Aller à la page : Précédent  1, 2
L'ennemi intérieur : frontières poreuses.
Alexandre Prokhorenko
Date d'inscription : 19/02/2018
Messages : 98
Double-compte : Kir Sokolov
Voir le profil de l'utilisateur
Lieutenant-instructeur, chef de section du Bastion Vympel
le Mar 4 Sep - 19:36

Passeport
Age :: 32
Patronyme :: Nikitovitch
Surnom :: Stena
Epilogue

Témoin monolithique et silencieux, il assista à l’échange dans un état de quasi transe. Ses routines bayésiennes le clouèrent sur place, engluées par la charge émotionnelle de la situation. Inhabituel et dérangeant. C’en est trop. Une voix infime et bâillonnée dans sa cervelle stratégiste sortait de l’état dormant et tapait l’affiche sur sa figure en érubescence flagrante. Parce qu’il déduisait consciemment quelque chose qu’il avait très probablement anticipé, mais que sa droiture et son éthique irréprochables l’avaient empêché de concevoir trop clairement. Akilina Ivanovna le surveillait. Elle devait également surveiller Anna. Et il l’avait menée tout droit à Airat. Et à Klara, dont elle ignorait jusqu’ici l’existence. J’ai merdé. Il ne fallait rien moins que la présence de son fils, le bannis à la tête mise à prix, pour que la sorcière daignât sortir de son antre en public, risquant de révéler ses manigances aux yeux du lieutenant. Le Métro était petit, mais pas tant que ça. Pas lorsque l’on s’appelait Akilina.  Si son apparition n’avait rien d'une coïncidence, se montrer au grand jour et aller jusqu’à se présenter à la blonde Rouge, était une manifestation de faiblesse. Un instinct de possession, de la curiosité maternelle ? Airat était la faiblesse de la scientifique et Alexandre n’allait pas l’oublier de sitôt. Peut-être avaient-ils ce point commun.

Il essuya un relent de mortification avant de chasser presto ces sensibleries malvenues. Regarder le grand tableau. L’ennemi intérieur était un emboitement de poupées russes. Qui avait piégé qui, difficile à dire, et pour autant qu’il sache, lui-même était une cible, une proie, un intérêt de la brahmane en chef. Les victimes, dommages collatéraux, seules demeuraient en dépit de qui prendrait l’avantage. Klara et Airat, qui venait à l’instant de se tourner vers lui, et levait son regard de ciel orageux droit dans l’ambre liquide de sa traitrise. La vitesse du temps parût ralentir et il captura fidèlement la désolation, le désir et la terreur dans l’expression crue du colporteur. Il cilla lentement en guise d’approbation des mesures pseudonymiques, fossilisant sur le trait bleu, l’ambre piégeuse. Si proches et déjà si lointains, son bombardier en cuir touchait la texture du tee-shirt en vis-à-vis tandis que les bras reposaient le long des corps. Il ouvrit la bouche, articula une syllabe aphone, secoua brièvement la tête, l’air soudain féroce, et l’agrippa d’une main à l’épaule avant de se pencher sur lui, établissant un dôme d’isolation par sa seule carrure. « Ne passe plus la frontière, » souffla-t-il en le dardant d’un regard effroyablement sérieux. Il souligna l’injonction d’un hochement de tête en lui effleurant le front, histoire de se faire bien comprendre, puis il se redressa très lentement, les traits crispés et contractés sous la réflexion. Ses yeux étincelaient, chaque déduction opérée provoquant une réaction en chaîne qu’il allait devoir anticiper.

Il enregistra en automate les mots de la petite blonde et trouva son regard en guise d’aurevoir. L’arrivée de la sorcière avait mis un terme à l’indulgence que tous ici s’étaient accordée. Un bref moment autour d’une table. Des personnes qui se rencontrent. Un échange de marchandise illégale, l’amorce d’une relation interdite, rien de plus normal, rien de plus civil. En guise de sourire, ses lèvres produisirent une mimique animale et ses narines s’écarquillèrent comme des soupapes. Un gros félin contrarié qui ne réalisait pas encore la profondeur du lac dans lequel il venait de tomber.

*
Et le coup de grâce tomberait deux semaines plus tard lorsqu’il repenserait à l’inoffensive blague, après avoir soutenu Daniil dans la découverte de sa mutation, lui lâchant une énième version de chambrage fatigué, à l’issue d’une séance non moins éprouvante : On peut dire que je t’ai bien refroidi !
Qu’avait dit l’ange blond d’Airat ? Il n’aurait pu oublier, tout entier concentré sur le jeune homme, encore sonné de l’entrevue et de la manifestation d’Ivanovna. Électrocutée. L’expression n’était pas vraiment en vogue. J’lui ai broyé la main. Je l’ai foudroyée du regard. Je ne la sens tellement pas que j’lui ai filé un coup d’électricité statique, aussi techniquement inexacte que fût l’expression. Non, elle avait bien dit électrocutée. Quadrillait-il trop serré ? A ce train-là, c’était un réseau de microlattice qu’il allait tisser autour d’Ivanovna.


Aller à la page : Précédent  1, 2