Aller à la page : Précédent  1, 2
Une arme ?
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 112
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 27 Déc - 19:34

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Un demi-sourire sarcastique étira les lèvres de Valya. Ce type réfléchissait parfois dans le bon sens. Et parfois non.

- Si je me mets à buter mes clients, je vais pas vraiment faire carrière, tu crois pas ?

Elle renifla et rempocha son bout de crayon.

- Celui qui t'a donné mon nom, il veut ta mort ? Tu crois qu'il t'aurait envoyé traiter avec une tueuse exprès ?

Léger soupir, elle commençait à ranger un peu son barda, une petite dalle se faisait sentir.

- Et franchement, tu penses que si je voulais te buter j'aurais pris autant de temps à négocier une arme ?

Elle ne l'avait pas vraiment quitté des yeux mais plongea cette fois directement son regard dans le sien pour appuyer ses mots.

- J'suis commerçante, pas mercenaire. Mais si ça peut t'empêcher de saloper ton bénard, je te donne ma parole que j'ai aucune raison ni envie de te faire la peau.

Croisant tranquillement les bras sur sa poitrine, elle se fendit d'un nouveau sourire malin.

- Le deal te convient, Airat Ivanovitch ?



avatar
Date d'inscription : 22/09/2017
Messages : 113
Voir le profil de l'utilisateur
Colporteur
le Lun 8 Jan - 14:51

Passeport
Age :: 27 ans
Patronyme :: Ivanovitch
Surnom :: Rat

Tss... Il était le seul à un jour avoir pensé à buter un client après avoir fait affaire? On avait le beurre et l'argent du beurre, et l'intérieure des poches du pigeon, pour le modeste prix de ce débarrasser discrètement d'un corps. Le colporteur n'avait jamais appliqué, mais si personne d'autre n'y avait pensé...Il se savait perfide, mais ce qui pouvait sortir de son cerveaux lui faisait parfois un peu peur.
Enfin, pas la peine de donner des idées à l'armurière.

Le Russe rejeta un coup d'œil à la liste. Tstststsss... C'est vrais qu'elle ne le tuerait pas avant qu'il n'ai ramené ce dont elle avait besoin...

"-Aucunes raisons...Pour l'instant."

Souffla il pour lui même, soutenant le regard claire de la femme. L'homme de la Ligne rouge n'aurait pas sut dire si il avait hâte d'un jour la recroiser...Non, pas vraiment. Pas du tout même, Vladimirovna était maintenant involontairement liée à des souvenirs assez... Degueulasse.

"-Ca me va."

Dit il en tendant sa main intacte à la brune. C'était con comme geste, mais une poignet de mains restait toujours un bon moyen de donner sa parole. Ca concluait.

"-Et je te retrouve où, pour te ramener tout ça?"

Demanda le colporteur en secouant sous son nez le papier, logé entre son index et son majeur...Enfin c'est pas comme si il lui restait beaucoup t'autres doigts. Haha... En tout cas il n'avait pas envie de se ramener à la Hanse. Pas du tout. En faîte... Aucunes stations ne trouvaient grâce à ses yeux. Airat ne s'y sentait jamais bien...

avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 112
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 8 Jan - 20:05

Passeport
Age :: 22 ans
Patronyme :: Vladimirovna
Surnom :: Valya
Les bras toujours croisés sur sa poitrine, Valya attendit en silence qu'il se décide, se contentant de hausser un épaule, non par dédain mais pour lui signifier simplement que ça ne faisait pas de différence pour elle. La décision lui revenait autant qu'à elle en fin de compte. Pour être claire, elle s'en carrait donc bien profond qu'il soit d'accord ou pas. Un petit bijou ultra maniable comme celui qu'elle lui avait proposé trouverait un autre preneur en moins de temps qu'il ne lui faudrait pour remballer son barda. Et puis la pensée lancinante d'un retour possible de Baba Yaga pour fourrer son nez crasseux dans ses petites affaires ne l'enchantait pas du tout, il fallait bien l'avouer. Il se décida au bout d'un moment et lui tendit sa pogne pour sceller le deal. Un bref sourire étira ses lèvres un instant puis disparut alors qu'elle lui tendait de même sa main valide pour serrer la sienne fermement.

- Affaire conclue, annonça-t-elle bien que ce soit totalement inutile.

À nouveau son regard changea. Il l'amusait à agiter le papier, à jouer les caïds. il en était sûrement un d'ailleurs, on ne vivait pas dans le métro sans être capable de se défendre correctement. Mais il l'amusait quand même à cause des doigts, des oreilles et de ses manières en général. En toutes autres circonstances, ils se seraient peut-être bien entendus, mais c'était trop tard et ils ne pourraient jamais oublier ce qui s'était passé lors de cette première rencontre. Elle était à peu près certaine qu'il en avait parfaitement conscience lui aussi. Haussant à nouveau une épaule, elle désigna son coin de tunnel d'un petit geste vague.

- Je suis encore là pour quelques jours. J'attendrai que tu repasses.

Elle le considéra quelques instants en silence puis arqua un sourcil comme si une idée lui était brusquement venue.

- Mets pas trop longtemps quand même, j'ai hâte de retourner sur l'Anneau.

Pas rancunière, elle se promettait même de conclure leur marché par un petit verre de gnôle quand il reviendrait procéder à l'échange. Si c'était pas de la bonne volonté ça. Pratiquement de la charité, ouais. Elle était décidément une bien bonne âme dans ces tunnels pleins de rats.



avatar
Date d'inscription : 22/09/2017
Messages : 113
Voir le profil de l'utilisateur
Colporteur
le Jeu 1 Fév - 0:24

Passeport
Age :: 27 ans
Patronyme :: Ivanovitch
Surnom :: Rat

Airat regarda leurs mains scellés, un drôle d'air sur le visage. Voilà, il était maintenant du nombre des tueurs. Ceux qui avaient tuer cette personne si importante et secrète pour lui, un nom qu'on avait oublié et raillé de la liste. Il ne savait pas ce qui lui donnait cette envie de gerber. Le fait de pouvoir devenir à tout moment un meurtrier, ou de savoir qu'il vivait dans un monde qui l'y obligeait. Il était beau, derrière ses airs de blasé, de mec qui a tout vue et qui connaît tout. Oui, le colporteur avait vue beaucoup, mais ça ne l'empêchait pas d'en être dégoûté. Il suivait le mouvement parce qu'il le fallait, parce qu'il avait peur de la mort. L'homme de la Ligne Rouge voulait vivre, par tout les moyens; la trahison, la manipulation, la séduction même si il le fallait, mais pas le meurtre. Mais cette poignet de main, elle était la preuve qu'il avait cédé. Et à quel prix! Des oreilles! Les quelques bricoles que lui demandait Vladimirovna, ce n'était rien. Le vraiment prix était celui de Baba Yaga, cette vielle pie.

"-J'me magne."

Dit il, un sourire amusé sur ses lèvres abîmés. Quelques jours...Autant partir maintenant. Il glissa sa main de la poigne de la femme, la reglissant dans sa poche.

"-Bon, moi et mon physique de Grec partons. A bientôt gente demoiselle."

Dit il avec un léger clin d'œil, replaçant sur sa tête la capuche protectrice. Au travail...
Airat s'éloigna, les yeux rivaient sur la liste, ignorant presque la femme, comme si il ne la connaissait pas. Pourtant il n'allait ^pas l'oublier de si tôt, Ho que non. La faute à cette salope de Baba Yaga.

Contenu sponsorisé
Aller à la page : Précédent  1, 2