avatar
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 13
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Dim 26 Aoû - 12:41
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
Nikita était assis à l’entrée d’un tunnel de service entre Komsomolskaya et Krasnoselskaya. Qui était respectivement une station de la hanse et une autre de la ligne rouge. Le jeune mercenaire était en train de jouer avec ses cartes de tarot, sifflotant légèrement. Il s’amusait à prévoir les issus de la mission avec elles. Un autre homme était adossé contre le mur, un masque à gaz sur le crâne. Maxim était un homme de haute stature. Frisant la trentaine, il arborait une épaisse musculature sans pour autant être ralenti par celle-ci. Des années d’entraînement avaient fait de lui un stalker polyvalent. Pouvant s’adapter à toute sorte de mission. Il était brun, relativement bien coiffé, de sorte que son front soit dégagé. Ses mèches les plus longues tombaient à quelques millimètres de sa nuque. Une barbe de trois jours habillait ses joues joufflues. Ses yeux marrons en amandes scrutaient le moindre mouvement aux alentours. Son nez éclaté reniflait quelques fois, l’homme sortait à peine d’un rhume, après tout. Ses lèvres charnues étaient couvertes de plusieurs cicatrices, il avait la fâcheuse manie de se les mordiller lorsqu’il était stressé. Et sa vie de stalker lui avait apprit à toujours être stressé.

Nikita lança un regard à celui qui l’aurait sous sa tutelle, un fin sourire aux lèvres.

Ça faisait un petit moment qu’on ne m’avait pas contacté pour aller à la surface. Et ça m’allait très bien ! C’est Maxim qui m’a recruté, il m’a dit que pour une expédition, il avait besoin de mes talents, ma mutation et toutes ces bêtises. J’aurais dû sentir que ça puait quand il a parlé de collaboration avec la Ligne Rouge. Sérieux quoi, la Hanse et la Ligne Rouge, c’est des ennemis naturels, alors pourquoi diable, il collaborerait, hein ?

Eh bah parce qu’entre nos deux station K, y aurait un petit nid de mutants sympatoches. Mais aussi sympatoches sont-ils, les mutants ça mange les humains. Et comme avant d’être une faction, on est des humains, ils ont décidé que collaborer pour faire sauter le nid -oui rien que ça- n’était pas une mauvaise idée. En soit, c’est certainement plus politique que vraiment pratique. Mais bon, pour ce que j’en ai à foutre des rivalités entre factions, je peux bien bosser avec les coco.

En espérant qu’ils soient sur la même ligne de pensée ou qu’au moins ils pensent que la fin justifie les moyens.


Ainsi, le stalker et l’aspirant Stalker par intérim attendaient patiemment l’arrivée de l’escouade de la LR. Nikita avait sa kalachinokov posée à côté de lui, ainsi que son lourd manteau pour se protéger des rayons du soleil et son masque à gaz. Il avait noué ses cheveux dans un chignon et laissait la froideur du métro mordre ses bras une dernière fois ses bras avant de la troquer pour les rayons sulfureux du soleil. Il ne portait qu’un débardeur pour couvrir son torse, laissant ses bras se contracter périodiquement alors qu’il battait les cartes. En face de lui, les protections de son tuteur et de lui-même étaient entassées, attendant d’être mises. Les jambes de Nikita étaient quant à elles, habillées d’un treillis. Elles étaient écartées pour lui permettre de poser ses cartes dans l’espace qu’elles offraient. Il réamorça un nouveau tirage, mais à l’égard de son ami stalker, cette fois.

-Bon, c’est parti, je vais tirer tes cartes ! Ton destin sera scellé !

Le stalker ne répondit que par un soupir, signe qu’il n’était qu’assez peu intéressé.

-Alors, vas-tu survivre à cette super aventure et qu’est-ce qui en ressortira ?! L’atout pour commencer… Ohoh ! La roue de la fortune ! Ton défaut maintenant, ce sera… le Monde ! Ton présent ça va être… le bateleur ! Et maintenant, le futur… le pape ! Ok, ok.

Nikita disposa les cartes et commença à décrypter leur signification.

-Alors, ton atout, sera… une bonne respiration, et une bonne cardio, je suppose. En gros, y a peu de chance que tu paniques. Ton défaut, le monde donc, signifie que tu as vécu une étape d’ouverture au monde ou aux autres par le passé, genre être stalker, sortir du métro, t’as vu comme ça colle ?

Nikita ne récolta comme réponse qu’un grognement. Il ricana, amusé de l’agacement qu’il suscitait chez son aîné, puis reprit sa lecture des cartes.

-Ton présent, avec le bateleur, dans ton cas, ce serait plus lié à de l’apprentissage, tu vas apprendre un truc aujourd’hui ! Et ton futur colle avec tout ça, le pape va signifier la sagesse et le partage de celle-ci. Tu vas devenir une sorte d’ermite bizarre. Bon, j’additionne tout ça pour ta synthèse.

Nikita additionna rapidement les nombres affilés aux cartes, lui donnant un total de dix, soit celle de la roue de la fortune. Un sourire passa sur le visage satisfait de Nikita. C’était une bonne synthèse en fin de compte.

-Tu retombes sur la roue de la fortune ! Après ça, ta vie sera pleine de changement ! Elle va prendre un tournant radical ! Tu vas p’tet perdre un bras, une jambe ou rejoindre le Ligne Rouge qui sait !

L’homme soupira et aboya à Nikita de se taire. Ce dernier ne put s’empêcher de ricaner trop amusé par sa dernière hypothèse.
avatar
Date d'inscription : 16/01/2018
Messages : 49
Double-compte : Oksana Dezhnyova
Voir le profil de l'utilisateur
Soldat-infirmier
le Lun 3 Sep - 18:00

Passeport
Age :: 25 ans
Patronyme :: Matveïeva
Surnom :: Klara
Nous avions un problème de mutant. Nous avons toujours des problèmes de mutants me direz-vous... Mais le problème était devenu assez important pour intéresser la Hanse et la Ligne Rouge. Impliquant des négociations politiques, alors que le problème se situait entre Komsomolskaya et Krasnoselskaya... Soit entre une station de la Ligne Rouge et une de la Hanse. Le bordel, alors que les deux stations doutaient des méthodes et de l'efficacité de l'autre pour débarrasser l'humanité de l'invasion de mutants qui pénalisait les deux factions. Les négociations prirent plusieurs jours, connerie de politique, alors que les mutants gagnaient de plus en plus de terrain. Le tout avait le don de m'agacer, alors que nous attendions tous de savoir qu'elle serait le verdict après les conversations.

Le tout fut finalement confirmé. Quatre soldats de la Ligne rouge allaient rejoindre deux membres de la Hanse. Coopération entre les factions serait nécessaire pour le bien-être de la mission. Aussi, ils avaient choisi des personnes qui n'auraient aucune difficulté à travailler en équipe pour atteindre l'objectif. Peu de personnel médical accepte d'aller à la Surface. J'y étais allée quelques fois déjà et j'acceptais d'y retourner. Un stalker entraîné m'accompagnerait directement. J'apprenais rapidement que Marina, accompagner elle aussi d'un professionnel ferait partie de l'expédition. Une bonne éclaireuse qui avait fait ses preuves dans le métro avec les années. Nous avions chacune un mentor pour nous superviser, question d'augmenter le taux de réussite de cette mission périlleuse.

Rejoindre le lieu de rendez-vous avait été un jeu d'enfant. Nous avions du nous débarrasser de quelques Nosalis en chemin, mais rien de compromettant et réellement dangereux pour notre groupe entraîné. Au loin, je remarquais déjà les membres de la Hanse. Ils étaient deux, comme convenu. Un appuyé contre un mur et à l'allure antipathique et un autre, plus jeune et plus... Rigolo d'apparence. Celui-ci avait un jeu de cartes en main et je souriais à Marina, pendant que les deux Stalker qui nous accompagnaient discutaient ensemble à l'arrière de notre groupe,

-Ils sont en avance... Mais cela ne me surprend guère de la Hanse... Ils doivent toujours démontrer leur supériorité...

Équipée de mon uniforme militaire avec un gilet pare-balle, je portais un sac à dos contenant mon équipement médical. Un masque à gaz était accroché à celui-ci, attendant le bon moment pour être mis, alors que je portais un manteau chaud sous mon gilet pour me protéger du froid et du soleil une fois à la surface. Ma Kalash en main, mes bottes à cape d'acier antidérapante m'offraient une bonne adhésion au sol, alors que nous marchions sans faire réellement de bruit.

-Rejoindre la Ligne Rouge serait le meilleur tournant possible à sa vie!


Je souriais avec amusement. Ne prenant pas mouche à cette blague contre ma faction. Le stalker qui m'accompagnait semblait pour sa part la trouver moins amusante, mais ne disait rien en retour. Posant mes yeux bleus et clairs comme le ciel, ciel que j'avais déjà vu par chance, je rajoutais aussitôt,

-Je suis Klara Savinkova... Infirmière à la Ligne Rouge... Et voici mes camarades... Godric est notre Sergent, celui responsable de la mission de notre côté...

Le géant en question se trouvait derrière moi. Grand, blond aux yeux bleus d'environ 35 ans. Une cicatrice recouvrant sa joue, cicatrice résultant d'un combat avec les mutants à la surface. Vétéran sur le terrain, il observait les deux membres de la Hanse d'un oeil critique, beaucoup moins sympathique que ma personne. Sa voix sombre résonnait alors,

-Sergent Godric... Je suis un Stalker d'expérience dans ma faction... Je vais me tenir près de Savinkova pour la superviser et garder notre infirmière en vie. J'ai bon espoir que malgré nos divergences d'opinions, nous pourrons travailler en coopération messieurs et mener à bien cette mission pour le bien-être de nos deux factions...

Il tournait alors son regard vers Marina à son mentor, l'air de leur dire que c'était à leur tour de se présenter également. Sans prendre la peine de rajouter son patronyme pour sa part. Homme fier qui n'en voyait pas l'utilité face à l'ennemi en temps normal.
avatar
Date d'inscription : 03/03/2018
Messages : 4
Voir le profil de l'utilisateur
Aspirante stalker
le Mer 19 Sep - 9:43
« Marina, je sais que tu as peur, c'est normal. Seul un idiot ou un mort n'a peur mais ce qui fait passer les gens vers la mort est de ne pas être prêt à affronter cette peur. Marche la tête haute et n'oublie pas que tu auras survécu pire. »

Les conseils d'un homme qui était sans doutes maintenant mort, les os blanchis sous les radiations du soleil me réveillent ce matin, une fine couche de sueur collant mes vêtements à ma peau et me laissant haletante comme du temps que je faisais encore des cauchemars de mes derniers jours d'enfance. Oh, je ne peux parler de jours heureux mais paisibles, ils le furent au moins. La douleur à mon flanc m'assure que je ne suis plus en état de sommeil, vibrant rappel de la réalité qui est la mienne, celle qui prend le taux de l'innocence d'une génération alors que je descend de ma couche et la replie avec prudence avant de me questionner sur la nécessité de ce que je faisais au matin.

Je pars aujourd'hui pour une station près de la surface et je ne sais si je vais en revenir, alors qu'importe que mon lit soit prêt à me recevoir?

Je chasse ces pensées en enfilant mes bottes lestées d'une semelle épaisse et mon pantalon, couvrant ma poitrine d'une veste d'armée avant de faire les vérifications de mon arme pour m'assurer que si la mort vient pour moi, je serai prête à faire venir avec moi quelques enculés de mutants ou de pillards. Satisfaite, je vais ensuite prendre un bon repas ou ce qui y ressemble de nos jours puis m'assure de ce que j'ai. Munitions de rechange, rations pour la route, masque à gaz. Ma gorge se serre un peu de ce cadeau de mon père, le dernier vestige que j'ai de lui mais l'embarque tout de même, ne sait-on jamais. Des vêtements de rechange, un pansement de fortune avant de me rendre à un point de rencontre avec le stalker qui doit m'accompagner. Il m'a dit de le rejoindre hors de la station en lieu de celui où devait se retrouver l'infirmière qui serait notre précieux colis à garder en vie. Aussi je m'éloigne dans les tunnels sombres où seul mon souffle trouble le silence. Ce silence lourd qui ne laisse qu'entendre les bruits qui ne sont réels et où on peut entendre chaque battement de son cœur. Je me récroville et empoigne mon fusil, ne sait-on jamais.

Alors que je commence à sentir que j'ai été roulée, je sens les poils de ma nuque se hérisser et je me retourne, levant mon fusil mais une main puissante arrête mon geste avant que je ne braque l'arme sur le torse de l'homme qui vient de se glisser derrière moi, une lame au clair. Je vois mon visage dans son masque, vois mes pupilles dilatées dans les ombres du métro et y lis la peur.

« Tu viens de mourir, Tarasova. Tu n'as rien entendu ni vu, sourde et aveugle. »

Une colère froide monte en moi alors que je retire mon doigt de la gachette afin de ne gaspiller une munition et je réplique pour la peine avec un froid mordant.

« Je ne serais pas morte si mon équipier avait été ponctuel. Mais je ne sais à quoi m'attendre. »

Me voilà donc de bien mauvaise humeur et maussade, rangeant mes armes pour rejoindre la soignante et le stalker dirigeant notre petite escapade. Le but, pour moi et mon emmerdant stalker, est de trouver le meilleur point de défense pour pouvoir dégommer avec un minimum de risque les Nosalis. L'homme avait retiré son masque, dévoilant un visage marqué par un age respectable dans le métro, la force de l'age alors qu'il avance vers le groupe de quatre autres gens. Je veux bien lui laisser la chance de s'introduire puisqu'il ne s'est donné la peine de le faire pour moi.

« Caporal Dmitri, Stalker d'expérience sous la vigile de reconnaissance des tunnels et avec moi Marina Tarasova, une aspirante stalker qui a encore à faire ses preuves.

De quoi me faire rougir d'embarras mais je ne relève pas l'insulte plus que nécessaire, inutile de paraître une enfant gatée alors que je salue mes ainés pour cette mission.

« Je ferai tout en mon pouvoir pour assurer les chemins les plus surs pour nous tous. »
avatar
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 13
Double-compte : Sergueï Zinoviev
Voir le profil de l'utilisateur
Mercenaire - Lycaon
le Dim 14 Oct - 14:48
Mercenaire - Lycaon

Passeport
Age :: 23 ans
Patronyme :: Ilitch
Surnom :: Nikki
Les membres de la Ligne Rouge venaient tout juste d’arriver. Deux stalkers confirmés accompagnaient deux aspirantes. Si l’infirmière blonde s’était introduite avec joie de vivre et bonne humeur, Godric, Dimitri et Marina avaient respecté la froideur stéréotype des membres de la Ligne Rouge envers ceux de la Hanse. Les deux aînés avaient omis de donner leur patronyme, sûrement volontairement. Qu’à cela ne tienne, Maxim ne l’aurait certainement pas utilisé et Nikita était trop rebelle et bête pour les retenir.

Nikita se leva avec énergie, glissa ses cartes dans une poche de son treillis et attrapa les protections posées en face de lui. Pendant ce temps, Maxim vint se planter face aux membres de la ligne Rouge, jaugeant du regard ses confrères stalkers. Oui, Maxim avait un petit problème de mépris envers ceux qui n’appartenait pas à sa caste. Alors, si en plus, il était originaire de la station rivale à la Hanse, il ne fallait pas espérer plus de considération de la part de Maxim. Les aînés de la station Rouge avaient le mérite d’être stalker au moins.

-Maxim, stalker, j’ouvrirais la marche pour vous. J’espère que notre coopération portera ses fruits.

Que c’était froid. Nikita n’avait qu’une seule envie, retiré les quatre balais plongés dans les rectums de Maxim, Dimitri, Godric et de Marina. Se hissant à la hauteur de son camarade de la Hanse, il déposa nonchalamment l’équipement du stalker dans les bras de ce dernier tout en laissant pendre le siens dans son autre main. Il imita le mépris de son comparse en ne s’adressant qu’aux deux demoiselles.

-Yo, moi c’est Nikita « Ilitch » Azarov, mais appelez-moi Nikki, stalker touriste, pour vous servir ! Enchanté !

Il fit mine de se courber respectueusement, pour contraster avec la froideur des présentations qui venaient d’être faîtes et accentuer son rôle de bouffon. Maxim se racla la gorge et donna un coup de coude à Nikita, lui indiquant de se tenir convenablement.

-Nikita se chargera des travaux de précisions, crochetage et amorçage, principalement.

Un sourire s’afficha sur le visage du jeune mercenaire alors qu’il enfilait son manteau.

-Et aussi, je peux vous dire comment va se passer la mission pour vous, si ça vous dit, héhé.

En disant cela, il avait sorti son jeu de cartes. Maxim avait levé les yeux au ciel, avait mis une tape à l’arrière du crâne de son ‘’protégé’’ et s’était excusé auprès des deux stalkers avant de se mettre en route. Au fil du chemin, Godric et Maxim s’étaient rejoint pour ouvrir la marche tandis que le troisième stalker la fermait. Ainsi, les trois aspirants stalker formaient le corps de l’escouade. Le chemin jusqu’à la surface était relativement calme. Donc, Nikita pouvait se permettre de jouer au diseur de bonne aventure. Il s’amusait à remuer son paquet, en sifflotant gaiement.

Lorsqu’il eut assez remué ses cartes et mémorisé l’emplacement de chacune d’elle, il releva la tête vers ses camarades de la journée, tendant son paquet devant lui.

-Un peu de divination pour savoir ce qui vous attends dehors, ça vous dit ? Vous avez juste à piocher quatre cartes, je m’occupe du reste !

Il parlait joyeusement et de manière trop insouciante pour quelqu’un qui allait sortir des tunnels pour détruire un nid de mutants. C’était sa manière à lui de décompresser.
Contenu sponsorisé