Tu cogne trop fort Ivanova!
avatar
Date d'inscription : 22/09/2017
Messages : 117
Voir le profil de l'utilisateur
Colporteur
le Dim 26 Nov - 3:20

Passeport
Age :: 27 ans
Patronyme :: Ivanovitch
Surnom :: Rat

Assit dans un coin de la taverne, les oreilles grandes ouvertes, Airait s'employé à un travail demandant une bonne mémoire, et beaucoup de concentration. Il devait écoutait chaque conversations, et en retenir tout ce qui pouvait intéresser la Ligne Rouge. La grand Ligne rouge, avec ses grand idées communistes...très peu pour lui. Si l'humanité avait la maturité pour partager, ça ce saurait. Les rouges n'étaient qu'un moyen de survivre, ils le savaient. et le colporteur savait qu'il se serrait fait jeter  depuis longtemps si il n'était efficace.
Prenant la posture de celui qui attends, il se pencha discrètement vers la table la plus proche.

"- Un bon Sturmgewehr 44 vaut largement un AK-47!"


Le Russe leva les yeux au ciel, changeant de position pour aller écouter une autre table. Là non plus, rien d'intéressant. Il n'y avait rien ce soir, l'homme de la Ligne Rouge allait finir par s'endormir. Poussant un soupire, il se leva, passant rapidement au bar pour y déposer une pile que le tenancier se précipita de ramasser. Airat s'apprêta à sortir sans plus de cérémonie, avant de remarquer l'agitation devant la taverne. Il se débâtie pour s'approcher, distribuant sans pitié des coups de coudes à ceux s'interposant entre la source de toute cette agitation et lui. Le colporteur réussit à entre voir la scène, les yeux écarquillés.

avatar
Date d'inscription : 03/11/2017
Messages : 48
Voir le profil de l'utilisateur
Libraire
le Dim 3 Déc - 14:16

Passeport
Age :: 25
Patronyme :: Alekseïevna
Surnom :: Yulka
Il était tard et à la surface du métro, la lune avait remplacé le soleil, le ciel se drapant de son grand manteau noir. La nuit se tenait là, aux portes du monde, terrifiante, insalubre, nimbée des monstres de vos pires cauchemars.
Comme à son habitude, Yulia Alekseïevna n’avait pas vu passer le temps, il s’écoulait lentement sur elle, ridant consciencieusement son âme, annihilant peu à peu sentiments et ressentis, laissant place au vide immense qui rongeait son cœur méticuleusement.
La journée qui venait de se dérouler sous ses yeux vifs et aux aguets ressemblait étrangement à celle d’hier et à toutes celles qui lui avait précédé et sans être omnisciente, elle se doutait que celle de demain suivrait le même cheminement. Pourtant aujourd’hui était un jour spécial, elle avait reçue l’autorisation spéciale de sa grand-mère afin de quitter l’enceinte de Polis, c’est même elle qui l’avait mandaté. Elle devait retrouver un ancien collègue à celle-ci dans la taverne de la station VDNKh, il travaillait à la bibliothèque appartenant à l’alliance Nord-Est et avait des livres à lui donner.  Yulia était donc partie tôt ce matin là, le jour à peine levé, toute vêtue de noir, son sac en cuir exceptionnellement vide sous le bras. Même si elle aimait profondément Polis, son cœur lui étant entièrement dévoué, elle appréciait ses rares excursions dans les autres stations. V.A.R néanmoins avait une mention particulière à ses yeux, elle y trouvait l’excitation de la vie qui avait disparu à Polis. Les allées n’étaient pas aussi bondées de monde, les gens n’étaient pas aussi protubérants, plus studieux, moins commerciaux.  V.A.R et particulièrement la station VDNKh  étaient des endroits dans lesquels elle aimait se trouver.

Elle arriva à la Taverne avec une heure d’avance, elle se dirigea rapidement vers une table du fond et commanda un café. L’endroit était pour l’instant vide, seul un vieil ivrogne roupillait sur sa table à quelques encablures. Le serveur, un peu bourru mais pas méchant, revint avec sa commande et disparu derrière les portes qui menaient à la cuisine, la laissant seule avec le silence. Yulia appréciait le silence, peut-être un peu trop, il pouvait se passer des jours sans qu’un seul mot ne s’échappe de sa bouche. Vivant avec sa grand-mère, celle-ci ne s’étonnait plus des longs silences de sa petite fille.
Une heure plus tard, l’environnement semblait transformé. Il ne restait plus une seule table de libre et un brouhaha monstre avait envahit la pièce, Yulia, agacée, décida d’aller attendre son contact devant la Taverne, elle dû jouer des pieds et des mains pour atteindre la porte, elle n’aurait pas payée que le serveur n’aurait jamais pu lui courir après. L’air « frais » de l’allée la rassura mais la scène qui se déroulait devant ses yeux la tira de son état cotonneux. L’ami de sa grand-mère était aux prises avec l’ivrogne qui dormait ce matin même à côté de Yulia, celui-ci semblait reproché à son interlocuteur de l’avoir bousculé, apparemment sa petite sieste matinale n’avait pas suffit à dessaouler le vieillard. Soufflant bruyamment, particulièrement agacée par la situation, la jeune femme posa son sac vide près de l’entrée de la taverne et se dirigea vers le duo. Elle surgit derrière le saoulard et lui ceintura le torse de ses deux bras avant de lui donner un coup de genou dans l’arrière des jambes, il s’écroula tout en douceur, l’alcool aidant.
Yulia se précipita vers son contact et l’aida à se relever, autour d’eux s’étaient formé un petit attroupement. Cherchant son sac des yeux, elle rencontra ceux d'un jeune homme qui se trouvait à deux pas de son précieux objet, elle ne possédait pas grand chose et ce sac lui était d'une grande utilité, elle ne sortait jamais sans lui.
Faisant un signe de tête au russe, elle l'apostropha :

- Hé toi là ! Tu peux me faire passer le sac qui est juste derrière toi ? Je galère là.

Elle soutenait de ses deux mains son ami, complètement sonné par son piètre combat avec l'ivrogne.
avatar
Date d'inscription : 22/09/2017
Messages : 117
Voir le profil de l'utilisateur
Colporteur
le Mar 5 Déc - 21:48

Passeport
Age :: 27 ans
Patronyme :: Ivanovitch
Surnom :: Rat

Airat haussa un sourcil quand la masse de cheveux bouclés qui lui faisait dos se retourna rapidement, deux yeux bleus s'accrochant aux siens. Avec soupir, le colporteur se tourna dès que la voix de la jeune femme eut fini de claquer, cherchant dans la forêt de jambe le fameux sac, qu'il trouva derrière la botte épaisse d'un géant...ou peut-être quelqu'un de simplement grand. Sa vision de la taille était un peu faussée, il devait l'avouer.

Nouveaux soupire, et après avoir adressé un bras d'honneur à la femme, le Russe commença à forcé le passage, jouant des coudes pour se glisser derrière l'homme et refermer ses trois doigts restant autour du cuire. Marmonnant une insulte dans sa barbe, l'homme de la Ligne Rouge recut un coup de coude dans la tempe, grimaçant en fusillant de nouveaux la belle emmerdeuse. Bordel, mais pourquoi il aidait les gens? Pourquoi il s'occupait d'eux même? Depuis le temps, le colporteur avait eut assez de signes lui indiquant que la quasi totalité du métro était...un magma infâme accumulant tout les défauts de l'humanité. Il y participer lui aussi à se manière c'est vrais, mais....merde.

"- Baissez la tête!"

Cria nonchalamment Airat, une main dans la poche de son manteau, l'autre prenant un légère élan pour envoyer voler le sac au dessus des têtes de l'éphémère assemblée. A en juger par le poids, le bagage était vide, il ne comprenait même pas pourquoi l'inconnue l'avait amené.

"- Le "toi", il s'appelle Airat Ivanovitch Ivanov, débile."

Marmonna il, renfonçant ses mains au fond de ses poches, près à partir, de tout façon il n'avait plus rien à faire ici. L'aurait dû ce barrer avec le sac, tient...

Contenu sponsorisé