avatar
Date d'inscription : 06/05/2018
Messages : 20
Double-compte : Klara Savinkova
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent-chef, chef de groupe du Bastion Vympel
le Dim 6 Mai - 21:53

Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Philipovna
Surnom :: Oksie


Les meilleurs succès des hommes viennent après leurs déceptions


FACTION :: Polis
PROFESSION :: Militaire (sergent-chef)

NOM :: Dezhnyova
PRENOM :: Oksana
PATRONYME :: Philipovna

DATE DE NAISSANCE :: 3 Mai 2016
ÂGE :: 29 ans
TAILLE :: 1m74

GENRE :: Féminin
SEXUALITE :: Hétéro


Descriptions

Profession & Faction

Militaire (Sergent-Chef) dans la section Bastion Vympel.

Elle est chef d'une unité de 8 soldats. Elle connait la topographie de Polis comme le fond de sa poche et mène des opérations qui sont confiées au Bastion Vympel, sous les ordres du lieutenant. Elle respecte la hiérarchie et son supérieur Alexandre. L'aidant dans la préparation et l'exécution de plusieurs missions. Jouant les yeux et les oreilles sur le terrain, elle rapporte également les informations pertinentes à celui-ci. Souvent responsable de la sécurité au moment de passer une entrée à Polis,  elle applique les protocoles de sécurité à la lettre.

Son rôle est principalement relié autour des tâches qui sont confiées à son unité. Soit plus principalement :
-Défense des entrées de Polis contre les mutants et envahisseurs d'autres factions
-Défense contre des opérations d'infiltration
-Pistage/Suivi des galeries éphémères.

Physique

Cette beauté russe a su faire valoir son point par un travail acharné. Passant premièrement par un physique qu'elle a développé au cours des années. Du haut de son 1m74, elle égalise les hommes en terme de grandeur. La suite fut plus difficile, les hommes ayant l'avantage de la génétique... Dezhnyova a toutefois su dépasser les attentes des autres soldats en travaillant deux fois plus fort que certains camarades. Développant ainsi une musculature des plus impressionnante à force d'entretenir un entraînement rigoureux. Bossant toujours deux fois plus dur que les autres recrues pour ne pas se laisser distancer.

Le dernier examen médical a démontré des muscles saillants et endurant. Malgré ses abdominaux et ses cuisses d'acier, elle n'en perd pas pour autant sa féminité. Conservant des hanches et une poitrine bien féminine. Qui plus est, ce n'est pas uniquement l'enveloppe corporelle qui fait la femme, mais l'interprétation. La démarche, le comportement et comment le tout se reflète sur le non verbal. La demoiselle malgré sa carrure des plus frappantes, arrive à marcher en talon haut. Elle peut également comme toutes les femmes, rouler des hanches sans avoir l'air d'une dinde, mettant en valeur son fessier symétrique au reste de son corps. Un corps athlétique et nerveux, mais qui peut faire preuve d'élégance et de raffinement.

Son visage à des traits purement féminin. Des lèvres rosées et pulpeuses. Chevauché de un nez légèrement en trompette et de deux yeux perçants. Deux prunelles de teinte grise, se comparant à du Coltan. Elle possède une coupe de cheveux des plus pratique sur le terrain, mais qui lui permet de conserver son statut de femme. De couleur châtain, ils sont rasés sur la base et le reste est souvent relevé en chignon réglementaire. Libres de l'élastique, ils lui arrivent entre le menton et les épaules.

Ce corps est loin d'être parfait, comme toute bonne chose. Les 29 années d'existence dans le Métro ont laissé leurs marques également. Le passage de l'âge, des épreuves de la vie et de nombreux combats. Elle a de multiples cicatrices sur le corps. Plusieurs marques mineures, des éraflures qui ont un peu éclairci la peau à certains endroits variés. Mais plus principalement, une cicatrice majeure à la clavicule droite, créé par une explosion qui a entraîné une mauvaise projection, sur de la ferraille directement. Ainsi qu'une au visage, au-dessus du sourcil gauche, reçu lors d'un accident durant un entraînement. Celles-ci sont bien visibles à l'œil nu, mais n'incommode pas la dame. Elle l'est à plutôt utiliser comme une occasion pour apprendre à ne plus faire les mêmes erreurs.

Sur le plan vestimentaire, elle n'est pas bien complexe. Une camisole laissant les bras à découvert et moulante fait très souvent le travail. Des pantalons noirs avec des bottes militaires complètent sa tenue. Simple, mais efficace! Cela donne également une bonne vue sur ses nombreux tatouages aux bras. Des tribaux sur le bras droit et des roses avec d'autres du même genre sur le membre gauche. Pour ceux qui la connaissent bien, un tatouage couvre également son dos complètement. Un tribal qui achève les œuvres sur ses bras. Le type de tatouage qui lui donne un petit côté garçon aux yeux de certains, mais qui rendrait un homme plus féminin s’il portait les mêmes étrangement.

Mental

Prise en charge. Ces trois mots qualifient l’une des plus grandes valeurs d’Oksana. Lorsqu’on lui confie une tâche ou qu’on lui donne une mission, la Russe fait preuve de beaucoup de responsabilité. Elle prendra en charge la situation du début à la fin, gérant les impasses et obstacles jusqu’à l’accomplissement de celle-ci. L’une des pires tortures pour cette militaire, serait de ne pas pouvoir terminer une chose qu’elle a commencée. Ou encore, le remords rongerait sa raison si elle ne pouvait mener à bien une opération.

Grande stratège, elle use de son esprit vif pour mettre en place des plans et des opérations selon les ordres qu’elle reçoit. Elle arrive à prendre en compte les ressources disponibles, forces de ses hommes et l’environnement pour établir des plans solides et concis. Rien de farfelu toutefois, elle préfère ce qui est simple et efficace! Possédant un esprit analytique beaucoup plus dans la sphère droite de son cerveau, faire usage d’imagination est difficile et parfois impensable.

Baisser les bras? Jamais. Lorsque cette femme à une idée, elle démontrera un entêtement des plus agaçant pour maintenir celle-ci. Elle est extrêmement tenace et n’abandonne jamais, si elle a confiance en la cause qu’elle défend. Loin d’être dénuée de raison, elle arrive toutefois à reconnaître ses torts, lorsque nécessaire. Chose qu’elle fera en se mordant la langue d’agacement, en marchant sur son orgueil.

Fierté? Oui, un orgueil démesuré et à la limite du narcissisme. Elle a confiance en elle et ses capacités ne lui ont jamais fait faux bond. Ne se retenant pas de démontrer sa confiance dans sa posture, elle n’hésite aucunement à se prononcer en public. Étant chef d’unité de 8 soldats, elle arrive à diriger tout ce beau monde avec fluidité, sans jamais perdre la face. Gardant les situations sous son contrôle, elle dirige ses soldats tout en les accompagnant au front. Ne les laissant pas s’aventurer en enfer seul. Ce trait de caractère lui a toutefois développé une verve des plus franches. Parfois brutal et à la limite de la confrontation.

Toujours plus. Elle doit toujours en faire plus que les autres pour continuer de se valoriser auprès des hommes. Montrer sa supériorité et conserver le respect des autres militaire. Loin d’être suicidaire, la soldate a un sang-froid à toute épreuve. Elle peut même faire usage d’empathie à l’occasion, avec les personnes qu’elle aime bien. Ses habiletés sociales ne sont pas déficientes, au contraire. Tout comme ses camarades, elle peut profiter d’une soirée et se montrer sociable. Mais il y a bien un trait de caractère chez autrui qu’elle ne tolère pas. Les indécis et l’incompétence.

Autant qu’elle peut se montrer protectrice envers ses équipiers, voir agressive pour leur protection. Que la Russe peut devenir impulsive. Elle plus que personne d’autre est prompte à réagir en faisant usage de violence physique et psychologique. Soit en faisant usage de force physique ou en démontrant son autorité si besoin est. Susciter la crainte pour ne pas perdre le respect qu’elle a durement gagné au fil des années. Vieux mécanisme de défense qu’elle n’a jamais réussi à faire disparaître totalement.


Compléments

Compétences

-Chef d’unité (8 soldats)
Être Sergent-Chef du Bastion Vympel demande beaucoup de discipline. Il faut premièrement montrer l'exemple aux autres soldats et ensuite l'appliquer. Elle n'a pas une approche très pédagogique, mais démontre un grand respect pour ceux qui font leur boulot. Elle peut donc prendre les commandes et diriger de petit groupe avec aisance. Malgré son manque de sensibilité, elle est plutôt douée en psychologie. Elle arrive à cerner les dynamiques de groupe, les alliances et conflits entre les individus. Elle met généralement rapidement le doigt sur le problème et cherche des solutions, même si sa façon de les nommer n'est pas la plus douce.

-Techniques de combat  (Désarmement & neutralisation)
Entraînée depuis sa plus tendre enfance par son père, la militaire excelle dans ce domaine. Certains jouaient au ballon avec leur paternel, alors que le sien lui montrait où frapper ses adversaires, comment le faire et quel technique utiliser pour se protéger. Son corps réagit maintenant de par lui-même. Réflexes qu'elle a développés à force de pratiquer encore et encore les mêmes techniques. Elle anticipe, feinte et frappe avec tous les membres de son corps. Ayant les arts martiaux comme passion également, elle a spécialisé ses techniques dans le désarmement et la neutralisation de ses cibles.

-Tactiques militaires offensives et défensives
Analyser, planifier, exécuter et évaluer. Voilà quatre étapes simples pour décrire ses compétences sur ce plan. Elle analyse les besoins et le contexte. Planifie en conséquence de cette analyse. Exécute ensuite la mission, prenant bien en compte ses ressources humaines et matérielles pour y arriver. Puis arrive l'évaluation des résultats de la tactique militaire. Les pertes, taux de réussite et un rapport qu'elle doit compléter. Respectant les quatre étapes de façon perfectionniste. Comme si en rater une seule menait à mal l'opération entière.

-Sang-froid & objectivité
Rien ne la sort de sa zone de confort. Du moins, jusqu'à présent. Son sang-froid et son objectivité sont à toute épreuve. Elle ne laisse pas son jugement prendre des décisions pour elle et réfléchit toujours avec calme. La notion du bien et du mal est toujours mise à l'écart. Elle préfère être impartiale et suivre un raisonnement logique pour suivre une ligne directrice. Que ce soit en situation de crise, ou lors de moment plus calme.

-Techniques de Survie
L'orientation et les techniques de survie sont également l'une de ses forces. Elle est débrouillarde et peut faire preuve d'imagination pour créer une attèle à partir d'une tige et d'un chandail. Elle n'est aucunement médecin, mais peut faire les premiers soins. La base des soins en fait, comme faire une pression lors d'un saignement, un massage cardiaque et des pansements. Elle connait bien ses nœuds, peut démarrer un feu de camp aisément et survivre avec peu de matériel.

Possessions

-Armure lourde et bouclier tactique (Alliage renforcé et kevlar)
-Casque kevlar (avec visière)
-Grenades fumigènes
-Fusil d'assaut AKS en très bon état
-Arme de poing Tokarev. En bon état.
-Trousse de premiers soins contenant des bandages de bonnes fortunes. La base pour arrêter un saignement, recouvrir une plaie et immobiliser un membre brisé.
-Longue vue + Lampe torche
-Un couteau suisse. En bon état.

Également, tout ce qui est disponible à l'armurerie d'Arbatskaia en fonction de ses accréditations militaires.

Antécédents médicaux

Sa peau à de nombreuses imperfections et de petites éraflures cicatrisées. Pour sa santé en tant que telle, elle est parfaite. Une santé de fer comme on dit bien souvent! Comme tous les soldats, elle a eu quelques petits moments de faiblesse dans sa vie, reliée à de légers virus. Mais jamais au point de la mettre hors service.

Le seul symptôme qu’elle a continuellement et qui ne semble pas problématique jusqu’à maintenant est l’aménorrhée. Son haut taux d’entraînement et d’activité physique lui confère cet avantage d’une certaine façon. N’en ayant jamais réellement parlé, tout comme de la sexualité, elle se pose toutefois plusieurs questions. Est-elle fertile ? Pourrait-elle un jour avoir des enfants à son tour ? Lourde question. Car la peur de perdre les acquis ensuite est bien présente. D’être traité différemment à son retour de maternité auprès des Kshatriya. Chose qui la terrifie à vrai dire, car elle ne veut aucunement nourrir la pensée populaire que les femmes doivent repeupler le Metro.

Intérêts & Loisirs

Ses intérêts et loisirs tournent principalement autour de l’entraînement et de la surveillance. S’adonnant aux entraînements cardiovasculaires religieusement tous les jours, en complétant avec de la musculation. Elle partage son amour des arts martiaux avec Stena dans ses temps libres et participe à des rondes de surveillance en sa compagnie. Veillant à la sécurité de tous dans Polis.

Les personnes la connaissant plus intimement auront également constaté les progrès dans ses cours de danse. Oui, de la danse. Elle prend des cours lorsqu’elle le peut, afin de briser les préjugés en lien avec le physique de la femme. Soit qu’une dame qui danse se doit d’avoir une petite carrure et être moins imposante que son partenaire. Puisque l’homme doit diriger évidemment… Alexandre riait bien d’elle au début. En dépit de la souplesse dont elle faisait preuve dans les arts martiaux, elle se rigidifiait et devenait une véritable barre de fer. Incapable de plier ou de se laisser aller lorsqu’il s’agissait de danse.

Ho que oui, il a bien rigolé pendant quelques années… Mais désormais, il avale sa salive lorsqu’il la voit danser et cela plait à la Russe. Sa détermination lui a fermé le clapet et prouve encore une fois que la seule limite réelle c’est nous même qui nous l'imposons. Et non ce que la société peut nous imposer. Une autre raison qui l’a incité à suivre des cours de danse était pour provoquer son père d’une certaine façon. Lui montrer qu’elle n’était plus sa petite fille adorée et qu’elle faisait ce qu’elle voulait sans son avis. Vu les activités culturelles à Polis, cette passion s’avère bien pratique souvent!



Histoire

Pas facile la vie de militaire. Encore moins lorsque notre père est le colonel Dezhnov en personne… Je suis née en Mai 2016 et ma mère est malheureusement morte trois ans plus tard d'un virus. Chose bien dommage, car la fibre maternelle m’aurait peut-être rendue plus douce. Je reste une femme et j’ai des courbes comme toutes mes comparses, mais j’ai dû m’endurcir pour respecter les exigences qu’entraîne la vie de militaire.

Mon père n’a jamais eu réellement le tour avec les enfants. Je ne me souviens d’aucun moment où j’ai pu dire ''On a bien rigolé cette fois!''. Car en vérité, des moments de rigolade, je n’y avais pas réellement droit. J’ai toujours cru que mon paternel regrettait mon sexe. Et je reste convaincue qu’il aurait préféré avoir un garçon. Juste par la coupe de cheveux qu’il m’obligeait à porter durant mon enfance. Cheveux bien courts à la garçonne, car c’est plus pratique pour combattre. Il avait raison, je ne peux le nier aujourd’hui, mais j’ai finalement pu avoir ma touche personnelle. J’ai laissé allonger mes cheveux sur le dessus, récupérant un peu de féminité en vieillissant.

Alors que des mères brossaient les cheveux de leurs filles. Mon père me parlait de politique ou m’entrainait. Il m’a toujours dit qu’il fallait être prêt à tout moment. Que je devais pouvoir compter sur mes camarades, mais surtout sur ma propre force. Que rien n’égalait l’autonomie et l’indépendance! Toutefois, en tant que bon dirigeant, il m’a également rappelé l’importance du travail d’équipe. Que chacun devait faire sa part et que l’incompétence n’était pas une option. Lorsqu’il était de bonnes humeurs toutefois, il me laissait jouer au ballon avec les garçons. Sachant que les petits ne voulaient jouer avec moi et me redirigeaient vers les jeunes filles, il me poussait à persévérer. À devenir plus rapide et à mieux manier le ballon de mes pieds pour obtenir le respect des autres enfants. Rapidement, j’ai obtenu ma place… Ayant l’avantage de la poussée de croissance féminine, sois 3 à 4 ans plus tôt chez les femmes que chez les hommes.

Vint ensuite l’adolescence. Autre moment difficile où j’en ai bavé… Les entraînements avec mon père n’étaient plus exécutés sous forme de jeu, mais sur une base quotidienne. Comme une nécessité pour continuer de vivre sous son toit. Discipline, détermination et respect. Trois règles simples à respecter auprès de mon paternel. Certains adolescents avaient des discussions sur la sexualité avec leurs parents, alors que le mien m’enseignait où frapper mes adversaires. Comment le faire. Nous avons toujours partagé cette passion commune, les arts martiaux. Peut-être l’une des seules et uniques choses que j’accepte d’avouer à voix haute. Nos discussions étaient toujours courtes et on allait à l’essentiel. Rester en silence était chose commune, et nos discussions se limitaient toujours au minimum pour maintenir une relation père-fille adéquate. Il me demandait comment j’allais, mais était peu habile dans la douceur et l’écoute active.

Le jour où j’ai rejoint la caste Kshatriya, je n’ai pas dormi de la nuit. La peur, l’anxiété, l’angoisse… Mon père m’a appris à faire manger du sable à tous ceux qui se mettraient en travers de mon chemin pour imposer le respect… Mais il ne m’avait jamais appris à réellement gérer mes émotions et mon impulsivité. Je me regardais dans un miroir ce matin-là. Remettant mon choix en doute. Ne serais-je pas mieux dans la caste Marchande ou Serviteur? Loin de cette vie dangereuse? Pouvoir me lever et dormir à l’heure que je désire? Ne pas être contrôlé par un système militaire, qui m’ordonnerait quand manger et quand serait ma mort également? Car on va se le dire, les soldats sont ceux qui partent en premier dans le Métro. Et puis… J’observais mon profil, ma musculature bien développée pour une jeune femme de 18 ans. Voulais-je réellement n’être que la créature de mon père? Arme qui servirait dans le système pour satisfaire mon paternel et l’égo d’un seul homme?

J’ai rejoint la caste militaire. À reculons? Oui, par rébellion envers le colonel Dezhnov. Et dans la même vague, j’ai réduit dramatiquement mes contacts avec celui-ci. Ce n’est qu’en vieillissant que j’ai réalisé pourquoi j’avais eu cette soudaine hésitation. L’autodestruction. J’ai presque saboté mon futur, par peur de n’être que l’ombre de mon père. Par crainte de ne pouvoir forger mon propre nom seule et d’ainsi, échouer dans mon objectif. La peur de l’échec en résumé. Car j’avais bien un objectif en tête, depuis ma plus tendre enfance. Rejoindre la caste Kshatriya et gravir les échelons. Je voulais pouvoir dire avec fierté que j’avais atteint un certain grade, et ce, par mes propres moyens. Être indépendante et autonome dans mon cheminement. Une femme en position de pouvoir serait bien une chose surprenante également! Mais je voulais être cette femme.

Les entraînements étaient difficiles et rigoureux. Ma masse musculaire a encore augmenté durant ma formation militaire et j’arrivais à suivre sans difficulté mes coéquipiers. Encore mieux, lorsqu’il était question de combat, j’étais la meilleure dans le domaine. Arrivant à vaincre les hommes sur cet aspect. C’était difficile au départ. Les autres recrues ne m’adressaient pas la parole ou refusaient de s’entraîner avec moi lors des combats en duo. Mais j’ai rapidement réussi à me frayer un chemin dans tout ce beau petit monde. Par la force de mes muscles et de mon caractère. J’allais atteindre mon objectif et cela, sans l’appui de mon père directement.

Un an plus tard, je recevais fièrement le tatouage de la caste sur le cou. Ça avait fait un mal de chien, mais je devais encore une fois montrer aux autres soldats que j’étais une dure à cuire. Que je n’avais peur de rien et pouvait aisément supporter la douleur. Je n'ai aucunement bronché lors de tous mes tatouages pour cette raison. Encore une démonstration de force, mais je ne connaissais que ce moyen pour obtenir le respect des autres soldats.

De 19 à 23 ans, je servais Polis du mieux que je le pouvais. Je restais intense et assidue dans les tâches qu’on me confiait. Ne refusant aucun défi ou combat. Parfois je pouvais faire preuve d’impulsivité, mais jamais dans un moment déplacé. Mon corps était couvert de cicatrice, en ramenant toujours une nouvelle à chaque mission. Mais je continuais de rester fidèle à moi-même. Persévérante et travaillante. Féroce au combat comme dans ma vie privée. Je ne laissais personne me manquer de respect et j’ai réussi à maintenir une certaine qualité de vie durant ces quatre ans.

Le moment le plus dur, j’ai réussi à le surmonter grâce à Alexandre. À cette époque il était sous-officier. Mais il m’a défendue et encouragée au moment de ma vie, où j’aurais bien eu besoin de mon père pour une fois. Par entêtement et pour ne pas aggraver la situation, j’ai toutefois refusé l’aide de celui-ci, préférant gérer la situation seule. Je parle du jour où j’ai posé ma candidature pour le Bastion Vympel.

-Elle a des nichons!
-C’est une femme!
-Elle doit être lesbienne!
-Une femme ne peut prendre des décisions logiques, elles sont trop sentimentales!
-La fifille à papa qui a des passe-droits!
-Lorsqu’elle sera dans ses périodes, elle va attirer les mutants à nous!


Tous les préjugés, je les ai entendus. Que ce soit par haine ou par jalousie d’autres soldats, ayant eu leurs candidatures refusées. Cette mauvaise passe m’a toutefois offert un côté positif. Une nouvelle famille et un meilleur ami. Je devais bosser toujours deux fois plus dures que mes coéquipiers pour me démarquer. Être toujours plus assidus et persévérante. Mais l’objectif visé arriva après un certain temps. Je faisais partie du groupe et des leurs. Malgré mes hanches et mes seins, je n’étais pas traitée différemment des autres hommes.

J’ai continué de fournir constamment le double des efforts. Je refusais de m’asseoir sur mes accomplissements et refusait de perdre ce que j’avais si durement gagné. Une place dans un groupe d’homme et dans une société patriarcat. Bien rapidement, j’ai été reconnue par mes pairs pour mon sang froid et ma combativité. Mes tactiques militaires à la fois défensive et offensive, sans parler de mes techniques de combat des plus développé. Normal vu l’enfance que j’avais eue auprès de mon paternel.

Cette reconnaissance m’a permis de devenir également Sergent-Chef de mon unité de 8 soldats. Je dois beaucoup à Alexandre qui fut mon guide dans cette ascension. M’aidant dans mon cheminement de recrue à Sergent. J’ai bien failli y passer une fois en mission, alors que je m’étais retrouvée trop près d’une explosion. Je suis mal tombée au sol et reçue une grave blessure de fragment brûlant à la clavicule. Stena encore une fois fut à mon chevet durant cette période difficile. Coincer en convalescence le temps de la guérison pour prévenir l’infection. Le lieutenant a toujours su quoi dire pour me faire sourire toutefois.

J’ai bossé fort pour être où je suis. Pour atteindre cette échelle de confiance et respect à mon égard. Et je compte bien continuer dans cette voie, afin de rester fière de la femme que je suis aujourd'hui.


A propos de vous

Age : 25 ans
Avez-vous lu le règlement ? Chef oui Chef
Système de jeu choisi : Roulette Russe

Surnom : Cass
Passion, loisirs : Les sports et jeux de rôle!

Comment avez vous découvert le forum ? Encore et toujours Andreï
Des suggestions ? Quelque chose à dire ? Un dernier mot ? Trop jolie cette MAJ! Le design et la nouvelle fiche <3

avatar
Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 129
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 17 Mai - 13:26
Médecin

Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya

Fiche validée ♥️

Félicitations, tu viens de réaliser tes premiers pas dans le métro de Moscou, ton personnage est donc validé !

Avant de rp, il faut que tu penses à remplir ton profil : les champ contact pour ta fiche de présentation et ton carnet de bord, l'onglet "passeport" donnant des informations concernant ton personnage.

Il faut ensuite que tu créés ton carnet de bord dans lequel il faudra tenir à jour ton inventaire en fonction de tes acquisitions.

Et pour rp, il ne te manque plus qu'un compagnon. Pour cela, il suffit de se rendre au point rencontre et n'hésite pas à jeter un coup d'oeil au tableau d'affichage des missions.

Bon jeu !