Invité
Invité
le Ven 29 Déc - 0:53

Chanina Veronika
Ne laissez jamais vos principes vous empêcher de faire ce qui est juste.

FACTION :: La Ligne Rouge
PATRONYME :: Pavlovna
PROFESSION :: Commissaire politique
SEXUALITE :: Hétérosexuel

DATE DE NAISSANCE :: 05/06/2014
ÂGE :: 31 ans
TAILLE :: 1m73

Profession & Faction


Sa position de commissaire politique au sein de la Ligne Rouge confère à Veronika différentes missions dont les plus communément admises sont le contrôle des décisions publiques, la propagande directe auprès de la population et une fonction disciplinaire étendue. Ces attributs lui permettent de se présenter en tout lieu comme porte-parole officiel du parti et ainsi de bénéficier d'une certaine liberté d'action sur le terrain et de ressources assez conséquentes. Elle ne se salit que rarement les mains, forte de sa position de commandant et de la confiance que lui accorde le gouvernement pour sa loyauté implacable. Le plus souvent, ses actions s'étendent au renseignement, au contre-espionnage et à la stratégie, quand elle n'apparait pas en publique pour rétablir l'ordre, porter la parole communiste ou les deux à la fois.


Physique


Un des nombreux avantages qu'offre le statu de diplomate dans ces tunnels de métro ravagés par des décennies de vie post-nucléaire est un accès au confort élémentaire. Bien sûr, celui-ci ne vaut pas ce qui pouvait se faire avant la chute des bombes, mais ces quelques règles d'hygiène font de Veronika une jeune femme très soignée et sophistiquée. Son uniforme de commissaire impeccable met en valeur sa ligne svelte et athlétique avec l’élégance dû à son rang. Souvent qualifiée de beauté froide, elle est parfaitement consciente du charme de son visage au teint laiteux et aux traits fins, c'est pourquoi elle garde généralement une mine sérieuse et flegmatique. Ses yeux bleus comme les glaciers du Caucase sont soulignés d'un trait noir qui vient fendre son regard d'acier, sa chevelure blonde comme les champs de blé des plaines de Sibérie et sa taille de Valkyrie en font  l'égérie parfaite de la propagande du parti. C'est une image qu'elle travaille soigneusement par une posture toujours très stricte et un ton ferme en toutes circonstances.


Mental


La vie dans le métro est tout ce qu'a toujours connue Veronika, pour elle la surface ne présente pas grand intérêt lorsqu'ici bas, le peuple a besoin d’être guidé par la lumière communiste. C'est une cause juste à laquelle elle a choisi de se dévouer corps et âme, quel que soit les sacrifices. Cette loyauté sans faille et une sagacité hors paire n'ont pas toujours facilité ses relations sociales, la faisant passer pour une bureaucrate austère voire une fanatique aveugle. Ses réactions sont le plus souvent bien réfléchies, y compris dans les situations les plus extrêmes, et si l’intérêt du parti doit passer par des actes à la morale douteuse, qu'à cela ne tienne, car elle sait que sa mission transcende tout le reste. Son flegme réduit ses paroles et l'expression de ses sentiments au stricte minimum ce qui la rend difficile d'accès, pourtant, à son grand désespoir, elle ne peut ignorer en permanence ses émotions et celle-ci grondent, tapis au fond de son esprit, même si elle ne se l'avouera jamais. Parfois, elle se surprend à faire preuve d'une certaine cruauté, sorte de catharsis ; l'usage du pouvoir exige une certaine mesure d'inhumanité.


Compétences


Depuis son plus jeune age, Veronika est persuadée du bien-fondé de son rôle au sein de la Ligne Rouge. Pour sûr, c'est toute son éducation qui en a découlé. Ainsi, elle n'a jamais pris la peine de développer d'autres talents que ceux qui avaient été jugé utiles. Elle a appris durant sa formation au combat à maitriser les armes de poing, à distance comme au corps à corps, mais ses points forts se dévoile surtout lorsqu'elle prend la parole. Riche d'un puissant charisme, elle sait se faire obéir des soldats les plus bourrus, mais aussi convaincre aisément ses interlocuteurs. Appuyée d'un esprit vif qu'elle s’évertue à enrichir, ses capacités de déduction lui ont déjà rendu grand service au cours d'enquêtes retorses. Pour résumé, Veronika est un agent exemplaire dont les capacités lui ont permise de se hisser rapidement dans la hiérarchie politique du parti.


Possessions


Veronika pourrait être qualifiée de privilégiée selon la norme du métro si les avantages dont elle jouit n'était pas pleinement mérités. Elle dispose de quartiers personnels sobres mais confortables avec un accès régulier à de l'eau propre et une nourriture comestible. Ces appartements se trouvent à proximité des centres névralgiques du pouvoir politique et sont équipés d'un système de sécurité réglementaire. De plus, elle dispose d'un rudimentaire laboratoire personnel pour des analyses et d'une collection de livres scientifiques. Elle garde, rangé dans son étui à la ceinture, un pistolet Makarov fiable et son silencieux détachable. Du reste, elle s'assure d'avoir toujours quelques équipement médicaux de base et autres outils simples essentiels à la survie dans le métro. Il y a aussi quelques rares objets plus personnels tel qu'une boussole plaquée en or et marqué d'une belle étoile à cinq branche rouge au bout d'une chaînette, souvenir des ses années d'études à l'orphelinat d'état et un singulier tube cuivré attaché à son poignet. Celui-ci contient un ingénieux système de pressurisation permettant de projeter des gaz aux effets variés à de courtes distances.



Antécédents médicaux


Personne n'est à l'abri des maladies dans le métro, malgré tout, le mode de vie de Veronika lui a épargné bien des menaces qui touchent habituellement la plèbe. Elle a eu la chance de ne perdre aucun doigt au cours de ses aventures de jeunesse et n'est jamais remonté à la surface. L'absence d'exposition au soleil a rendu ses yeux très sensibles à de trop fortes luminosités, l'obligeant à porter régulièrement des lunettes de soleil. L'un des plus lourd secret de Veronika est causé par son fanatisme envers sa cause, en effet elle n'hésite pas à stimuler son organisme à l'aide de substance chimique et les effets prolongés de ses drogues peuvent la réduire à l'ombre d’elle-même lorsque certains de ces produits viennent à lui manquer.



Intérêts & Loisirs


La nature incorruptible de Veronika a fait d'elle une personne très concentrée sur son métier. En effet, il n'y a rien de plus important pour elle que de servir sa faction, et ses convictions sont un véritable sacerdoce. Son temps libre est consacré, la plupart du temps, à des disciplines liées à sa profession. Ainsi, elle possède quelques connaissances avancées en toxicologie et en psychologie, et plus généralement en médecine, qu'elle met au service de sa profession. Soucieuse de toujours garder un coup d'avance sur ses interlocuteurs, elle s'acharne à emmagasiner un maximum d'information dans tous les domaines. La tache n'est pas aisée, aussi, la jeune femme doit par fois user de substances médicale pour stimuler son intellect. C'est une passion qu'elle préfère cacher à tous, mais qui pourrait causer sa perte. La seule personne au courant de sa dépendance est l'homme qui la fournit : son vieil ami et amant Gadhzi Platonov.




Histoire


Veronika est ce qu'on appelle une native du métro. Elle y est née et y mourra certainement sans jamais rien connaître de l'époque qui la précéda. A ce titre, son entière personnalité se forgea dans ce nouveau monde qui, aussi horrible soit-il, est le seul qui existe. Comme chacun, elle apprit à s'adapter et à évoluer dans les tunnels sous-terrain de l'ancienne capitale russe ; son histoire, bien qu'une parmi tant d'autres, est à l'image de ce qu'elle a fini par devenir et contient son lot de péripéties tragiques.

L'origine
Avant de devenir l’estimée commissaire politique Veronika Pavlovna Chanina, Nika eu un destin mouvementé qui débuta dès le début de sa conception. Peu de temps avant la chute des bombes, Pavel Timurovitch Chanine et Daria Egorovna Chanina, une couple moscovite et leur jeune fils Ivan poursuivaient leur insouciante existence de citoyens des temps modernes. Pavel était le descendant d'une longue lignée de fervents marxistes tombée en disgrâce après la chute de l'URSS, les derniers roubles de la fortune familiale avait disparu à tout jamais avec son père, un ancien officier du KGB, peu de temps avant la fin de l'ère soviétique. Daria, digne fille de prolétaire, rencontra Pavel sur son lieu de travail, comme beaucoup de gens de ce début de siècle. Tous les deux membres actifs du syndicat de l'entreprise qui les employait, ils se lièrent d'un amour sincère qui les mènerait vers le doux plaisir de la fondation d'une famille au fil des années.

La fin
A peine quelques années après la naissance de leur premier fils Ivan, par une fraîche nuit d'automne, dans le plus grand secret des entrailles chaudes de Daria, les premières cellules de Nika prenaient forme. Le couple Chanine n’eut pas le temps de se rendre compte de l'heureux événement qui se préparait. Il fut surpris par les premières détonations atomiques de la fin du mois de décembre 2012, alors qu'il prenait le métro de retour du centre ville. Leur enfant unique resté chez eux au côté de sa grand mère n'eut aucune chance. Leur appartement fut balayé d'un seul coup par l'onde de choc ne laissant aucun doute sur la mort de tous ses occupants. Pavel et Daria n'avaient aucun moyen d'en être sûr, mais du fond de la station Komsomolskaya ils savaient qu'il ne reverraient jamais leur Ivan bien-aimé.

Le commencement
Les premiers mois de la grossesse de Daria passèrent inaperçue dans l’atmosphère stressante du protocole gouvernemental d'urgence. Les conditions de vie se dégradant rapidement dans la station, les mois qui suivirent souffrirent de quelques complications. Alors que l'état de santé de son épouse se détériorait semaine après semaine, Pavel s'échinait à trouver de l'aide auprès de n'importe qui pour la sauver, après que les médecins militaires aient abandonné. Il finit par rencontrer une sage-femme qui mit un nom sur le mal qui rongeait la futur mère : elle était enceinte depuis plusieurs mois et ne s'en était pas rendu compte. La nouvelle fut difficile à digérer pour Pavel et Daria. Il fallait être fou pour se permettre de donner la vie dans un pareil moment de détresse pour l'humanité, et jamais cette enfant ne pourrait remplacer celui qu'ils avaient perdu moins d'un an plus tôt ! La sage-femme les aida du mieux qu'elle pu à mener à terme la grossesse et après bien des souffrances et des peurs, Nika poussa son premier cri sous la voûte du métro post-nucléaire de Moscou, le lundi 5 juin 2014.

La révolution
Nika n'avait pas encore atteint l'age de réaliser ce qu'il se passait autour d'elle lorsque ses parents s'étaient regroupés avec quelques autres habitants de Komsomolskaya pour parler des problèmes liés à la gestion de la crise par l'armée. Plus tard, quand le bruit couru que plusieurs stations dans le métro s'étaient déjà insurgées contre l'oppresseur, les Chanine et leurs amis étaient prêts à passer à l'action. L'ancienne idéologie communiste s'était avérée fédératrice pour le peuple sous-terrain. Le mouvement était porté avec ferveur et altruisme, il représentait un vent d’espoir et de révolution. Komsomolskaya fut l'une des premières à rejoindre l'union des stations de la ligne Sokolnitcheskaya. Les années suivantes virent Nika grandirent correctement, l'enfance bercée par les discours idéalistes de ses parents héroïques qui avaient participé à la libération du peuple et prônaient maintenant un doctrine communiste utopique.

La chute
Malgré les rumeurs d'attaques de mutants dans les stations périphériques, Pavel et Daria choisirent de na pas participer à la politique d’expansion de la Ligne Rouge. Ils ne s'étaient pas battu pour ça, leur idéal commençait à se craqueler sous leurs yeux et la sombre réalité les rattrapait dors et déjà. Leur combativité n'en fut aucunement affaiblie lorsque les premières échauffourées éclatèrent aux alentours de leur station si durement acquise. Les partisans de Komsomolskaya menèrent d’âpres combats contre les mercenaires de la Hanse au cours de son siège au début de la Grande Guerre du Métro. A plusieurs reprises ils repoussèrent avec bravoure les assauts répétés de leur ennemi. C'est dans les dernières heures de la bataille qui vit finalement la station tombée aux mains de l'envahisseur que Pavel et Daria trouvèrent la mort au combat. Nika, alors âgée de 7 ans, fut contrainte de fuir avec l'aide de quelques amis fidèles du parti.

La guerrière
A son arrivée à Sretensky Bulvar, la fillette fut prise en charge par l'administration, dont l'engagement dans le conflit armé qui régnait à ses frontières ne faisait qu’accroître. Elle y passa ces deux années de guerre dans un petite orphelinat de la station à apprendre les vertus d'un travaille bien fait au service de tous car chaque camarade se doit d'apporter sa contribution à l'effort de guerre. Un jour, tendis que le fracas des batailles s'éloignait de plus en plus et que les forces de chaque camp s'épuisaient, Olga Alexandrovna Romanova, de retour de la station libérée de Komsomolskaya, croisa sur son chemin l'établissement où vivait Nika. Olga était une femme faite d'acier trempé ; après la disparition de son amant Viktor au delà de la ligne de front, elle s'était engagé dans l'armée et avait rapidement gravit les échelons grâce à son intelligence et sa détermination sans faille. Dans l'espoir secret de rechercher son amour, elle avait combattu avec rage durant toute la guerre et avait du se résigner lorsque celle-ci prit fin avant qu'elle ne retrouve Viktor, mort ou vif. Nika et quelques autres enfants partirent à la suite de la guerrière en direction de Teatralnaya, en plein cœur de la tant convoitée station de la Place de la Révolution.

L'apprentissage
A peine quelques moi plus tard, suite aux négociations de cessé le feu, la Hanse récupéra le contrôle de Komsomolskaya et Olga quitta l'armée. Elle commença une nouvelle carrière de commissaire politique en charge du centre d'apprentissage des jeunesses communistes le plus gros de toute la Ligne Rouge. Son rôle d'administration et de propagande lui imposait une stature stricte et solennelle envers les étudiants, aussi en tant que figure d'autorité suprême elle fut à la fois crainte et respectée par Nika tout au long de sa formation. Malgré cette distance glaciale, Olga fut ce qui se rapprocha le plus, sinon d'une mère, d'un modèle pour Nika. Pendant 10 ans, sa colère pour la mort de ses parents, sa haine pour leurs ennemis et sa reconnaissance envers le parti furent attisés par ses professeurs afin d'en faire un agent loyal et dévoué. Ce qu'elle en reteint surtout fut une conviction immense pour les idéologies des ses ancêtres. Elle suivi son cursus avec beaucoup d'assiduité dans l'espoir de mettre tous ces enseignements au service de la cause et atteint rapidement ses objectifs en sortant major de sa promotion à l'issu de ses études.

L'ascension
Dès l'age de 20 ans, Nika intégra le corps de l'administration au poste de commissaire politique, une prouesse pour une femme aussi jeune. Elle prit ses fonction peu de temps après l'explosion d'un missile en surface mettant fin à près d'un an de silence radio de la station VDNKh et fut immédiatement chargée de petites enquêtes au sujet de ce dossier. Avec l'aide d'un colporteur du nom de Gadhzi Platonov, elle obtint rapidement des résultats et après quelques années à obéir aux ordres de sa hiérarchie, les informations qu'elle avait récupéré et ses méthodes agressives lui la placèrent en très bonne posture avec la nouvelle alliance de VAR. Elle fut promu et placer sous les ordres directes d'un haut-gradé du parti, faisant d'elle son second. Il s'agissait d'un officier craint et respecté à l’ascension tout aussi remarquable que celle de Nika et qui sélectionnait ses adjoints avec le plus grand soin. La jeune fille dissimula habillement sa fierté sous un masque d'humilité professionnelle, mais ne pu contenir toutes ses émotions lorsqu'elle compris que son nouveau supérieur n'était autre que Olga Alexandrovna Romanova elle-même. Une relation nouvelle s'installa entre les deux femmes ; Olga et Nika maintinrent le rapport hiérarchique à sa forme la plus réglementaire jusque dans le privée, mais toutes deux se sont sincèrement liées d'un amour singulier et invisible à l’œil nu.

La cause
A 31 ans, Nika était une figure emblématique de la propagande révolutionnaire. Son physique angélique et son maintient irréprochable faisait d'elle le parfait modèle de réussite de la Ligne Rouge. Elle était aussi un agent hors paire responsable de plusieurs dossiers prioritaires et avait une réputation de rigueur implacable dans le parti et pour le peuple. Pour garder son image d’éternelle célibataire, belle et inaccessible, elle garde ses distance avec son amant Gadzhi. Veronika Pavlovna Chanina, l'incorruptible et secrète commissaire du parti communiste, avait cette aura de mystère qui la rendait très populaire, car la sincérité de ses principes d'égalité et de justice était la seul chose dont on ne puisse douter. Nika défendrait sa cause avec abnégation, même si cela devait la confronter à la corruption des paires de sa propre faction. En cela, elle voyait un grand potentiel chez l'alliance de VAR, leur chef avait su toucher sa corde idéologique et lui inspirait un certain respect. Aussi, elle passa les derniers mois à arpenter le métro entre les stations pour assurer ses positions dans les différents camps. De nombreux idéalistes subsistent encore sur le réseau sous-terrain de Moscou.


Olga Alexandrovna Romanova - Hiver 2023





A propos de vous

Age : 25 ans
Avez-vous lu le règlement ? Oui
Système de jeu choisi : "Roulette russe"

Surnom : Akhaten
Passion, loisirs : Les univers imaginaire, les jeux ...

Comment avez vous découvert le forum ? Je ne me souviens pas.
Des suggestions ? Quelque chose à dire ? Un dernier mot ? Je ne suis pas sûr que tout soit en accord avec l'univers. J'attendrais vos retours avec impatience et j'éspère que ça vous plaira.


Invité
Invité
le Lun 1 Jan - 20:01
Et voilà !

Il reste certainement quelques fautes qui m'auront échappées, mais je veillerai à les corriger.
J'attends vos retours.

:)
avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 81

Voir le profil de l'utilisateur
Chef de l'Alliance V.A.R
le Mar 2 Jan - 18:25
Chef de l'Alliance V.A.R

Passeport
Age :: 54 ans
Patronyme :: Asimovitch
Surnom :: Jora
Et un grand bienvenue à toi Nika ! Je suis vraiment ravi que tu aies choisi mon prédéfini, et que tu aies accepté par là-même la lourde tâche de coller au mieux au personnage tout en gardant ton originalité et ta propre personnalité. Et jusque-là, on est vraiment pas mal !

Cela étant dit, quelques points sont à revoir :

- Nika est une grande consommatrice de substances psychotropes dans ta fiche. Au départ, j'ai trouvé ça étrange, ayant plutôt en tête un personnage très propre sur lui, mais en y réfléchissant, je me dis que l'idée est bonne ! Cela donne de la profondeur au personnage, et un côté sombre qui vient entacher son apparente perfection. Mais je te demanderai alors de creuser ce point, qui peut encore gagner en détails. Quel type de drogue ? Plutôt des excitants pour la pousser à travailler toujours plus et à repousser le sommeil ? Ou alors des calmants, pour justement canaliser le stress qu'elle accumule à cause de son travail et de sa position ? Ou encore autre chose ? Où parvient-elle à se fournir, et comment fait-elle pour cacher son addiction ? Creuse ce point, c'est intéressant !

- Attention au nom de famille : « Chanina » pour les personnages féminins, « Chanine » pour les perso masculins (cf. père de Nika + nom de la famille). On parlera donc de la famille "Chanine".

- Le père de Nika s’appelle Pavel et non Pavlov ! Pavlovitch est le patronyme pour Pavel (la version russe de « Paul », pour le petit point culture), ne me demandez pas pourquoi c’est comme ça.

- Le « Parti », et non le « partie » ! è__ é

- Attention aux attributions professionnelles de Véronika, elle se salit rarement les mains elle-même, même si elle fait partie de l’élite de la station (intellectuellement, physiquement et statutairement parlant). Les commissaires politiques sont en effet les « pères et l’âme de leur unité » (pour reprendre les termes de la propagande soviétique), ils sont en première ligne avec leurs hommes, mais ont un statut de meneur au combat et non de combattant à proprement parler. En temps de paix, ils sont chargés de propager l’idéal communiste et de traquer les traîtres, un peu comme des policiers le font avec les criminels. Leur but n’est donc pas l’assassinat mais plutôt le renseignement d’ordre politique.
Si cela peut t'aider, voilà la définition de Wikipédia :
Wikipédia a écrit:
"Un commissaire politique est un officier désigné auprès d'une unité militaire et répondant à une ligne hiérarchique politique, distincte de la hiérarchie militaire.
Le commissaire politique a une fonction idéologique et de cohésion, en partie comparable à celle d'un aumônier militaire, visant à renforcer le moral des troupes et à surveiller leur fidélité, mais son autorité, contrairement à celle d'un aumônier, est supérieure à celle des autres officiers, quels que soient leurs grades, car il n'est pas placé sous leur autorité et ne doit des comptes qu'à sa propre hiérarchie politique."
Donc pour faire court, pas de mission d'assassinat !

- Olga Alexandrovna Romanova, avec un « a » à la fin, car c’est au féminin Wink

- Concernant l’entente diplomatique avec V.A.R., Nika était chargée par ses supérieurs d’effectuer les navettes entre la Ligne Rouge et V.A.R. pour établir des contacts et rassurer V.A.R. sur les bonnes intentions de la LR. Gueorguï connaît très bien la LR, ce qui a facilité les échanges.
(Cela n’intéresse pas vraiment ton personnage, mais en résultent entre autre une entente commerciale entre les deux factions : du thé et des ressources diverses contre des armes et du matériel technique à des taux d’échange intéressant. La LR voit là l’opportunité d’essayer de répandre la bonne parole, d’où les prix intéressants.)
Le boulot de ton personnage est alors le suivant : dès lors que V.A.R. veut s’adresser à la LR sans avoir besoin de faire déplacer les grands pontes, c’est à Nika de faire le déplacement. Cela peut concerner des nouveaux traités diplomatiques à signer, des citoyens de l’une ou l’autre faction accusés de méfaits par la partie adverse, les accusations d’espionnage ou bien pour remettre les points sur les « i » en terme de propagande lorsque cette dernière devient trop envahissante. Voilà dans les grandes lignes, si cela peut t’aider à mieux cerner son travail diplomatique !

- Gaffe aux coquilles et à la grammaire, relis-toi à nouveau !




EDIT : Je rajoute quelques points soulignés par notre excellente Anna  clap

Le débrief d'Anna


▬ Physique : Concis, efficace. Peut-être quelques détails en plus sur la teinte de ses yeux par exemple ? Une phrase sur le fait que sa phrase est considérée comme grande ou un peu au-dessus de la moyenne aussi.
▬ Mental : Nickel j'aime beaucoup. C'est très pertinent, on cerne vite et bien le personnage. On peut aussi imaginer quelques tics ou expressions particulières (à rajouter dans le physique ou le mental, à voir).
▬ Capacités : Pour le coup c'est trop vague. Tu parles de capacités en combat : quel type de combat (rapproché et à mains nues, avec un couteau, avec un pistolet, avec un fusil d'assaut, avec un mortier d'artillerie ? XD) Ensuite si on prend l'exemple du combat rapproché, chacun a son domaine de prédilection en général (vivacité, agilité, endurance, force, etc). De même tu parles d'érudion : dans quel domaine ? (politique ou historique j'imagine ou dans la persuasion par exemple ?).
▬ Intérêt et loisirs : Je trouve ca très intéressant d'axer le personnage sur un aspect "cruel" mais du coup on a envie d'en savoir un peu plus. Ca vaudrait le coup de décrire davantage ou même de donner une anecdote, un exemple. Et puis ça me donne envie de citer un peu Frank Herbert : "L'usage du pouvoir exige une certaine mesure d'inhumanité."
J'ajouterai qu'il serait bon de développer un peu les loisirs de Nika, peu importe de quoi il s’agisse ! Ca la rendra plus intéressante et ce sera plus aisée pour toi de t’y identifier :)
▬ Histoire : Je la trouve très bien, détaillée et précise comme il faut. J'aime bien la relation avec ce personnage d'Olga. D'ailleurs, en fonction de la suite, tu pourras l'utiliser ponctuellement en pnj ou alors la proposer en personnage prédéfini je pense. Hum je pense qu'il serait bien de donner quelques détails sur sa relation amoureuse et professionnelle avec Gadzhi même si tu peux rester très vague (pour pouvoir déterminer tout cela avec le joueur qui prendra le prédéfini). Elle était relativement jeune quand ils se sont connus alors tu peux juste donner quelques éléments contextuels. On pourra les rajouter dans la fiche du prédéfini concerné au besoin.[/quote]


Si tu as besoin de conseils et de précisions, n'hésite pas à me demander ! Wink

Invité
Invité
le Mar 2 Jan - 23:36
Merci pour votre débrief, j'ai modifié quelques morceaux, vous pouvez jeter un coup d’œil.

J'ai notamment changer les différentes descriptions et un peu la fin de l'histoire. j'ai pas réussi à rentrer vraiment dans les détails concernant Gadzhi, à voire.
Pour les fautes, je continue à chercher :p

Content que ça vous plaise dans l'ensemble, je me réjouis de partir à l'aventure avec vous !!
avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 370
Double-compte : Nina

Voir le profil de l'utilisateur
Médecin-chirurgien
le Mer 3 Jan - 11:14
Médecin-chirurgien

Passeport
Age :: 28 ans
Patronyme :: Nikitovna
Surnom :: Anya

Fiche validée ♥️

Félicitations, tu viens de réaliser tes premiers pas dans le métro de Moscou, ton personnage est donc validé !

Avant de rp, il faut que tu penses à remplir ton profil : les champ contact pour ta fiche de présentation et ton carnet de bord, l'onglet "passeport" donnant des informations concernant ton personnage.

Il faut ensuite que tu créés ton carnet de bord dans lequel il faudra tenir à jour ton inventaire en fonction de tes acquisitions.

Et pour rp, il ne te manque plus qu'un compagnon. Pour cela, il suffit de se rendre au point rencontre et n'hésite pas à jeter un coup d'oeil au tableau d'affichage des missions.

Bon jeu !

Le mot d'Anna:
 




Contenu sponsorisé