VOTE











Entente cordiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 08/04/2018
Messages : 5



Passeport
Age :: 25 ans
Patronyme :: Sergueievna
Surnom ::


Voir le profil de l'utilisateur

Oxana Orlova
Marchande Itinérante
Message Sujet: Entente cordiale | Mar 17 Avr - 7:31

Prospect Mira, un des centres névralgiques de La Hanse de part sa proximité avec l'alliance VAR, une place tournante du commerce et de toutes sortes de trafiques.
C'était ici que Oxana avait rendez-vous avec un marchand qui pourrait lui permettre de se joindre à sa caravane, ça tombait parfaitement, puisqu'elle avait  déniché une bonne affaire :  une cargaison de viande séchée, prêtes à être envoyée dans le coin de l'anneau qui serait le plus offrant, qui sait, peut-être même vers VAR ?

Elle attendait donc ce fameux marchand dans un rade tout flingué, avec un tenancier peu bavard en plus d'avoir une sale gueule, sans compter l'eau qui suintait des tâches de moisi situées au plafond et le coût des consommations bien trop élevé.  Pour vous faire une idée de l'établissement, vous pouviez imaginer une boîte de conserve géante avec 4 tabourets, 3 tables 8 chaises, un comptoir de fortune érigé à l'aide de 3 planches de bois. Elle avait réussi à se caler sur un tabouret à peu près propre, en face du comptoir. Sirotant un verre d'alcool plutôt pas mauvais, elle était très attentive à qui entrait et un peu impatiente. Le contact qui lui avait fait part du contrat, lorsqu'elle avait demandé à quoi s'attendre, avait simplement répondu :

-Un type un poil louche, avec une canne, toujours collé par une chauve tatouée qui grogne.

Simple comme description, du coup elle en était venue à attendre tranquillement que ce type un peu louche se pointe avec une chauve qui grogne.

Elle finit rapidement son verre, le tenancier marmonna dans sa grosse barbe :

-Un autre ?

Sans même y réfléchir Oxana acquiesça l'air impassible, les yeux plantés dans le vide.
Elle entendit un bruissement derrière elle, c'était la toile qui servait de porte d'entrée. Elle se retourna tranquillement, son verre à la main. Fausse alerte il s'agissait simplement d'un client quelconque qui venait prendre du bon temps sûrement après une dure journée de travail. Elle poussa un soupir qui se transforma en petit nuage de buée opaque, puis se repositionna face au comptoir et dévisagea l'homme qui lui avait servi ses consommations d'un peu plus près ... et ... le mec avait des moisissures dans sa ... barbe ? Putain le mec avait fusionné avec son bar ou quoi ? Une magnifique symbiose... Oxana détourna le regard et posa son verre, quelque peu dégoûtée.
Cette fois si elle scruta le client qui venait d'entrer, il devait avoir dans les 35 ans et il lui manquait tout les doigts de la main gauche sauf l'index, il commanda lui aussi une collation.

Oxana s'adossa contre le comptoir et vida son verre cul sec.

-Tout va comme vous voulez ma p'tite dame ? s'inquiéta le prioritaire du bar.
Ouais j'attends juste quelqu'un, déblatéra Oxana de son ton monocorde qui lui allait si bien.

D'ailleurs que faisait-il se quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 15/12/2017
Messages : 46



Passeport
Age :: 27 ans
Patronyme :: Yvanova
Surnom :: Seryoga


Voir le profil de l'utilisateur

Sergueï Zinoviev
Garde du corps
Message Sujet: Re: Entente cordiale | Lun 23 Avr - 13:50

-Sergueï, calme-toi ! On n’a pas de temps à perdre avec ça !

Isaac tenait fermement le bras de sa sœur, la tirant vers lui avec le peu de force qu’il avait. Quant à la mercenaire, elle restait stoïque, en toisant un homme relativement massif qui avait bousculé Isaac plus tôt. Elle l’avait interpellé et lui avait intimé de s’excuser auprès de son frère. Une aura coléreuse dégageait de la mercenaire, elle semblait davantage feuler que respirer. Pour qui se prenait cet homme après tout ? Sergueï ne supportait pas le moins du monde qu’on touche à son frère et encore moins depuis les évènements qu’avait vécu la fratrie il y a de ça quelques jours.

De son côté, Isaac était au comble de l’inquiétude. Les Siffleurs étaient en nombre réduit depuis cette fameuse rencontre avec la Ligne Rouge. Isaac avait toujours pensé connaître ses compagnons de voyage, il avait alors été plus que surpris en les voyant se retourner contre ceux qui les avaient sauvés des bandits simplement parce qu’ils appartenaient à la station rivale de La Hanse. De ce fait, l’influence et la puissance des Siffleurs étaient largement revues à la baisse, ce n’était pas le moment de se disputer avec un inconnu. De plus, ça allait les mettre en retard pour l’entretien qu’ils avaient aujourd’hui.

-Seryoga ! Ça suffit, je te rappelle qu’on à faire aujourd’hui !

Isaac ayant élevé la voix, Sergueï se calma progressivement, les dents serrées, elle détourna le regard de l’homme et emboîta le pas à son frère, qui venait de reprendre la marche tout en s’excusant auprès de celui que la mercenaire avait ennuyé. Progressivement, alors que la colère bestiale de la tatouée s’estompait, elle sentait la culpabilité l’envelopper. Isaac lui faisait souvent la morale à propos de son impulsivité et de sa tendance à chercher le conflit. Mais rien à faire, elle ne parvenait pas à se contrôler. Ce n’est pas comme si elle n’essayait pas, loin de là. Simplement, elle ne supportait pas de voir quelqu’un s’en prendre à son frère. Ce qui la forçait à désobéir aux désirs pacifistes de ce dernier. Était-il fâché ? Certainement. Baissant la tête, à la manière d’un chien battu, elle murmura simplement.

-Désolé Isaac.

Ce dernier ne se contenta que de pousser un soupir. Il avait l’habitude de cette situation et n’avait pas l’énergie de réprimander à nouveau sa sœur, il préféra se concentrer sur l’entretien qu’ils allaient avoir avec une possible candidate aux rangs de Siffleurs.

Du côté de Sergueï le trajet se fit dans le silence et dans l’appréhension. Elle suivait son frère sans faire plus d’histoire. Ce dernier portait comme à son habitude un épais manteau ainsi qu’une chapka, périodiquement, il était pris d’une quinte de toux sonore. Sergueï de son côté portait un débardeur grisâtre et déchiré au niveau des côtes, accompagné d’un treillis noir, un holster ballottait contre son flanc gauche, contenant son pistolet-mitrailleur et à sa ceinture pendait son pied de biche fétiche. Ils finirent par arriver au lieu de rendez-vous. C’était une bâtisse minable. Sale. Le genre d’endroit où poivrot et déchets humains se réunissaient. Sergueï détestait profondément ce genre d’endroit.

Les Zinoviev entrèrent dans le bar, Isaac balaya la salle d’un regard, il nota la présence de trois personnes, dont une seule femme.

-C’est elle.

Déclara-t-il à l’égard de Sergueï avant de s’avancer vers la demoiselle en faisant claquer sa canne contre le sol. Serguei lui emboîta le pas. Son regard furetait un peu partout. Que cachait ce bar ? Une potentielle embuscade n’était jamais écartée. Il fallait toujours être vigilant.

-Et toi, la Chienne, tu veux quoi ?

Elle fut sortie de ses pensées par le barman qui s’adressait à elle.

-Un thé froid.

Sergueï détestait boire chaud. Elle détestait boire tout court, mais souvent ne pas boire était un motif suffisant dans les établissements du métro pour faire sortir les clients rabat-joie. Ce qui la sortit de nouveau de ses pensées, ce fut Isaac.

-Bonjour. Madame Orlova, je présume ? Je suis Isaac, fondateur des Siffleurs et voici ma sœur, Sergueï, elle est en charge de la sécurité de la caravane.

Sergueï resta un instant silencieuse. Se contentant de dévisager la demoiselle. Elle finit par parler d’un ton relativement sec.

-Tu sais te battre ?

La question était directe, un peu trop même. Isaac réagit rapidement en invitant la dénommée Orlova à s’asseoir à une table. Une fois que les trois personnes y furent assises, que les boissons furent apportées, Isaac reprit la parole.

-La question de Sergueï a pu vous paraître brute, mais nous avons récemment eut un problème avec nos membres. Nous avons donc besoin de savoir quelques petites choses sur vous avant de déterminer la nature de notre contrat. Vous comprenez, j’imagine ?

Isaac lança un regard à Sergueï comme pour vérifier sa réaction. Cette dernière fixait la demoiselle en face d’elle, sourcils froncés et les traits durs. Elle tentait de jauger l’interlocutrice de son frère. Frère qui poursuivit.

-J’aimerais donc, que vous nous parliez un peu de vous, de votre vécu. Et nous en ferons de même par la suite. C’est tout de même mieux de connaître les gens avec qui l’on va mourir, non ?

Isaac ponctua sa phrase par un sourire amusé et énigmatique.
Revenir en haut Aller en bas

Entente cordiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Metro : forum RPG post-apocalypse :: Corpus :: Metro :: Stations :: La Hanse-