avatar
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Responsable de la culture de thé
le Mer 15 Aoû - 0:57

Passeport
Age :: 58 ans
Patronyme :: Yaroslavitch
Surnom ::



« Passe-moi le truc, là… mais non ça, là… Mais put*** le machin à côté de la caisse ! … Rha ! Laisse-moi faire… »


FACTION :: V.A.R.
PROFESSION :: Responsable de la culture / fabrication du « thé »

NOM :: Morosov
PRENOM :: Danyl
PATRONYME :: Yaroslavitch

DATE DE NAISSANCE :: 27 septembre 1987
ÂGE :: 58 ans
TAILLE :: 1m79

GENRE :: masculin
SEXUALITE :: hétérosexuel


Descriptions

Profession & Faction

Danyl est le chef des culs terreux, celui qu’on est bien content de trouver quand une apocalypse nucléaire décide d’un coup que l’argent ne vaut plus rien. Ancien agriculteur, il a utilisé son savoir pour tenter de tirer de ces galeries le peu de ressources qu’on peut en trouver. Avec d’autres connaisseurs de la terre et quelques jeunes soucieux de se rendre utiles, il a mis au point diverses recettes de « thé » qui permettent à l’Alliance d’avoir de quoi commercer avec les autres stations. Le temps, les radiations et les emmerdes ayant eu raison de la quasi-totalité de l’équipe de départ, Danyl est aujourd’hui « l’ancien » implicitement nommé responsable de la production du « thé ». Il connaît les compositions par cœur, a appris la culture capricieuse de ces « foutus » champignons et autres plantes made in apocalypse, et s’occupe de négocier le prix de sa précieuse production avec les commerçants du Metro.

Physique

Danyl a le physique du métier : des épaules larges, un corps trapu, la gueule burinée, des mains de paysan et le regard de ceux qui en ont trop vu. Ses cheveux mi-longs grisonnants et sa barbe inégale témoignent d’une attention à son apparence devenue le cadet de ses soucis. Il lui manque deux molaires qu’il a faites sauter à coups de pince quand elles l’ont trop fait jongler, un détail visible uniquement si on parvient à le faire rire (nous vous souhaitons donc aimablement bon courage). Il souffre également du complexe de ces hommes qu’un foutu centimètres a privés du sacrosaint 1m80. Il s’est depuis longtemps résolu à trouver sa virilité ailleurs. Peut-être certaines de ses anciennes conquêtes accepteront de vous dévoiler où…

Mental

Danyl est un adepte de la franchise brutale et des réponses claires. Il aime qu’on lui dise ce qu’on pense et ne supporte pas les tire-au-flanc. Chez lui, c’est bêche ou coup-dans-l’derche. Pas le temps pour les abrutis en temps de guerre, même si notre rôle n’est que de de racler la terre pour y faire pousser des putains de racines. Assez froid au premier abord, dur en affaires, Danyl n’en reste pas moins un homme doué d’écoute pour peu qu’on ait acquis un peu de son estime. Loyal en amitié, méfiant avec l’extérieur, il ne cherche pas à se mêler des histoires politiques outre mesure même s’il ne refuse jamais un conseil à celui qui viendrait lui en demander. Quelque peu séducteur dans sa jeunesse, il a gardé son sourire de charmeur et son humour goguenard pour les rares jeunettes qu’il lui arrive encore de rencontrer même s’il n’aspire plus à aucune suite licencieuse. Conscient de son âge et du peu d’années qu’il passera certainement encore dans les entrailles du Metro, il ne souhaite que se rendre utile jusqu’à sa mort, bouffé par des rats, cramé par le soleil, ou troué par une balle de communiste. Il ne sait pas ce qui serait le pire…


Compléments

Compétences

Fils de paysans, agriculteur né, Danyl est un homme pour qui les plantes n’ont aucun secret. S’il regrette amèrement ses anciennes cultures, bien moins dégueulasses et plus faciles à faire pousser, il a fini par se résoudre à étudier avec la même minutie ce qui sort de la terre de ces galeries depuis la guerre nucléaire. Aujourd’hui, il connaît toutes les propriétés des espèces connues, de quoi aider les médecins et autres anonymes à la recherche d’un antalgique, d’un somnifère, ou de quoi pimenter leur soupe. Comme il adorait les tracteurs à l’instar de tous les petits garçons, il a naturellement appris à trafiquer à l’intérieur quand ces derniers faisaient des siennes ce qui lui a permis de développer quelques compétences en mécanique qui, si elles restent sommaires, peuvent toujours dépanner. Jeune homme, il possédait une vieille carabine pour défendre la propriété familiale avec son paternel et s’il n’a plus son arme depuis qu’il s’est retrouvé piégé dans le Metro, il est toujours capable d’utiliser un fusil, de quoi aider à défendre les cultures de la V.A.R. en cas d’une nouvelle attaque de « saloperies » comme il aime appeler tout habitant des souterrains qui ne ressemble pas à un humain.  

Possessions

En tant que responsable de la production du « thé », Danyl jouit d’une position privilégiée au sein de l’Alliance qui lui évite les désagréments d’une vie de privations excessives. En conséquence, il manque rarement de vivres et c’est bien tout ce qu’il demande. Pour aider à défendre les cultures, on lui a confié un vieux Mosin-Nagant de 1960 qui, jusqu’ici, a toujours tiré quand on le lui a demandé, une constante que Danyl espère ne jamais voir démentie au mauvais moment. Pour ne pas s'emmerder avec une carabine quand il crapahute dans ses galeries, il la laisse dans l'atelier avec tous les outils pour ne garder qu'un pistolet Makarov sur lui en permanence sur le conseil des excités de la gâchette qui ont insisté pendant des mois pour que le vieux accepte enfin d'avoir toujours de quoi se défendre. Il répète que l'atelier n'est jamais bien loin et qu'il aura bien le temps de récupérer sa carabine en cas de grosse tuile. Tant que sa patte folle ne le lâche pas au mauvais moment...

Emprisonné dans le Metro lors d’un voyage à Moscou, il n’avait avec lui aucune affaire personnelle autre que la vieille montre offerte par son père, un trésor qu’il garde continuellement vissé au poignet, bien qu’elle ne donne plus l’heure depuis des années.

Antécédents médicaux

Si l’on omet les deux molaires qui ont été vigoureusement congédiées il y a de cela quelques années, Danyl montre une santé de fer assez exceptionnelle pour son âge au sein du Metro, une forme qu’il impute évidemment aux vertus de son « thé », faisant de sa vigueur étonnante le principal argument de vente de ses mystérieux mélanges. Malgré tout, le vieil agriculteur se doute bien qu’il ne lui reste pas bien longtemps sur cette terre, une perspective qui l’enchante peut-être plus qu’elle ne l’effraie. Quelques signes n'en viennent pas moins fréquemment lui rappeler son âge. Ainsi, il lui arrive régulièrement de se plaindre d’un genou quand il se relève, de cette arthrose qui l’empoisonne ou d’un nerf coincé dans le dos, mais rien qui lui mette encore un pied dans la tombe. Alors tant qu’il pourra encore donner confiance à ses acheteurs de « thé », il continuera d’arpenter les rails du Metro et de gratter la terre pour faire pousser ses racines.

Intérêts & Loisirs

En homme de la terre à qui on a donné un râteau le jour où il a su marcher et qu’on a fait monter sur le tracteur plus tôt encore, Danyl n’est pas de ceux qui ont pris l’habitude de se plonger dans les livres ou la musique. Ses cultures, il les chérit et il est rarement plus heureux que le jour de la récolte, lorsque ses plans donnent autant qu’espéré. Grand amateur de réparties cinglantes et de négociations houleuses, ne tentez jamais de lui voler sa place pour les marchandages avec les autres commerçants du Metro, sous peine de devoir esquiver ses pompes à votre retour à VDNKh ! La vie de Danyl est dans son travail, depuis tout petit et jusqu'à sa mort.

Ancien séducteur de première, il a depuis longtemps cédé sa place à d’autres compétiteurs plus fringants, mais ne se prive pas des plaisirs que peut encore tirer un charmeur de la compagnie des femmes qui savent répondre avec finesse aux flirts fictifs qu’il invente. Ah ! Et s'il vous reste un fond de gnôle aussi, ramenez-la ! Ca peut toujours servir.



Histoire

Qu’est-c’tu veux savoir, fiston ? Comment j’en suis arrivé à racler la terre pour faire pousser des racines dans ces putains de galeries ? Ca doit pas être plus palpitant que toutes les histoires des péquenauds pour qui je le fais. Hein ? Puis qu'est-ce que t'en as à foutre ? ... Non ? T'es sûr ? Boarf... Si t’insistes…

On était une famille de propriétaires terriens, pas si loin de Moscou. Pas assez friquée pour m’empêcher de bosser dans les champs. Non. On n’était juste des fermiers avec un lopin de terre assez grand pour vendre nos récoltes à la capitale. On faisait bosser un peu de monde. On avait un chien aussi ! Et… Ouais bon, ça tu t’en branles. Enfin, toujours est-il que j’avais une vingtaine d’années quand toutes les perspectives que j’avais se sont retrouvées carbonisées par les radiations. Je ne sais pas si c’était un coup de bol ou la pire poisse, mais le hasard a voulu qu’au moment de l’explosion, j’étais à Moscou pour vendre le grain. Comme des centaines de paumés, je me suis retrouvé emprisonné dans les souterrains de la ville, sans savoir ce qu’on allait y foutre. J’ai jamais su ce qu’il était arrivé à ma famille. Mes parents. Mes deux frangins… C’est pas évident de pas y penser. Tu te dis qu’ils pourraient toujours être quelque part, dans un autre abri, même aussi pourri que celui-ci. Puis, tu te dis qu’ils seraient peut-être mieux morts, sans avoir à subir ce quotidien de malheur. J’en sais trop rien… M’enfin…

J’ai débarqué à la station VDNKh. Ca aurait pu être tout à fait ailleurs, mais j’ai atterri ici. Et j’ai pas trouvé d’assez bonne raison pour me risquer à aller voir si c’était pas mieux dans la station d’à côté. Alors je suis resté. Quand t’es coincé là, tu laisses l’armée gérer le truc, tu dis « oui » à tout ce qu’ils te demandent des fois qu’ils soient dans un mauvais jour, tu fermes ta gueule, t’essaies de te rendre utile, de pas trop te faire chier, et de trouver une bonne raison de pas te faire sauter la calebasse. Avec d’autres gars qui savaient travailler la terre, on s’est mis en tête de tirer de ces galeries le peu de ressources qu’elles pouvaient offrir. Quitte à être dans la merde, autant l’utiliser comme engrais, pas vrai ? Alors on a bossé, on a trouvé un coin où la terre avait l’air plus fertile, on a observé les drôles de trucs qui se sont mis à pousser un peu partout pour essayer de savoir ce qu’on pouvait avaler sans vomir nos tripes ou même simplement y rester. Enfin… On a surtout décidé ça quand Iosif a crevé en deux minutes après avoir bouffé un truc pas clair. Là on s’est vraiment dit que… ben fallait faire gaffe quoi. Et surtout qu’on n’était plus sur nos putains de champs, et qu’il allait falloir accepter de prendre le temps d’étudier les trucs qui poussaient dans le Metro à partir de maintenant. Ca a pris du temps. On a pas mal utilisé les indications des rats. Tu sais, quand ils bouffent jamais une partie bien spécifique d’une plante, tu te dis qu’il vaut mieux pas que t’y touches non plus. On a testé pas mal de trucs. Le goût, ça venait en dernier. L’objectif c’était surtout que personne ne crève de faim. C’est là que l’histoire du « thé » à commencé. Parce qu’il servait bien. Ca requinquait pas mal de monde. C’était pas toujours une partie de plaisir à boire, mais c’était tout ce qu’on avait et faut dire que ça dépannait bien.

En 2015, on en a vraiment chié. Trois ans sur les rares réserves qu’on avait, tu te doutes bien qu’elles commençaient toutes à avoir une sale gueule. On avait plus rien. On était en pénurie de tout. Et de courage aussi pour certains… Mais faut dire qu’avec tout ça, les plantations qu’on avait mises en place ont commencé à vachement nous servir. Les culs terreux ont gagné en prestige au sein de VDNKh. Ceux qui nous cassaient les couilles ont fini par nous lâcher la grappe quand ils se sont rendu compte qu’ils auraient pas bouffé grand choses sans nous, cette année-là. Puis, faut dire qu’on avait vu grand. Assez grand pour commencer le commerce du « thé » avec les autres stations. La machine était lancée. Je crois même que je commençais à voir un semblant d’avenir pour moi et les autres, loin de la lumière du soleil.

Les années ont eu leur lot de galères, entre ces connards de rats qui dévastaient les cultures, les vols de bouffe, les saloperies mutantes qui s’attaquaient aux gens, et toutes les emmerdes venues de l’extérieur. Puis, comme si ça suffisait pas, y a fallu que les communistes viennent s’ajouter à tout ça. Quand tu sais déjà pas de quoi demain sera fait, la pire chose qui puisse s’ajouter c’est la guerre. Tu sais, je peux être d’accord avec plein de choses, mais… j’sais pas. Je me suis jamais vraiment laissé convaincre par leur projet. Puis surtout, ces histoires-là, moi elles m’ont toujours fait chier. J’aime savoir où est ma place, ce que j’ai à faire pour la journée, comment le faire, et me coucher en me disant que je l’ai bien fait. La politique, tout ça… C’est trop incertain pour moi. Hein ? … Ouais, appelle-ça de la trouille si tu veux. Mais disons que je risque plus de mouiller mon froc devant un Rouge que devant une putain de Nosalis. Chacun ses phobies ! Ha ha ha…

On a continué notre petit bout de chemin. Y a eu plein d’histoires compliquées. J’y ai pas toujours compris grand-chose. Y avait l’ancien gouvernement qui se frittait avec les Rouges. Ou avec la Hanse. Ou les Rouges avec la Hanse… Oh, putain, je sais plus… Ce que je sais, c’est que c’était le bordel ! Et ça l’est resté un moment ! … Boarf, jsais pas. Jusqu’en 2020, quelque chose comme ça. 2022-2023… Ca fait un moment tout ça, tu sais ? Non. Moi, ce dont je me souviens surtout, c’est de l’année 2033. Ah, putain ! Celle-là, c’était vraiment une année de merde. C’était comme si les mutants s’étaient tous donné le mot pour venir nous péter les roustons à VDNKh. On a été complètement dépassés. Y a eu des dizaines de morts dont plusieurs des gars avec lesquels j’avais commencé les cultures pour le « thé ». Pour protéger les autres stations, et surtout éviter de voir ces saloperies déferler au milieu des habitations, on s’est complètement coupé de l’extérieur. Ah, je ne te cache pas que ça n’a pas été drôle tous les jours… Y a que depuis ce temps-là que j’ai toujours un flingue sur moi. Faut dire que ces saloperies nous ont dévasté les cultures ! On a accumulé le retard pendant près d’un an, jusqu’à ce que les gros bras parviennent à faire exploser leur nid. Mais t’imagines même pas dans l’état qu’était la station. Y a fallu du temps pour tout remettre d’aplomb, rasséréner les esprits, retrouver le courage de tout reconstruire et redorer l’image du « thé ». C’est pas pour rien qu’on a créé l’Alliance. Après vingt ans tous seuls, on s’est p’t-être dit qu’il était temps d’unir les forces pour survivre dans ce bourbier. Ben oui, mon con ! T’as cru qu’elle était née comme ça, la V.A.R. ? Qu’un illuminé un peu trop secoué par les radiations s’est dit « Ben tiens ! Ces trois stations là, on va les foutre ensemble. Voilà. Puis les noms collent bien ! » Pfff… Y a pas toujours les fils qui se touchent chez toi, hein ? Eh ! Fais gaffe avec ta bêche, là, tu vas m’abîmer mes pieds de mane ! C’est pas parce que j’te raconte une histoire qu’il faut que t’oublies pourquoi t’es là, hein ? Bon… J’en étais où moi avec tes âneries ?

Ah oui ! Mais de toute façon, t’étais déjà né, non ? Puis si t’es là avec tes yeux de merlan, c’est que t’es passé entre les mailles de la grippe, non ? Je crois que c’est elle qui a décimé les derniers gars avec lesquels j’ai commencé l’aventure du « thé »… Même Vassili a pas tenu le coup. Je pensais pourtant mourir bien avant lui. Je suis donc « l’ancien », celui qu’on évite de contredire parce que, si on est intelligent, on se doute qu’il a eu le temps de savoir de quoi il parle. Pigé, gamin ? Et ne t’avise pas de me demander mon âge ! … Quoi ? Une femme ? C’est pour ça que t’es venu en fait ? Pour recevoir les conseils du bon vieux Danyl ? Ha ha ha ha ha… Est-ce que j’ai vraiment ce genre de réputation ? Ha ha ha ha ha ha ha ha… Bon sang. Qu’est-ce que je peux bien te raconter ? Je vais pas te mentir, fiston, j’me suis amusé comme tout le monde. Puis c’est pas comme s’il y avait des masses de distractions non plus dans le Metro, pas vrai ? Oh ! Me fais pas cette tête-là, on sait tous les deux ce que je veux dire ! Hein ? Voilà… On est d’accord. Donc oui, y en a eu, des femmes. Pour se rappeler qu’on est encore vivant. Et que même dans l’enfer de ces galeries, y a des choses qui valent la peine de vivre un autre jour. J’ai jamais vraiment eu de relation comme celles des gens biens. Certaines femmes ont été plus importantes que d’autres, c’est vrai, mais je crois que je n’ai jamais réussi à me convaincre de m’attacher aussi viscéralement à quelqu’un que je risquais de perdre d’un jour à l’autre. C'est peut-être la conséquence d'avoir perdu trop de monde d'un coup quand les bombes ont ravagé la Terre. Alors dès que ça devenait trop fort, je partais. On se protège comme on peut dans le Metro… Et chacun réagit à sa façon. Il paraît que j’ai une fille quelque part, tu le savais ? Je ne sais même pas si c’est vrai. Je l’ai jamais rencontrée. Il paraît juste qu’elle a mes yeux, et que sa mère parle de moi, parfois. Elle doit avoir ton âge maintenant je pense… Hé ! Change de regard tout de suite, bonhomme ! J’ai vu l’image qui est passée dans ton crâne tellement nette que j’en ai les poils tout dressés ! T’avise même pas de la chercher pour voir si elle est à ton goût ! Je t’ai à l’œil ! Rho, puis dégage de là ! J’ai assez vu ta gueule ! Allez ! Tire-toi ! Oust ! J'ai dit oust !



Hé, petit !



T’as bien bossé aujourd’hui. A demain.  


A propos de vous

Age : 23 ans
Avez-vous lu le règlement ? En long, en large, et en travers ! o/
Système de jeu choisi : Roulette russe, of course !

Surnom : Narkhand sur la toile. La blonde pour les intimes.
Passion, loisirs : Je carbure à l’écriture, je me passionne en musique, je voyage au cinéma et je finis au bar.

Comment avez vous découvert le forum ?  Grâce à votre fiche sur l’Antre du RPG
Des suggestions ? Quelque chose à dire ? Un dernier mot ? Soyez gentils avec Papy... il est vieux.

avatar
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Responsable de la culture de thé
le Dim 19 Aoû - 19:25

Passeport
Age :: 58 ans
Patronyme :: Yaroslavitch
Surnom ::
Et voilà ! C'est terminé !
Je ne sais pas si vous aurez tout ce qu'il vous faut, et j'espère ne m'être plantée nulle part. Si jamais vous avez des remarques ou des choses à me faire changer, n'hésitez pas !
avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 99
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de l'Alliance V.A.R
le Lun 20 Aoû - 0:17
Chef de l'Alliance V.A.R

Passeport
Age :: 54 ans
Patronyme :: Asimovitch
Surnom :: Jora

Fiche validée ♥️

Félicitations, tu viens de réaliser tes premiers pas dans le métro de Moscou, ton personnage est donc validé !

Avant de rp, il faut que tu penses à remplir ton profil : les champ contact pour ta fiche de présentation et ton carnet de bord, l'onglet "passeport" donnant des informations concernant ton personnage.

Il faut ensuite que tu créés ton carnet de bord dans lequel il faudra tenir à jour ton inventaire en fonction de tes acquisitions.

Et pour rp, il ne te manque plus qu'un compagnon. Pour cela, il suffit de se rendre au point rencontre et n'hésite pas à jeter un coup d'oeil au tableau d'affichage des missions.

Bon jeu !



Le mot de Tonton Jora:
 
Contenu sponsorisé