Maksimilian Anatoliyevitch Kravtchenko
Invité
Invité
le Dim 27 Aoû - 21:54

Maksimilian Kravtchenko
“La citatiomanie est notre plus grande ennemie" - Lénine

FACTION :: Ligne Rouge
PATRONYME :: Anatoliyevitch
PROFESSION :: Agitateur politique
SEXUALITE :: Bisexuel
 
DATE DE NAISSANCE :: 28/01/2017
ÂGE :: 28 ans
TAILLE :: 188cm

Profession & Faction


Maksimilian n'a pas toujours été agitateur, il ne l'a d'ailleurs jamais vraiment été et pour cause, ce poste existe t-il toujours sous sa véritable forme d'avant guerre ? Les prosélytes communistes n'étaient que rarement écoutés, encore moins tolérés et ce déjà bien avant que le conflit Hanse-Ligne rouge n'éclate. Les dirigeants de l'Interstationale avaient du changer leurs méthodes, et tout le monde sait justement comment cela s'est terminé.

Le jeune homme, fier descendant d'une lignée de combattants, ne pouvait que suivre la trace de son arrière grand père fait prisonnier à Sebastopol durant la Grande Guerre patriotique, de son grand-père ayant servi en Afghanistan puis en Tchétchénie, ou bien encore de son père, tué il y a de cela plus de vingt ans par un conscrit de la Hanse. Non, il ne pouvait en être autrement. C'est tout naturellement que Maksichka a joué de la culasse contre les bandits, mutants et opposants du régime politique pendant près de huit ans.

Ses faits d'arme au fusil à lunette et sa propension à pousser la chansonnette dans les moments les plus difficiles ont rapidement attisé la curiosité de quelques agents de propagande ambitieux. Désireux de raviver la flamme révolutionnaire d'une manière plus intelligente, ces mêmes agents ont décidé de faire de Maksimilian un symbole de réussite pour la jeunesse communiste, ils lui ont offert son ticket d'entrée au sein du prestigieux Ensemble Moskvine, nommé de la sorte en l'honneur du secrétaire général du Parti communiste du Métropolitain moscovite.

Au départ, très mal accueilli par les musiciens et autres chanteurs du chœur, il a aujourd'hui  trouvé sa place parmi ces hommes et ces femmes remettant au goût du jour les plus belles compositions de l'ancien régime communiste.


Physique


Maksimilian est un brave gaillard de haute taille à la carrure d'athlète des jeux anciens. Les privations du métro et le rationnement des denrées alimentaires ont terminé de sécher son corps de soudard, laissant apparaître une musculature imposante et striée. Les plus médisants pourraient penser que sa belle gueule et son allure soldatesque compensent quelques lacunes intellectuelles et ils n'auraient probablement pas tord, mais sur la ligne Krasnaya,  les grands esprits font bien moins long feu que les bourreaux.

Maksichka, ou Makka pour les plus intimes, ferait pâlir d'envie les eugénistes du Quatrième Reich. Avec un de leurs « stahlhelm » sur la tête, son visage émacié au teint blafard collerait à merveille avec certaines représentations des affiches de propagande. Ses joues creusées par une alimentation trop peu diversifiée, ses mâchoires et ses pommettes saillantes couplées à un regard bleu azurin clair et perçant, bien qu'enfoncé et criblé de cernes, font de lui un représentant idéal de la race slave. Si celui-ci peut se montrer intimidant, flanqués d'épais sourcils noirs, il est souvent une fenêtre ouverte sur son esprit rêveur profitant de la moindre occasion pour se perdre dans le vague.

L'homme veille à constamment raser son visage et les cotés de son crane, de façon à reproduire la coupe de cheveux très en vogue durant l'entre-deux-guerres, cherchant à la fois à s’immerger toujours plus dans son rôle hérité des grandes heures de l'histoire soviétique, mais aussi et surtout, à conserver un certain style lorsqu'il porte son calot. Lorsqu'il se découvre la tête, ses cheveux sombres de jais sont constamment plaqués en arrière ou sur le coté, en les ébouriffant de manière à leur donner un peu de volume.

Malheureusement, une odieuse cicatrice issue d'un tir d'arbalète au visage lui traverse la moitié de la joue droite, de la bouche jusqu'aux molaires. Les médisants soupireront une nouvelle fois en pensant qu'il mérite bien ça.

Quant à son style vestimentaire, il ne porte que rarement des vêtements civils. Il est soit vêtu de son costume de parade, ou de son uniforme de combat. Quoiqu'il porte, une chose ne le quitte jamais: Une belle épinglette représentant une étoile rouge.


Mental


Maskimilian pourrait être comparé à un ours, intimidant, dangereux de prime abord mais pouvant faire preuve d'une douceur ou d'une sensibilité étonnante. Une vie de misère, de combat et la beauté de ses chants d'un autre temps ont suffi à le modeler en parangon de nostalgie. Il n'est pas rare de le voir perdu dans ses pensées, affichant un air maussade qu'il peine à dissimuler, jusqu'à ce qu'il se mette à chanter, et sourire, les yeux rougis par cette émotion de fierté qu'il éprouve à déclamer de véritables ôde à la Mère Patrie et à ses héros.

Makka est un artiste refoulé dans l'âme, usant de ses uniformes et de ses parures militaires comme d'un bouclier. Cette apparente faiblesse ne l'empêche cependant pas d'être un camarade exemplaire, un homme loyal et dévoué, véritablement marié à la cause de l'Interstationale, malgré ses exactions qu'il considère comme nécessaire pour contenir et diriger un peuple, et permettre aux plus ambitieux de s'élever par leur volonté.

Et de la volonté, Maksichka n'en manque pas. C'est sans doute cela qui l'a fait tenir si longtemps, planqué dans l'obscurité, allongé dans la boue du métro, le doigt sur la gâchette et l’œil devant la lunette. Si ce rôle de sniper tenu à l'écart des combats brutaux et enragés lui allait comme un gant, c'est en partie grâce à son calme ouralien et sa bienveillance, même envers ses ennemis qu'il n'a jamais cessé de traiter avec respect et sans la moindre animosité.

A ses yeux, sous la surface, les hommes sont tous de la même espèce: des rats, qu'ils soient de Polis ou de la Krasnaya.


Compétences


Ses huit ans de carrière dans l'armée de la Ligne Krasnaya ont permis à Maksimilian de développer quelques affinités pour la manipulation et l'entretien de tout type d'armement conventionnel ou artisanal. Loin d'être un expert pouvant se targuer de pouvoir démonter et remonter n'importe quel fusil d'assaut ou n'importe quelle carabine, il n'en reste pas moins doué de ses dix doigts pour comprendre la logique anatomique de ces outils particuliers. Néanmoins, la carabine à verrou figure en tête de liste parmi ses instruments de prédilection. Son style de combat à distance l'a forcé à stimuler certaines compétences secondaires telles que le camouflage, les techniques de survie en milieu urbain ou bien encore la science de la balistique, faisant de lui un tireur d'élite complet.

Lorsqu'il ne s'agit pas de tuer, il faut avouer que le jeune homme n'est pas très habile. Sa mère avait l'habitude de dire, non sans crainte, qu'il ne ferait jamais rien de bon de ses deux mains gauches. C'est dire à quel point le bougre est un véritable incapable, ne pouvant utiliser que sa force physique, et son savoir martial.

Heureusement pour lui, il excelle dans un tout autre domaine, celui du chant. Endoctriné depuis tout jeune par la propagande néo-communiste, Maksichka a toujours trouvé un certain plaisir à fredonner et chanter clairement de sa belle voix de baryton, les nombreux airs intemporels et immortels de l'ère soviétique. La nécessité de travailler avec l'Ensemble Moskvine lui a pas mal profité, lui permettant de prendre des cours de solfège, en vue d'interpréter la moindre partition, voire peut-être d'en composer un jour.


Possessions


Passant sa vie d'une station à l'autre, Maksimilian ne possède en vérité que le strict minimum à savoir un sac à dos Sidor d'une cinquantaine de litres, une besace à bandoulière, une lampe de poche et sa dynamo, une montre, un pendentif représentant une croix orthodoxe, une paire de bottes, quelques vêtements civils, son(sa)Un(e) plashch palatka, son uniforme de combat et son costume de parade, un calot, un pistolet semi-automatique Makarov PM, quelques munitions de qualibre 9mm Makarov et un couteau de combat. Son fusil à lunette ayant fait sa renommée repose fièrement sur un socle dans le bureau d'un camarade capitaine.

Il possède aussi un petit trieur dans lequel sont rangés partitions, chants, cassettes audio, photographies, coupures de presse et autres bricoles liée à sa vie privée ou professionnelle.



Antécédents médicaux


Hormis la pâleur habituelle des habitants du métro pouvant lui causer quelques désagréments en surface, Maksimilian peut se réjouir d'être un jeune homme en pleine santé. Cela n'a pourtant pas toujours été le cas. La malnutrition, le manque de médicaments, l'insalubrité des logements et les problèmes de surpopulation au sein de certaines stations ont considérablement mis sa constitution à rude épreuve lorsqu'il n'était encore qu'un enfant.

Peu de temps avant d'intégrer l'Ensemble Moskvine, le jeune communiste s'est retrouvé au milieu d'une échauffourée entre deux groupes de hors-la-loi, aux alentours de la Ligne Rouge. Cette nuit, son manque de chance ou de jugement a bien failli lui coûter la vie. Un carreau d'arbalète lui a traversé la joue droite de part en part, emportant quelques molaires dans son vol meurtrier. Les conditions d'hygiène du métro étant ce qu'elles sont, la blessure s'est rapidement infectée, rendant la cicatrisation difficile. Une simple fatigue passagère et une plaie purulente ont laissé planer le spectre de la septicémie, clouant par prévention le jeune homme au lit durant quelques jours, le temps de trouver des antibiotiques ou une quelconque concoction équivalente aussi rare que coûteuse. Finalement, une bonne hygiène  corporelle et médicale ont permis de soigner la blessure. Il ne reste plus aujourd'hui que les stigmates de cette consternante mésaventure.



Intérêts & Loisirs


Comme tout bon Russe qui se respecte, Maksimilian se contente de fuir la réalité du quotidien et de sa condition de rat de métro en dépensant le peu qu'il gagne dans les bordels ou la boisson. Les soirs de concert, il n'est pas rare de le voir donner une seconde représentation au bar du coin avec quelques camarades ou habitants aussi saouls que lui. N'ayant que peu d'amis, et peu de possibilités de récréation, Maksichka se contente la plupart du temps d'occuper son temps libre en prenant soin de ses armes, en bouquinant ou bien en chinant quelques vestiges culturels de la surface, afin de parfaire ses connaissances sur le monde mais aussi et surtout continuer d'espérer sortir un jour de ce métro délabré, pour vivre comme autre fois, à l'air libre.




Histoire

L'homme posa son stylo et souffla sur la feuille pour en faire sécher plus rapidement l'encre. Il inspira profondément avant de scruter ses quelques mètres cubes insalubres servant de chambre. De toutes les stations qu'il lui avait été donné de visiter, Riga devait être la plus surpeuplée, et la plus sale. La « rue noire » était un véritable bidonville pouvant rivaliser avec celui de Jakarta, ou du moins ce qu'il en reste.


Ceci est mon testament, je révoque toutes dispositions antérieures à celle-ci. Je soussigné Maksimilian Anatoliyevitch Kravtchenko, deumeurant à Teatralnaya, célibataire, sans enfant. Né à Kuzsnetsky Most le 28 janvier 2017. Je lègue l'ensemble de mes biens à l'Interstationale de la ligne Krasnaya, au jour de mon décès.

Fait à Rijskaya « Riga » le 29 août 2045,
Maksimilian Anatoliyevitch Kravtchenko.


L'homme rangea le papier dans son trieur, entre deux compositions d'Alexandre Alexandrov. Il s'allongea ensuite, les mains posée sur sa poitrine, entourant soigneusement une croix byzantine orthodoxe de mauvaise facture. Le regard rivé sur le plafond de son vulgaire cagibi, il fit la rétrospective de sa vie.

Bien que portant un nom de famille ukrainien, Maksimilian est tout ce qu'il y a de plus russe. Son arrière grand-père, Dimitri Bohdankoyevitch, fut le premier à naître sur le territoire russe, à Sébastopol, en Crimée. Fait prisonnier en 1942 à la suite de la chute de la ville portuaire, il ne migra vers Moscou que bien des années plus tard, après une longue période d'errance. Comme beaucoup de résidents de la Ligne Rouge, Maksimilian se trouve être le descendant d'une lignée de braves citoyens ayant fait don de leurs vies au service de la Mère Patrie. Malheureusement, Maksichka n'a jamais eu le privilège d'entendre son père  lui conter ses glorieuses histoires familiale. Tué au front contre les forces de la Hanse, les rares souvenirs de son paternel, Makka les tient essentiellement de sa mère, Svetlana.

C'est pour faire honneur à ses ancêtres, fiers soldats de l'armée rouge, que Maksimilian s'est avant tout engagé dans les forces armées de la ligne Krasnaya, contre l'avis de sa mère. La pauvre veuve, qui avait si difficilement fait de son enfant un homme, refusait de le voir foncer tête baisser dans la tombe à seulement dix huit ans, au nom d'une cause qu'elle ne soutenait qu'à moitié. Selon elle, ses nombreuses années passées à lire et à étudier les ouvrages scolaires mis au point par le service de propagande auraient pu lui permettre d'accéder à un statut plus enviable et moins risqué. Quelle bêtise, disait-elle.

Sa formation n'a duré que quelques semaines et son baptême du feu est arrivé dans la foulée. Tandis que ses camarades faisaient preuve de zèle au combat, lui agissait d'une manière plus incisive et calculée, plus professionnelle. Son supérieur direct lui arracha son fusil d'assaut miteux des mains pour une arme tout aussi misérable mais odieusement efficace, un fusil monté d'une lunette. La nouvelle rassura à moitié sa pauvre mère. Lui qui chargeait les lignes ennemies au premier coup de sifflet d'un sous officier en marchant sur les corps de ses camarades tombés, se retrouvait maintenant à opérer de plus loin, pour ne cibler que les uniformes aux nombreux galons.

Estimé par les siens et ses supérieurs, et toujours premier à entonner les chants patriotiques durant les manœuvres, il ne lui fallut que quelques années pour être approché par des agents du service de propagande. Après un long interrogatoire sur ses motivations, ses origines et ses connaissances du Parti, Maksimilian a finalement été invité à se rendre à Teatralnaya pour intégrer l'Ensemble Moskvine.

Combien de fois a t-il chanté sur les planches du nouveau Bolshoï ? Combien de représentations a t-il donné dans les stations de la Ligne Rouge ? Assez pour commencer à chanter au delà des frontières, jusqu'aux stations de l'Alliance Nord-Est. C'est dans l'espoir d'obtenir l'autorisation de se produire à Alekseïevskaya que Maksimilian est venu se perdre dans la « Rue noire » de Riga, dans l'attente de la levée du blocus.




A propos de vous

Age : 28 ans
Avez-vous lu le règlement ? Oui, plusieurs fois
Système de jeu choisi : Roulette russe

Surnom : Torgaav sur le net.
Passion, loisirs : Trekking, bushcraft, sport, jeu de rôle, jeux vidéos, lecture, et des tas d'autres choses.

Comment avez vous découvert le forum ? Via root-top après avoir fait une recherche google
Des suggestions ? Quelque chose à dire ? Un dernier mot ? Les chicots, c'est sacré ! Parce que si j'les lave pas maintenant, dans dix ans, c'est tout à la soupe. Et l'mec qui me fera manger de la soupe il est pas né !

Invité
Invité
le Mar 29 Aoû - 21:03
Fiche terminée. Prêt à passer devant le peloton d’exécution.

« за тебя pодина-мать ! »
avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 377
Double-compte : Nina
Voir le profil de l'utilisateur
Médecin-chirurgien
le Mer 30 Aoû - 0:05
Médecin-chirurgien

Passeport
Age :: 28 ans
Patronyme :: Nikitovna
Surnom :: Anya
Hop, peloton d'exécution en place !

Officiellement bienvenue et félicitation pour cette très jolie fiche. J'ai beaucoup aimé les descriptions. Elles sont efficaces, épurées et j'aime bien le style que tu donnes à certaines tournures de phrases. Bref, j'aime bien.

Pas beaucoup de remarques à faire dans l'ensemble pour ce personnage très original, très bien travaillé. Je l'aime bien ce petit Makka.

Allez, le tour des petites remarques :
- la description physique : elle est top mais je me rend compte qu'elle ne décrit pas certains points pourtant assez essentiels/physiques (visibles au premier coup d'oeil) : la carnation, les yeux, les cheveux.
- la blessure : à un moment tu dis que c'est une balle perdue, un autre un carreau d'arbalète. D'ailleurs tu parles de septicémie, j'aurais plutôt dis "infection" tout simplement. Je ne suis pas experte dans le domaine (Katya pourra me corriger au besoin) mais je pense qu'on passera plutôt par le stade d'infection localisée avant une septicémie, non ? Ou si tu voulais vraiment en venir à ça, ça pourrait être bien dans ce cas de décrire un peu les traitements, la convalescence, etc.

Oh et pour finir, une petite erreur récurrente, c'est plus "Interstationale" que "Internationale"



Invité
Invité
le Mer 30 Aoû - 10:01
Merci pour ton retour et tes remarques.

Toutes les mentions à l'Interstationale ont été corrigées. On sent le gars qui s'écoutait l'Internationale communiste en écrivant la fiche... mrgreen

La section antécédents médicaux a été complétée. Le passage sur la septicémie laissait en effet sous entendre que la plaie s'était infectée et pouvait par conséquent mener à un empoisonnement du sang. J'ai donc complété le passage pour que ce soit plus clair.

La section physique a été complétée elle aussi. Je ne faisais aucune précision sur la nature du tir, cela a été tout de même corrigé pour éviter d'interpréter ça comme un tir d'arme à feu.

Rappel des ajouts/corrections:
 
avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 377
Double-compte : Nina
Voir le profil de l'utilisateur
Médecin-chirurgien
le Mer 30 Aoû - 15:28
Médecin-chirurgien

Passeport
Age :: 28 ans
Patronyme :: Nikitovna
Surnom :: Anya

Fiche validée ♥

Félicitations, tu viens de réaliser tes premiers pas dans le métro de Moscou, ton personnage est donc validé !

Avant de rp, il faut que tu penses à remplir ton profil : les champ contact pour ta fiche de présentation et ton carnet de bord, l'onglet "passeport" donnant des informations concernant ton personnage.

Il faut ensuite que tu créés ton carnet de bord dans lequel il faudra tenir à jour ton inventaire en fonction de tes acquisitions.

Et pour rp, il ne te manque plus qu'un compagnon. Pour cela, il suffit de se rendre au point rencontre et n'hésite pas à jeter un coup d'oeil au tableau d'affichage des missions.

Bon jeu !



Le mot d'Anya:
 



Contenu sponsorisé