Saveli cherche une chercheuse pas chère
Saveli Voronov
Date d'inscription : 29/10/2018
Messages : 43
Voir le profil de l'utilisateur
Eleveur de rats - Cultivateur de champignons
le Dim 20 Jan - 18:44

Passeport
Age :: 16 ans
Patronyme :: Stepanovitch
Surnom :: Valiouch
Fraichement arrivé à Prospect Mira avec Airat et le colosse Gavrill, Saveli posa à peine ses affaires dans la tente-hôtel avant de se précipiter pour visiter la station. C'était la première fois qu'il mettait les pieds ailleurs qu'à la Riijskaya. Il était fortement impressionné par les plus grandes dimensions de Prospect Mira, et par la fourmilière qui régnait ici. Des gens venus de tout le métro se mélangeaient. Le commerce battait son plein. L'adolescent n'avait pas assez de ses deux yeux pour tout regarder.

Il en profita pour se détendre car la traversée du tunnel lui avait causé quelques sueurs froides, même s'il était bien accompagné.

Il avait également une préoccupation.  

Il avait convaincu Airat de l'emmener en lui disant qu'il lui permettrait de retrouver son père, colporteur de profession. Saveli avait laissé entendre qu'il savait où se trouvait son paternel, mais ce n'était pas le cas. Celui-ci pouvait même se situer à l'autre bout du métro !

Du coup l'adolescent se mit à espérer croiser son père ici, à Prospect Mira, une station de la Hanse que Stepan connaissait par coeur. Il traîna donc ses guêtre près du feu central, à l'affut des visages, des conversations. Hélas, cette recherche se révéla vaine. La seule information intéressante qu'il glana en passant près d'un groupe de baroudeurs des tunnels c'était la présence d'une "détective" dans la station.

Saveli ne connaissait pas ce mot mais le contexte lui indiqua que c'était une professionnelle de la recherche des personnes disparues. Ielena Artemieva.

Il se dit qu'il ne perdrait rien à s'adresser à elle avant d'aller retrouver Airat. Ce dernier était bien occupé, il était peu probable qu'il se mette à la recherche de son protégé de la VAR.

C'est ainsi que Saveli, sans trop s'attendre à quoi que ce soit, décida de pousser jusqu'à l'emplacement de "l'agence" de cette femme. Encore un mot obscur, mais à force de se faire indiquer, il trouva. C'était une habitation comme une autre, dans une station de réfugiés permanents du métro. Il essaya de repérer l'occupante du lieu pour lui signifier sa présence.
Ielena Artemieva
Date d'inscription : 05/12/2018
Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Détective - Ancienne militaire de Polis
le Mar 22 Jan - 18:05

Passeport
Age :: 26
Patronyme :: Mikhaïlovna
Surnom :: Lena
C'était une journée très calme pour Ielena. Elle avait achevé sa dernière enquête il y a deux jours et pouvait enfin se reposer. Parce que le plus fatiguant dans son travail n'était pas les voyages entre les stations, les longues séances d'interrogatoires, ni même les potentielles échauffourées. Non, le plus exténuant c'était la sensation d'avoir quelque chose en suspens, une quête à achever. Lors d'une enquête, son esprit était sollicité jour et nuit, et ce, peu importe les enjeux. Parfois, cela devenait maladif et si elle ne trouvait pas rapidement une réponse à l'énigme qui lui était posée, elle pouvait dire adieu au sommeil qu'elle chérissait tant.

Une fois réconciliée avec le marchand de sable, la jeune femme en profita pour faire une grasse matinée bien méritée et ne se leva que lorsque son ventre lui supplia d'ingérer quelque chose. Elle se vêtit tout de même de vêtements formels, au cas où un client vienne la contacter directement chez elle, ce qui n'était pas si rare.

Elle était assise à son bureau face à une feuille vierge, seul témoin de son manque d'inspiration. Elle n'avait pas la tête au dessin, mais persistait quand même. Ielena s’apprêtait à poser la pointe de son crayon sur la feuille lorsqu'un bruit la perturba. Il s'agissait du rideau fait de perle de bois à l'entrée de son habitation qui était censé éloigner les insectes et alerter de l'entrée des gens. Impossible de voir de qui il s'agissait depuis sa chambre, mais il suffit à la jeune femme de renifler quelques secondes pour se rendre compte qu'il s'agissait d'un inconnu.

Elle se leva, ajustant légèrement sa cravate, puis ouvrit la porte séparant sa chambre de la salle commune. Un garçon s'y trouvait, il était sale, chétif et Ielena ne se souvenait pas de l'avoir vu à Prospekt Mira auparavant. Se doutant qu'il s'agissait d'un client au vu de son air perdu et incertain, elle se présenta à lui sur un ton formel.

"Bonjour, je me présente, Ielena Artemieva, détective privé. Prenez un siège, je vous en prie."

Alors qu'elle s'approcha de la table circulaire au centre de la pièce, la jeune femme dut faire un effort pour contenir une mine de dégout. Le jeune homme sentait la crasse et la sueur, et ces relents qui pourraient être désagréable à un nez raffiné, devenaient atroces pour Ielena dont l'odorat canin devenait une malédiction. Cependant, elle ne voulait pas paraître méprisante, et se contenta d'afficher une mine sérieuse.
Saveli Voronov
Date d'inscription : 29/10/2018
Messages : 43
Voir le profil de l'utilisateur
Eleveur de rats - Cultivateur de champignons
le Sam 26 Jan - 16:30

Passeport
Age :: 16 ans
Patronyme :: Stepanovitch
Surnom :: Valiouch
Saveli passa le rideau de perles avec gêne et curiosité. Il regarda autour de lui tout en piétinant un peu. Bientôt arriva une femme aux cheveux bruns tirés et au regard qui lui parut sévère. Ou bien seulement fatigué. Sa mise était propre et nette, ses vêtements originaux. Il attarda d'ailleurs son regard sur la cravate de la jeune dame. Il chercha à entraîner son sens de l'esthétique en estimant si c'était une belle tenue ou pas. Il ne sut pas trancher. Il pensa que les vêtements et la femme allaient bien ensemble.

Son ton formel parut plutôt glaçant pour Saveli, aucunement habitué aux politesses et mondanités. Il n'avait pas conscience que son hygiène douteuse de paysan de la Riijskaya put déranger les sens olfactifs de son interlocutrice.

Il s'approcha timidement de la fameuse table ronde qui trônait dans cette petite salle. Quand elle le vouvoya il eut le bref et stupide réflexe de regarder derrière lui si on (Airat par exemple) l'avait suivi dans la pièce. Mais non.

Gêné il s'assit d'une fesse sur la chaise la plus proche, comme s'il comptait rester à peine quelques secondes.

"Heu ben Saveli Stepanovitch."

Il gratta machinalement les quelques croutes qu'il avait sur les mains.

"Tu aurais vu Stepan, le colporteur ? Il est quelque part dans la station aujourd'hui ? Ou dans une autre?"

Et il se leva comme s'il était monté sur un ressort. Il était évident que la femme allait aussitôt lui indiquer la bonne direction et qu'il ne s'éterniserait pas davantage ici. Elle était "détective" ou non ? L'adolescent avait d'autant plus besoin d'une réponse claire et rapide qu'Airat Ivanovitch finirait (peut-être) par s'inquiéter (ou pas). Il se mordit la lèvre mais son regard était sans cesse capté par la cravate étonnante de la maîtresse de maison.
Ielena Artemieva
Date d'inscription : 05/12/2018
Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Détective - Ancienne militaire de Polis
le Sam 2 Fév - 16:10

Passeport
Age :: 26
Patronyme :: Mikhaïlovna
Surnom :: Lena
Ielena prit place en face de l'adolescent, dégaina un crayon à papier et un carnet de note usé dont elle réutilisait les pages à outrance. Écrire sur des pages froissées par les innombrables coups de gomme rendait la jeune femme anxieuse, mais elle n'avait pas le choix au vu de la rareté du papier.

Lorsque le garçon s'assit et se présenta, il fut impossible de ne pas remarquer le malaise qui l'habitait. Peut-être était-ce seulement de la timidité. Ielena pensait qu'il y avait autre chose. La façon dont il se débarrassait de la demande pouvait signifier qu'il n'était pas là de son plein gré, ou bien qu'il servait d'intermédiaire pour la demande de quelqu'un d'autre.

C'est à ce moment qu'elle fit le lien entre le patronyme du garçon et le nom du colporteur qu'il cherchait. Peut-être que la demande venait bien de lui, finalement. Mais peu importe, elle avait besoin de plus de renseignements et pour cela il fallait calmer un peu l'adolescent.

En regardant Saveli droit dans les yeux, elle afficha un léger sourire puis prit un ton un peu moins formel et une voix plus douce, à la manière d'un parent qui doit expliquer quelque chose de complexe à son enfant.

"Ce Stepan, j'ai besoin d'en savoir un peu plus sur lui pour le retrouver. Où était-il la dernière fois que vous l'avez vu. Qui est-il ? A quoi ressemble-t-il ? Connaissez vous ses habitudes, ses clients récurrents ? En vérité, j'ai besoin de tout les renseignements que vous avez sur lui.

Elle fit tourner son crayon entre ses doigts, puis captant l'hésitation chez son interlocuteur, tenta de le rassurer.

"Plus vous m'en direz, plus vite je pourrai le retrouver. Si il est dans la station, cela pourrait même être l'affaire de quelques heures."
Saveli Voronov
Date d'inscription : 29/10/2018
Messages : 43
Voir le profil de l'utilisateur
Eleveur de rats - Cultivateur de champignons
le Sam 9 Fév - 17:03

Passeport
Age :: 16 ans
Patronyme :: Stepanovitch
Surnom :: Valiouch
Les épaules du garçon s'affaissèrent. Quelques heures ! Une éternité pendant laquelle il faudrait faire patienter Airat Ivanovitch, esquiver ses questions, détourner la conversation ... Dépité, il expira lentement.

Son regard flotta sur le crayon que la jeune femme faisait tourner adroitement entre ses doigts fins. Le contraste était saisissant avec ses propres mains à lui, crasseuses jusqu'au fond des ongles.

Elle voulait une description de son paternel ... et plein d'autres détails encore qu'il n'avait nullement envisagés. Il se rassit néanmoins et rassembla les pans poisseux de sa veste matelassée. Trop grande, déchirée par-ci par là, sa couleur d'origine était indéfinissablement située entre le vert bouteille et le marron. La fermeture étant cassée depuis des lustres anciens, elle baillait pour laisser voir un sweat noir tout aussi effiloché.

"Ben la dernière fois que j'l'ai vu c'était à ma station, Riijskaya. Des ... semaines en arrière."

Il hésita à dire plutôt "mois", ce qui serait plus proche de la vérité. Il n'en avait aucune idée précise, les visites de son père ayant toujours été d'une rareté extrême. Néanmoins Saveli s'anima un peu quand l'inspiration lui vint.

"Il est colporteur, c'est sûrement le meilleur dans son genre. Il a des tonnes des clients, des tonnes de partenaires commerciaux, des tonnes d'amis. Impossible de te les dire tous."

Il mâcha un peu sa lèvre inférieure et se pencha un peu plus vers Ielena, en posant ses coudes sur la table ronde.

"Tu le connais forcément si tu connais des colporteurs. Il achète, il vend, il échange ... il fait des affaires ... il va un peu partout ... il connaît tout le Métro comme sa poche ... Tout le monde le connait car il a des supers plans, des supers combines."

Saveli cherchait ses mots. Il n'avait pas l'habitude de décrire à quelqu'un les activités de son père, vu que chez lui personne n'en parlait.

"Il ressemble à un colporteur, avec un grand manteau, un grand sac, plusieurs Kalach, des gilets pare-balle, des bottes bien solides, des ceintures de munitions ... des gants énormes ... Il est très grand et costaud, avec des tatouages et des cicatrices."

Dit-il en s'emballant de plus en plus. Nul doute que son père ressemblait à ça quand il était en mission commerciale. Il fit une pause en scrutant la détective. Sans doute avait-elle maintenant tous les éléments pour comprendre de qui il s'agissait.
Contenu sponsorisé