Aller à la page : Précédent  1, 2
Point de rupture
Alexandre Prokhorenko
Date d'inscription : 19/02/2018
Messages : 98
Double-compte : Kir Sokolov
Voir le profil de l'utilisateur
Lieutenant-instructeur, chef de section du Bastion Vympel
le Mer 20 Juin - 21:19

Passeport
Age :: 32
Patronyme :: Nikitovitch
Surnom :: Stena
Le jeune tombeur fut le premier à reprendre place sur la banquette, à coté de sa dulcinée. Elle l’avait héroïquement attendu après qu’il ait déguerpi pour aller acclamer le chef du Vympel, en tête devant les kshatriyas. Iann était resté assis pour surveiller les kalashs et la blondine, renonçant à faire usage de son charme avec le pif gonflé et les infra orbitaires violacés. Au moins, y’en avait un qui profitait, se consola-t-il, dubitatif toutefois. Frier était touchant à sa manière, blond scandinave, les yeux gris bleu, les traits droits sans mystère ni profondeur, symétriques, deux yeux, un nez, toutes ses dents, non pas miraculeusement, car à Polis était produite de la pâte dentifrice. Un gars vivant, un peu turbulent et encore adolescent, par effet de meute. Car il était le benjamin du groupe n°2 du Bastion. Vlad se coula à sa suite, plus bourru qu’il ne l’aurait voulu, suivit de Ranvir et de Yégor, qui préféra rester debout calé contre le bois plutôt que de se retrouver plus serré que dans une draisine de la Hanse.

Déjà l’empaleur se penchait sur la table pour interpeler la jeune femme, douchant la question qu’elle posait à Léo, et venant de ce fait à sa rescousse alors qu’il était déjà en train de se confondre à ne savoir quoi dire.
« Il me semble qu’on t’a déjà vu ici, t’es de Smolenskaya ? » demanda-t-il avec entrain, s’étalant en poussant le flambeur du coude. Pendant ce temps, Stena prenait place sur le coin de la table, tourné vers ses hommes, et rejoint de Daniil et d’Oksana. Un citoyen reconnaissant traina un haut tabouret jusqu’à la tablée des militaires, le présentant au sergent-chef, et un autre en fit de même à l’attention du kombat médic. Ainsi, tout en se serrant de manière à tous s’entendre et se voir, chacun pouvait aussi s’assoir. Droit, de biais, sur un tabouret ou calé contre le mobilier. Le percussionniste fit la tournée des tables pour récolter dix balles et relança la musique, un tribal ambiant, orientalisant avec des nappes en glissandos vibrants.

Si la question du sergent-chef avait été discrète, celle de l’artilleur porta sur toute leur assemblée.
« Il est reparti avec la Volkovar ? » Les yeux grands ouverts, leur blanche orbite sur sa peau basanée, s’étaient fixés sur le visage du lieutenant. Ce dernier sentit Daniil se roidir, et devina un face-palm d’Oksana au bruit de claquement mat en sa direction, à coté du médic. Il perdit un soupir nasal en guise de ris, dans l’apparition d’un immense sourire lumineux. Il cilla et secoua la tête sans se départir de son sourire, et dût se résoudre à préciser, car toutes les oreilles étaient braquées sur lui :
« Non. J’me suis… Entretenu un peu plus longtemps avec lui, après qu’elle soit partie. » Il n’avait rien vraiment suggéré. Mais les interprétations jaillirent à foison, traduites en exclamations d’entrain victorieux, lançant le second round de discussions enchevêtrées.

Heh ! Dans sa gueule ! Bien fait ! Mais comment qu’ça lui a pété… Les éclaireurs sont casses-burnes, se prennent pour des princesses... On était cool j’ai trouvé, en plus, on les invite, tout ça…, l’autre fois je descendais le corridor Zêta et…. Ouais bon, … Non, on l’a pas provoqué, ça va quoi, quand ils sont arrivés…  Il râlait après les perturbations du REM…  Ça dure depuis toujours ; Et en remerciement il nous insulte... C’était pas un groupe de rock ça ? …faut leur dérouler le tapis quand ils arrivent… je l'ai entendu maugréer après le segment, carrément… I’m loosing my religion… Non, mais faut avouer qu’ils vous ont balancé la com à moitié finie… Yeah, Raj Jihad, mon frère ! Mais qu’est-ce que tu lui as dit pour qu’il t’en ait collé une presto ? Oh no, I’ve said too much… Vlad, ferme là… I thought that I heard you laught… Mouais y’en a peu qui y ont cru… I thought that I heard you sing… J’lui ai dit d’me sucer la bite...  Pendant la cérémonie, les têtes.... I think I thought I saw you tried …  But that was just a dream…
Just a dream…
Just a dream.

« J’espère qu’on pourra bientôt l’ouvrir, sinon ils vont finir par nous torturer pour nous sortir les vers du nez. » La nouvelle intervention de Murugan tranchait dans le vif.
« T’as rien besoin de nous dire, on sait que vous avez géré », enchaina Léo, et nombreux furent les propos de confirmation qui suivirent, chacun touchant une épaule de l’indien ou le poussant d’une tape amicale, tout en échangeant des regards signifiants avec Stena et Schrödinger. On assure vos arrières, les gars, on est avec vous quoi qu’il arrive. C’était le sens de l’échange, particulièrement fermé, auquel assistait Natalia. Le lieutenant passa le bras dans le dos du médic, jusqu’à atteindre le sergent-chef, sur l’avant-bras de laquelle il referma la main dans un besoin de contact,  reconnaissant sa présence, et de l’en remercier. En même temps, il répondait à ses hommes, en quelques mots ou par des silences éloquents.

« A Marko », dit l’indien en levant sa choppe.
« A Yuriy », enchaina Stena, levant celle que Léo venait de lui mettre dans la main gauche. Ils firent silence une seconde, et de concert, sans avoir nul besoin de se consulter, tous ajoutèrent en tonnant : « Polis ! Polis ! » avant de vider d’une traite leur samogon ou leur lédon, et d’en frapper le culot contre la surface de la table.


Fin
Aller à la page : Précédent  1, 2