Invité
Invité
le Sam 12 Aoû - 5:48

Valeriy Morochkine
Lenin walks around the world. The sun sets like a scar. Between the darkness and the dawn, there rises a red star.

FACTION :: Ligne Rouge
PATRONYME :: Gavrilovitch
PROFESSION :: Armurier, spécialisé dans la réparation d'armes à feu
SEXUALITE :: Bisexuel
 
DATE DE NAISSANCE :: 15/05/2021
ÂGE :: 24 ans
TAILLE :: 183 cm

Profession & Faction


Celle qui traversait autrefois Moscou de part en part. Aujourd'hui elle forme une diagonale interrompue, un trait hésitant. Le rouge saillant, le seul endroit dans le métro où les étoiles brillent encore, sur les drapeaux qui pendent des plafonds sombres et les uniformes des soldats. La ligne rouge.

Et entre les mains des soldats luisent des armes en tout genre. Valera, c'est ça qu'il connaît. Il connait les armes les plus répandues par coeur, il les démonte et les remonte en un rien de temps, elles n'ont aucun secret pour lui. Et pour les plus particulières, ça ne lui prend pas bien longtemps avant de les apprivoiser. Valeriy il passe ses journées entouré d'armes, c'est lui qui les retape, qui les remets en état de nuire. À ses heures perdues il esquisse des plans dans sa tête, pour tenter de concevoir des armes avec les matériaux qu'on trouve dans le métro.

Évidemment, quand il était gamin, il voulait faire partie de leur glorieuse armée, ou être stalker, comme tous les gosses en rêvent. Puis son frère l'a initié aux armes, ces engins à la fois de violence et de défense, de triomphe et de dangers, engins qui courent entre toutes les mains, depuis le petit pistolet glissé à la ceinture du marchands jusqu'à la robuste Kalachnikov entre les mains calleuses d'un soldat. Il lui a montré comment tout apprendre de ces fusils, comment les chérir, et bientôt Valeriy se retrouvait de plus en plus souvent à l'armurerie de son père. Peut-être qu'il ne serait pas de ceux qui donnent leur temps et leur vie, de ceux qui échangent le rouge de leur sang pour le rouge de la ligne, mais il les supporterait dans l'ombre, en leur mettant entre les mains les meilleures de ces machines qui crachent des balles.


Physique


Valeriy il aurait pu être tellement plus. Plus éclatant, plus rayonnant. Mais dans l'obscurité du métro, il a perdu sa clarté. Une masse de cheveux qu'on peut qualifier de châtain à proximité de l'éclairage d'une flamme, mais qui sitôt éteinte semblent presque aussi foncés que l'obscurité qui les engloutit. Et puis ces yeux bleus, qui seraient tellement plus perçants à la lumière de la surface, s'ils pouvaient se noyer dans les rayons du soleil et se fondre avec le ciel, auquel ils ressemblent tellement. Mais sous terre, ils sont d'un bleu plus terne, où peinent à s'accrocher les reflets des ampoules qui grillent.

Le bleu et le rouge se font concurrence pour peindre une toile sur sa peau, sa peau claire, qui n'a jamais connu les brûlures des rayons UV, sa peau lisse, excepté pour ses joues où subsistent quelques cicatrices d'acné. Valerochka c'est un gamin désaturé du métro. Et pourtant, malgré le noir qui s'étale en poches sous ses yeux, malgré son nez pas tout à fait droit, il y a quelque chose de terriblement naïf dans l'apparence de Valera. Ses traits sont définis, mais pas abrupts, des joues qui ne se creusent pas assez pour y refléter l'ombre du métro, et qui au contraire se teintent de rose beaucoup trop facilement. Et puis son sourire. Il sourit comme l'être le moins souciant du monde, avec un sourire à faire fondre l'hiver nucléaire. Dommage que le spectacle sur son visage soit trop souvent celui de sourcils froncés et d'une bouche qui forme une moue perpétuelle.

Valeriy n'a pas une allure particulièrement impressionnante. Bien qu'il se hisse confortablement au-dessus du mètre quatre-vingt, les muscles qui se dessinent discrètement sur son corps sont invisibles en-dessous des multiples couches de vêtements qu'il porte. Il n'est pas frêle ou maigre pour autant, et peut se débrouiller, mais il est loin d'avoir l'endurance physique d'un soldat ou d'un stalker. Son métier à lui, il se reflète sur ses mains, ses ongles irréguliers, ses doigts agiles qui courent sur les fusils comme sur un piano, ses mains sèches et les cals qui s'accrochent à ses doigts, le tout couvert par les traces d'huile qui ne s'estompent jamais complètement.


Mental


Valerochka est un gars plutôt peu bavard. Il est assez renfrogné, il donne l'air d'économiser ses mots.
Valerochka c'était un enfant plein de candeur, toujours à courir partout et à parler à qui voudrait bien l'écouter mais il s'est refermé en grandissant. Il n'y a pas vraiment de raison particulière, si ce n'est que la noirceur du métro a rattrapé son esprit et qu'il a peut-être passé trop de temps à écouter les vieilles histoires des anciens, qui lui semblaient si palpitantes lorsqu'il n'était qu'un gamin alors qu'aujourd'hui elles l'emplissent de la nostalgie d'un monde qu'il n'a jamais connu. C'est durant ces moments-là que sa main risque de se diriger vers une bouteille d'alcool ou une cigarette.

Aujourd'hui, il s'affaire discrètement, comme tout bon russe il évite les menus propos, avec lesquels il n'est pas à l'aise de toute manière. Il préfère de loin écouter, ou alors parler d'un sujet qui l'intéresse réellement. C'est dans ces moments-là qu'on risque de le voir se transformer en moulin à paroles, déblatérant sur quelque chose qui lui tient à coeur. Malgré son air généralement sérieux et taciturne, Valera ne peut s'empêcher de conserver un côté naïf. Évidemment, il sait bien que ne pas être méfiant peut facilement coûter la vie dans le métro, mais il est loin d'être cynique et a tendance à vouloir croire au bien.

Valeriy n'est pas le genre à se faire remarquer, car quand bien même il briserait le silence, il parle d'un ton posé, qu'on pourrait parfois presque confondre pour un ton blasé, et surtout jamais très fort, avec sa voix légèrement rauque et grave, facilement noyée par le bruit ambiant. Il ne sait pas comment s'imposer, et bien qu'il n'aime pas se laisser marcher sur les pieds, il n'arrive pas vraiment à l'éviter. Reste que ce n'est pas quelqu'un de peureux, ça non. Il s'aventure volontiers dans les méandres du métro, les doigts bien serrés autour de son arme. C'est juste qu'on l'oublie facilement, et il ne tient pas particulièrement à rappeler sa présence.

Cependant, si vous arrivez à écarter le rideau de silences malaisants et de regards noirs qui ne se veulent pas vraiment méchants, Valeriy sera de votre côté pour aussi longtemps que vous ne brisez pas sa confiance. Il est loyal et honnête, jusqu'à ce qu'on abuse de ce côté de lui. De même pour une personne qui se montre mauvaise, ou qui agit d'une manière contraire aux idéaux de Valeriy. Il ne fera pas d'affront direct, mais on observera des changements dans son attitude. Une fois sa confiance brisée, il pourrait voir un ancien camarade à terre et s'en aller sans lui jeter un dernier regard. Les humains sont bons, jusqu'à ce qu'ils montrent leur sale côté.

En bon habitant de la ligne rouge qu'il est, Valera est athée. Après tout, il ne s'y connait pas des masses côté religion, mais lorsqu'il y pense, ça lui semble difficile de concevoir l'existence de quoique ce soit d'autre que la réalité tangible à laquelle il fait face. Ça, et difficile de croire que l'on aurait laissé les gens dépérir sous terre comme ça, qu'on aurait permit l'existence des bêtes comme celles qui errent à la surface et qui s'infiltrent dans les tunnels. Ça lui semble trop... trop improbable.

Il a toujours été influencé par l'idéologie de la faction au sein de laquelle il a été élevé, considérant que son père est un communiste convaincu, lui-même influencé par ses parents nostalgique de l'ancien temps. Valeriy supporte donc sincèrement les idéaux propagés de station en station, et est toujours prêt à les défendre lui-même.


Compétences


Sa plus grande expertise est bien entendue liée à sa profession. Il connait tout ce qu'il y a à savoir sur les armes à feu qui se trimballent dans le métro. Il se débrouille également pas mal du tout lorsqu'il doit les utiliser. Et bien qu'il ne soit pas le plus imposant qui soit, Valeriy sait comment user de ses poings en cas d'extrême nécessité et dernier recours.

Mais ce qui impressionne particulièrement, c'est son excellente capacité de visualisation, il est capable d'imaginer des prototypes complets dans son esprit, sans avoir besoin de les coucher sur papier (papier qui se fait trop luxueux pour se le permettre, de toute manière). De plus, une fois qu'il planche sur une tâche à faire, penché au-dessus d'un fusil ou d'un pistolet, il devient extrêmement concentré, parfois un peu trop, au point d'en oublier ce qu'il se passe aux alentours de lui, ce qui peut rapidement devenir dangereux lorsqu'on vit dans le métro.  


Possessions


Sans doute au moins le nécessaire. Valerochka possède bien entendu le nécessaire pour son métier, entre autres un étau (assez assailli par la rouille, mais il continue à faire l'affaire), un kit d'outils comprenant des pinces, un tournevis avec embouts interchangeables, un pointeau, un poinçoin, un chasse-goupille et une lime, ainsi qu'un fond de bouteille de lubrifiant.

Valera a toujours à ses côtés sa fidèle Saiga-12, visiblement retapée et personnalisée au cours des années, mais qui fait le boulot comme il se doit. Lorsqu'il s'aventure hors de sa station de résidence il porte à sa ceinture le fusil de point familial. Il a également sur lui un couteau.

Côté vestimentaire, on ne peut pas dire que sa garde-robe soit particulièrement garnie, il a cependant quelques morceaux de vêtements qu'il porte pour travailler, où les traces de graisse s'accumulent avec le temps. Autrement, il porte généralement son manteau, où l'on peut parfois trouver une flasque d'alcool frelaté local dans l'une des poches internes, en-dessous de son passeport. Il chausse des bonnes bottes militaires en cuir, tout droit héritées de son paternel. Autre possession tout droit venue du vieux Gania, une vieille pièce de monnaie de dix roubles, qui date d'avant l'Apocalypse. Ça ne vaut rien sous terre, mais Valeriy la garde précieusement au fond de sa poche gauche, où il la triture parfois lorsqu'il est préoccupé.



Antécédents médicaux


Valeriy est généralement en bonne santé, du moins pour un habitant du métro qui dit pas non à une clope de temps en temps. Mais étant forcé de faire des commissions un peu partout dans le métro, et prenant en compte les tensions entre sa faction et celles avoisinantes, et bien entendu les dangers qui rôdent dans les tunnels, il n'en ressort pas avec le corps immaculé. Entre autres, une cicatrice de brûlure qui court de son épaule jusqu'au dessous de son omoplate droite, souvenir du crachat d'un lance-flammes ennemi.

Si on regarde son nez d'assez proche, on peut s'apercevoir que l'os est légèrement décalé, témoignage d'une fracture passée, cette fois-ci de la part de son frère. Sinon, la peau de Valera est généralement toujours parsemée d'ecchymoses et d'hématomes ainsi que de quelques cicatrices superficielles, qui ne tardent jamais trop à s'estomper.



Intérêts & Loisirs


Valeriy n'a pas connu la surface, et n'a pas l'intention de la connaître. Mais reste qu'il a une fascination toute particulière pour les récits des Stalker et de ceux qui ont connu la vie avant l'Apocalypse, la surface quand elle était vivable. Il aime regarder les photos jaunies mais précieusement conservées de la vie d'avant. Valera aime bien tout ce qui se rattache au passé en général, qu'on lui parle de la ligne rouge à ses débuts, du métro et comment il s'est organisé, des guerres entre factions. Ça le fascine, de cette fascionation, parfois morbide, parfois qui relève simplement de la curiosité.

Autrement, Valera aime bien s'enfermer dans son esprit et penser, imaginer, des engins de tout genre, certains qui lui semblent presque faisables, si seulement il arrivait à mettre la main sur les matériaux, et d'autres totalement farfelus.




Histoire

Né en plein durant des temps troubles. Né parmi les drapeaux rouges qui s'agitent vigoureusement contre l'anneau de la Hanse, cherchant obstinément à se boucler. Et dans tout ça, une nouvelle tête qui fait son apparition, encore ignorante du chaos ambiant.

Valeriy, fils de Gavril Morochkine. Lui-même fils d'anciens membres du Parti communiste, l'original, celui de l'Union soviétique, fils d'un couple qui s'est jamais vraiment remis de la chute de ce système. Il a connu la surface Gania, il a vu l'Apocalypse, il a vu le monde être décimé, une ville à la fois. Puis il s'est réfugié dans le métro, comme tous les autres.

Valeriy avait une mère, aussi. Il ne se rappelle pas bien d'elle, seulement quelques souvenirs flous. Valera n'a jamais eu le temps de la connaître. C'était comme ça dans le métro. Le métro vous prend ce qu'il veut. Valeriy a un frère, aussi, Yaroslav. Un demi-frère, il prend la peine de se corriger lorsqu'il le voit avec sa mère à lui. Va savoir pourquoi son père a décidé de s'en séparer pour tenter l'aventure avec une autre femme. Ça n'a jamais intéressé Valera tout ça. Mais il n'en garde pas rancune à Slava. Au contraire. Après tout, c'est lui qui l'a découvert. Slava voulait connaître son père, mais il ne s'attendait pas à trouver accroché à ses mollets un petit gamin.

Un gamin insouciant, beaucoup trop naïf pour une vie de métro, une vie de guerre. Certains s'inquiétaient pour lui. Qu'est-ce qu'on allait bien faire de lui ?

C'est Yaroslav qui l'a initié à l'armurerie. Il l'avait appris auprès de leur père, et lorsque Valerochka atteint un âge acceptable pour qu'on commence à lui mettre des armes entre les mains, ce sont eux deux qui lui ont montré quoi en faire, à tour de rôle. Et ça lui plaisait. Il s'est rapidement investi dans l'apprentissage de cette profession, faisant par le fait même connaissance avec bon nombre d'habitants et de voyageurs qui passaient par là, étonnés de voir à quel point l'air sur son visage s'assombrissait avec les années.

Valera a reçu une éducation assez standard. Son père n'était pas un homme de savoir, puis Valeriy a été bercé par les discours des dirigeants de sa station. Il a donc une culture assez standard, en-dehors des informations qu'il arrive à glaner en espionnant les conversations. Et sans compter des connaissances et des opinions souvent teintées du Rouge de sa ligne.

Un jour, on s'est dit que ce serait bien qu'il apprenne à quoi ressemblent les tunnels, au-delà des passages entre les stations de la faction. Des simples commissions, se rendre dans des marchés et aller chercher de la marchandise nécessaire à leur petit atelier. Il n'aurait jamais pu se l'imaginer. L'atmosphère des tunnels, il faut la vivre pour la connaître. Loin du confort de sa station, de son rythme de vie routinier malgré les conditions. Dans les tunnels, c'était l'obscurité comme jamais auparavant, les nerfs à vif, un fusil toujours à portée de main. Et peu importe le nombre de fois que Valeriy faisait le trajet de sa station à une autre, il lui semblerait qu'il ne s'habituerait jamais complètement.

La vie poursuivait son cours. Il passait la majorité de son temps avec des armes, au départ au compte de son père, mais on apprécia rapidement son boulot, et Valeriy travaille maintenant très étroitement avec les forces armées de la Ligne Rouge. Ce qui le remplit de fierté, bien qu'il ne le montrera pas. Il lui semblait que la vie pourrait continuer comme ça pour toujours.

Bien évidemment que non. Il a fallu qu'un autre malheur s'abatte sur leur microcosme souterrain. Et juste avant ça, Slava avait décidé d'entreprendre une escapade aux confins du métro, pour des raisons inconnues de Valera. Toujours est-il qu'il n'était toujours pas revenu.

On avait confié une mission à Valeriy, une autre de ces commission pour le boulot. Il a eu toutes les peines du monde à essayer de ne pas tenter de retrouver son frère, mais il se devait de rester concentrer sur sa tâche. Il suffit d'un instant de distraction pour le regretter. Et puis évidemment, il fallait qu'une épidémie survienne lorsqu'il se trouvait dans ce coin du métro. Valeriy n'a pas le choix que de se réfugier quelque part. Et entre la Hanse et V.A.R., et malgré qu'aucune possibilité soit particulièrement attrayante, son choix est vite fait. Plutôt crever bouffé par un quelconque virus que de demander quoique ce soit aux capitalistes de la Hanse. Il parvient à entrer sur le territoire de l'alliance V.A.R. en un seul morceau. Sauf que maintenant, il est donc coincé là, en territoire inconnu, n'ayant qu'une envie, celle de retourner à sa station natale.




A propos de vous

Age : 20 ans
Avez-vous lu le règlement ? да
Système de jeu choisi : Allez, roulette russe, ça peut pas être pire que tenter de battre Metro en mode survival ranger hardcore... n'est-ce pas ?

Surnom : Spoutnik
Passion, loisirs : Sans surprise les bouquins et les jeux vidéos, après j'aime bien le sport aussi, je gribouille à mes heures perdues... Bon et je glande énormément aussi hein vous avez cru.

Comment avez vous découvert le forum ?  Via un partenariat !

Des suggestions ? Quelque chose à dire ? Un dernier mot ? J'ai TELLEMENT de choses à dire en vrai mais je vais essayer de me retenir pour pas avoir l'air trop folle. Bon alors en vrai, Metro c'est l'univers de ma vie, ça fait quelques temps que je me disais que ce serait parfait pour un fo RP et je?? je tombe sur vos tunnels. Et puis je vois que vous mettez un point d'honneur à respecter les normes culturelles slaves (ça fait plaisir à voir), et à écrire des annexes vraiment géniales, un contexte et un design tout simplement nickels, et puis comment l'univers original de Metro est super bien exploité mais avec votre façon de l'aborder, en décalant l'intrigue d'une décennie et en apportant une touche bien propre au fo, bref je suis totalement en amour, c'est un vrai bijou que vous tenez là ♥︎ Sinon, comme derniers mots... сука блять, j'suis une fille simple. (je vous l'avais dit que je parle trop)

avatar
Date d'inscription : 27/03/2017
Messages : 388
Double-compte : Nina
Voir le profil de l'utilisateur
Médecin-chirurgien
le Sam 12 Aoû - 21:33
Médecin-chirurgien

Passeport
Age :: 28 ans
Patronyme :: Nikitovna
Surnom :: Anya
Yeay ! Bienvenue à toi ! Jsuis contente que l'univers et le fo' t'aient autant plu. J'suis touchée que tu aies pu y trouver ce que tu apprécie dans les jeux vidéos que les bouquins (ou même dans la culture slave). J'aime beaucoup ce que j'ai lu de ta fiche pour l'instant et c'est trop cool de pouvoir accueillir un autre camarade de la Ligne Rouge dans nos rangs o/



Invité
Invité
le Lun 14 Aoû - 11:29
Tout le plaisir est pour moi ! o/ Merci beaucoup ❤️
J'en profite aussi pour annoncer que ma fiche est terminée ! (Et vu mon manque de sommeil je vais espérer que ce soit lisible lol)
avatar
Date d'inscription : 30/03/2017
Messages : 131
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 16 Aoû - 21:36
Médecin

Passeport
Age :: 29 ans
Patronyme :: Viktorovna
Surnom :: Katya

Fiche validée ♥

Félicitations, tu viens de réaliser tes premiers pas dans le métro de Moscou, ton personnage est donc validé !

Je n'ai rien à dire sur cette fiche, que je trouve très bien écrite. Ce personnage a quelque chose de différent, de doux et mélancolique dans son caractère. J'ai hâte de voir ta plume en action !

Avant de rp, il faut que tu penses à remplir ton profil : les champ contact pour ta fiche de présentation et ton carnet de bord, l'onglet "passeport" donnant des informations concernant ton personnage.

Il faut ensuite que tu créés ton carnet de bord dans lequel il faudra tenir à jour ton inventaire en fonction de tes acquisitions.

Et pour rp, il ne te manque plus qu'un compagnon. Pour cela, il suffit de se rendre au point rencontre et n'hésite pas à jeter un coup d'oeil au tableau d'affichage des missions.

Bon jeu !

Contenu sponsorisé