A l'occasion de la nouvelle mise à jour, un recensement a été lancé et se terminera à la fin du mois de mai.
Pensez à y répondre si vous ne voulez pas que votre compte soit archivé.

Pavel Alexeïevitch Kadochnikov
avatar
Date d'inscription : 15/01/2018
Messages : 16
Double-compte : Aleksey Vassiliev

Voir le profil de l'utilisateur
Chef de station et des renseignements intérieurs
le Lun 15 Jan - 21:26
Chef de station et des renseignements intérieurs

Passeport
Age :: 39 ans
Patronyme :: Alexeïevitch
Surnom :: Pasha

Kadochnikov Pavel
Ce qui est important peut se trouver n'importe où... Alors je lis tout.
Jacques Bergier

FACTION :: LA HANSE
PATRONYME :: Alexeïevitch
PROFESSION :: Chef de station / Directeur SRI Hanse
SEXUALITE :: Hétéro

DATE DE NAISSANCE :: 4/04/2006
ÂGE :: 39
TAILLE :: 1m85

Profession & Faction


Officiellement, le colonel Pavel Alexeïevitch Kadochnikov est le chef de station de Prospekt Mira. Il est principalement chargé d'assurer son bon fonctionnement et de réglementer le commerce au sein de celle-ci. Prospekt Mira, surnommée "le Marché" est l'une des stations les plus riches de la Hanse -et donc du métro- attirant bien des convoitises. C'est aussi pour cette raison qu'il s'agit d'une station particulièrement bien gardée et à l'accès extrêmement réglementé : difficile d'y faire un pas sans croiser le regard inquisiteur d'un soldat de l'Anneau, et presque impossible d'y mettre les pieds sans un passeport officiel.

Une seconde -mais néanmoins colossale- tâche incombe à Pavel : la responsabilité du SRI de la HANSE, (Service de Renseignement Intérieur) qu'il dirige depuis plusieurs années maintenant. Évidemment, cette charge est tenue au secret, -un secret des mieux gardés- à tel point que seule une poignée de chefs de stations de l'Anneau sont dans la confidence et ont connaissance de l'identité du directeur. Cette responsabilité est un honneur confié à certaines personnalités les plus influentes de la Confraternité des stations de la ligne Koltsevaya.

Pavel est chargé, sur l’ensemble du territoire de l'Anneau, de rechercher, centraliser et exploiter le renseignement intéressant la Sécurité ou les intérêts fondamentaux de la Hanse. Il a pour cela carte blanche, tant en terme de moyens que de liberté d'action. Et le colonel aux méthodes parfois douteuses ne s'en prive pas, bien au contraire ! Il se dévoue naturellement lorsqu'il faut mener l'interrogatoire d'une personnalité et n'hésite pas à se salir les mains, accomplissant de ce fait son devoir dans les règles de l'art.





Physique


Avec sa démarche assurée, l'imposant colonel semble aux premiers abords être quelqu'un d'avenant, respectueux et sincère ; mais sous cet air faussement aimable se cache un prédateur froid et impitoyable, un homme pour qui l'art de la manipulation et de l'intimidation n'ont plus aucun secret depuis bien longtemps.
Pavel a tout pour plaire : il est grand, doté d'un charme naturel et d'une corpulence massive -qu'il entretient rigoureusement- et pour couronner le tout : il accorde un soin notable à paraître propre sur lui et séduisant.
Pavel a tout pour plaire, car plaire est effectivement sa préoccupation principale. Il ne s'agit pour lui que d'un moyen supplémentaire en vue d'assouvir ses desseins.
L'émeraude envoutant des iris de l'officier ferait presque oublier son regard féroce et pénétrant, guettant le moindre signe de faiblesse dans celui de ses interlocuteurs.
Cependant, ses beaux yeux ne seront probablement pas la particularité première captivant votre attention, car le plus intrigant se situe légèrement sous son menton saillant. En effet, une mystérieuse cicatrice, longue, effilée et d'une netteté peu commune parcours son cou sur toute sa largeur, témoignant d'un épisode brutal et très certainement traumatisant. Peu de chances donc qu'il vous réponde avec sincérité sur l'origine de cette taillade.

Le colonel Kadochnikov parade très rarement dans son uniforme d'officier : il lui préfère des tenues simples et plus discrètes, moins tape à l’œil. Il ne sort donc sa tenue d'apparat militaire de sa cantine qu'à seulement deux uniques occasions : lors de réunions capitales avec ses homologues des différentes stations, ou lorsqu'il doit s'adresser aux habitants de Prospekt Mira de façon officielle. C'est une fois de plus un acte délibéré et mûrement réfléchi, comme à son habitude : Pavel ne laisse rien entre les mains du destin.


Mental


Pavel n'est pas une personne mauvaise, au fond. Il prend rarement plaisir à faire souffrir un être humain, mais il fait ce qui doit être fait, et ne recule devant rien pour parvenir à ses fins. Violence, torture psychologique et physique, manipulation, désinformation font partie de son lot quotidien et ne l'empêcheront nullement de trouver le sommeil, tant qu'il sera convaincu d’œuvrer pour le bien commun et plus particulièrement pour les intérêts de la Hanse.
Mais il est et demeure avant tout un homme de l'ombre. Il aime rester en retrait et ordonner : c'est avec un peu de recul qu'il se sent le plus efficace. Lorsqu'il agit, soyez assurés que le colonel a toujours quelques coups d'avance et qu'il reste de ce fait capable d'anticiper la moindre menace et d'y faire face. Son intelligence, son goût de la perfection et son organisation légendaire ne sont plus à prouver ; cette démarche confiante et cet égo surdimensionné transpirant par tous les pores du soldat tendent à le rappeler aux plus étourdis.


Compétences


Charismatique, le colonel Kadochnikov sait se faire obéir naturellement. Manipulateur de surcroît, il n'hésite pas à utiliser tous les moyens mis à sa disposition pour parvenir à ses fins, et nombreux sont ceux à connaitre l'étendue de son influence.

Concernant le domaine de la sécurité intérieure, il est chargé d'organiser de façon clandestine la collecte de renseignements, la capture de matériel, la désinformation, la manipulation, l'enlèvement de personnalités ou encore l’infiltration ou l'exfiltration d'individus. Il se charge parfois de diriger les interrogatoires -usant de la torture si nécessaire- et, plus rarement, d'organiser un assassinat.

Cependant, il n'agit que très rarement lui même, son rôle étant de gérer des équipes et de collecter du renseignement par tous les moyens. Il est limité au contre espionnage : au renseignement intérieur, le domaine externe étant confié à d'autres officiers.
De plus, en tant qu'atout majeur de la Hanse, il est très rarement amené à sortir de l'Anneau : il privilégie de ce fait l'envoi d'agents clandestins ou l'utilisation "d'honorables correspondants", qui sont chargés de mener des missions bénévoles de renseignements (Diplomates, Banquiers, Colporteurs, Marchands, Vagabonds, Prostituées et Gardes de convois/Mercenaires).

Il est finalement important de noter les aptitudes de Pavel quant au maniement des armes. Sa formation militaire peu commune s'est principalement concentrée sur l'usage des armes de poing, des armes blanches et sur le combat au corps à corps. Il maîtrise de nombreuses techniques de self défense issues du "Systema" russe, qu'il associe personnellement à sa pratique régulière du "Sambo" (sport de combat russe proche du "combat libre"/"MMA").
Le colonel Kadochnikov n'a cependant qu'une expérience très limitée vis à vis du maniement et de l'usage d'arme à feu dites "longues", de type fusil d'assaut par exemple.


Possessions


Pavel Alexeïevitch aime se contenter du nécessaire et n'éprouve aucun intérêt pour le superflus. L'ensemble de ses possessions est soigneusement enfermé dans une cantine militaire, placée sous haute surveillance à l'intérieur de ses quartiers privés.
Il porte généralement un long manteau militaire, gris, un étui contenant son pistolet "PB" à la ceinture (Pistolet avec silencieux amovible, basé sur le modèle du "Makarov"), et une dague de combat solidement sanglée à la cheville.



Antécédents médicaux


Les marques de brûlure sur le buste du colonel Kadochnikov, en passant par les multiples lacérations et les quelques côtes fracturées, jusqu'à la taillade décorant son cou ne sont en réalité l’œuvre d'une seule et même personne : un homme dont il ne connait que le surnom : "Le Boucher". Mais tout cela remonte à bien des années, et Pavel a depuis longtemps fait la paix avec ses démons.



Intérêts & Loisirs


Pavel Alexeïevitch aime jouer. Il aime jouer avec la vie, avec les sentiments et les émotions. Calculateur et d'une organisation sans faille : il s'avère être un redoutable joueur d'échecs.
Cultivé, il s'intéresse et se passionne pour tout : allant de classiques de la littérature russe aux ragots de colporteurs, son intérêt n'a sensiblement aucune limite.
Il aime cependant se faire sa propre idée, prenant plaisir à contempler son environnement et, toujours plus avide de renseignement, laisse régulièrement traîner ses oreilles près des étals de sa station bien aimée. Il en est convaincu et aime le rappeler à ses agents :
"Les informations sont là, tout autour de nous, prêtes à être recueillies : il ne vous reste plus qu'à vous pencher pour les récolter. La moisson peut s'avérer excellente, à condition de savoir tendre l'oreille."




Histoire





"Comment t'appelles-tu mon garçon ?" demanda le militaire d'une voix rauque.

"Pasha."

Comme tous les jours, Pavel prenait le métro seul pour aller à l'école. Tous les jours la même ligne, la numéro 6 : "Kaloujsko-Rijskaïa". L'itinéraire était en réalité assez simple, même pour un gosse de 7 ans : de Kitaï-gorod à Prospekt Mira, compter trois arrêts. Enfantin.
Mais cette journée n'était pas comme les autres. Arrivé à son troisième arrêt, le jeune Pavel fut témoin de la panique qui prenait possession de la station toute entière. Prospekt Mira n'était que brouhaha, affolement et angoisse. Et cette sirène...
Les mains sur ses oreilles, Pavel ne comprenait rien de ce qui se déroulait sous ses yeux, mais il savait que lorsqu'une grande personne commençait à crier, cela n'augurait rien de bon.

"Moi c'est Vladimir, mais tu peux m'appeler Vova. Et où sont tes parents, jeune Pasha ?" reprit le soldat, accroupit près du garçon, une main sur son épaule.

"Au travail."

L'officier qui, lui, avait compris que le jeune garçon ne reverrait probablement jamais ni son père ni sa mère, lui tendit alors la main. Le regard plein de tendresse, il ajouta :

"Viens avec moi, Pasha."






Le jeune Pasha, innocent et perdu avait bien changé. Il avait laissé la place à un solide gaillard de 22 ans, d'un mètre quatre vingt cinq pour 78kg, une corpulence de plus en plus rare dans un environnement aussi appauvri que celui du métro moscovite. Élevé par son ami et protecteur "Vova", -le commandant Vladimir Ivanovitch Spiridonov- Pavel s'était naturellement dirigé vers le métier des armes. Après une longue formation, il avait choisi d'intégrer une unité "spéciale", dont il ne savait presque rien à vrai dire. Et c'était justement pour cette raison qu'il avait signé : une unité secrète, dont personne ne savait rien, au service de la Hanse : quoi de plus excitant et motivant ? Aux yeux du jeune homme bouillonnant d'enthousiasme : rien.

C'était leur première mission. Une "mission d'importance capitale pour les enjeux stratégiques et politiques de la Hanse", leur avait précisé l'officier en charge de l'unité.
Pavel et son binôme Andreï étaient conscients des risques encourus. Ils l'étaient tous, bien évidemment : "Réussir ou mourir" était la devise de leur unité après tout.
Il n'avait jamais revu Andreï depuis ce jour. Le jour de leur capture.


Pratiquement nu, suspendu par les pieds, les mains liées dans le dos et la tête en bas depuis maintenant des heures, Pavel sentait le sang lui monter à la tête. Seul son caleçon préservait ce qu'il restait de son intimité. Il se concentrait de toutes ses forces pour ne serait-ce qu'apercevoir un indice le renseignant sur l'endroit où il se trouvait, sur ses ravisseurs. Aucun signe distinctif, aucun tatouage, pas non plus d'uniforme : l'homme qui se tenait devant lui fumait une sorte de cigare. Il était cagoulé.

"Quel est ton nom, camarade ? Quelle est ta mission ?" lui lança ce dernier.

"403519" articula le jeune homme, dont les yeux ne semblaient avoir qu'un envie : sortir de leurs orbites. "403519" n'était pas vraiment un nom, évidemment, ce n'était pas non plus son matricule. Il s'agissait d'une sorte de code, d'une suite de chiffres qu'ils devaient donner en cas de capture. Les autorités des différentes factions impliquées décideraient ensuite s'il était dans leur intérêt commun de réaliser un échange de prisonnier.

"Je vois...t'es pas du genre coopératif, 403519.
Ce n'est pas la question que je t'ai posé, soldat, je me contrefous de t'échanger. Je veux ton nom. Et je veux savoir ce que tu foutais dans ce tunnel avec ton pote et suffisamment d'explosifs pour faire sauter une station toute entière."


Il reprit plus calmement : "Moi, les gens m'appellent le Boucher. J'imagine qu'il n'est pas nécessaire de te préciser quelle est ma mission ?"

L'homme à la voix rauque ponctua sa phrase en écrasant son cigare sur le téton du supplicié, lui arrachant un cri de souffrance.

"Avant de poursuivre, j'aimerai te faire part de ma bonne volonté : je jure sur ce qui m'est le plus cher que si tu parles maintenant, ta mort sera rapide et sans douleur." Il accompagna le geste à la parole et posa la main sur sa poitrine.

L'homme s'étant présenté comme "le Boucher" s'échauffait les poignets, faisait craquer ses articulations, tout en tournant autour du jeune homme. Il reprit :

"Je ne prends aucun plaisir à faire ça, crois moi. Alors épargne nous les gémissements, les crachats : fais nous gagner du temps à tous les deux, et parles. Car sois en sûr : tu parlera, ce n'est qu'une question de temps."

"Je n'ai rien à dire, désolé, Boucher."

"Je comprends..." dit-il en enfilant nonchalamment une paire de mitaines, probablement coquées.

Il reçut les premiers coups dans l'abdomen, -et les suivants aussi d'ailleurs- l'empêchant de reprendre sa respiration. Encore, et encore...et encore.
Le visage de Pavel s'empourpra. De la bile s'échappait de ses lèvres, et lui coulait dans les narines. Dans cette position inconfortable, les secondes paraissaient des minutes et les minutes des heures.
Le Boucher ralentissait la fréquence de ses frappes : il semblait se lasser de cette partie du corps -probablement trop molle à son goût- .
Après quelques instants de répit, il dirigea ses poings vers les côtes du jeune homme, frappant toujours plus fort ; jusqu'à lui arracher un cri de douleur qui retentit probablement au delà de la salle d'interrogatoire.

"Ah, je crois que c'est cassé mon gars...
Je vais te laisser réfléchir un peu, il faut que j'aille rendre visite à ton ami. Je reviendrai dans quelques heures pour voir si tu es d'humeur plus bavarde... Ne t'en fais pas gamin, il te reste encore pas loin de 200 os intacts. On a encore matière à s'occuper...et tu sais quoi ? Une fois que j'en aurai fini avec ton camarade, je serai tout à toi."


Pavel dégustait royalement, il pouvait avouer ceci. Il commençait tout juste à reprendre son souffle, mais ses côtes lui arrachaient un gémissement à chaque inspiration. Sa salive avait coulé sur son visage, dans ses yeux, se frayant un chemin dans ses cheveux. Impossible de s'essuyer en étant saucissonné comme un vulgaire morceau de viande.

La bile était sèche depuis un moment maintenant, l'aveuglant à moitié. Le jeune soldat était à présent frigorifié, mais il avait probablement d'autres soucis, nettement plus préoccupants : la porte venait de s'ouvrir et son bourreau arrivait, mitaines aux mains.
Malgré ses yeux collés, Pavel arrivait à distinguer deux autres silhouettes. Le boucher était accompagné.

"Me revoilà, camarade. J'ai amené des amis à notre petite fête. Le borgne là, c'est "Likho", et lui, -fit-il en désignant le deuxième homme- c'est "Kot Baïoun". L'écoutes pas, il a tendance à raconter un tas de conneries !" Fit-il en s’esclaffant, rejoint presque aussitôt par les rires de ses acolytes.
Spoiler:
 

Le boucher reprit finalement son sérieux et s'accroupit près de son prisonnier. Il empoigna ses cheveux et plongea son regard dans les yeux, à demi fermés, du jeune soldat :

"Ah ! Et ton ami a parlé, lui. Et assez rapidement je dois dire."

Silence.

"Toujours aussi bavard, hein ? Humpf...tant pis."

La gifle brisa le mutisme du jeune homme.
Pavel Alexeïevitch ne parlerait pas. Il attendait son heure et retenait ses larmes en serrant les dents le plus fort possible.
Toujours accroupi, le boucher sortit une lame acérée de sa botte et la fit danser sur la gorge du jeune homme. Pavel n'aurait jamais imaginé finir comme ça : attaché par les pieds, la tête en bas. Saigné comme un porc.

"J'ai pris soin de ne toucher aucune artère mon grand, simplement d'effleurer ta veine jugulaire externe. Regardes ! Ton sang est pourpre foncé, le sang artériel est rouge vif.
Traduction : tu vas quand même te vider de ton sang. Mais lentement, très lentement. On a encore le temps de papoter un peu...
Dernière chance, soldat : parles et ce sera terminé en un claquement de doigts."


"Blblblbl...."

Pavel n'avait lui-même aucune idée de ce qu'il avait essayé de dire, mais tandis qu'il se débattait de toutes ses forces, son sang chaud dégoulinait sur son visage, s'infiltrant dans sa bouche et ses narines et ne l'aidait pas vraiment à se concentrer.

"Rien de mieux à gargouiller, jeune homme? Très bien..." rétorqua le Boucher après quelques secondes, en essuyant sa lame. Il ajouta, alors que ses compères applaudissaient :

"Félicitations, Lieutenant Kadochnikov. Et bienvenue parmi nous."

Pavel ne comprenait plus rien. Comment ce fumier connaissait-il son nom ?! Il crachait son propre sang par le nez, essayant tant bien que mal d'éviter la noyade. Il se sentait partir...

"C'est le premier à avoir réussi le test, Kapitan (capitaine). La Hanse peut compter sur lui. Les deux autres ont parlé. Qu'est-ce qu'on fait d'eux ?" Observa Likho, le borgne.

"Détachez Kadochnikov et emmenez-le en salle de soin. Dépêchez-vous ! S'il meurt, je vous en tiendrai pour responsables. Quand ce sera fait, relâchez les deux autres dans les tunnels. Les traitres n'ont pas leur place au sein de l'Unité Zenit. Qu'ils aillent monter la garde à la Paveletskaya..."









Confortablement vautré dans son fauteuil, l'homme à la carrure massive sirotait paisiblement son eau-de-vie, repensant à tout le chemin qu'il avait parcouru pour en arriver là.

Chef de station. Directeur du Service de Renseignement Intérieur.

Qui aurait cru que ce gamin avec son sac d'écolier sur les épaules et les mains plaquées sur les oreilles deviendrait un jour l'une des personnalités les plus influentes de ce qu'il resterait de l'humanité ? Lui ne l'aurait jamais imaginé. Il n'aurait pas non plus supposé un seul instant que ce banal jour marquerait la fin de tout ce qu'il avait connu, tel qu'il l'avait connu.
Il revivait tout ce qu'il avait accompli ou subi depuis. Les bonnes choses, autant que les mauvaises...les "nécessaires". Les actes immoraux et illégaux. Les vies qu'il avait dû ôter afin d'en sauver le triple.

Tout cela, il l'avait accompli sans aucun remords. Et il se chargerait d'en accomplir le double si cela pouvait servir les intérêts de sa faction.

"Polkovnik !" s'écria le sous-officier en faisant irruption dans le bureau du colonel, tandis que l'intéressé relevait la tête, le transperçant de son regard.

"Le contre-espionnage a mis la main sur un espion communiste il y a tout juste quelques heures. Il a tué deux de nos gars avant de se rendre et refusait de parler jusqu'à présent, mais il a fait une erreur. Nous avons compris qu'il était officier ou l'équivalent. Nous avons besoin d'un Boucher, devons-nous vous le préparer ?"

Le colonel esquissa un sourire en entendant ce surnom. Plus qu'un surnom en réalité : un personnage, une légende, une fonction. Celle d'interrogateur en chef.

"Commencez par le mettre à l'aise. Je vous laisse carte blanche quelques minutes. Je prendrai la suite."

Levant son verre, il congédia d'un mouvement de tête le sous-officier, qui claqua aussitôt des talons. Pavel Alexeïevitch vida le contenu de son gobelet d'un trait en grimaçant et tendit le bras vers son bureau. Il saisit la balaclava qui trainait et la contempla de longues secondes.

"Le Boucher..."

Le colonel se leva énergiquement et enfila sa cagoule. Direction la salle d'interrogatoire.

Sans aucun remords.





A propos de vous

Age : 25ans
Avez-vous lu le règlement ? Je réponds "Yup" à cette question et je m'engage vis à vis du forum et de sa communauté à en respecter les règles. :D
Système de jeu choisi : Roulette russe

Surnom : Lyocha
Passion, loisirs : La musique, l'artisanat, le sport en extérieur (endurance, rando, escalade, kayak et encore une bonne liste....! ^^ ), on peut ajouter l'écriture depuis quelques mois aussi, j'imagine ! Wink

Comment avez vous découvert le forum ?  PENSEZ A VOTER ! è_é
Des suggestions ? Quelque chose à dire ? Un dernier mot ?  "Miou <3"

avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 347
Double-compte : Nina Platonova

Voir le profil de l'utilisateur
Médecin-chirurgien
le Mar 6 Fév - 20:01
Médecin-chirurgien

Passeport
Age :: 28 ans
Patronyme :: Nikitovna
Surnom :: Anya

Fiche validée ♥️

Félicitations, tu viens de réaliser tes premiers pas dans le métro de Moscou, ton personnage est donc validé !

Avant de rp, il faut que tu penses à remplir ton profil : les champ contact pour ta fiche de présentation et ton carnet de bord, l'onglet "passeport" donnant des informations concernant ton personnage.

Il faut ensuite que tu créés ton carnet de bord dans lequel il faudra tenir à jour ton inventaire en fonction de tes acquisitions.

Et pour rp, il ne te manque plus qu'un compagnon. Pour cela, il suffit de se rendre au point rencontre et n'hésite pas à jeter un coup d'oeil au tableau d'affichage des missions.

Bon jeu !

Le mot d'Anya: