Ce qui ne me soûle pas...
avatar
Date d'inscription : 30/06/2018
Messages : 33
Double-compte : Airat Ivanov - Ustynia Kabakova
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 5 Oct - 23:02

Passeport
Age :: 40 ans
Patronyme :: Yvanovitch
Surnom :: Petya
Calmes-toi, calmes-toi. Bon sang mais vas-tu te calmer!
Piotr accéléra le pas, courant après sa fille déchaînée. Ses mots, pensés avec tant de force qu’il lui semblait les avoir murmuré dans un râle erratique, s'adressaient autant à elle qu'à lui. Dès qu'Inna avait appris qui ils allaient rejoindre, elle s’était élancée en avant, stoppée de justesse par son père la tenant fermement par la manche de son manteau. L'asticot lui avait laissé son anorak dans les bras, arrachant les boutons pression, glissant ses fins bras hors du vêtement, pour foncer vers la salle principale de Prospect Mira.
Elle se glissait maintenant entre les adultes plus vite qu'elle ne l'avait jamais fait, ses cheveux ondulés voletant derrière elle en masse informe et mouvante, un sourire sur ses lèvres effaçant toute la crasse de ses joues. Ses mouvements étaient oniriques souples, fluides et presque animales, calqués sur ceux d'une autre femme au corps tatoué et sanglé qu’elle admirait en silence. La petite se tordait dans tous les sens pour atteindre la grande salle de la station. Elle sentait son esprit se vider, son corps s’alléger à chaque foulée. Et dès que ses pieds touchèrent le damier si caractéristique de Prospect Mira, elle s’époumona avec le manque de pudeur des enfants.

« -NIKKI ! VALYA ! »

Entre deux silhouettes sombres elle les vit, assis autour d'une table. Des bouteilles traînés autour d'eux, des cadavres d'un combat dont ils ne semblaient pas être totalement sortis vainqueurs. L'une d'elles avait même roulée à terre, miraculeusement intacte, appuyée contre la botte de Valentina. La petite s'approcha d'eux, retrouvant une démarche humaine, sage et angélique. Elle s'arrêta au bout de la table, droite et immobile, presque militaire ainsi, avec la poitrine légèrement en avant, les bras croisés dans le dos et la tête haute. Son regard phosphorescent navigua entre les deux comparses, allant de l'un à l'autre, de l'autre à l'un, jusqu'à ce qu'une lueur amusé naquît dans ses iris. L’enfant pencha la tête sur le côté, la masse dense de ses cheveux suivant lourdement le mouvement.

« - Vous avez fait des bêtises ! Niki t'es cuit ! Papa va pas être content ! »

Lâcha la fillette, un sourire en coin tordant ses lèvres pâles. Elle s’installa à côté de Valentina, face à Nikkita avachit sur la table,  et ramena contre elle ses jambes couvertes d’un jeans usé et délavé. Sa tête se pencha sur le côté jusqu’à rencontrer l’épaule -musclée par le travaille- de Valentina et s’y appuyer doucement. Ses yeux se clorent doucement, alors qu’elle souriait sereinement. Elle était au milieu de sa famille, son groupe, sa meute. Malgré son âge, elle avait la sensation de tous les protéger, d’être une sorte de créature supérieure veillant sur eux deux, et son père en prime. Peut-être la réaction de l’alchimie des émotions du père et de la fille mélangées. Rien ne pouvait lui arriver, c’était comme une certitude totale.

***

Encore mélangé à la foule et invisible, Piotr regardait la scène comme une antithèse de sa fille : le regard assombris, les traits sérieux. Ses yeux semblaient presque noirs, couverts d'une légèrement ombre provoquée par le froncement de ses sourcils. Et ses épaules, légèrement relevées par la tension, paraissaient plus carrées.
S'il était heureux de revoir l'armurière qu'il avait vu grandir jusqu'à devenir à la Hanse une référence en matière d’armement, ce n'était pas le cas pour Nikita. Pas comme il l’aurait voulu.
Piotr avait finit par accepter après de multiples tergiversations, que le mercenaire avait quelque chose que les autres hommes ne possédaient pas. C’était désagréable à s’avouer. Mais Nikita était comme Nadejda ou Sacha. Il possédait quelque chose d'unique qui attirait le médecin, et le troublait tout autant. Un arcane qui semblait interdire à Piotr de détourner les yeux, qui lui faisait pardonner toutes les conneries de celui qui pour un peu aurait pu être son fils, à lui qui infligeait son exigence à tous. Même si le tatoué avait enfouit tout cela au fond de lui et prenait soin de ne jamais y réfléchir, ne jamais ouvrir la boîte de Pandore, la vérité ressortait parfois. L’obligeant aux prémices d’une remise en question qu’il ne se trouvait plus en âge de faire.
Le médecin se méfiait de lui-même plus que de Nikita. Il avait parfaitement conscience  de ses faiblesses, et redoutait de faire passer son bonheur avant Inna, avant son devoir paternel ou même avant sa rédemption, qui serait l’œuvre d’une vie.

Il prit une inspiration en avançant vers le trio, les mains dans les poches et sa casquette assez enfoncée sur sa tête pour masquer son regard. Comme si ça ne suffisait pas cet abruti est bourré ! Piotr ralentit en arrivant devant la table, lançant un regard noir aux bouteilles disséminés.Bel exemple pour Inna. L’une d’elle lui renvoya son reflet, déformé, teint en vert et pourtant fidèle. Un homme austère, pourtant semblant à deux doigts de se briser comme le verre. Peut-être n’étais-ce qu’un délire de son imagination, à lui qui savait dans quel état il se tenait. Mais peut-être que ceux assit à cette table, le connaissant depuis assez longtemps, savaient eux aussi de quoi il en retournait.

« - Tu as voulu t’assurer qu’il ne tenterait pas un casse une fois soûl et il t’as entraîné dans ses conneries, Valya ? »

Plaisanta le médecin en relevant les yeux sur l’armurière aux joues rougis par l’alcool. Si elle semblait encore un peu lucide, Nikita avait passé le cap de la gueule de bois depuis un verre déjà. Piotr entendait un rire permanant se glisser entre les lèvres du barbu, et secouer ses épaules à peine couvertes de son éternel débardeur noir. Le tatoué laissa son regard un instant s’écraser sur le cou pâle et sculpté du stalker avant qu’il ne se reprenne avec un raclement de gorge feint. Ses yeux retournèrent à Valya, se durcissant en voyant les traces bleues et violacés couvrant les joues et le nez de la femme. Sa voix s’adoucit alors qu’il inclinait légèrement la tête sur le côté, les sourcils légèrement froncés.

« -Qu’est ce qu’il t’est arrivé ?
 Toi j’te dis pas bonjour, t’es trop torché pour ça. »


Ajouta-il sèchement à l’intention du mercenaire, se voulant blessant tout en sachant que Nikita lirait probablement dans son jeu.



"Inna adore la roulette russe..."
avatar
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 16
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Jeu 18 Oct - 22:24
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
Nikita s’appuyait de tout son poids contre son avant-bras droit, qui était écrasé contre le bois d’une table jonchée d’innombrables bouteilles. Le jeune mercenaire avait les cheveux ébouriffés, les joues et le nez rougit, ses traits étaient fatigués par l’ivresse, mais aussi animés par cette excitation propre aux festivités et aux soirées arrosées. Ses paupières tombaient légèrement et son regard avait du mal à rester fixe. Il regardait sa comparse de beuverie -tant bien que mal, Valentina en adoptant une expression déterminée, se voulant presque intimidant par un froncement de sourcil exagéré. Il pointa son index gauche vers Valya, le doigt tanguait dans les airs, il ne s’immobilisa que lorsque Nikita posa son coude sur la table après plusieurs essais infructueux.

-Je te parie… que je peux boire… Le nombre de gorgées qu’il y aura sur la face de mon dé !

La réplique de Nikita s’était perdu dans le brouhaha du bar, ne laissant le loisir de la comprendre qu’à Valya. D’une main, le brun attrapa l’un des dés posés au milieu du cimetière de bouteilles. Il leva sa main et lança le dé. Ses yeux inquiets guettèrent la face qui allait apparaître. Lorsqu’il la vit, il se jeta en arrière en geignant.

-Merdeuh !

Il frappa dans le vide en affichant une grimace enfantine. Le dé affichait un six, ce qui était exactement le nombre de gorgée qui restait dans sa bouteille. Dans un soupir et une moue toujours plus enfantine et grincheuse, il attrapa sa bouteille et la porta à sa bouche. Nikita bu une gorgée, puis une autre, il leva un peu plus la bouteille pour avaler une troisième et une quatrième gorgée. Il finit par placer verticalement la bouteille pour boire les deux dernières gorgées. Il retira d’un seul coup la bouteille de sa bouche en poussant un râle avant de s’écrouler sur la table dans une exclamation.

-J’ai gagnééééééé, héhé.

Un rire narquois passa la barrière de ses lèvres alors que sa joue gauche épousait avec tendresse le bois de la table. La tête en face des dés, c’était lui qui les avait ramenés, et qu’est-ce qu’il le regrettait. Ses souvenirs étaient relativement flous depuis qu’il avait commencé à boire, mais il se souvenait avoir passé la soirée à jouer aux dés et à boire avec Valya. En parlant d’elle, il aurait pu orienter sa tête dans sa direction pour la regarder en discutant, ou au moins reluquer son décolleté. Bien qu’il ne se souvenait plus vraiment si elle en avait un ou pas.

Dans tous les cas, sa tête avait plongé contre la table, emportant le torse auquel elle était. Ses paupières commençaient à s’alourdir, mais il fut soudainement alerté par un cri strident qui annonça l’arrivée d’une petite tête blonde, beaucoup trop énergique pour l’état dans lequel le mercenaire se trouvait. Inna Zinovieva. Une véritable pile électrique à laquelle Nikita apprenait la quasi-totalité de ses tours. Elle lança une petite pique aux soûlards, qui fit sourire le brun qui orienta un regard complice vers Valya.

-On a pas fait des bêtises, on a juste fait des trucs d’adultes, héhé.

Une lueur à la fois taquine et insolente apparu dans le regard que Nikita lançait à Valentina. Il savait que sa phrase était ambiguë et pouvait prêter à confusion, et c’était tout à fait volontaire. Encore que, il aurait pu mentionner l’absence d'Ivan. Mais il lui semblait que ses remarques sur ce dernier avaient de moins en moins de pertinence auprès de sa comparse.

Trop réfléchir lui faisait mal à la tête, il réservait ce genre de supposition à celui dont Inna avait annoncé la venue. En réalité, depuis qu’elle avait mentionné son père, une commissure, marquant une certaine impatience mêlée à de l’excitation, était apparu sur le visage de Nikita. Il tourna la tête, posa son menton contre la table pour suivre du regard l’enfant qui alla s’asseoir aux côtés de Valya. Nikita voulut répondre à sa pique, mais, en la voyant poser sa tête contre l’armurière et fermer les yeux, il s’arrêta. La tranquillité de l’enfant l’avait attendrie et l’envie de la taquiner lui était subitement passée.

Mais l’arrivée du père d’Inna raviva la flamme provocatrice dans les yeux de Nikki. Malheureusement, entre temps, le front du mercenaire et le bois de la table avaient de nouveau manifesté leur désir de se rencontrer. Ainsi, Nikita entendit d’abord la voix sévère de Piotr s’adressait à Valya.

-Eeeeeeh, je ne suis pas bourré !

Nikita avait marmonné contre sa table imbibée d’alcool tout en levant mollement un bras. Il n’était pas certain que les gens autour de sa table ne l’ait compris, il était grand temps pour son front de faire ces adieux à cette table si confortable.

Nikita tourna lentement la tête vers Piotr qui lui lança l’une de ses piques habituelles lorsque le mercenaire était dans cet état, le sourire de ce dernier s’agrandit, son regard s’affina. Ce n’était plus simplement un regard narquois et amusé, non, il y avait quelque chose de plus licencieux. Ses lèvres dévoilèrent ses dents dans un sourire aussi large que le permettait sa physionomie. Et, tout en se redressant, le torse à moitié sur la table, la tête soutenue par sa main, son débardeur froissé qui en laissait voir plus que ce qu’il ne devait, ses jambes qui s’enroulaient entre elles et se perdaient dans l’ombre de la table, les paupières papillonnantes, et enfin, ces lèvres se mouvèrent dans une chorégraphie vulgaire pour répondre à Piotr.

-J’aime quand tu es dur avec moi, Petya.

Un rire satisfait suivit la réplique du mercenaire alors que sa main vint tapoter la place libre à ses côtés, invitant clairement Piotr à prendre place ici.
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 21 Oct - 19:02

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Les dés et la gnôle c'était jamais une bonne idée. Ou alors c'en était une bien trop bonne au contraire. Mais dans son état c'était compliqué à déterminer. Enfin au moins, elle tenait encore à peu près droite même s'il fallait sûrement pas lui demander de se lever trop vite. Ce qui n'était absolument pas le cas de Nikki. Ce malade pendait sur sa chaise comme un vieux torchon, la tête au milieu des cadavres de bouteilles et vieux mégots.

- Ouais, t'as gagné, champion, ricana-t-elle en réponse à sa victoire qui avait tout l'air d'une défaite cuisante face à l'alcool.

Le ciel lui tomba brutalement sur la tête alors qu'elle s'apprêtait à se moquer un peu plus ouvertement de son camarade de beuverie. En l'absence d'Ivan qui jouait généralement les arbitres entre eux, elle pouvait être aussi garce qu'elle le voulait. Toujours avec humour, bien sûr. Elle aimait bien Nikita, au fond, mais il avait un don inné pour l'irriter comme une pièce qui s'emboite mal dans son logement. Avec Ivan, ça s'équilibrait, mais sans lui, la soirée pouvait vriller à tout instant et ils en étaient conscients tous les deux. Que quelqu'un vienne les emmerder pourtant et y'aurait pas plus solidaires. C'était pas les emmerdes qui leurs étaient tombées dessus mais Inna qui avait débaroulé comme une fusée, la coupant dans son élan sarcastique. Croisant le regard de Nikki, elle esquissa un demi-sourire plein d'ironie tout en levant les yeux au plafond.

- Comme si on pouvait faire des trucs d'adultes ensembles, souffla-t-elle.

Double sens à prendre ou à laisser. Elle accueillit la gamine contre elle sans renâcler. C'était pas trop son genre les démonstrations publiques d'affection mais Inna le savait et ne lui en demandait pas trop non plus. Levant le bras, elle attira la tête de la petite contre sa poitrine et lui tapota gentiment les cheveux. Au-dessus de son ventre dénudé, elle portait un bandeau fort décent et la chemise de Vladimir bien trop grande nouée par dessus. Elle la mettait bien plus souvent depuis quelques temps et refusait de réfléchir à la raison pour laquelle elle le faisait. Surtout un soir comme celui-là où elle avait beaucoup trop picolé pour être lucide.

- Comment tu vas, petite ? Ton père est à la traine, encore ?

Piotr ne tarda pas à les rejoindre en effet et remarqua aussitôt dans quel état ils étaient. En même temps, le décor était plus qu'éloquent. Levant le nez pour le mater même si c'était un peu trouble, Valya lui trouva la même mine de papier mâché que d'habitude mais toujours des yeux aussi perçants. Qu'il exerça immédiatement sur elle d'ailleurs. Elle avait oublié les jolies couleurs qui ornaient toujours son visage et le message que ça devait envoyer aux gens. Ça tenait à distance les casse-couilles mais ça faisait parler les cons et les amis. Esquissant une légère grimace, elle porta sa main libre à son nez encore un peu gonflé mais bien anesthésié par la gnôle.

- J'ai embrassé un démonte-pneu, répondit-elle sobrement, trop alcoolisée pour trouver une blague digne de ce nom. Une âme charitable m'a remis le nez en place, tu veux vérifier que le boulot est bien fait ?

Qualifier Gueorguï Asimovitch d'âme charitable était plutôt ironique, voire un énorme blasphème au sein de la V.A.R., mais elle ne pouvait décemment pas dire qu'en guise de soins post-opératoires ils avaient baisé comme des fous furieux et qu'elle ne demandait qu'à recommencer. Elle n'avait clairement pas joué les étoiles de mer quand elle avait partagé son lit avec lui. Elle leva donc obligeamment le museau vers le médecin qui la connaissait si bien au cas où il voulait l'assurer qu'elle retrouverait bientôt son agréable petit minois renfrogné. La remarque de Nikki lui tira un autre soupir et elle lui jeta un coup d'oeil blasé.

- Vraiment élégant Nikki, t'as fait poète dans une autre vie ?

Mais ses pensées étaient toujours tournées vers l'alliance où elle se rendrait prochainement, ce qu'elle allait annoncer à ses comparses à titre informatif. Si elle avait été pleinement honnête avec elle-même, elle aurait reconnu que ce n'était pas indispensable, que ce déplacement pouvait attendre. Mais compte tenu du temps qu'il lui faudrait pour y arriver, elle n'avait pas envie d'attendre plus longtemps pour s'organiser. Elle voulait savoir. Et la patience n'était pas exactement son fort.



avatar
Date d'inscription : 30/06/2018
Messages : 33
Double-compte : Airat Ivanov - Ustynia Kabakova
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 22 Oct - 15:38

Passeport
Age :: 40 ans
Patronyme :: Yvanovitch
Surnom :: Petya
Inna ricana aux jeux de sarcasme de l'armurière et du stalker, un sourire qui traça des fossettes sur son menton et lui donnait un air féroce. La petite accueillit la main dans ses cheveux en ferment les yeux, adoucissant la courbure de ses lèvres. Les battements du cœur de Valentina lui parvenait à travers des centimètres de muscles, veines, chair, peau  et artères. Et sa chaleur était collé contre son oreille et sa joue, la faisant doucement rêvé de sa mère. Elle aurait voulu quelqu'un pour  compléter Piotr. La vérité lui avait sauté à la figure, pour tenir un enfant, autour d'elle il y avait toujours des duos. Et elle, avait la sensation de tenir deux rôles. Il manquait une roue à leur tricycle, elle le sentait. Parfait elle regardait toutes les femmes lévitant autour d'eux. Elle se prenait à imaginer si l'une d'elle devenait sa mère. Et mal grès la différence d'âge, et même si elle l'aimait plus comme une sœur, Valentina lui donnait des besoins de filiation.

« - Ça va. Vous m'avez manqué, tous. »

Chuchota elle, consciente que seule Valentina pouvait l'entendre.

Piotr  leva aux voûtes du métro son regard bleu délavé en entendant Nikkita geindre comme un môme. Il retenait un sourire amusé, presque attendrit. Et s'il l'avait eu, il l'aurait parternalisé autant que possible, juste pour s’enfoncer un peu plus dans le déni. Le médecin eu un souffle amusé et délaissa un instant le stalker pour écouter Valentina. Il haussa un sourcil à la plaisanterie, souriant discrètement.

« -J'vais regarder ça. »


Dit-il en posant ses deux sacoches sur le banc, à côté d'Inna.
La petite tendit le bras vers l'une d'elle avec une grimace, se contorsionnant pour garder la tête contre la poitrine de Valentina. Elle finit par réussir à attraper un fil de fer, enroulait sur lui-même comme un serpent. Ses doigts encore ronds au pourtant déjà couvert de petites cicatrices commencèrent à le  tordre précautionneusement, lui donnant des formes plus ou moins abstraites.

Le tatoué se crispa en entendant le dernier sarcasme de Nikkita. Un courant électrique lui traversa l'abdomen, alors qu'il ravalait sa salive, une main sur la visière de sa casquette pour dissimuler un instant dans l'ombre son regard presque blessé. Il se débarrassa rapidement de son manteau et chapeau, les déposant sur les sacoches en glissant un sourire à Inna.
Elle le lui rendit, tournant immédiatement ses yeux de phosphore vers le stalker de l'autre côté de la table. Comme une question muette et une complicité de spectatrice à acteur. Elle était témoin depuis des mois de quelque chose qu'elle comprenait mieux que les protagonistes eux-même, et qui en même temps lui était inconnu, lui semblant à la limite du barbare et de l'animal. Un affrontement perpétuel entre son père et son conteur. Et chaque fois, la fuite de Piotr, acculé Elle pouvait sentir le moindre bouillonnement de colère de son père à l'encontre de Nikkita, la moindre vagues de haine, onde de peur, goutte de tendresse. La fillette aurait voulut qu'ils cessent. Mais elle n'osait pas dire, elle n'osait pas parler, expliquer qu'ils la blessaient. Elle tentait de prendre place dans le jeu, du côté de Nikkita, avec un peu d'amertume contre son père trop distant, et que parfois elle se sentait haïr. Mais ce n'était qu'une fuite en avant.

Piotr remonta ses manche en fusillant du regard le stalker, et vient s'asseoir à côté de Valya, enfourchant le banc, une jambe de chaque côté pour glisser ses doigts sous le menton de l'armurière.

« - Je me trouve bien plus salaud avec Valya qu'avec toi.  Elle n'est pas un cas désespéré. Elle. »

Jeta-il à Nikkita d'une voix blanche, concentré sur le visage de la brune. Il y reconnaissait quelques traits du père de l'armurière, et pour la centième fois, l'idée qu'elle était belle, terriblement belle lui vient en plein face. Du bout du pouce, il appuya un peu sur une trace violacée au coin du nez de Valentina, avant de la lâché lentement.

« -Bon. Ton âme charitable a fait du boulot relativement propre. J'vais juste te peinturlurer la face avec un onguent pour réduire les bleus. »

Le médecin se releva lentement, passant de l'autre côté de l'infirmière pour prendre dans une sacoche un petit bocal remplie d'un gêle brun. Il revient s'asseoir à côté de Valentina, prenant à nouveaux son menton entre des doigts pour lui faire le relever la tête. De la paume de la main, il écarta quelques mèches sur les joues de l'armurière.

« -Préviens si je te fais mal. »

Di-il en étalant sur la pommette de l'armurière un peu de pommade, serein et précis dans ses gestes. S'occuper de quelqu'un d'autre occupé son esprit, le maintenant dans un domaine qu'il connaissait, et le rassuré. C'était nécessaire pour lui, encore plus en présence de Nikkita. Dans son rôle de médecin, il détenait l'autorité, et s'assurait de toujours pouvoir placer des limites, des régles.

« - Nikki, je suppose que tu es l’initiateur de cette connerie, comme toujours ? »



"Inna adore la roulette russe..."
avatar
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 16
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Mar 23 Oct - 2:08
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
Un rire imbécile passa entre les lèvres de Nikita en entendant la réplique de Valya.

-Je suis déjà poète dans cette vie, héhé.

Le mercenaire éméché continuait de ricaner tout en lançant des petits regards en coin à Piotr. Ce dernier avait laissé Valya réagir à la phrase tendancieuse que le mercenaire avait dite plus tôt. Mais la remarque sèche qui glissa sur les lèvres de Piotr fit s’évanouir l’expression joviale de Nikita. Il poussa un soupir et posa sa tête contre sa paume, plissant et remontant sa joue vers sa paupière.

Cas désespéré ? Le mercenaire espérait pourtant beaucoup de choses lorsqu’il s’agissait de son aîné. Il avait depuis longtemps dépassé le simple espoir de mettre le médecin dans son lit. Piotr était, pour le meilleur et pour le pire, trop inaccessible et torturé pour n’être qu’une simple aventure. Mais ce n’était pas la seule chose qui empêchait Nikita de fourrer sa langue dans la bouche du médecin.

Les pensées de Nikita cessèrent de diverger quand il remarqua que le regard de cette fameuse « chose » pesait sur lui. Inna. Son regard fit un instant frémir le brun. La clarté de ses yeux donnait à Nikita l’impression qu’elle ne pouvait pas seulement lire dans les pensées de Piotr.

De toute façon, il n’avait pas pour habitude de se prendre la tête avec ça. Il voyait les relations comme un jeu, une grande comédie sans metteur en scène, où les jeux des acteurs était changeant. Il préférait passer à autre chose et jouer son rôle de fanfarons. Il attrapa lui aussi un fil de fer dans l’une des sacoches du médecin et l’amena devant ses yeux, il fixa son regard dessus. Ses pupilles se dilatèrent, ses sens s’engourdirent et…

Héhé. Héhé. Héhé.
Je vais faire un kiki avec ce fil de fer.
Héhé.
Alors, on commence par plier ça, on fait une forme arrondie comme ça. Puis, on recommence comme ça. On refait un rond, on allonge tout ça pour faire un long troooonc et…
Pourquoi ma bite ressemble à une épée ?


Les yeux de Nikita retrouvèrent rapidement leur état normal et les acouphènes cessèrent. Il regarda sa création d’un œil circonspect. Il fini par relever la tête en entendant Piotr s’adresser à lui.

-Quoi ? Tu me soupçonnes d’être le démonte-pneu rouleur de pelle ? Tu sais bien que Valya n’a d’yeux que pour Ivan et que je n’ai d’yeux que pour to… Dieu ! On a pas plus d’alcool !

Nikita sauta immédiatement de sa chaise gardant son épée en fil de fer entre les doigts. Il se fraya un chemin -tant bien que mal- entre la populace du bar. Le mercenaire était à lui seul une parfaite image de la clientèle et de l’état du bar à une heure aussi avancée. Et comme bien d’autre avant lui, il s’écroula à moitié sur le comptoir et leva un bras vers le barman.

-Quatre bouteilles et deux thés, mon grand !

L’homme grassouillet à la barbe brune et hirsute grommela un moment, comme à chaque fois qu’un client éméché lui commandait une énième boisson, mais ça faisait tourner la machine, alors il alla servir. Le temps que les raffraichissements arrivent, Nikita se tourna pour s’adosser contre le bar, balançant sa tête en arrière pour faire craquer ses cervicales. Il laissa sa tête comme ça un instant, et ferma ses paupières, sentant les effets de l’alcool qui lui faisaient légèrement tourner la tête.
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 23 Oct - 20:35

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Le bras de Valya étreignit un instant les épaules d'Inna en réponse à ses mots gentils. À elle aussi la gamine et son père avaient manqué même si elle aurait été bien en peine d'identifier cette émotion sur le coup. Ce n'est qu'a fortiori, en les revoyant, qu'elle se rendait compte que le temps avait été long sans les voir. La tête vers Piotr mais le corps de biais pour garder Inna contre elle, elle se laissa examiner sans renâcler et hocha légèrement la tête quand le médecin lui signifia que le boulot était correct. À vrai dire, elle n'en avait pas douté. Mais la confirmation par un professionnel était une sorte de compliment intérieur pour Jora qui n'avait pas seulement l'expérience mais aussi le savoir-faire. Pour cela, entre autres. C'était idiot, elle le savait et se détestait pour ça, mais ça lui faisait plaisir.

Les yeux rivés au visage de Piotr, elle l'observait pendant qu'il lui tâtait le nez, restant aussi neutre que possible. Le gonflement avait sensiblement diminué mais la douleur était toujours assez vive. Elle ne grimaça presque pas pourtant, les doigts du médecin étaient frais et légers. Elle ne bougea pas non plus alors qu'il allait chercher l'onguent en question et ne réagit pas davantage alors que Nikki profitait de l'occasion pour lui balancer une vanne totalement gratos et malvenue sur Ivan. Mais ce n'est que quand elle croisa le regard de Petya qu'elle comprit son erreur. C'était très probablement la première fois qu'elle ne rétorquait rien à Nikki pour ce genre de connerie et ne lui balançait rien à la tête. Elle aurait bondit sur l'occasion de lui coller une mandale en temps normal, mais là, elle n'avait rien dit et n'avait surtout rien ressenti.

Les yeux inquisiteurs du docteur lui confirmèrent ce qu'elle savait déjà : il avait compris que quelque chose avait changé. Heureusement Nikita avait déjà décollé son cul du banc pour éviter de dire une autre amas de conneries et elle n'eut pas à faire semblant de protester. Elle s'aperçut alors que sa main gauche s'était spontanément levée pour saisir le poignet de son infirmier personnel. Ses trois doigts l'enserraient sans forcer mais avec une certaine fermeté. Ou plutôt une certaine tension. Imposant le calme dans son esprit, elle détacha lentement sa main mutilée du bras de Piotr et la laissa retomber sur ses genoux. Son regard n'avait pas quitté le sien.

- Une saloperie de Tchétchène a cru pouvoir me payer en nature, je lui ai expliqué la vie. Malheureusement, il avait des frères et ils m'ont retrouvée pas loin pour qu'on partage la note.

L'explication avait été donnée d'une voix plus basse, qui sentait le calme forcé. Mais cela lui permit de reprendre le dessus. Elle cligna des yeux et détourna le regard cette fois. Piotr avait un don pour vous faire sentir qu'il voyait au-delà des apparences et au-delà de l'image qu'on voulait donner. Elle avait la certitude qu'il la voyait réellement pour ce qu'elle était et comme elle était. Parfois elle se disait qu'elle aurait mieux fait de le choisir lui, de l'aimer ou au moins de le désirer suffisamment pour lui proposer une sorte d'association satisfaisante pour eux deux et pour Inna. Vladimir n'aurait pas été contre. Elle aurait juste été ambulante au lieu de rester là où elle était née. Mais elle aimait trop Piotr pour lui imposer ça, même si elle pressentait qu'Inna aurait assez aimé partager sa vie. Nikki amena un souffle bienvenu sur cette pensée, pour une fois qu'il le faisait involontairement et sans arrière pensée. Grimaçant et levant les yeux au plafond, elle marmonna un mot grossier.

- Comme s'il avait pas déjà assez picolé. Quatre bouteilles et deux thé, et puis quoi encore ? Des danseuses du ventre ?

Cela dit, les filles de Tania lui avaient fait un genre de spectacle exotique une fois, elle avait pas été déçue du voyage. Mais bref, c'était pas le sujet du jour. L'onguent étalé, elle grimaça encore pour le plaisir de râler et de rester une insupportable patiente indocile, puis elle revint à des choses plus sérieuses, un peu dégrisée maintenant que Petya lui avait tripoté le nez et rappelé le connard de Tchétchène.

- Je vais partir pour la V.A.R. dès que je me serais organisée pour le transport
, lâcha-t-elle soudain et sachant que ça pourrait potentiellement intéresser le médecin.



avatar
Date d'inscription : 30/06/2018
Messages : 33
Double-compte : Airat Ivanov - Ustynia Kabakova
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 24 Oct - 23:03

Passeport
Age :: 40 ans
Patronyme :: Yvanovitch
Surnom :: Petya
Un soupire amusé échappa au médecin. Il laissa sa tête tomber en avant, la secouant de gauche à droite comme sous l'effet d'une grande fatiguant. Et se retrouva involontairement le nez dans le décolleté de Valentina, relevant vivement les yeux sur le visage de l'armurière.

« - Désolé. Il me navre. »

S'excusa-il en reprenant sa tâche, arrêtant du même coup la progression de la légère coloration sur ses joues. Nikkita avait parfois des comportements qui passait à travers sa cuirasse, lui allait droit au ventre comme un coup de couteau. C'était une remarque, un rire, un coup d’œil, une position. Qui donnait à Piotr l'envie de s'approcher trop, beaucoup trop, pour essayer de faire comprendre au plus jeune ce qu'il venait de ressentir. Mais quelque chose l'en empêchait toujours. Une sorte de pudeur bien plus profonde et intérieure qui lui disait qu'il n'avait pas le droit de faire.
Alors il cachait sa frustration derrière un pique au stalker, où un regard, une attitude qui en disaient parfois un peu trop long.
Comme à l'instant.

Le tatoué hasarda un regard vers Nikkita, arquant un sourcil en le voyant,une bobine de fils de fer à la main.

Fer
Vu


Inna releva d'un coup la tête de la poitrine de Valya tel un suricate, fixant ses yeux bleu sur l'homme de l'autre côté de la pièce. Un sourire redessina ses lèvres en formes de cœurs. Elle rangea derrière son oreille une mèche miel en levant le menton pour observer le travail du stalker, un masque de curiosité sur le visage. La petite avait déjà vu une ou deux fois le conteur user de sa mutation. C'était étrange de le voir coupé du monde ainsi, complètement imperméable à son environnement.

« -J'crois qu'Nikki fait une connerie.... »

Souffla-elle en reposant sa tête contre le buste de Valentina, toujours entre les mains de son père. Qui se raidit en entendant à nouveaux la voix du stalker. Il avait sans peine compris la fin de cette phrase avortée au nom de la beuverie, et sous le menton de l'armurière, ses doigts s'étaient raidit. De l'autre côté de la femme, Inna eu un moment de latence où elle arrêta de tordre le fils, reprenant plus lentement consciencieusement son tressage.

Le médecin sursauta en sentant les doigts de l'armurière envelopper son poignet. Il s'immobilisa  immédiatement, prêt à s'excuser pour une maladresse professionnelle. Mais le regard de Valentina l'arrêta sur le champ. L'atmosphère avait changé. Elle était chargé d'électricité comme avec Nikkita, mais s'y ajoutait autre chose. Une sorte de tristesse, de nostalgie. Piotr ne savait que trop bien quel fantôme commun pesait sur eux deux.  Et a quel point leur relation était compliqué. Du jour au lendemain, adolescente, elle s'était retrouvé sans père, et lui avait perdu l'un des seuls amis qu'il avait à l'époque.  L'un comme l'autre n'étaient pas partisan de la larme à l’œil. Pourtant Piotr savait avoir abreuvé plus d'une fois l'épaule de la jeune femme, et il se rappelait sans problème la sensation de son haut collant à son torse,  attiédit par de rares larmes brûlantes de rages.
Lui qui l'avait vu grandir avait voulu jouer au père de substitution sans savoir comment s'y prendre, et finalement le phénomène s'était amoindris. Mais il avait toujours envers elle des réflexes protecteurs, une admiration mêlée à un respect sans bornes.
De cela découlait leur relation. Une sorte de porte ouvert sur l'inconnu, ils en avaient conscience. Et cela créée entre cette tension étrange.

« -Valya.... Tu n'as pas de compte à me rendre. »


Dit-il presque à voix basse. Le médecin lâcha enfin son visage, sourcils froncés. Il avait l'impression de quelque chose la préoccupait. Voir l'inquiétait. Piotr leva le bras pour pauser sa main sur son épaule, dardant sur elle un regard inquiet.

« -Mais... Si quelque chose ne va pas, je suis là. »

Inna se redressa violemment, abandonnant son serpentant de métal. Elle sauta du banc et couru vers Nikkita, tendant les mains pour lui prendre les thés.

« -Passe, passe, passe ! »

Elle lui prit les deux gobelets des mains du stalker, et revient à la table en trottinant, les posant en catastrophes sur la tables pour se souffler sur le bout des doigts. Piotr l'accueillit avec un sourire qui disparu dès que Valentina prit la parole. Il lui lança un regard questionneur, se levant pour venir chercher dans la poche de son manteau une petite boite en métal plâte.

« - … J'avais prévu d'y aller aussi.  Il y a quelqu'un que je voudrais voir là-bas. »

Il fit sauter le couvercle et prit entre ses doigts une cigarette, déposant la boîte entre ses deux comparses.

« - Libre service pour ce soir. Nikki tu craches ta fumée dans la figure d'Inna j'te jure que la prochaine fois que je m'occupe de ton cas, il te manquera un truc au réveille. »

Un rire rond et enfant accueillit sa menace.



"Inna adore la roulette russe..."
avatar
Date d'inscription : 24/07/2017
Messages : 377
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
le Mer 24 Oct - 23:27
Narrateur
Rendez-vous en enfer

Nikita marchait d'un pas pesant. Après tout, il avait ingurgité une bonne quantité d'alcool et il commençait à le ressentir. Il tituba un instant tandis que Inna déposait les tasses de thé. Valentina semblait perdue dans ses pensées en écoutant Piotr lui parler... Si bien que, aucun des deux ne remarqua l'état du stalker. Son regard était vitreux, il se figea sur place, peut-être avait-il été touché par les mots de l'armurière ? L'idée qu'elle parte lui posait problème ? Ou bien était-ce autre chose ?

Tout devint alors sombre... L'homme perdit pied, il se sentit partir et ce fut comme un rêve: il se sentait léger comme s'il volait. Mais ce sentiment agréable s'estompa rapidement quand il percuta quelque chose. Il fut alors repoussé, entendant des insultes et son corps s'effondra de nouveau, heurtant cette fois avec force quelque chose.

Nikita gisait sur le sol, le visage ensanglanté. Un malaise ? Et cette douleur au crâne... Il était d'abord tombé sur un homme accoudé à une table qui buvait jusque là tranquillement. L'ivrogne l'avait repoussé et Nikita était tombant, s'ouvrant l'arcade et le front sur le coin de la dite table. Sa vue était trouble, il voyait difficilement le plafond. Mais c'était surtout sa respiration qui l'inquiétait: il avait un mal de chien à inspirer et expirer. Ce n'était pas l'alcool, c'était autre chose !

Spoiler:
 



Spoiler:
 
avatar
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 16
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Jeu 25 Oct - 23:22
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
Fais moi mal, oh oui fais mal Destin tomatoe
avatar
Date d'inscription : 24/07/2017
Messages : 377
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
le Jeu 25 Oct - 23:22
Narrateur
Le membre 'Nikita Azarov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D20' : 20
avatar
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 16
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Ven 26 Oct - 0:34
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
S’il y avait une chose que Nikita regrettait de n’avoir jamais connu, c’étaient bien les attractions à sensations fortes. Il en avait vu dans quelques-uns des livres de son enfance et une fois lors d’une sortie à la surface. L’on mettait les gens dans une petite nacelle qui fusait à toute vitesse sur des rails, faisant toutes sortes de trajets biscornus. Le mercenaire avait toujours été convaincu qu’une chose comme ça lui aurait vraiment plu.

Aujourd’hui, il venait sans le savoir de vivre une expérience s’en rapprochant plus ou moins. Il n’avait pas très bien compris ce qui lui était arrivé. Il s’était arrêté devant Valya, ayant entendu le nom de l’alliance dans laquelle il avait grandi. Ça lui avait rappelé la fois où sa mère lui avait lu un livre parlant de carrousels. Il se rappelait s’être vu, à l’époque, sur l’un de ces chevaux qui montaient et descendaient comme lui décrivait sa mère. Le mercenaire avait ressenti exactement la même chose le temps d’un instant. Mais lorsque sa monture descendit, il l’accompagna avec un peu trop d’enthousiasme.

Un bruit de verre. De bois. Des effluves d’alcool. Une douleur. Nikita perçut tout ça, mais pas exactement dans cet ordre. Il n’aurait pas su les remettre dans le bon ordre, de toute façon. En revanche, il y avait du sang. Qui se mélangeait avec de l’alcool. Les poils de son bouc et sa joue baignaient dans cette mixture sirupeuse. Il ne se rendit compte qu’à ce moment qu’il était étendu, les bras le long du corps et les jambes légèrement écartées.

Il resta un instant comme ça. Jusqu’à ce qu’il se rappelle que pour respirer, il fallait d’abord inspirer. Une fois qu’il eut de nouveau irrigué ses poumons d’airs, son corps put de nouveau bouger. Nikita tourna d’abord la tête -car elle était encore face contre terre. Et se dessina sous son regard encore un peu vitreux l’agréable silhouette d’une bouteille, pleine et intacte.

-Héhé. Salut toi, on t’a déjà dit que t’avais de beaux yeux ?

Il se releva, donnant une impulsion à son corps avec ses bras et attrapant par la même occasion la bouteille. Titubant un instant, il reporta son regard vers ses camarades. Essuyant le filet rouge qui passait sur son œil droit. L’air de rien, il alla s’écraser sur sa chaise.

-Désolé Valya, les autres bouteilles sont cassées, j’crois. On s’partage celle-là ?

Tout en disant cela, il plaça la capsule de la bouteille contre le bout table de la table, approcha son visage de cette dernière, anticipant la montée de mousse.

La seconde d’après, de léger fils d’alcool coulaient aux coins de ses lèvres tandis qu’il avalait quelques longues gorgées bien méritées. Dans un soupir satisfait, il reposa la bouteille sur la table et la poussa vers Valya. Murmurant un léger « Tiens. » Le blessé attrapa l’une des cigarettes, tout guilleret.

-Héhé ~ Merci Petya d’amouuuur !

Puis, à mi-voix, il ajouta quelque mots à sa phrase.

-Tu sais que tu me prendre où... Pardon, tout ce que tu veux... Héhé.

Il lança un regard complice à Inna avant de s’éloigner légèrement et d’allumer sa sucette à cancer. Il inspira quelques bouffées, cracha la fumée loin des poumons encore saint de la petite, avant de s’adresser au groupe, toujours de manière aussi nonchalante.

-On va s’manger un truc ? J’ai la dalle.

Sa phrase fut accompagnée du clapotis de son sang tombant sur la table. Agacé, il essuya nonchalamment le filet vermeil qui avait coulé sur sa joue.
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 26 Oct - 1:00

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Nikki a le choléra \o/



avatar
Date d'inscription : 24/07/2017
Messages : 377
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
le Ven 26 Oct - 1:00
Narrateur
Le membre 'Valentina Nikolaïeva' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D20' : 5



Spoiler:
 
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 28 Oct - 19:13

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Y avait-il quelque chose qui n'allait pas ? Soutenant le regard de Piotr, Valya s'interrogeait et garda finalement le silence plutôt que de répondre. ce n'était ni le lieu ni le moment de se poser ce genre de question. Car ce n'était pas tellement que quelque chose aille ou n'aille pas mais plutôt que quelque chose avait changé et qu'elle ne voulait pas le nommer pour l'instant. C'était beaucoup trop énorme. Et beaucoup trop incertain. Tout allait commencer par ce foutu voyage à la V.A.R. De toute façon, elle le faisait régulièrement, personne ne pouvait s'en étonner. C'était juste qu'il n'y avait pas très longtemps qu'elle en était revenue et après être allée en surface, qui plus est.

Ce souvenir la fit frémir légèrement et détourner les yeux. Elle revoyait encore le corps disloqué et éventré de toutes parts de leur camarade tombé là-haut. Elle n'avait pas spécialement l'esprit communautaire, encore moins communiste, mais la mission qu'ils avaient accomplie ce jour-là était gravée dans sa mémoire et avait tissé une forme de lien entre eux. Elle s'empêcha de laisser ses pensées dériver à nouveau vers Gueorguï Asimovitch et se concentra sur le présent.

Laissant ses doigts agiles filer vers la boîte de métal où attendaient quelques cigarettes pré-roulées, elle préleva l'un des petits cylindres et le fit jouer entre ses doigts machinalement. Une manière de faire durer le plaisir. Ce qui se passait entre Piotr et Nikki ne lui avait pas totalement échappé mais là encore les choses avaient changé. C'était subtil mais bien réel et elle se demandait ce que ça signifiait. Bah, elle verrait bien en allant à la V.A.R. Si Petya y allait aussi, elle allait s'arranger pour qu'ils puissent voyager ensemble. Ce serait une bonne occasion de bavarder sans la présence irritante de Nikita.

Ledit Nikita qui avait l'air dans un état pire que ce qu'elle avait compris. Le voilà qui titubait entre les tables avec les bouteilles. Soudain il bascula, cogna sur un type, rebondit sur un coin de table et s'effondra finalement face contre terre. Déjà debout à l'instant même où elle avait compris qu'il ferait plus que vaciller, elle n'eut pourtant pas le temps de franchir la distance qui les séparait qu'elle le vit rouvrir les yeux et se relever pesamment. Et pesamment c'était le mot.

Quand il revint à table, il était plus lourd que jamais. La gueule en sang, il faisait comme si rien ne s'était passé mais ce n'était absolument pas convaincant aux yeux de l'armurière. Elle avait l'oeil assez affûté pour remarquer que le regard de Nikki était trop brillant et que de la sueur se mêlait au sang sur son front. Ses mains tremblaient légèrement également. Il était fiévreux, de toute évidence, pas seulement bourré comme un coin. Et ses sous-entendus étaient encore plus graveleux et pénibles que d'ordinaire.

Rassise à sa place, elle rassembla rapidement les effets des uns et des autres tout en vérifiant qu'elle avait bien ses deux armes cachées sur elle. Contre toute attente et aussi dénudée soit-elle, elle trouvait toujours le moyen de rester parée pour tout. Une main ferme sur le bras de Piotr, elle l'enjoignit à ranger lui aussi et se préparer à décoller de ce bar. Le visage fermé et le regard mortellement sérieux, elle murmura à sa seule intention.

- Il est malade, les gens vont le remarquer. Il faut qu'on dégage vite avant que ça foute le bordel et qu'il soit emmené.

Car elle restait persuadée que même à la Hanse, même dans leur situation plus libérale et démocratique à ses yeux qu'ailleurs, les autorités avaient tout pouvoir sur le commun des mortels. Et un homme malade dans une station aussi peuplée que Prospekt Mira, dans un bar en plus de ça, ça ne pouvait pas bien finir. Elle voyait déjà la quarantaine qui les bloquerait là indéfiniment, les diagnostics vaseux et les conséquences lourdes pour eux personnellement comme pour son commerce. Pas question de laisser ça arriver. Du sang froid et de la maîtrise. Voilà tout.

- Occupe toi de le soutenir comme s'il était seulement ivre, je me charge de ton barda et d'Inna.

Chez elle ils seraient à l'abri et assis sur un putain d'arsenal. Le temps de savoir ce qu'avait Nikki, ils seraient cachés aux yeux du monde, ce qui valait beaucoup mieux.



avatar
Date d'inscription : 30/06/2018
Messages : 33
Double-compte : Airat Ivanov - Ustynia Kabakova
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 2 Nov - 19:55

Passeport
Age :: 40 ans
Patronyme :: Yvanovitch
Surnom :: Petya
Effectue rapidement un petit haka

Yvan, je te dis à tout à l'heure en MP Evil or Very Mad



"Inna adore la roulette russe..."
avatar
Date d'inscription : 24/07/2017
Messages : 377
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
le Ven 2 Nov - 19:55
Narrateur
Le membre 'Piotr Zinoviev' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'D20' : 3



Spoiler:
 
avatar
Date d'inscription : 30/06/2018
Messages : 33
Double-compte : Airat Ivanov - Ustynia Kabakova
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 3 Nov - 10:32

Passeport
Age :: 40 ans
Patronyme :: Yvanovitch
Surnom :: Petya
En matière de beuverie, Nikki fait à coup sûr partie des pires que je connaisse. Je n'essaye même pas de compte le nombre de fois où je l'ai ramassé, avachit sur une table, et -je crois qu'on peut le dire- ayant perdu toute dignité humaine. Ni  les fois où j'ai du assurer sa gueule de bois légendaire du lendemain, et les remarques sur le rebondis de mon cul qui vont avec.

Mais là il va décidément trop loin.
J'ai à peine le temps de comprendre ce qu'il vient de se passer qu'il es parterre, se ramassant au passage le coin de la table, baigné des morceau de verre et d'alcool. Mais sors-toi de là avant de te couper sombre abruti !
Je commence à me lever pour...
Il est grand.
Mais...
Il peut se relever.
Un soupire m'échappa. Je ne suis pas habitué à ce que tu sois froide avec lui. Je sais, ce n'est pas de la froideur, du moins ce n'est pas voulu. Tu ne fais que l'embêter, et moi avec. .Mais si tu savais ce que je sais, et si tu savais comme je suis déchiré entre vous deux. J'ai l'impression que si je ne fais que l'approcher je t'arrache la moitié de la peau. Et si je reste prêt de toi, sagement, c'est ma peau que j'arrache, sans savoir pourquoi. Sans vouloir savoir pourquoi. Au fond, je l'aime bien tu comprends ? Mais pas quand il ce comporte ainsi. Pas quand il est bourré comme un bolchevik, et qu'il passe son temps à se comporter comme s'il pouvait avoir autre chose qu'une amitié entre nous. Là, j'ai juste envie de le secouer à lui en faire tomber ses dernières neurones.
Mais m'énerver contre ce putain de demeuré ne changera rien au fait qu'il est en train de se relever. A croire que les cafards sont increvables. J'ai à peine le temps d'entrouvrir les lèvres sur une volute de fumée et quelques mots qu'il m'a encore balancé un de ces fameux pique en pleine gueule. Mes sourcils se froncent, et à travers tes yeux je reçois comme un reflet de moi. Austère, empestant sûrement la cigarette. Vieux, les traits dessinés au couteau. Et ceci me va parfaitement. Dessiné au couteau, c'est sûrement ce qui représente au mieux ma famille.

« -T'as une drôle de façon de parler de tes potes, Nikkita. »

Grognais-je entre mes dents en me levant pour venir voir son arcade éclatée. Il avait fait du bon boulot pour le coup, le médecin en moi jubilait. Et pourtant je retiens un sifflement de compassion douloureuse entre mes dents. Je tendais une main  vers son visage, prêt à faire un état des lieux. Et m'arrêtait en chemin, serrant les dents.
Ses mots t'avaient fait sursauter. Plus que cela, ils t'avaient blessé et j'avais l'impression que tu t'éloignais. Pas physiquement. Mais tu me semblais froide, recroquevillée dans un coin de nos consciences.
Ma main se referma sur l'épaule du stalker. Sans agressivité, sans violence. Une simple pression qui le ramènerait à la réalité. Et si cela ne suffisait pas, ma main sur sa gueule ?

« -La seule personne qui va prendre ici, c'est toi et ce sera mon poing sur la gueule si tu continues de déblatérer des obscénités devant ma fille. »

Tu continua une seconde de le fusiller du regard, comme s'il m'avait frappé. Ce sont des mots, Papouchka. Pas de quoi s'en prendre à lui.  Je hais quand vous faîte. Puis devant Valya merde ! A croire que ce sont nous les adultes, et vous deux les enfants.


« - … Ça va. Deux points de sutures et y''aura plus rien. »


Lâche-tu en te retournant vers Valya, dont la main est sur ton bras. Bizarrement cette proximité entre vous me... Rassure ? J'aime Nikkita... Mais avec lui, j'ai toujours l'impression que tu vas exploser. C'est pesant pour moi. En présence de Valya, les choses ne sont pas roses. Mais vous êtes bienveillant l'un envers l'autre. Et vous le montrez.
Tu te crispe à sa phrase, et moi avec. Malade ? Dans la tente d'hôpital, j'ai vu assez de trucs horribles pour savoir ce qui pourrait attendre Nikki. Ma peur t'interpelle. Nos regards se croisent un instant, et chacun bouge de son côté.

« -On va chez toi ? »

Tu t'approcha d'elle, un bras sous les épaules ramollis par l'alcool de Nikki, semblant te retenir de le lâcher pour le voir s'étaler à nouveau. Avec mon sourire de petit ange que je n'avais jamais l'intention de devenir, je me tournais comme toi vers ma Valentina préférée.

« - Dis, on en fait quoi des bouteilles ? »

La question semblerait plus innocente venant de ma part non ? Une petite fille ne pouvait pas poser ce genre de question en pensant à une possible contamination, alors que toi.... On te payait pour cela !



"Inna adore la roulette russe..."
avatar
Date d'inscription : 24/07/2017
Messages : 377
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
le Dim 4 Nov - 15:29
Narrateur
Plus de peur que de mal

L'homme s'était donc relevé, un peu fébrile mais il avait préféré faire comme si tout allait bien. En sueur et les mains tremblantes, ce qui n'était pas passé inaperçu aux yeux de l'armurière, l'arrangeur avait ouvert une autre bouteille pour continuer la beuverie. Fanfaronnant comme à son habitude, désireux, probablement de prouver qu'il était fort, qu'il allait bien et qu'il était aussi imperturbable qu'intouchable. Peut-être était-ce le cas. Ses petites vannes eurent le mérite d'en agacer certains et c'est ce que Nikita voulait surement: changer de sujet, mettre de coté cette petite bavure et poursuivre.

Les secondes défilèrent et le rythme cardiaque de l'ivrogne se stabilisa. Une petite faiblesse, causée par la fatigue et l'alcool. Ou une carence en vitamines, c'était plus fréquent qu'on le voulait dans le métro. En l'auscultant un peu, Piotr finirait par voir ce qu'était le problème, s'il y en avait toutefois un.

Alors qu'ils s'organisaient pour quitter les lieux pour un autre plus calme, le temps que tout ceci ne se tasse. L'homme reprenait lentement des couleurs, ses mains avaient cessé de trembler et le coup de chaud avait disparu. Tout semblait être rentré dans l'ordre. Plus de peur que de mal semble-t-il. Peut-être avait-il raison de fanfaronner, de faire comme si tout allait bien ? Même la douleur de sa chute était presque un lointain souvenir.

Le patron du bar s'était rapproché d'eux pour voir l'état de son client. Il lui tendit une serviette propre pour qu'il puisse essuyer sa plaie avant de donner quelques compresses à Inna et son père pour effectuer les premiers soins.
"Tant pis pour la casse... Enfin, votre ami semble aller mieux, c'est déjà ça. J'ai de quoi désinfecter la plaie, si vous voulez."
Il attendit une réponse, se montrant plutôt serviable et peu énervé pour les bouteilles cassées. Depuis le temps, il était habitué à voir sa marchandise être brisée entre deux bagarres ou par maladresse. La seule chose qui lui importait, c'était de ne pas avoir de problèmes.

Spoiler:
 



Spoiler:
 
avatar
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 16
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Jeu 8 Nov - 19:42
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
Nikita était circonspect. L’alcool lui embrouillait l’esprit et sa chute n’avait pas vraiment arrangé les choses. Ce sang, qui ne cessait de couler, l’irritait et participait au capharnaüm de ses voix intérieures. Dans un tel état d’ébriété, il ne savait plus se contenir, mais il n’était pas non plus censé s’en rendre compte alors, ça se passait bien. Pourtant, dans la situation actuelle, il avait l’impression de retomber à chaque mot de Piotr. Et ce dernier n’était pas avide de longues phrases.

Il avait l’impression que son ami avait mise sa menace à exécution et que c’était son poing qui lui avait démolit l’arcade, et pas ce très charmant coin de table. Il observa d’un œil morne Valentina et Piotr murmurer entre eux. De quoi parlaient-ils encore ? Qu’est-ce qu’il ne pouvait entendre ? Son regard passa sur Inna qui regardait son père et l’armurière discuter. Même elle semblait plus au courant que lui.

De toute façon, elle avait l’air d’avoir conscience de tout.

Maintenant que la chaleur qui avait suivi sa chute était passée, il avait froid. Son corps fut secoué d’un frisson. Son regard passa sur la veste roulée en boule à côté de sa place. Elle lui semblait si loin. Tant pis, il la prendrait plus tard. Puis, il était fort à parier qu’elle soit humide d’alcool, rien qu’à cette pensée, le Lycaon se résigna à frissonner encore un peu. Il finit par poser sa tête sur l’épaule de Piotr, pour se reposer et atténuer le tournis. Étrangement, il n’alla pas loger son nez dans le cou du médecin comme il en avait l’habitude -même sobre. Non, simplement sa tempe sur le bout de l’épaule de son ami.

L’arrivée du barman le sortit de son repos, il releva la tête, fit un pas en avant et posa une main sur la table, pour s’en faire un appui. Il attrapa la serviette et la passa sur son visage, étalant le sang sur son visage. Il releva une moue désolée vers le barman, accompagné d’un sourire tout aussi embêté.

-Désolé, pour tout ça, vieux. Et merci pour le torchon.

Il eut un instant de faiblesse. Passant d’un pied à l’autre.

-Woooh. Je peux te demander de m’emmener aux toilettes ? Après, je t’embête plus, promis !

Lâcha-t-il en titubant vers le barman qui s’apprêtait à retourner à ses affaires après que son hypothétique discussion avec les trois autres ne soit terminée. L’homme ronchonna, mais tendit un bras à Nikita que ce dernier attrapa après avoir longée la table.

Un instant, plus tard, Nikita était en face d’une cuvette. N’ayant pas énormément de souvenir de la traversée de la foule. Ce n’était pas important.

Bien qu’il lui semblât tout de même avoir alourdie les poches du barman avec quelques pièces.

Il tomba à genoux en face de la cuvette posa ses deux mains dessus, ouvrit la bouche et déversa tout ce qui était en trop dans son corps. Il vomit assez de fois pour ne plus avoir à compter. À chaque déjection, sa gorge semblait être chauffée au fer-blanc. Chose qui était, assez peu agréable. Après qu’il eut la certitude que son corps ne voulait plus rien éjecter, il se releva non sans mal. Et se déplaça lourdement jusqu’à un petit lavabo de fortune, tombant à nouveau à genoux, il actionna la pompe et passa sa tête sous l’eau.

Vomir avait fait remonter sa chaleur corporelle.

Une fois que l’eau eut achevé de rafraîchir ses idées, il but un peu d’eau pour adoucir la douleur lancinante dans sa gorge et passa son bras pâle contre sa bouche.

-J’boirais plus jamais.

Il se releva, toujours chancelant, mais il se sentait déjà mieux. D’une démarche encore incertaine, il se dirigea vers le bar. Les cheveux et le front dégoulinant.
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 11:59

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
L'intervention du barman arrêta brusquement le mouvement et apaisa un peu la tension qui avait alourdi l'atmosphère. Nikki semblait se remettre malgré le sang dégoulinant de son front. Détaché du soutien salutaire de l'épaule de Piotr, il embaucha le barman pour le mener aux toilettes, laissant là l'armurière qui sortait déjà quelques cartouches d'une poche dissimulée sur elle pour faire oublier le dérangement. Pendant que Nikita faisait le nécessaire pour soulager un peu son foie déjà complètement pourri, Valya considéra en silence le bar et ses occupants puis ses deux compagnons. La décision s'imposa d'elle-même.

- Prends tout, on ne laisse rien, répondit-elle à Inna en croisant son regard sérieux.

À son âge, la petite comprenait bien des choses, comme tous les enfants du Metro. Aussi l'armurière ne l'avait-elle jamais traitée en gamine arriérée mais toujours comme une adultes consciente et responsable. Comme son père avait fait avec elle. Cela n'empêchait évidemment pas de raconter des histoires le soir ou de faire des câlins, mais ça lui apprenait à se préserver dans ce monde impitoyable. C'était à ce prix qu'elle survivrait, elle en était convaincue.

Tout comme elle ne se faisait pas la moindre illusion sur ceux qui détenaient le pouvoir et prétendaient faire respecter l'ordre établi. Moins elle attirait l'attention et mieux elle s'en portait. Surtout après sa rencontre surprise avec le démonte-pneu des frères Zakaïev. Sans Jora et le chargeur qu'il avait laissé, les choses auraient beaucoup plus mal tourné pour eux tous. Vladimir l'avait mise en garde dès son plus jeune âge et les événements lui donnaient raison, comme toujours.

Le retour de Nikki avec le visage et les cheveux trempés mit fin à ses réflexions. Leurs affaires étaient rassemblées, il ne resterait plus une trace de leur passage après leur départ. Hormis quelques souvenirs plus ou moins plaisants pour les autres clients du bar et une trainée de sang sur le sol.

- On dérape, annonça-t-elle sans détour à son ami imbibé.

Un bras autour des épaules d'Inna, elle s'empara du barda de son médecin de père et le balança sur son épaule libre et prenant le chemin de la sortie et de son domicile. Elle pouvait accueillir tout le monde même si les couchages seraient un peu serrés. Et avant de dormir, il restait pas mal de choses à discuter. Après tout, Petya venait à peine d'arriver quand Nikki avait fait son numéro.

De toute façon, les choses étaient parfaitement rangées chez elle en vue de son voyage à la V.A.R. Le peu d'effets personnels était soigneusement emballé, son arsenal encore planqué serait sorti à la dernière minute pour rejoindre le convoi avec tout ce qu'elle possédait. Même si elle se gardait la possibilité de revenir à tout moment et payait pour cela quelqu'un qui garderait son abri, elle n'avait pas réellement l'intention de revenir, en tout cas pas de sitôt.



Contenu sponsorisé