De la conservation de l'énergie
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 27 Déc - 14:18

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Le jour du départ approchait, que soient louées toutes les foutues divinités qui les avaient oubliés sous terre, Baba Yaga comprise. Bientôt, elle retrouverait les tunnels familiers de la Hanse, les stations connues et son petit chez-elle où elle était si confortablement entourée de caches d'armes et de munitions. Un intérieur chaleureux. Pas comme V.A.R. où elle ne se sentait décidément pas chez elle même si elle y passait du temps. Bon y'avait des endroits qui faisaient exception, quand même. La ferme des Timofeïvna, par exemple. Elle ne pouvait décemment pas regagner la Hanse sans payer une petite visite à ses amies. Evdokiya et Roksana faisaient partie de son paysage depuis tellement longtemps qu'elles étaient ce qui s'approchait le plus d'amies pour elle, presque au même titre qu'Ivan Pavlovitch. Enfin c'était pas la même chose mais elle se comprenait, c'était l'essentiel. Voilà pourquoi elle avait pris le chemin de la ferme Stirova, son AK en bandoulière sur son long manteau et la capuche rabattue sur sa tête. La gnôle d'Evdo se négociait bien quand elle en avait besoin et sinon, une réserve perso était toujours la bienvenue.

En vue de l'installation, elle prit le temps d'observer attentivement les alentours. On ne savait jamais sur quoi on allait tomber dans le métro. Les moins méfiants ne faisaient pas long feu. La ferme semblait calme, personne dans les champs de patate. Valya renifla l'air chargé par l'humidité du compost et des tubercules en train de mûrir. Rien n'indiquait un quelconque danger, rien n'éveillait sa méfiance, son sixième sens qu'avaient tous les survivants souterrains. A priori, une journée lambda où les filles auraient le temps de s'occuper d'elle, voir de boire un coup. Peut-être même qu'elle pourrait filer un coup de main à Ksachka avec ses outils. Et puis elle avait dégotté une pièce de cuivre qui devrait plaire à Evdya. En bref, elles allaient un moment cool entre filles. En approchant de la maison, elle s'annonça en frappant un coup sur un montant et en appelant à voix haute mais pas hurlante (on peut toujours réveiller un monstre quelque part).

- Evdya ? Ksachka ? Y'a quelqu'un ?



Invité
Invité
le Mer 27 Déc - 15:36
Penchée sur son établi, Evdokiya s'appliquait sur sa nouvelle création. Avec délicatesse ses mains réduisaient la longueur des fines bandes métalliques, testant parfois sur une petite boite l’avancement de son travail. Satisfaite de sa première note, elle tentait à présent de trouver les autres. Mais les ruminements de Roksana, de mauvaise humeur aujourd'hui, ne cessait de l'interrompre.

"-Pff... J'ai envie de boire un coup là, et elle est encore sur son truc inutile..."

Ignorant royalement la remarque sortie de sa propre gorge, la mécanicienne continuait avec calme son ouvrage. Si cela fonctionnait, les petits du coin seront ravis. Cependant, sa main gauche vint secouer son épaule droite.

"-Evdya, Evdya! T'as pensé à vérifier le fût? C'est p't'être bon à distiller maintenant?"

Un long soupire précéda l'acquiescement, mais la femme se leva tout de même. Sachant pertinemment que l'agricultrice ne lui laisserait aucun répits avant d'avoir au moins mesuré la densité du liquide. La silhouette disparue derrière l'alambic pour se pencher sur un fût. Ouvrant le couvercle, puis déposant le densimètre Evdokiya suivi ce dernier du regard avant d'afficher un sourire doux.

"° Tu vois, ça n'a pas encore assez fermenté. La distillation sera pour demain, rien à fêter pour le moment!"

Le froncement de sourcil de Roksana remplaça immédiatement la mine amusée de sa binôme. Croisant les bras, elle s’apprêtait à râler pour obtenir une gorgée quand un son parvint à son oreille. Pour une fois, les deux personnalités sourirent en même temps. Elle rejoignit l'entrée : c'était Valentina. Cela faisait un bon moment que la jeune femme n'était pas passé les voir! Evdokiya lui adressa un clin d'oeil complice.

"° Ravie de te voir ma belle! "


Roksana fit moins de manière et alla la serrer dans ses bras avec chaleur avant d'aller chercher deux verres. Un sourire radieux et victorieux, Evdokiya ne pouvait plus l'empêcher de gouter leur dernière expérimentation.

"- Tu tombe bien! On a essayé d'aromatiser la vodka avec une sorte de lichen qu'on a ramassé, c'est l'heure de goûter le résultat!"


Débouchant une bouteille, elle versa un liquide translucide légèrement vert dans les deux contenants avant d'en tendre un à leur invitée.
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 27 Déc - 16:13

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
L'une cligne de l'oeil, l'autre vous serre dans ses bras et au final c'est une seule femme qui vous accueille mais deux qui vous parlent. Assez fascinant, sûrement déroutant pour les inconnus, mais bonne fortune pour Valya qui comptait déjà ses amis sur les doigts d'une seule main. La gauche. Entrainée à l'intérieur sans plus de manières, elle fit passer la bride de son AK par dessus sa tête et l'appuya sagement à sa chaise avant de se défaire de son manteau. Dessous, l'habituel treillis des voyages était surmonté d'une espèce de trapèze noir, noué dans le cou et le dos, qui la laissait à demi nue mais très satisfaite de sa trouvaille. Jamais personne n'avait osé trouver à redire à ses tenues alors elle débordait de créativité dans le peu de temps qu'il lui restait entre deux bichonnages de canons. Si son père lui avait appris que ça attirait les sales types, elle y aurait peut-être réfléchi, mais au lieu de ça, il lui avait appris à se faire respecter, même à poil si nécessaire.

- Putain les filles, vous savez comment recevoir, y'a pas à dire.

Vautrée sur sa chaise avec la grâce d'un bourrin alcoolique, elle leva son verre en direction de son hôtesse.

- Za vashe zdorovie.

Plutôt aventurière, elle ne tenta même pas de tremper ses lèvres ou de renifler le mélange mais s'en envoya directement une belle lampée derrière la cravate.

- Der'mo ! J'te déboucherais un tunnel plein de mutants avec ce truc !

C'était pas une boisson pour les petites natures, c'était clair. Succès assuré au retour sur la Hanse. Un rire un peu rauque s'échappa de ses lèvres, comme incrédule.

- Y'a pas une gnôle qui vaut la vôtre dans tout V.A.R., je confirme.

D'autant qu'on trouvait pas d'alcool buvable à tous les coins de tunnels. Pour être bien sûre, elle goûta une deuxième fois la vodka et la douce chaleur qui l'accompagnait commença à l'envahir. Ivan Pavlovitch allait adorer.

- Alors, comment ça va par ici ? Les affaires marchent ?



Invité
Invité
le Mer 27 Déc - 17:16
Un frisson parcouru Evdokiya au vu de la tenue de son amie, elle admirait la capacité de la jeune femme à arborer autant de tenues diverses... Mais les commentaires sur la vodka égayait un peu plus ce moment privilégié. Une fierté cette boisson : l'héritage de Timofeï, le feu des âmes perdues. C'est avec soin qu'elle réalisait une double-distillation, permettant d'éliminer au maximum les impuretés. Une technique qui ne cessait d'être améliorée. Mais Roksana ne la laissa pas se gargariser de sa réussite, se contentant d'engager la conversation joyeusement.

"- Pas de problèmes pour les affaires, en liquide ou solide, les gens aiment toujours autant les patates! Mais la semaine dernière quelques unes de mes petites chéries ont disparues! Du coup j'ai fait construire à Evdya des pièges."

Un sourire légèrement effrayant se dessinait maintenant sur le visage de la femme, alors qu'elle pensait aux blessures que ces pièges allait infliger aux voleurs. Gamins ou adultes, on ne volait pas les trésors des gens sans prendre de risque. Même si elle savait que sa binôme avait consciencieusement diminuer la dangerosité de l'objet, la douleur sera toujours aussi vive. La colère se lisait toujours dans ses yeux, si bien qu'Evdokiya bénit le hasard d'avoir évité un combat direct. S’asseyant avec nonchalance, elle s'apprêtait à expliquer la nature de ces petits appareils mais sa binôme aussi voulait parler. Les traits s'adoucirent, accompagnant un mouvement de main signifiant clairement "Ce n'est pas important ce qu'elle raconte". Un clignement d'oeil, puis un regard pétillant de passion raviva la rouquine.

"° J'ai eu une très bonne idée! Hier je me suis amusée avec un diapason et là, révélation! Je vais faire une sorte d'instrument qui fera une mélodie quand on tourne la manivelle! Avec ça, je suis sure de pouvoir faire un bon troc et me procurer un paquet de cuivre! "

Elle ne précisa pas qu'elle utilisait pour ça son matériel le plus fragile, mais se dirigea avec un calme joyeux -oui, très bizarre- vers son établi. Ses mains déposèrent avec délicatesse l'objet en court d'élaboration devant son amie. Ce dernier ne ressemblait pas à grand chose pour le moment... Juste un peigne de métal de trois centimètres de longueur avec une dent plus petite que les autres. Sans réellement laisser le temps à Valentina d'observer la chose, l'agricultrice reprit le dessus. Servant deux autres verres après avoir fini le sien, son dos se laissa aller sur la chaise avec indolence.

"- Tu veux manger des patates? On en a grillées sur le feu! Sinon tes affaires? C'est le succès qui t'amène par ici? "
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 122
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 27 Déc - 19:18

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Quand même, y'avait des moments, fallait suivre. Mais Valya ne s'en lassait pas. Discuter avec le duo était un plaisir sans cesse renouvelé, une surprise de chaque instant. Pas qu'elle ait du mal, non non, au contraire, elle acceptait le fait qu'elles étaient deux dans un corps comme le fait que ses doigts ne repousseraient jamais. Mais bon voilà, fallait suivre, quoi.

- Des pièges ?

Les expressions du visage des amies qui se succédaient la renseignèrent assez sur la volonté de l'une, la tempérance de l'autre et le compromis qui avait été trouvé. Malgré tout, ça allait saigner. L'ingéniosité d'Evdokiya dans ce domaine n'était plus à prouver, quand bien même elle concentrait son intelligence sur des trucs plus poétiques. Comme ce truc à musique, par exemple. Bon évidemment, l'utilité lui en échappait totalement mais elle avait l'air tellement enthousiaste que c'en devenait communicatif. Elle avait à peine tendu la main vers le peigne que son verre était à nouveau plein. Souriant aux deux flèches, elle trinqua encore et goûta encore ce délice, approuvant d'un claquement de langue.

- Ça a l'air d'un chouette truc, confirma-t-elle tout de même parce qu'elle aimait bien les mécanismes qu'elle ne comprenait pas et qu'il fallait un peu décortiquer pour piger.

Nouvelle gorgée, souffle brûlant. Der'mo, ça devait vous désinfecter comme un rien, ce truc. Ou même creuser tout seul des latrines. Ouais, sûr que sans pousser trop loin, cette nouvelle vodka devait pouvoir prendre vie toute seule.

- J'dis jamais non à une bonne patate grillée, tu me connais, enchaîna-t-elle avec un sourire en coin. Les patates, c'est la vie.

Elle fit tourner l'alcool dans son godet et l'observa un peu à la lumière, satisfaite de ce beau vert moussu qui s'y reflétait.

- Tu parles, Karl, j'ai surtout été retenue par ce putain de blocus.

Soupir, vodka, verre au repos, tripotage d'une dent métallique du fameux instrument musical.

- Mais les affaires marchent toujours, j'ai pas à me plaindre. J'ai trouvé du bon matériel, mon lance-grenade maison est en train de prendre forme. Bon il me manque encore un ou deux trucs, mais j'ai bon espoir.

De la besace de toile jetée par terre, elle extrait un petit paquet enveloppé de toile crasseuse et le pousse vers les filles. Dedans, quelques pièces de cuivre de tailles variées.

- J't'ai même rapporté ça Evdya. J'me suis dit que ça le ferait en échange d'un peu de gnôle et d'un hébergement pour la nuit. Si vous voulez bien de moi, ajouta-t-elle après une pause avec un demi-sourire.

C'était quand même plus sympa de partager la cahute de la doublette que de se retrouver encore dans un putain de campement pour égarés du V.A.R. où elle ne dormirait que d'un oeil, une main sur l'AK et l'autre sur son couteau.



Contenu sponsorisé