VOTE











Stanislav Nazarov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 08/11/2017
Messages : 2



Passeport
Age ::
Patronyme ::
Surnom ::


Voir le profil de l'utilisateur

Stanislav Nazarov
Message Sujet: Stanislav Nazarov | Ven 10 Nov - 0:28


Stanislav Nazarov
Citation/petite phrase
"Personnellement, je préfère encore traquer des maleureux plutôt que d'en devenir un."
-Stanislav Nazarov
FACTION :: La Hanse
PATRONYME :: Kowalskivitch
PROFESSION :: Chasseur de primes
SEXUALITE :: Asexuel
 
DATE DE NAISSANCE :: 02 / 09 / 2017
ÂGE :: 28 ans
TAILLE :: 1 m 83

Profession & Faction


Je m'appelle Stanislav Nazarov, chasseur de primes de la Hanse. J'exerce mon métier dans tout l'Anneau, j'ai un libre passage dans toutes les stations de la Hanse, mais à une condition, que je travaille pour eux. Le contrat qui me lie avec la Hanse est qu'ils paieront toutes mes primes et comme convenu, en revanche je dois leur apporter les personnes qui sont recherchées, endettées ou disparus. Je ne suis pas libre d'aller là où je veux, je dois me rendre où ma cible se trouve. Je la traque, je la trouve, je la capture et je la ramène pour la prime. Rien de plus et surtout rien de moins, sinon c'est moi qu'on jettera en prison. Personnellement, je préfère traquer des malheureux plutôt que d'en devenir un.


Physique


Assez grand, très pâle mais pas fort physiquement, je suis un poids léger pour un maximum de mobilité pour devancer mes cibles, être lents et encombré me serait un handicap insupportable. Mais l'on ne me reconnait pas facilement, je cache mon visage souvent derrière un foulard et je ne me laisse pas démasquer facilement.
Autre que mon corps, on peut me dévisager comme dans la trentaine avec ma petite moustache et mes cheveux brun clair, voir presque blonds.


Mental


Toujours attentif, concentré et discret. C’est comme ça que je me décrirais.
Mais la réalité est toute autre, je ne suis qu’un vagabond avide d’agent et de reconnaissance, j’ai besoin d’être libre de mes mouvements et d’aller là où je veux. Je ne supporte pas d’être commandé comme un soldat, ni d’être lié par un contrat comme n’importe quel mercenaire. Non, je préfère avoir un objectif, de le remplir à ma manière, ou d’abandonner si nécessaire. Après tout, je ne suis payé qu’après avoir ramené la prime, et non payé pour la ramener, entre les deux il y a une forte nuance, mais les gens ne comprennent pas mes enjeux personnels. Je suis malheureusement confondu avec les coupe-jarrets de bas-étage, même si mon code moral est souvent bafoué par les primes alléchantes, mais peu honorifiques. A chaque fois que j’encaisse une prime sur le dos d’un autre, je me sens honteux, indigne, voir même malsain.



Compétences


En toute honnêteté, je ne suis pas fort beaucoup de choses. Je ne suis que bon au tir et à l’orientation dans toutes les situations. Il y a quelques semaines de là, je me suis acheter un poignard magnifique avec lequel je me suis entrainer à manier les couteaux en combat. Alors, je dirais aussi que je maîtrise le corps à corps avec les armes blanches, mais ce qui est de combat à mains nues, je n’ai tout simplement pas la force pour porter un coup n’est que basique.
Au lieu de tuer ma cible, même si elle me sera payé mort ou vif, j’ai appris à viser les endroits du corps qui ne sont ni mortels, ni insignifiants. Alors je ramène ma prime en vie à la station la plus proche et cela pour deux raisons :
Déjà pour des raisons morales, pourquoi tuer alors que l’on peut le laisser vivre. Mais car déplacer un cadavre sur plusieurs kilomètres n’est pas évidant et moins reconnaissable après quelques jours de route. Alors je me suis adaptée aux aléas de mon métier et chaque mission, chaque situation est différente et nécessite une improvisation propre aux circonstances.


Possessions


Vue la nature de mon métier de chasseur de primes, il est important de gérer son équipement au mieux. Dû à mes déplacements réguliers, il est préférable de voyager avec un minimum d’encombrement sur soi pour un maximum de mobilité et discrétion. Alors, avant chaque chasse à l’homme (ou autre faisant l’objet d’une prime intéressante) je m’équipe en fonction, même si une certaine improvisation s’impose à chaque sortie. Mes équipements changent en fonction évidente de mes moyens mais aussi de mon humeur ou encore de mes craintes vis-à-vis des dangers qu’habite les tunnels inexplorés du Métro.
Mon équipement standard que je porte sur moi dans n’importe quelles circonstances est mon ak-47 Kalachnikov, mon masque à gaz que je porte à ma taille, un sac à dos avec une couverture roulée dessus avec dedans mes provisions tous mes laisser-passer pour la Hanse.
Sinon j’ai encore une sacoche que je porte en bandoulière dans laquelle j’entrepose quelques chargeurs de kalachnikov, deux filtres de rechanges pour mon masque à gaz, mon argent durement gagné et mon superbe poignard que j’avais acheté très cher et que je garde précieusement, il est ma fierté.
Pour me protéger du froid et des de la poussière, je porte toujours le vieux trench à capuche beige de mon père qui a connue de meilleurs jours, mais il est toujours aussi solide et résistent aux vents des tunnels crée par des appels d’air qui glaceraient n’importe qui jusqu’au plus profond le leur âmes.
Je porte également des bottes en caoutchouc qui me remontent presque aux genoux, et me sont souvent utiles alors que je traverse des endroits inondés ou même un endroit qui a un sol étrangement gluants. Toujours une longueur d’avance sur les imprévus, je garde beaucoup de places libres dans mes sacs au cas où je trouverais des objets ou matériel intéressant, comme il y a peu où j’ai réussi à récupérer une lampe frontale en assez bon état.
Je n’ai pas de domicile fixe, mais quand je vais de stations en stations, je me débrouille pour trouver une tente pas chère, sinon j’ai toujours ma couverture, mais presque à chaque nuit je me la fait voler si je ne suis pas couvert.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la vie de chasseur de primes ne rapporte pas grand-chose comparer au mercenariat, mais je jouis d’une liberté non égalée avec les autres métiers du Métro, mais le confort et la richesse n’est pas quelque chose que l’on obtient facilement, surtout si on commence de rien.



Antécédents médicaux


Un jour, en pleine traque, je me suis pris une balle de revolver dans mon rein droit. Heureusement, un docteur que je ne connais pas m'a sauvé d'une mort certaine. Encore à ce jour je dois une dette impayable à ce médecin anonyme qui maitrise la chirurgie à la perfection tel un art perdu.

Mis à pars cette balle, j'ai les doigts un peu amochés, dû au jeu des couteaux pour tenter de gagner quelques cartouches. Mais je ne garde que quelques cicatrices de griffures dans mon dos, mais elles ne me posent aucun problèmes, seul une douleur quand on les touche.

L'absence d'autres blessures ne sont pas le fruit de la chance ou d'une incompétence, mais bien de ma manière minutieuse de travailler sans prendre des risques inconsidérés



Intérêts & Loisirs


J'ai un avis divisé sur mon métier: Je trouve que je ne suis pas du tout libre et que j'ai une vrai épée de Damocles au dessus de la tête si je ne remplis pas une mission régulièrement, alors je risque de ne plus pouvoirs circuler librement entre les stations à mon plein gré, et je ne suis pas une personne qui teint en place longtemps.
Sinon d'un autre coté c'est bien payé, je me déplace où je veux et je fais le métier donc j'ai toujours rêvé.

En dehors du travail de chasseur de primes, ou plutôt entre les missions, je me tarde dans la station la plus proche un jour ou deux le temps de recevoir une nouvelle prime à chasser.




Histoire

J'ai grandi avec les caravanes marchandes sur lesquels mes parents travaillaient comme marchands. Depuis toujours, j'ai le sens du voyage et de l'aventure, mais en revanche, je ne supporte pas d'être pour trop longtemps au même endroit, ça me met très mal à l'aise. Un beau jour, notre caravane devait traverser une zone dangereuse qui était occupé par des bandits. Mais même avec plusieurs gardes, notre convoi se retrouvait en train de subir une attaque de bandits. Après plusieurs échanges de tirs très violents, la caravane repartit sur son chemin, mais mes deux parents se retrouvaient morts et moi, orphelin. Une fois arriver à notre destination, la station de Prospekt Mira, j'ai dû faire en sorte d'y rester, je racontais mon histoire, j'implorais le chef de la station pour me laisser rester. Je n'avais alors que 13 ans. Miraculeusement, j'ai été admis dans la station, même sans personne pour me guider, je me suis fait recueillir par un couple de vieilles personnes qui n'ont jamais eu d'enfants, ils m'onont pris pitié de moi alors que je n'avais même pas de tente pour m'abriter, j'ai maintenant un toit certes petit, mais assez grand pour nous trois. Je gagnais ma vie en enchaînent les petits travaux bien variés.

A mes 18 ans, les temps étaient de plus en plus dangereux et je me suis permis de m'acheter ma première arme : un revolver, que je garde encore précieusement. Puis, je voulais m'engager dans la garde, mais le destin en a voulu autrement. Alors que je me suis rendu au bureau des gardes pour un travail, un m'a proposé un marché bien intéressant pour moi. On m'a dit : "Nous avons besoin de gens prêts à gagner leurs vies en traquant des bandits et voleurs, mort ou vif, en échange, vous serez récompensé de leurs primes, en plus vous pourrez circuler librement entre toutes nos stations, à condition que vous puissiez nous ramener les recherchés." C'est ce qu'il m'a dit, j'ai accepté sur-le-champ, le jour même, avec ma nouvelle arme, je suis parti de Prospekt Mira pour chasser ma première prime : Un marchand d'armes illégales. Il m'a supplié, mais je l'ai assommé et traîné jusqu'à la station la plus proche pour recevoir ma prime. Ainsi ma carrière de chasseur de primes commença, elle n'est pas près de se terminer.

Maintenant, je traque un alchimiste qui prépare des poisons avec des plantes du métro, je serai payé une fois qu'il sera ramené à la Hanse. Il se cache dans l'alliance VAR, les frontières sont faciles à franchir avec les marchands de la Hanse ces temps-ci, même si j'ai dû payer quelques gardes par-ci par-là. Mais je dois rester discret, je ne perdrai pas ma prime cette fois-ci, mais les brèches entre nos ces factions me menace de rester coincé du mauvais côté, il me faut sortir d'ici, mais pas sans ma prime...




A propos de vous

Age : 15 ans
Avez-vous lu le règlement ? Oui et même oui
Système de jeu choisi : roulette russe évidemment

Surnom : Juste Charlie
Passion, loisirs : Ce qui vous fait vibrer vous.

Comment avez vous découvert le forum ?  En cherchent sur un top

Des suggestions ? Quelque chose à dire ? Un dernier mot ? On parlait de cookies non ?



Dernière édition par Stanislav Nazarov le Mer 15 Nov - 18:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Date d'inscription : 08/11/2017
Messages : 2



Passeport
Age ::
Patronyme ::
Surnom ::


Voir le profil de l'utilisateur

Stanislav Nazarov
Message Sujet: Re: Stanislav Nazarov | Ven 10 Nov - 0:34

Voilà un premier brouillon. L'histoire, l'orthographe et le développement du texte viendrons plus tard et sera amélioré dans les prochains jours.
Revenir en haut Aller en bas

Stanislav Nazarov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Metro : forum RPG post-apocalypse :: Prologue :: Population :: Passeports-