avait une chose qui persistait dans les deux rôles qu’ils se donnaient face à cette foule et avec lesquels il jonglait sans réelle transition, c’était bien son sourire. Un sourire avenant, communicatif et sympathique.

Un sourire de manipulateur, ne demandant qu’à soutirer le maximum de cartouches.
Tamara Samsonova
Date d'inscription : 29/05/2019
Messages : 11
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 5 Juin - 10:20

Passeport
Age :: 29
Patronyme :: Borisovna
Surnom :: Tama
Tamara était sortie de la soue une bonne heure plus tôt. Les cochons se portaient bien et dès le lendemain, elle devrait en tuer un car les commandes commençaient à s'amonceler sur son comptoir de bois. Quelques morceaux choisis quitteraient même la station et elle se moquait bien de savoir où ils atterriraient tant qu'elle était payée. Elle cuisinerait le reste et si à la fin de la journée il lui en restait, elle irait elle-même le vendre au marché. Mais pour l'heure...pour l'heure, elle avait faim d'autre chose.

Jouons à cache cache...

Les lèvres de la jeune femme s'élargirent, dévoilant ses dents blanches et parfaitement alignées. Un sourire d'ange dans le corps d'un ange, à l'esprit d'un démon.
Dans son panier, vestige d'un autre temps, elle rangea une bouteille de vodka, quelques torchons et une petite bourse de cuir qui détenait une petite partie de son argent, au cas où les étals lui proposeraient de nouveaux trésors.
Un livre de cuisine peut-être, ou bien un nouveau châle, car le sien commençait à se faire trop pâle. Caché dans sa ceinture, un couteau de cuisine à la lame suffisamment aiguisée pour faire une boutonnière dans de la couenne de cochon patientait.
Elle avait natté sa longue chevelure sur le côté et laissé la tresse pendante dans le creux de son épaule, puis elle avait recouvert sa tête avec le châle en laine élimée qui lui tombait en triangle inversé dans le dos.
Sa robe était usée, la couleur aussi était passée. Elle aurait pu s'acheter une nouvelle robe bien plus belle, elle en avait les moyens. Mais ces affaires vieillottes permettaient de rehausser la douceur de ses traits et la beauté naturelle dont elle jouissait.
Tandis qu'elle se mettait en route d'un pas tranquille, elle commença à fredonner une ancienne chanson sans s'en rendre compte.
Qui veut jouer à cache-cache...qui veut venir et me trouver....
Qui veut jouer à cache-cache...qui veut jouer avec moi...


Balançant son panier d'avant en arrière, ses yeux clairs scrutaient les alentours à la recherche d'une proie. Un homme de préférence, un voyageur égaré, un autre qui aurait trop abusé de la vodka ou un jeune fougueux convaincu de ses talents de séducteur. Ils étaient ses préférés, faciles à ramener à la maison, faciles à piéger, encore plus faciles à tuer.
Comme d'habitude, le marché de Prospect Mira ne désemplissait jamais, la foule se pressait pour faire vivre le commerce le plus fructueux de l'anneau.
Vendeurs et acheteurs avaient toujours de quoi échanger.
Se mêlant à la population locale, ses lèvres continuaient à s'agiter d'une voix si basse, qu'il était presque impossible de l'écouter.

Qui se cache dans le noir ? Sortez sortez...qui que vous soyez....

Son attention fut alors attirée par un jeune homme juché sur une table, entouré de badauds dont il captait l'intérêt. Que racontait-il ? Tamara s'avança d'avantage, sans cesser de détailler les lignes du garçon. Ses épaules presque trop osseuses, sa musculature sèche, ses cheveux noirs constellés de pierres et d'objets clinquants...Un conteur ou un faiseur de bonne aventure...un charlatan en somme dont l'arme principale était le sourire qu'il arborait.
Tamara ne croyait pas aux cartes mais elle aimait les bonnes histoires, sans se douter une seule seconde que si la sienne venait à être découverte, elle ferait le tour de la station sans aucune doute.
Affichant un sourire à son tour, elle s'avança vers l'étal, se faufilant aisément entre les hommes et les femmes en quête du merveilleux promis par le bonimenteur.
Alors, tirant une cartouche de sa bourse, elle la jeta à ses pieds, puis abaissa le châle qui recouvrait sa chevelure avant de plonger son regard dans celui du jeune homme.

- Une histoire pour la foule, lui lança-t-elle en souriant. Une prédiction en privé. Et si je suis satisfaite, je t'offre le gîte et le couvert pour la nuit.

Son sourire s'élargit, chargé des promesses annoncées.

Venez venez, qui que vous soyez...
Saveli Voronov
Date d'inscription : 29/10/2018
Messages : 43
Voir le profil de l'utilisateur
Eleveur de rats - Cultivateur de champignons
le Mer 5 Juin - 21:48

Passeport
Age :: 16 ans
Patronyme :: Stepanovitch
Surnom :: Valiouch
Les mains dans les poches de sa veste rapiécée et sale, Saveli traînait ses guêtres et ses épaisseurs variées de crasse dans les couloirs de la station Prospekt Mira. Son entretien avec la détective n'avait guère été concluant. Il en était toujours au même point quant à la localisation de son père Stepan Voronov.

Avant de se résigner à rentrer sous la tente-hôtel retrouver son guide taciturne et imprévisible, dénommé Airat, il se plongea par quelques détours dans les remous commerçants de cette station. C'était la première fois qu'il expérimentait une telle foule, un tel tapage, de telles explosions de couleurs et de formes, d'objets et de nourritures, de silhouettes et de lumières. Un autre monde, incroyablement plus agité que la Riijskaya.

La casquette en toile sombre vissée sur sa chevelure grasse, il se faufilait de ci de là avec son air piteux et mélancolique.

Au détour d'une allée, un petit rassemblement attira sa curiosité de provincial. Craignant de manquer une bonne affaire, il rejoignit promptement le groupe et joua des coudes pour se retrouver devant. Il vit une table et en contre-plongée, un homme juché dessus. Il fut séduit par l'habillement simple et viril de l'orateur, et aussi par sa stature dynamique, et surtout par sa barbe décorée de bijoux. Il en resta bouche bée et scruta le type des pieds à la tête, au risque d'avoir mal à la nuque. Il écouta à peine le sens de ses paroles tant il était fasciné par le personnage.

L'homme faisait des propositions d'une voix joyeuse et cajoleuse. Saveli ne comprenait pas tous les mots mais l'intention était claire. L'homme voulait faire plaisir à son public. Saveli avait du mal à le suivre tant il changeait son ton et ses expressions.

Bientôt une femme répondit à ... l'artiste ? le colporteur ? Saveli ne savait pas comment le qualifier. Elle abaissa son vieux châle couleur fade et lança de quoi payer. Saveli était bien content à l'idée de gagner une histoire gratuite. Mais elle demanda autre chose. Une "pré.." quoi ? Il n'avait ni bien entendu ni bien compris le sens de ce mot. Mais tout à coup il sut. Voilà l'opportunité ! L'homme avait certainement des informations à vendre.

Du coup il ne voulut pas être en reste, surtout si le militaire partait "en privé" servir la dame ... pour se retrouver ensuite dans son "gîte" ...

Il leva le bras autant que lui permettaient ses couches de vêtements accumulées.

"Moi aussi, je veux une précision en privé ! ..."

Il se souvint que la dame avait payé, mais il préférait garder ses cartouches alors il ajouta de sa voix oscillant entre les tons virils et juvéniles :

"... Je te l'échange contre d'autres précisions."

Saveli avait acquis, grâce à Evguenia la tisserande et Ielena la détective, certaines connaissances sur le commerce des informations. Il savait que c'était comme une monnaie parallèle dans le métro et espérait bien que le grand gaillard mordrait à cet hameçon.
Nikita Azarov
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 34
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Mer 12 Juin - 14:18
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
Son numéro attirait, il n’y avait pas de doute. C’était assez pour le faire sourire, mais la commissure de ses lèvres s’agrandit encore un peu plus quand une femme se démarqua de la foule. Lui jetant une cartouche avant de commencer à parler. D’un geste habile qui trahissait sa situation financière, il attrapa la monnaie et la fit rouler entre ses doigts. Pendant que la jeune femme parlait et que le visage du charlatan se fendait toujours un peu plus d’un sourire amusé, il plia les genoux pour se mettre à la hauteur de la demoiselle.

-C’est une pression certaine de devoir « satisfaire » une femme aussi généreuse et belle que vous.

Bien que la femme était on ne peut plus attirante pour un homme qui, comme Nikita, était faible face à presque tous les charmes de la terre, elle lui servait également sur un plateau ce dont il avait le plus besoin dans l’immédiat. Un toit et de quoi se remplir la panse – autrement qu’avec de l’alcool. Cela étant, il devait paraître un peu plus détaché. Montrer toutes ses cartes à une telle personne, c’était se laisser manipuler. Ces yeux pétillaient pourtant, il s’efforça de paraître plus taquin et narquois qu’intéressé.

- Qu’est-ce qui motive une telle générosité et ce singulier moyen de paiement ?

Une intervention inopinée empêcha la poursuite de ce petit jeu qui s’installait entre la femme et l’homme, qui avait déjà commencé à susciter quelques murmures et ricanements parmi la foule. L’intervention résidait en un bras propulsé en l’air, coordonnant chaotiquement ses mouvements avec une prison de tissu.

Le ton et les mots de ce que Nikita reconnu comme être un jeune garçon, ne firent qu’agrandir le sourire du mercenaire.

L’usage du mot « précision » amusa tout particulièrement le charlatan. Il ne savait pas si c’était une erreur ou un moyen détourné de parler de prédiction. C’était un terme amusant dans ce contexte, Nikita le réutiliserait.

Il tourna vers le jeune homme un regard enjoué et narquois.

-Toi, tu n’es pas d’ici !

Il y avait un dicton, tenant davantage de la légende urbaine, qui disait qu’à la Hanse et plus particulièrement à Prospect Mira, on engageait la conversation avec une cartouche. Exactement comme l’avait fait la jeune femme. Le diseur de bonne aventure sonda le jeune homme du regard.

-Hm… Et, quel genre de « précision » de la part d’un garçon de la VAR pourrait m’intéresser ?

Et là, si ce jeune homme était un jeune membre de la Hanse un peu naïf et pas encore rôdé aux rouages de la station marchande, la réputation de diseur de bonne aventure de Nikita en prendrait un coup. Cela dit, s’il n’était pas de la Hanse, le jeune venait certainement de la VAR. Son allure – trop crasseuse - ne correspondait pas avec celle des gens de Polis et il était trop enjoué pour faire parti de la Ligne Rouge.

Néanmoins, il n’y avait pas que ces deux personnes devant lui, il avait tout un public à satisfaire ! Posant une main sur son livre de contes et légendes, il se releva énergiquement et s’adressant à son auditoire tout aussi énergiquement.

-Comme la dame l’a ordonné, il est temps de quitter cette existence taciturne pour s’enfoncer dans un monde plus onirique et fantasque !

Il se tourna alors vers la demoiselle, un sourire avenant sur le visage.

- Mademoiselle, que désirez-vous entendre ? Quelque chose d’épique ? Ou peut-être un peu plus lugubre ?

Tamara Samsonova
Date d'inscription : 29/05/2019
Messages : 11
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 14 Juin - 7:46

Passeport
Age :: 29
Patronyme :: Borisovna
Surnom :: Tama
Le charlatan avait souri, puis il s'était accroupi devant elle, entrant dans son petit jeu. A l'intérieur, tapie dans l'ombre, il lui sembla qu'une petite voix approuvait avant de se mettre à rire dans un gloussement étouffé.
Ainsi positionné devant elle, le charlatan avait également planté son regard dans le sien et naturellement, elle inclina légèrement la tête sur le côté, comme un animal intrigué et surtout intéressé.
Le jeune homme avait du charme, un sourire surprenant et une éloquence qui parlait autant à son être qu'à son âme sombre.
Elle fut tentée de minauder pour se faciliter la tâche mais se retint. Ne l'avait-il pas déjà trouvé généreuse et belle ?
Il ne servait à rien d'en abuser. En revanche, elle pouvait lui faire croire qu'elle cherchait à être séduite, qu'elle désirait un compagnon pour la nuit. De la bonne compagnie en échange de draps propres et d'un repas. Quel genre d'homme refuserait pareille offre ?
Ils ne refusaient jamais.
Et à cette pensée, son sourire se fendit d'avantage, la coupant l'espace de quelques secondes de la réalité.

La voix du jeune homme la ramena pourtant à l'instant présent et elle se rendit compte d'à quel point son visage était proche du sien tandis qu'il lui demandait :
- Qu’est-ce qui motive une telle générosité et ce singulier moyen de paiement ?
Son menton s'abaissa lentement et elle reprit le contact visuel à travers deux battements de cils.
Le jeu...
Sur le point de lui répondre, elle fut interrompu par un gamin qui venait lui aussi requérir les services de l'homme. D'abord irrité qu'il puisse mettre à mal ses plans, les propositions du gamin amusèrent la foule et elle avec. Mais elle ne se moqua pas ouvertement, Tamara apparaissait toujours gentille et bienveillante à Prospect Mira. C'était ainsi qu'on la voyait, ainsi qu'on devait continuer de la voir.
Elle céda donc sa place au môme, attendant que le charlatan revienne vers elle. Entre un échange peu probable d'information et le gîte et le couvert, nul doute que son choix serait vite fait.
La foule riait et murmurait, avide d'amusement et de nouveaux ragots à raconter.
Elle entendit plusieurs fois son prénom, parfois avec approbation et d'autres non. Certains parmi la populace la jalousaient, bien que la plupart soit enclins à la plaindre. Pauvre Tamara...abandonnée, livrée à elle-même ? Où étaient donc partis ses parents ? Au moins elle ne manque de rien et elle s'évertue à faire vivre la station.
Comme ils étaient naïfs ces pauvres et comme Tamara jouait de leur pitié...
Encore une fois, il allait falloir contenter la station, ce qu'elle fit lorsque l'homme revint à elle après s'être amusé du gamin.
Une chose état certaine, il savait y faire, s'attirant la sympathie comme on attrapait une infection ici.
Reprenant son livre qu'elle mourrait d'envie de feuilleter même s'il n'était pas de cuisine (elle aimait l'objet en lui-même), il se releva avec enthousiasme et annonça que le spectacle allait commencer. Malgré elle, Tamara sentit les fourmillements de l'excitation gagner ses sens, exacerbée par l'agitation de la foule.
Alors quand il se tourna vers elle et lui demanda ce qu'elle souhaitait entendre, elle répondit à son sourire puis leva la main afin de réclamer le silence.
Si tous semblaient suspendus aux lèvres du jeune homme, l'attention se détourna vers celle qui allait choisir le thème à présent.
Au milieu des quelques murmures persistant, elle lâcha :
- Ce que la foule choisira.

Alors les clameurs s'élevèrent, chacun exposant son choix dans un brouhaha qui la fit rire. Elle porta la main à sa bouche dans un geste délicat, comme intimidée par la réaction des badauds.
Tellement facile à manipuler....
Les yeux brillants, elle reporta son attention sur le jeune homme dans l'attente de son choix.
Contenu sponsorisé