Nikita Azarov [En cours]
avatar
Date d'inscription : 09/06/2018
Messages : 1
Double-compte : Sergueï Zinoviev

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 9 Juin - 13:43
a

Azarov Nikita
Maman voulait que je sois un super-héros ou quelqu’un de bien ; j’ai décidé de voler aux riches pour donner aux pauvres. Je suis très pauvre.

FACTION :: La Hanse
PATRONYME :: Ilitch
PROFESSION :: Mercenaire
SEXUALITE :: Bisexuel

DATE DE NAISSANCE :: 20/04/2022
ÂGE :: 23 ans
TAILLE :: 1m74

Profession & Faction


Nikita est un mercenaire qui réside à la Hanse. Officiellement, il est au service des Stalkers de sa faction. Officieusement, il lui arrive d’accepter des contrats plus louches, notamment pour les Arrangeurs en tant que Lycaon. Cela dit, il reste extrêmement secret sur la nature de ses activités. Bien qu’il ignore être engagé pour l’Unité Zenit et qu’un de ses plus proches amis y est.
Il entretient une réputation de pivot de bar, allumeur et par-dessus-tout de conteur et magicien.


Physique


Pourvu d’un débardeur ample et d’un jean delavé en piteux état, Nikita Azarov arpentait tranquillement un couloir de Koultoury.

Sa longue silhouette marchait nonchalamment, les mains enfoncées dans les poches et le dos légèrement voûté. Ses cheveux bruns tombaient jusqu’à ses épaules, légèrement ondulés par une négligence certaine de sa coiffure, la chevelure du jeune Azarov avait un aspect des plus chaotique. Deux épaisses tresses partaient de chaque côté de son front pour retomber à l’arrière de son crâne et timidement s’effleurer. A deux centimètres du lieu de leur rencontre, une paire de perle décorait chacune des tresses. Des tresses plus fines et discrètes pendaient dans le cou de Nikita, ballottées au gré de ses mouvements. L’une de ses mains vint plaquer quelques mèches sur le côté gauche de son crâne, relevant une raie sur le côté droit, parfaitement bien tracé. Les doigts pâles se glissèrent sous les cheveux brunâtres du mercenaire avant de retomber, dévoilant des doigts fins. L’index et l’annuaire du mercenaire étaient ornés de deux bagues. Celle de son index était parée de forme arabesque tandis que celle de son annulaire n’était qu’un anneau d’argent, dessus était gravée les lettres S, A, S, H, A. Son bras droit était finement musclé et paré d’un imposant tatouage. Différents bracelets d’encre venaient enlacer son membre, certains reproduisaient des formes géométriques tels que des losanges et des triangles, tandis que d’autre se contentait d’être d’épaisses bandes noires. Le tatouage grimpait du poignet jusqu’à la délimitation de l’aisselle. L’avant dernier motif était une bande rouge striée d’espaces, elle était le seul motif du tatouage à être colorée.

Une épaule à la musculature harmonieuse surplombait le bras de tatoué du mercenaire. Sa jumelle lui était identique en tout point. Le dos de Nikita était lui aussi finement sculpté, ses omoplates se dessinait au rythme de sa marche. Le tissu du débardeur de Nikita les révéler de temps à autres. Sa silhouette s’affinait de ses côtes à sa taille, faisant penser à la forme d’un entonnoir. Sa taille était un peu plus charnue que le reste de son corps. Notamment au niveau de ses flancs, une fine couche de graisse rendait encadrer son ventre.

Ce dernier était pourtant relativement plat. Les abdominaux saillant de Nikita se dévoilaient sous son vêtement dès qu’il se tenait un peu plus droit. Au-dessus de son ventre, les côtes de Nikita se dessinait on ne peut plus précisément sous sa peau, qui introduisait des pectoraux à la musculature sèches. Le torse svelte de Nikita était ciselé de quelques cicatrices et égratignures plus ou moins discrètes qui semblaient danser à chaque nouveau pas.

Nikita n’avait pas une silhouette de combattant puissant et redoutable au corps à corps, il excellait davantage dans la rapidité, la filouterie. Son corps était celui d’une personne agile. Ses longues jambes étaient relativement fines. Elles n’étaient cependant pas dépourvues de muscles. Taillés pour la course, elles étaient façonnées en conséquence. Ses cuisses, avait tout de même une certaine épaisseur, à l’effigie de la courbe discrète mais néanmoins aguicheuse des ses hanches et du bas de son dos.

Sa main encore dans sa poche en sortit lentement pour s’élever et griffer de son cou pâle. Ce dernier était à l’image du reste de sa silhouette ; svelte. Les doigts de la main gauche de Nikita étaient eux aussi bagués. Une bague au niveau du majeur, une autre au niveau du pouce. Celle de son pouce représentait des cornes de taureau, tandis que celle sur son majeur ressemblait en tout point à celle de son annulaire droit, mais cette fois, c’était son prénom qui était inscrit sur la bague.

Les doigts d’Azarov se glissèrent sous sa barbe et vinrent s’enrouler autour de deux longues tresses qui pendaient de son menton. La pilosité de Nikita formait un collier hirsute qui partait de ses oreilles toutes paré d’écarteurs et de plusieurs anneaux. Il aimait s’amuser à nouer ses poils, leur faisant prendre différentes formes, les parant de perles de ruban. En particulier son bouc qu’il malmenait à coup de brosse, d’élastique et de toutes sorte d’accessoire. A cette simple pensée, les fines lèvres de Nikita s’étirèrent, révélant des dents carnassière et relativement bien entretenue. Le reste du visage du brun était composé de traits fin et doux, agrémenté de discrètes tâches de rousseurs, d’un nez pointu et plutôt discret. Le jeune homme avait un visage relativement espiègle et enfantin, qui en un instant, devenait aussi séduisant que possible.

Nikita se servait souvent de son sourire pour aguicher et séduire ses interlocuteurs, arquant les sourcils pour accentuer ses sentiments. Mais ce qui était le plus expressif, c’était son regard. Des yeux noisette et sombre, qui brillaient pourtant d’un éclat passionné. C’était par son regard que Nikita s’exprimait, le reste n’était qu’artifices pour donner de petites indications supplémentaires. Il lui arrivait de se perdre dans son propre regard pour s’en remémorer un autre. Ces pupilles, c’était réellement le plus bel héritage que sa mère lui avait laissé.



Mental



Nikita est une personne simple. Il est bon vivant et se contente de ce qu’il a sa portée ; tourmenter son monde. Désinvolte, enfantin et parfois immature, il assume pleinement sa nature.

L’une des choses qu’il apprécie le plus c’est séduire, charmer. Il aime provoquer des réactions en tout genre chez ses interlocuteurs. Susciter ses réactions provoque en lui une sorte de satisfaction, dans ces moments-là, il a la certitude d’être un individu amusant, intéressant et pouvant être précieux aux yeux de ses proches. Il se plaît à se savoir désiré, adulé et aimé. Ces prouesses relationnelles font de lui quelqu’un de sociable et de confiant. Il n’hésite jamais à aller vers les autres, à se montrer doux, attentionné, curieux et parfois virulent.

Pour Nikita les relations sont un jeu de piste. Un jeu de piste qui ne connait pas de fin. Chaque moment passé avec un individu est une occasion de découvrir des secrets, c’est dans ces moments là que sa nature manipulatrice se manifeste. Nikita analyse et mémorise tout. Doté d’une mémoire particulièrement bonne, le garçon n’hésite pas à l’utiliser pour tromper et manipuler. Il est passé maître dans l’art du mensonge et de la tromperie. C’est d’ailleurs sa principale qualité en tant que prestidigitateur.  

Nikita est un calculateur, il n’agit presque jamais à la légère ou en suivant son instinct. Il met un point d’honneur à toujours peser le pour et le contre de ses décisions. Tout est toujours soigneusement calculé dans son esprit, il sait où il doit aller et comment le faire. Malgré son tempérament joueur et enfantin, il perd rapidement son sourire quand tout ne se passe pas comme prévu. S’il sait garder son sang-froid d’ordinaire, il n’est pas rare qu’à la suite d’un concours de circonstance et dans des cas extrêmes, le mercenaire perde son calme. A seulement vingt-trois ans, Nikita est encore très inexpérimenté. Mais, ce n’est que dans ces moments spéciaux, de tension extrême, où le jeune Azarov peut agir trop vite, au gré de ses sentiments. Ça, et dans le cadre des ses relations sentimentales aussi.

Avec ses proches, Nikita est sans filtre. S’il sait se tenir en société ou avec des simples connaissances, dans le privé, il taquine à outrance. Est encore plus désinvolte. Bien sûr, cela dépend de la relation, mais il aura tendance à être encore plus démonstratif dans sa relation avec les autres dans un cadre privé.

Contrairement à ce qu’il laisse penser, Nikita, s’attache rapidement et avec une certaine intensité aux gens. S’il est bon manipulateur c’est en partie car il se sait faible aux charmes des autres. Cette faiblesse est le résultat d’un réalisme et d’une profonde conscience de sa condition. Nikita a été élevé seule par sa mère. Le fils et la mère ont énormément souffert de l’absence du père de Nikita. Le garçon rend l’abandon de son père responsable de la vie et de la maladie de sa mère. Le décès de sa mère n’ayant pas été un moment agréable de la vie de Nikita, ce dernier en a retiré une profonde peur de se reproduire. Il est terrorisé de reproduire les mêmes erreurs de son père. Ce qui rend ses relations avec la gente féminine plus que chaotique.



Compétences


Comme tout bon voleur qui se respecte, Nikita excelle dans le vol à la tir. Il est habile, vif et précis, ceux sans même user de son corps de mutant. Il couple ces talents à ceux de détourner l’attention d’une chose sur une autre, qu’ils utilisent d’ordinaire dans ses spectacles. Nikita sait parler, charmer, manipulait et extorquait tout un tas de chose.

Sa vivacité en fait un combattant agile, qui ira toujours droit au but. Il a suivi une formation auprès des Stalker de la Hanse pour pouvoir les suivre à l’extérieur. Il sait donc tenir une arme et se cacher des mutants du métro. Le natif de la VAR sait faire preuve de discrétions et est conscient de ses limites, ce qui ne l’empêche pas de les dépasser.

Et comme tout voleur qui se respecte, il est habile de ses mains et capable de crocheter des serrures en un temps record, n’hésitant pas à utiliser son don pour cela.


Possessions


Vieille bougie
Pistolet Stechkin
Nécessaire de survie à la surface
Jeu de cartes
Kalachnikov



Antécédents médicaux


Métabolisme amélioré - Nikita est capable de modifier son métabolisme de manière à accroître considérablement ses capacités physiques (vitesse et force) pendant quelques secondes. L'exercice consomme cependant beaucoup plus vite son énergie si bien qu'il ne peut pas maintenir cet état trop longtemps sous peine de perdre connaissance ou d'entraîner des lésions physiques. Il lui faudra plus de temps et de nourriture pour récupérer d'une transe de ce genre.



Intérêts & Loisirs


Outre tourmenter ses amis, séduire des inconnus, subtiliser des biens et ses spectacle de magie, Nikita a une passion pour les histoires datant de l’ancien Monde.
Autant pour leur caractère dépaysant que pour le souvenir que celle qui les lui contait, sa mère. Ainsi, Nikita s’évertue à transmettre ses histoires à son tour. Elle apprécie tout particulièrement les mythes touchant aux sorcières.




Histoire


D’aussi loin que je me souvienne, ma vie a toujours été rythmé par les histoires de l’ancien Monde. Je veux dire avant que la population russe soit cloîtrée dans le métro et que l’extérieur soit truffé de mutants assoiffés de sang. Ces histoires, je les tiens de ma mère, Sveltana Azarov. Elle et moi on a vécu dans la station VDNKh, pendant longtemps, très longtemps. Je crois qu’elle l’a même jamais quitté. Dans tous les cas, jusqu’à mes dix ans, on a vécu dans la station. Ma mère vendait des bougies, tous les jours. Elle avait pris l’habitude les manipuler, de les façonner, quand elle ne lisait pas, elle faisait des bougies. Un jour, elle m’a demandé de l’aidée.

Comme chaque jour dans le métro, il faisait froid. Pourtant, ça n’empêchait le petit Nikita de gambader gaiement l’enseigne d’une échoppe miteuse. Au-dessus de l’encadrement, se tenait difficilement le dessin d’une bougie. Il était discret, le temps avait effrité la pierre et la peinture s’était lentement désagrégée. Une petite fenêtre se trouvait à gauche de la porte. Elle était trop sale pour qu’on puisse voir quoique ce soit à l’intérieur de la boutique. Des plaques de crasses noirâtre s’étaient infiltré à même le verre.

Nikita était dans le même état que les lieux. Ses cheveux étaient gras de crasse, des tâches de poussière parsemait ses bras potelés et pâle, tandis que ses vêtements étaient davantage des haillons qui se déchiraient petit à petit. Le garçon s’amuser à jouer avec deux brindilles, l’une représentait un nosalis tandis que l’autre était un stalker.

-Nikita ! Viens m’aider !

La voix venait de l’intérieur de l’échoppe, à son entente, l’enfant posa ses jouets et s’engouffra dans l’obscurité de la boutique.

Si l’extérieur était dans un état relativement pittoresque et n’était pas très vendeur. L’intérieure de la boutique était relativement accueillant. Deux longues étagères murales se faisait face le long de la pièce. Toute sorte de livre y étaient entreposé. Un petit meuble sur lequel était posé divers thés et théière se tenait à côtés de l’entrée. Quelques meubles occupaient l’espaces, diverses bougies étaient exposées dessus. Elles avaient des formes différentes, des motifs différents, des couleurs différentes. Toutes les bougies semblaient unique à leur façon.

Au fond de la pièce, il y avait un comptoir. Nikita s’y dirigea naturellement. A mesure qu’il s’approchait ses yeux bruns distinguaient une silhouette fine, penchait sur sa chaise. Sveltana n’avait que la peau sur les os, quoiqu’une fine couche de muscles se dessinait le long de ses épaules et de sa taille. Sa peau était pâle et plutôt épargnée par les affres du temps. Ses cheveux gris étaient noués dans un chignon hirsute. En entendant les pas de son fils, la femme releva la tête, plongeant ses iris identiques à ceux de son fils dans les siens, ses lèvres s’étirèrent. Elle se redressa et attrapa une bougie posée sur le comptoir, ainsi qu’un petit bout de bois pointue. Elle mit les objets dans les mains de son fils.

-Tu peux m’aider avec ça, s’il te plait ?

Nikita croisa ses petits bras sous poitrine, leva la tête, tout en mordillant sa lèvre inférieure et en plissant les yeux.

-Seulement si tu me raconte une histoire !

La dame soupira, laissant néanmoins un sourire éclairait son visage.

-Hmm, très bien. Mais reste attentif sur ton travail !

Tout en manipulant la cire constituant les bougies, la mère parla, tandis que son fils écoutait.

Petits, j’adorais ces moments où elle me racontait toutes ces histoires. Particulièrement celles concernant l’ogresse russe, Baba Yaga. Il parait qu’elle arpente le métro, ça ne m’étonnerait pas qu’elle ait survécu à l’apocalypse aussi. Mais je m’égare. Même si ces moments passés avec ma mère sont certainement les heureux et les plus doux de ma vie, ils sont ternis par toutes les fois où je l’ai entendu pleurer car elle avait trop faim, toutes les fois où elle me hurlait dessus pour que je mange sa part de ration. Notre situation à toujours été plus que précaire.

De plus, au fil des années étaient de plus en plus faible. Sa grossesse avait grandement affaibli son système immunitaire et plus le temps passé plus elle tombait souvent malade. Au fur et à mesure de mon enfance, puis de mon adolescence, je me suis rendu compte de la gravité de la situation. J’ai également très vite deviné qu’il manquait quelque chose à notre famille. Je fréquentais pas mal d’enfant du quartier, essayant de me faire des amis à droite à gauche pour grapiller une conserve ici et là. Et en observant ces familles, je remarquais qu’elles étaient toutes, pour la plupart, constitués de deux piliers, un père et une mère.

Moi j’avais pas de père. Et ma mère pas de mari.

Certaines familles galéraient déjà avec deux parents, alors nous, je vous laisse imaginer le désastre. Alors au fur et à mesure, j’ai développé une haine pour mon père, son peut l’appeler comme ça. Ce serait plus le mec qui vend des graines plutôt que le jardinier. Mais je diverge. J’ai été jusqu’à prendre le nom patronymique de mon grand-père. L’homme a juste engrossé ma mère et s’est barré de suite, comme un malpropre. Parait que ce n’était même pas bien. Il a laissé ma mère seul, avec un enfant dans le ventre -moi, au cas où. Je ne suis pas dupe, connaissant ma mère, je sais très bien qu’elle songé à me tuer à ma naissance, m’abandonner ou que sais-je. Mais, pour une raison que j’ignore, elle l’a pas fait. Et, dans un sens, c’est tant mieux. Même si notre vie n’a jamais été parfaite, c’est sûrement grâce à elle que j’arrive à m’en sortir, et je l’aime. Toujours.

Mais donc, il va de soi que vendre des bougies, fut très vite insuffisant pour nous. À l’aube de la fondation de la VAR, je me suis engagé sur le chemin de la délinquance et du larcin. En même temps, miracle ou concours de circonstances, appelez ça comme ça vous chante, c’est à ce moment-là que mes « capacités » se sont manifestées. Mais ça non plus, ça ne s’est pas fait en un jour.

-Lâchez-ça ! Ce n’est pas à vous !

Nikita était recroquevillé derrière le comptoir de sa mère. Les mains plaquées contre ses oreilles, il tentait tant bien que mal d’ignorait la scène qui était en train de se produire dans son dos. Plus tôt, deux hommes étaient entrés dans l’échoppe de Sveltana. L’un d’entre eux cherchait un cadeau pour sa compagne. Rapidement, il trouva son bonheur, une bougie sur laquelle était gravée un cœur en train d’être recousue par deux amants. L’homme avait immédiatement été séduit par l’apparence de l’objet. Seulement au moment où Sveltana lui avait demandé de payer, l’homme avait refusé, prétextant qu’elle devait plutôt le remercier de simplement rentrer dans sa boutique. En entendant ses paroles qui sonnaient plus faux que jamais à ses oreilles, la femme s’était jetée sur l’homme.

Et maintenant qu’elle était aux prises avec lui, elle se rendait de plus en plus compte qu’elle n’allait pas pouvoir reprendre sa création. L’homme était bien trop fort, d’une simple pression il la repoussa et, la frappa en plein visage. La projetant contre son étalage, le nez en sang.

-La prochaine fois, tu nous remercieras de venir ici, rapace.

Lança l’un des hommes en sortant de l’échoppe. Nikita se jeta immédiatement hors de sa cachette pour courir vers sa mère qui avait le nez en sang. Ce spectacle perturba au plus point le jeune garçon. L’impuissance de voir sa mère dans cet état sans rien pouvoir faire était insoutenable. Alors que sa génitrice pleurait à chaude l’armes, Nikita alla prendre place à ses côtés et se promit de sortir de la misère ; lui et sa mère.

C’est donc à peu près à ce moment là où je me suis dit : « si les autres peuvent le faire, pourquoi pas moi ? » Après, évidemment, ces gars avaient un certains pouvoir en plus de forcer les gens par la force brute. Dans mon cas, je me devais d’être un peu plus fourbe, plus malin qu’eux. En ne me faisant pas prendre par exemple. Je me devais d’être invisible aux yeux de mes victimes.

-Allez… Sac à merde ! Et fais pas le malin !





A propos de vous

Age : 18 ans.
Avez-vous lu le règlement ? Lu et relu !
Système de jeu choisi : Roulette Russe voyons 8D

Surnom : On se connait déjà les copains 8D
Passion, loisirs : L'insolence et martyriser le destin Evil or Very Mad

Comment avez vous découvert le forum ?  J'y ai planté ma tante  Cool
Des suggestions ? Quelque chose à dire ? Un dernier mot ? HANSE FOR THE WIN