Aller à la page : Précédent  1, 2
Incognito
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 2 Aoû - 17:59

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Le corps étrangement désincarné à force d'avoir l'esprit nébuleux, Valya ressentait pourtant chaque millimètre carré de son être avec une acuité redoutable. Son corps tout entier lui semblait fourmiller de mille sensations et en même temps ne plus lui appartenir. Entre les mains large et puissantes de son amant, elle creusait, arrondissait, tressaillait et frémissait, s'accordant au moindre de ses désirs pour mieux s'incarner dans une montée irrépressible de plaisir.




avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de l'Alliance V.A.R
le Dim 26 Aoû - 20:53
Chef de l'Alliance V.A.R

Passeport
Age :: 54 ans
Patronyme :: Asimovitch
Surnom :: Jora
Un spasme parcourut les muscles en tension de l'ancien stalker. Suivi d'un autre, le tout dans un râle de plaisir. Son orgasme avait été violent, ardemment désiré, presque nécessaire. Depuis cette foutue sortie à l'extérieur, rien n'avait été pareil pour Gueorguï, qui peinait à calmer cette tempête intérieure qui l'habitait sans cesse. Sans cesse à cran, plus irritable que d'habitude, prompt à punir plutôt qu'à féliciter. Comme s'il avait perdu quelque chose à la surface, il semblait chercher une partie de lui-même à travers cette colère sourde qui le hantait.

Ce n'était pas la première fois. Mais c'était il y a longtemps.

Et aujourd'hui, il semblait avoir retrouvé un semblant de paix. Une accalmie dans le tourbillon de regrets et de culpabilité qui avait emporté son éternel impassibilité. Et son coeur qui battait la chamade filtrait toute cette rancoeur envers lui-même au rythme des pulsations. Sans un mot, il aida alors la jeune femme à se relever, et un semblant de sourire se fit entrevoir furtivement au coin de ses lèvres. Il se sentait bien. Juste bien.

- Pourquoi ne t'ai-je pas rencontré avant ? murmura-t-il à ce bout de femme aussi féroce que la plus dangereuse des tempêtes qu'il ait pu traverser.

Il n'était plus tout jeune, et elle avait clairement toute la - courte - vie du Métro devant elle. Il ne se faisait pas vraiment d'illusions. Mais une petite voix lui faisait regretter ses vingt ans, et espérer... Espérer quoi ? Il ne savait pas vraiment, mais cette femme ne le laissait clairement pas indifférent. Il la scruta un moment au plus clair de son regard, sans dire un mot, comme s'il cherchait une vérité qu'il ne voulait pas entendre. Quelque chose qui lui fasse mal, comme tout ce qu'il avait traversé dans ces foutus tunnels. Puis, il se hasarda à dire, presque timidement :

- Tu sais pas où je pourrais crécher avant de me remettre en route pour VAR ? J'ai pas trop envie de me faire de vieux os ici après ce qu'il s'est passé mais je suis pas en état de voyager là tout de suite...

Lui qui était sorti vivant de l'Enfer un nombre incalculable de fois, peinait à trouver sa contenance devant une femme qui lui battre le coeur plus fort qu'à l'accoutumée.
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 26 Aoû - 22:06

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Le souffle revenu, un peu d'équilibre retrouvé, Valya se releva mais resta appuyée contre son amant, les jambes encore un peu flageolantes. La tête renversée en arrière pour pouvoir le regarder, elle esquissa un demi-sourire qui étira le coin de ses lèvres. Son coeur battait plus fort parce que cette simple question était un aveu qui faisait étrangement écho à ce qu'elle ressentait. Depuis la mort de Vladimir, c'était la première fois que le vide immense qu'il avait laissé derrière lui était en partie comblé.

- Tu ne pouvais pas me voir, répondit-elle simplement. Je n'étais pas prête pour toi.

Et c'était très exactement ce qu'elle ressentait à cet instant : toute sa vie l'avait menée à ce point précis pour cette rencontre et cette étreinte, cette révélation inattendue. Qu'importe qu'il ait l'âge de son père, qu'ils vivent éloignés, que les gens s'offusquent. La plénitude qu'elle expérimentait grâce à lui était inégalable. Calme et sérieuse sous son regard scrutateur, elle n'était pas inquiète. Même s'il avait voulu disparaître à cette seconde, elle n'aurait pas crié au scandale. Il y avait une forme de certitude inédite dans son esprit qui lui disait qu'elle était arrivée, qu'elle était chez elle lorsqu'elle se trouvait dans les bras de cet homme-là. Celui-là même qui était trop vieux, trop important et trop blasé pour elle.

- Viens, répondit-elle à sa question en hochant la tête.

Pas de gêne, pas de questionnement, pas de réflexion sur le sens de sa demande. Elle y répondait simplement et sans chichis. Son visage grave se fendit d'un bref sourire alors qu'elle prenait sa main pour l'entraîner de l'autre côté d'un rideau de grosse toile qui avait du être un sac de ravitaillement pour une base militaire un jour. Elle avait éteint la lumière de l'autre pièce mais se dirigeait sans peine à la lueur d'une veilleuse gardée dans sa main libre et qui trouva une étagère. Le réduit était minuscule de toute façon et entièrement occupé par le lit constitué de caisses diverses surmontées d'un matelas de fortune.

Une fois le vétéran installé, elle prit place à son tour, enfourchant ses hanches sans plus de cérémonie pour profiter de la paix pour le scruter longuement. Des yeux et des mains, elle explora sous toutes les coutures le torse et le visage à sa portée comme si elle avait besoin de graver chaque détail dans sa mémoire. En réalité, elle avait une excellente mémoire et n'avait pas besoin de ça pour se rappeler de tout, mais cette espèce de rituel s'était fait inconsciemment. Elle s'attarda finalement sur le côté, quêtant le relief des côtes de ses doigts légers sans jamais appuyer. Les hématomes avaient du être impressionnants mais il ne restait plus de trace visible.

- Tes côtes ?

Elle savait que ça ne se soignait pas vraiment mais il avait du en souffrir beaucoup après leur horrible mission en surface. Ce souvenir amena un frisson involontaire qui lui descendit l'échine. Les cauchemars s'étaient espacés mais revenaient parfois.



avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 97
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de l'Alliance V.A.R
Aujourd'hui à 14:42
Chef de l'Alliance V.A.R

Passeport
Age :: 54 ans
Patronyme :: Asimovitch
Surnom :: Jora
Les mots ne furent pas nécessaires pour que Valya comprenne ce dont le vétéran avait besoin. Il la suivit alors sans broncher, sans un mot, à la fois épuisé par cette journée de dingue et soulagé d'avoir trouvé un moment de répit. Il savait qu'en cet endroit, personne ne viendrait les chercher.

Il accepta alors de s'allonger sur le lit improvisé, et laissa la jeune femme s'installer à califourchon sur lui. Avec quelques années en moins, et une meilleure hygiène de vie, il aurait très certainement remis le couvert, mais à vrai dire, l'ambiance n'était pas à la partie de jambes en l'air effrénée. C'est avec une véritable sensation de plaisir et de quiétude qu'il laissa alors l'armurière le scruter dans les moindres détails, malgré les cicatrices, les brûlures, les marques, et le sang à peine séché qu'il n'avait pas encore nettoyé.

Ses doigts vinrent alors effleurer son flanc, là où la blessure avait été la plus handicapante lors de leur escapade à la surface. Il hocha la tête d'abord sans un mot, comme pour signifier que tout allait bien, et ajouta finalement :

- Je ne cicatrise plus aussi vite qu'avant, mais ça va.

Il fut le premier surpris par son aveu de faiblesse. Lui qui ne se plaignait jamais auprès de quiconque de ses douleurs physiques ou mentales, il s'étonnait d'exprimer tout haut une inquiétude qui le rongeait depuis quelques temps. Peut-être que leur sortie l'avait plus marqué qu'il ne voulait l'admettre... Et malgré les cauchemars qui continuaient de le hanter, il se demandait encore ce que les autres étaient devenus. Peut-être même qu'il n'avait pas recroisé Valentina par hasard... Il chassa la pensée aussi vite qu'elle était venue. Il était épuisé, et n'avait pas la force de se battre avec lui-même.

Mais avant de s'endormir, une question lui vint à l'esprit, qu'il ne put s'empêcher de poser :

- Dis-moi... Ton tatouage... D'où il vient ?
Contenu sponsorisé
Aller à la page : Précédent  1, 2